Aventures dans un monde nouveau – « Axis » de Robert Charles Wilson

Très chers lecteurs de ce blog

Nouveaux abonnés,

Bien le bonjour.

Tout d’abord, encore une fois, je m’excuse pour ce nouveau retard, car je suis un peu occupée en ce moment – comme vous le savez j’entame un stage de graphiste qui m’occupe et me passionne, mais j’espère trouver vite ma vitesse de croisière, m’occuper des blogs, des devoirs, et reprendre l’écriture du tome 2 de mon roman (et pourquoi pas trouver un éditeur?). Bref. Vous aurez vos deux chroniques par semaine, quel que soit le jour. Me voici donc de retour avec la suite de Spin de Robert Charles Wilson, Axis. Si vous vous souvenez du résumé du précédent tome, vous devez en déduire que l’humanité a survécu au « Spin »…

Attention, pour ceux qui n’auraient pas lu le premier volume, aux spoilers!

  • Une quête dans le désert

A la fin du phénomène Spin est apparu sur Terre une sorte d’Arc qui, depuis l’Océan indien, permet de passer instantanément sur une autre planète. Ce nouveau monde, où se sont installées différentes colonies humaines, a été baptisé Equatoria. Il s’agit d’un vaste continent unique, comme le fut la Pangée sur Terre, avec des vastes baies qui ont permis l’aménagement de ports et étendues désertiques d’où sont extraites du pétrole. Quelques êtres humains ont eu accès à la technologie et aux médecines martiennes (des hommes installés sur Mars dans le premier opus), ce qui prolonge leur vie en un Quatrième Âge, ce qui est censé les rendre non-violent et plus sage, mais la plupart de ces « Quatrièmes Âges » vouent un véritable culte aux Hypothétiques qui ont créé la membrane « Spin » et cherchent par tous les moyens d’en apprendre plus sur eux, tandis que le Gouvernement américain, par le bras du Département de Sécurité Génomique (DSG), les traque.

41rpZ9GM8kL
Couverture – Source: Amazon.fr

L’histoire commence environ Quarante ans après la fin du Spin. Lise Adams, jeune divorcée d’avec un fonctionnaire du DSG, est revenue sur Equatoria, d’où sa mère et elle sont parties quinze ans auparavant, après la disparition du père de la jeune fille. En effet le docteur Adams, pourrait avoir été victime de ses propres recherches sur les Hypothétiques et sur les Quatrièmes Âges qui le fascinaient. Aidée par un ancien amant, le pilote Turk Findley, elle se lance sur la piste d’une mystérieuse femme qui semblait avoir connu son père, ainsi que sur celle du Docteur Avram Dvali, un savant Quatrième Âge proche de son père. Mais à ce moment-là, une étrange chute de cendres à l’odeur de souffre et aux formes mécaniques s’abat sur Port-Magellan et le reste d’Equatoria, plus intense dans le désert.

Ce que Lise ignore, c’est que cette femme mystérieuse que Turk a avancé en avion jusqu’à un bourg en bordure du désert d’Equatoria, Sulean Moï, a déjà retrouvé le docteur, qui dirige une mystérieuse communauté soudée autour du petit Isaac, fruit d’une expérience menée pour communiquer avec les Hypothétiques. Cet enfant imprévisible et vaguement asocial n’a qu’une obsession: rejoindre le désert qui l’attire irrémédiablement. Obsession qui se fait de plus en plus intense suite à la chute de cendre. Lui et ses mystérieux protecteurs vont bientôt, par l’intermédiaire de la Quatrième Âge dite ibu Diane, vont bientôt croiser la route de Lise et Turk poursuivis par les hommes de la DSG.

  • Une agréable surprise

Après mon avis quelque peu mitigé sur Spin qui m’avait laissée sur ma faim, j’appréhendais la lecture de ce second opus. En effet, mon frère m’avait dit ne pas avoir trop accroché, et la plupart des avis que j’avais lus sur Le Forum de la Littérature Fantastique me faisaient un peu peur. J’ai donc remis la lecture d’Axis – après un essai sur Jérusalem et Player One – à plus tard pour laisser mon cerveau digérer ce que j’avais appris dans le premier volume. Et contre toute attente, j’ai bien aimé Axis. Il ne m’a pas mis de grosse claque, puisque l’on sait déjà ce qui s’est passé avec le « Spin » et la surprise est un peu moins là. Mais le monde, ou plutôt l’univers que l’on découvre est fascinant.

Port-Magellan, ville cosmopolite avec ses habitants issus de cultures différents, où des bidonvilles côtoient des villas cossues, et le désert dont les paysages hypnotiques ne sont pas sans rappeler l’atmosphère de Dune de Frank Herbert, constituent un décor absolument idéal pour ce récit qui s’apparente autant à l’aventure qu’à la science-fiction. On assiste à la jonction de deux « quêtes », si j’ose dire – celle de Lise qui cherche des réponses quant à son père, celle d’Avram Dvali et même celle de Sulean Moï. J’ai même pris plaisir à retrouver Diane elle-même qui est à présent une très vieille femme, une sorte de sage capable de prendre autre chose que les décisions désastreuses qui ont manqué de la mener à sa perte dans Spin.

