Exercice de Dessin Vectoriel – Prêtre Egyptien – Février 2014

Cher lecteurs de ce blog, bien le bonsoir!

EgyptienComme vous le savez si vous avez visité la page de présentation de ce blog, je suis en pleine reconversion professionnelle et me suis décidée pour le graphisme, que j’étudie à distance. Ce n’est pas de la tarte, car j’ai la méchante et désagréable impression que techniquement, je ne m’en sors pas très bien comparée aux autres étudiants de ma formation… Il faut dire qu’à ma décharge, quand j’ai commencé, je ne touchais pas une bille là-dedans. En effet, j’avais un peu tâté de Photoshop quand j’étais rédactrice en Angleterre et je m’en sortais à peu près avec des détourages simples et quelques calques, mais je ne savais absolument pas comment me servir d’InDesign, et encore moins d’Illustrator. J’ai donc acheté quelques « livres-ateliers » – que je présenterais bientôt sur ce site – pour faire quelques exercices sur ces deux logiciels.

Si grâce à des devoirs consacrés à la maquette, j’ai pu vite progresser sur InDesign, j’ai un peu plus peiné sur Illustrator, et ce malgré des exercices intéressants auxquels je m’étais livrée. Je suis bien capable de vectoriser un dessin fait de ma main sur Illustrator, comme c’est le cas dans mon affiche consacrée à L’Illusioniste, mais pour ce qui était de l’utilisation des vecteurs et des courbes, je suis encore peu sûre de moi. Et mon problème, c’est que quand je ne suis pas sûre de savoir faire quelque chose parfaitement… je traine les pieds pour me lancer. Mais j’ai finalement eu un « électrochoc » à cause d’un devoir à faire uniquement à l’aide du dessin vectoriel. J’ai des tas d’idée, mais il faut bien que je sois capable de les mettre en oeuvre. J’ai donc décidé de m’entraîner, histoire de me faire la main: j’ai donc trouvé un modèle pour le reproduire ou du moins, faire quelque chose de proche.

Jeune, j’aimais beaucoup l’Egypte Ancienne, et niveau dessin vectoriel, c’est une solution idéale car les lignes sont très simples et facile à suivre. J’ai donc opté pour ce prêtre égyptien vêtu de sa tenue cérémonielle, la peau de léopard stylisée. J’ai utilisé cette tenue comme prétexte pour utiliser, outre la plume, différentes fonctions telles le réglage de la transparence – le lin des vêtements égyptiens était très fin – ou la création de dégradés, les effets d’ombre porté et les textures comme le fond qui évoque le papyrus.

Le résultat n’est pas très beau, il est même assez kitsch, comme ces espèces de fascicules sur l’Egypte des Pharaons adressés aux enfants ou des dessins d’albums à colorier. Enfin, c’est un début et j’espère être bientôt apte à mettre page mes idées d’une belle façons, et qui sait, à produire des oeuvres d’art! 😉

Bonne soirée!

Blanche Mt.-Cl.

Publicités