Chevauchée dans les steppes – Michel Strogoff (Jules Verne)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que tout va bien pour vous et que vous passez un excellent (long) week-end, entre détente, sorties, lectures, films, câlinades et toutes ces choses agréables qui vous détendent… De mon côté, pas de pont pour les braves, car au moment où vous lirez cette chronique je serai au travail… Mais comme je réponds à chaque fois qu’on me demande si l’absence de vacances et de ponts n’est pas un peu lourde: « J’aime mieux ça que le chômage… » Donc voilà, la chose est dite, mais le boulot ne va pas m’empêcher de vous livrer une petite chronique!

Il y a quelques temps, le mois dernier, je vous gratifiais de quelques chroniques cinéma, d’un petit dossier de presse et d’une compilation de romans un peu moins connus de Jules Verne. Je reviens aujourd’hui avec cet auteur que nous connaissons tous, au moins de nom et pour ses titres les plus emblématiques… Aussi vais-je aujourd’hui participer à votre dépaysement en vous proposant une petite chronique dédiée à un récit d’aventures: Michel Strogoff, qui vous emmène à travers la steppe russe au temps des Tsars…

Continuer la lecture de Chevauchée dans les steppes – Michel Strogoff (Jules Verne)

Dans les entrailles du volcan – Voyage au centre de la Terre (Henry Levin, 1959)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Affiche du film – Source: Imdb.com

N’ayant pas lu assez vite pour vous gratifier d’une chronique livre ces temps-ci, j’ai décidé de rédiger une nouvelle chronique cinéma dédiée à – cela faisait bien longtemps – un « vieux coucou » des années 1950.

Après les films d’horreur des studios Universal sortis entre les années 1930 et 1950, j’avais envie de partager avec vous un récit d’aventures comme on n’en fait plus, à savoir une adaptation de l’œuvre de Jules Verne: Voyage au centre de la Terre, sorti en 1959 et dirigé par Henry Levin. J’ai choisi de traiter l’adaptation filmée du roman plutôt que celui-ci, car il intègre plus de ressorts dramatiques et de moments cocasses… Je traiterai plus loin dans l’article des différences entre le film et le livre. Mais pour le moment, je vous emmène pour un voyage extraordinaire qui a bercé mon enfance…

Continuer la lecture de Dans les entrailles du volcan – Voyage au centre de la Terre (Henry Levin, 1959)

Une fantasy brute et sans fard – Conan le Cimmérien (Robert E. Howard)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Je reviens en ce début de semaine avec, à ma grande surprise, une chronique livre. Pas que j’aie achevé le tome I des Magicians (ceci dit, j’ai bien avancé, et je trouve cela assez fascinant, j’ai hâte de vous en parler!), mais je me suis souvenu d’un ouvrage lu il y a un petit moment déjà (j’étais encore en Angleterre) et que j’ai A-DO-RÉ…

Pour vous re-situer, alors que mes parents venaient d’aménager en Normandie et que j’étais en Christmas break chez eux, mon frère m’a fait un très beau présent livresque pour Noël: les aventures de Conan le Cimmérien, signées par Robert E. Howard, considéré avec Lovecraft comme l’un des pères de la littérature de l’imaginaire américaine. Je vous invite donc à me suivre dans un monde aussi cruel que fascinant, avec un héros brutal et sans scrupule…

Continuer la lecture de Une fantasy brute et sans fard – Conan le Cimmérien (Robert E. Howard)

Les Mondes de Blanche – Beau bilan pour janvier 2017

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

img_20170130_094400_750
Moment lecture et coquetterie…

Une fois n’est pas coutume, je bouscule un peu mes habitudes pour vous gratifier un JEUDI SOIR d’un petit bilan du mois dernier.

C’est que je suis en ce moment aux prises avec un gros devoir que je souhaite terminer au plus vite, mais aussi faire au mieux pour être diplômée avec une bonne moyenne et un book au poil parce que je voudrais trouver un job au plus vite… Ben oui, hein, si je pouvais quitter Papa et Maman (malgré tout l’amour que je leur porte 😉 ) le plus tôt possible, ça ne sera pas de refus! Donc le rythme de lecture et de visionnage est, comme souvent, un peu haché. Je reviens donc avec vous sur un bilan de janvier plutôt pas mal!

Continuer la lecture de Les Mondes de Blanche – Beau bilan pour janvier 2017

Bilan de la semaine – Fin du « Sang des Wolf », lectures, voyage… entre angoisse et enthousiasme!

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

capture-decran-2017-01-11-a-10-28-01
Le livre que je lis en ce moment et que je souhaiterais terminer avant le voyage…

Tout d’abord, je tiens à remercier les nouveaux abonnés des jours derniers, ainsi que les fidèles de toujours qui continuent de suivre ce blog et de lire ces chroniques. Cela fait chaud au cœur quand on sait à quel point je tiens à ce blog et quand je vois ce qu’il m’apporte en cette période un peu compliquée pour moi où ma confiance en moi est en berne.

Je reviens ce samedi pour un bilan un peu exceptionnel, puisqu’il s’agit d’une part, du premier vrai bilan de l’année 2017,  et d’autre part du dernier avant mon (court) voyage à Vienne… pile poil au moment où s’est achevé la mise en ligne du roman sur le blog. Et parce que c’est aussi l’occasion de vous annoncer la couleur pour cette semaine où je ne serai pas très présente.

Continuer la lecture de Bilan de la semaine – Fin du « Sang des Wolf », lectures, voyage… entre angoisse et enthousiasme!