Au niveau de la narration, ma foi, on est loin de cette alternance de flashbacks et de « temps présent », et on suit un récit d’aventure de facture assez classique, mais efficace, avec différents sub-plots, comme la course-poursuite avec les hommes du DSG, les tentatives de l’ex-mari de Lise pour l’éloigner du danger, la « romance » avec Turk, la fascination de Lise pour Diane – dont on apprend qu’elle a fini par épouser Tyler sur le tard – et Sulean Moï. Quant à l’environnement lui-même, il est juste extraordinaire. On assiste à des bouleversement fascinants et flamboyants, spectaculaires – comme l’apparition de fleurs mécaniques émergeant de la cendre et qui semblent appeler le petit Isaac, ou d’une forêt synthétique au fin fond du désert. Si en soi le suspense n’est pas haletant, on se laisse volontiers aller à la rêverie en lisant ces pages…

Bref, je ne serai pas aussi catégorique et dure avec Axis, car je m’y suis laissée prendre plus facilement qu’au premier. En fait, il n’est pas comparable, car il plante un tout nouveau décor et ne s’articule pas de la même façon, quand bien même il est fait plusieurs fois référence aux protagonistes de Spin. Je vous conseillerais presque de le prendre plus comme un spin-off que comme une suite à proprement parler… et il est bien plus distrayant et « léger » que le premier volume. Ce n’est pas du tout péjoratif, car avec mon emploi du temps chargé, j’ai eu peu de temps pour lire et j’ai dû m’y coller en pointillés, et j’avais besoin de lire quelque chose qui m’accrochait bien et qui me tenait d’une fois sur l’autre. Axis ne me semble donc pas aussi raté qu’on me l’avait dit, et je souhaite rassurer les lecteurs de Spin. Axis s’en différencie certes, mais le plaisir de la lecture n’en est pas pour autant absent.

Et pour ceux qui l’ont lu, qu’en avez-vous pensé?

Titre: Axis
Auteur: Robert Charles Wilson
Editions: Folio
Collection: Folio SF
496 p.
Parution: Mars 2015 (pour l’édition de poche)
Prix: 8,50 €

Blanche Mt.-Cl.

Dessin – Romance et Erotisme – Joyeuse Saint Valentin 2015!

Très chers lecteurs de ce blog, bien le bonsoir!

Je tiens à vous souhaiter à tous une très belle Saint Valentin. J’espère que vous avez pu passer de doux moments avec votre dulciné/e, et que, si vous n’avez pas encore trouvé votre perle rare, ce sera bientôt le cas. Après tout, c’est toujours agréable d’avoir quelqu’un à aimer, et d’être aimé/e en retour. Pour ma part, si je ne nie pas la dimension éminemment commerciale de cette célébration, il n’en reste pas moins que c’est aussi une occasion de rappeler à la personne que l’on aime ce qu’elle signifie pour nous, quand bien même c’est une affaire de tous les jours. Nul besoin de dépenser des sommes astronomiques en restaurant et en cadeaux, il suffit de créer l’occasion de partager quelque chose ensemble, de prévoir du temps pour soi et pour l’autre.

LukasZoéLiebe001
Le Sang des Wolf – Lukas et Zoé partageant un tendre moment

 

Aussi pour cette Saint Valentin, je vous offre ce dessin, relatif à mon roman en ligne Le Sang des Wolf et à la romance tant attendue de mes lecteurs entre ces deux personnages. C’est comme un petit spoiler du deuxième volume en cours d’écriture, puisque cette scène n’a pas lieu dans le premier opus! 🙂 On y voit les deux héros dans un moment très intime – vous pouvez même voir les cicatrices et le regard particulier du jeune homme. Bien évidemment, ce dessin a une portée érotique et physique… Et je vais sortir quelque chose de TERRIBLEMENT galvaudé, mais y a-t-il sur Terre quelque chose de comparable à la chaleur du corps de l’être aimé près de soi? 😉

En termes de technique, j’ai encore une fois opté pour le crayon, et ai ré-utilisé l’association de couleur de ma série rendant hommage à Tim Burton (elle n’est d’ailleurs pas finie…), puisqu’elle fonctionne et se prête bien à l’atmosphère vaguement sombre de l’histoire.

J’espère en tout cas que vous aurez aimé le dessin et que ces deux héros vous feront un peu rêver – à défaut de vous convaincre de lire mon histoire! 😉

En vous souhaitant une bonne nuit et de beaux rêves!

Blanche Mt.-Cl.