Odyssée dans les entrailles de Moscou – Metro 2033 (Dmitry Glukhovsky)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

71oK3hQWpZLAprès vous avoir enquiquiné avec ce livre, entre une recherche de stage et un pétage de plomb (je vous jure, c’est prise de tête, parfois je me demande, au vu des compétences demandées, comment les gens trouvent des stagiaires! j’en suis au stade où je tape aussi dans le CDD et l’intérim!), et j’ai bel et bien terminé Metro 2033 de Dmitry Glukhovsky.

Quand je l’ai vu à l’espace culturel non-loin de chez mes parents, j’ai longtemps hésité à me l’acheter. J’avais déjà une PAL qui commençait à s’épaissir, je lisais peu… mais je n’ai pas résisté à l’appel de cette histoire qui m’intriguait. D’autant plus que je n’avais jamais lu de science-fiction russe, et j’étais très curieuse de voir si la différence culturelle se ressentait dans le récit. Et là, j’ai craqué.

Et récemment, comme je souhaitais faire perdre un peu de poids à ma PAL, je me suis jetée à l’eau dans ce bon pavé! Suivez-moi dans les entrailles de Moscou pour un voyage des plus insolites…

Continuer la lecture de Odyssée dans les entrailles de Moscou – Metro 2033 (Dmitry Glukhovsky)

Le règne de la débrouillardise – « L’Ile mystérieuse » (Jules Verne)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

71v08eyWvqL
Couverture de l’édition poche du roman

Tout d’abord, je tiens à remercier les lecteurs réguliers, visiteurs occasionnels, abonnés fidèles et nouveaux abonnés du blog, car comme je l’ai annoncé la semaine dernière sur Facebook et Twitter, nous avons renouvelé le record de fréquentation de décembre avec un premier mois où nous avons passé… les 1400 vues. Sans compter que vos commentaires et encouragements me vont droit au cœur. Donc, encore une fois, merci beaucoup! Mais maintenant, vous me mettez la pression, et la qualité a intérêt à être au rendez-vous dans mes contenus, maintenant! 🙂

Je commence ce mois de février avec une chronique, je l’espère, de meilleure qualité que celle de la semaine dernière, consacrée à l’un de mes auteurs favoris. Comme ne l’ignorent pas ceux qui me suivent depuis longtemps, j’aime beaucoup les romans « à l’ancienne », et je suis très curieuse des balbutiements de la S.F. Après 20,000 Lieues sous les mers, je reviens avec un très beau roman, un autre « Voyage extraordinaire »: L’Île Mystérieuse. Ceux qui ne l’ont pas lu ont peut-être vu la mini-série hispano-italo-française adaptée du roman avec le regretté Omar Sharif. Bien sûr, je ne dois pas être la première à en poster un avis sur mon blog, mais je ne peux m’empêcher de revenir sur ce roman culte.

Êtes-vous prêts à suivre nos aventuriers à la découverte de cette mystérieuse île?

Continuer la lecture de Le règne de la débrouillardise – « L’Ile mystérieuse » (Jules Verne)

Un film Disney méconnu – L’Ile sur le toit du monde (Robert Stevenson, 1974)

Titre: L’Ile sur le toit du monde (The Island at the Top of the World)
Année de production: 1974
Réalisation: Robert Stevenson
Origine: Etats-Unis
Durée: 1h34
Distribution: Donald Sinden, David Hartman, Mako Iwamatsu, Jacques Marin, Agneta Eckemyr, David Gwillim, Gunnar Öhlund…

Chers lecteurs des Mondes de Blanche,

220px-Island_at_the_top_of_the_world_movie_poster
Affiche du film – Source: Wikipedia

Si vous avez un jour fait un tour du côté d’Eurodisney, outre le Chateau de la Belle au Bois Dormant, vous avez peut-être noté, non-loin du Space Mountain et du Nautilus, un café à l’entrée monumentale ornée de d’un dirigeable, et au décor intérieur résolument rétro-futuriste… le Café Hypérion. Il est l’un de mes endroits favoris du parc: c’est là que lors de ma première visite avec mes parents, j’avais assisté à un spectacle acrobatique sur le thème de Mulan, et qu’avec des amis, j’avais bu une boisson chaude en regardant de vieilles aventures de Mickey sur un écran géant. J’adore la décoration, l’architecture, et ce dirigeable à l’entrée! (J’aime les dirigeables à tel point que j’y ai consacré mon mémoire de fin d’études en fac d’Allemand!) Mais ne vous êtes-vous jamais demandé à quoi l’Hypérion il faisait allusion? Non?… Qu’à cela ne tienne, j’ai très envie de vous le dire! Le dirigeable Hypérion figure bien dans un film des studio Walt Disney, un long-métrage d’aventure sorti dans les années 1970, et peu connu en comparaison de monuments comme 20,000 Lieues sous les Mers, j’ai nommé… L’Ile sur le Toit du Monde.

Je l’ai découvert il y a quelques années, quand au hasard de promos VHS – nous n’avions pas encore de lecteur DVD à la maison – ma mère en a fait l’acquisition. Elle l’avait vu étant enfant et avait très envie de nous le faire découvrir à mon frère et à moi. Êtes-vous donc prêts à vous embarquer à bord du ballon avec moi pour un petit film d’aventures kitschou à l’ancienne?

NB: L’Ile sur le Toit du Monde étant très peu connu, je n’ai trouvé que peu d’images de qualité. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

Continuer la lecture de Un film Disney méconnu – L’Ile sur le toit du monde (Robert Stevenson, 1974)