Œil de poupée et chat noir – Coraline (Henry Selick, 2009)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien et que vous avez aimé le dernier Top Ten Tuesday dédié aux répliques de cinéma que  suis ravie de vous retrouver pour la toute première chronique cinéma de 2018 (il était temps, vous me direz!).

Elle est en corrélation avec la chronique de ma première lecture de l’année, le roman de Neil Gaiman Coraline, puisqu’il s’agit de son adaptation réalisée par Henry Selick. Si son nom vous dit quelque chose, c’est parce que vous avez certainement visionné le magnifique L’Étrange Noël de Monsieur Jack, réalisé par ses soins et produit par son ami Tim Burton également au scénario. Voilà qui est plein de promesses… 😼

Aussi, je vous emmène dans une résidence un peu particulière ou une petite fille intrépide et débrouillarde va vivre des aventures aussi intéressantes que dangereuses…

Continuer la lecture de Œil de poupée et chat noir – Coraline (Henry Selick, 2009)

Publicités

Chat noir et univers parallèle – Coraline (Neil Gaiman)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien! 🙂

Après ma première chronique de l’année dédiée à ma dernière lecture de 2017, je reviens en ce vendredi avec une chronique surprise et assez brève, celle de ma première lecture de l’année 2018: Coraline de Neil Gaiman!

À dire vrai, je connaissais déjà Coraline, le film d’animation réalisé par Henry Selick, l’ami de Tim Burton à qui l’on doit déjà L’Étrange de Monsieur Jack, mais j’ignorais jusqu’à récemment qu’il s’agissait d’une adaptation. Aussi dès que je l’ai appris, j’ai souhaité faire l’acquisition du livre. Petites impressions…

Continuer la lecture de Chat noir et univers parallèle – Coraline (Neil Gaiman)

Chat noir et grimoire – Hocus Pocus: Les Trois sorcières (Kenny Ortega, 1994)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Ta-daaaaah, les p’tits loups! Les Enfants d’Halloween est officiellement ouverte sur le blog! Youpi! Je suis très heureuse de consacrer une thématique à Halloween cette année, et je renouvelle le souhait de vous la rendre aussi agréable que possible!

Je la commence donc pile-poil pour Halloween – j’aurais dû m’y prendre avant mais bon… ne boudons pas notre plaisir! – avec une comédie d’Halloween qui risque fort d’éveiller les souvenirs des enfants des « glorieuses » années 1990: Hocus Pocus: Les Trois Sorcières, se déroulant dans la ville de Salem. Je l’ai vu à l’époque de sa sortie en vidéo – soit à peu près deux ans après sa sortie en salles aux États-Unis. Quelle impatience à l’époque quand on voyait les délais de sortie entre les différents pays, et qu’il fallait attendre encore un an ensuite pour la vidéo! 🙂 C’était quelque chose! Mais trêve de parlotte et entrons dans le vif du sujet…

N.B.: En revanche, hormis la bande-annonce du film en fin d’article, je n’ai pas trouvé d’images d’assez bonne qualité pour l’illustrer! J’espère que ça ira!

Continuer la lecture de Chat noir et grimoire – Hocus Pocus: Les Trois sorcières (Kenny Ortega, 1994)

SEMAINE THÉMATIQUE « ADAPTATIONS DE CONTES » – Contes au cinéma: faire sens ou divertir?

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

800px-Hänsel_und_Gretel2
Illustration du conte par Alexander Zick – Source: Wikipedia

Je poursuis cette semaine dédiée aux adaptations de contes avec deux films qui réutilisent et détournent le genre. Si l’un adapte un conte connu en racontant sa suite de manière spectaculaire, l’autre fait d’auteurs de contes les acteurs de ce qu’ils ont écrits: Hansel et Gretel: Witch Hunters (Tommy Wirkola, 2013) et Les frères Grimm (Terry Gilliam, 2005).

Je sais que pour pas mal de critiques, l’opus traitant d’Hansel et Gretel est une vaste blague, et qu’on pourrait s’étonner que je le traite ici avec une réalisation de Terri Gilliam, un cinéaste plutôt bien considéré. Eh bien, au risque de choquer certains d’entre vous, Terry Gilliam, hormis pour Brazil et L’Armée des Douze Singes, me laisse toujours très mitigée. Donc, vous imaginez que mon point de vue sur Les frères Grimm sera assez critique. 🙂 Je souhaitais traiter ces deux films ensemble, non-seulement pour la débauche visuelle, mais aussi parce qu’ils ont tous les deux pour cadre le monde germanique du XIXe siècle, et que l’on pourrait s’attendre à voir les protagonistes des deux histoires se croiser tant certains éléments se ressemblent.

Pour ma part, ils me posent la question de la modernisation des contes, de leur contextualisation, et surtout du sens… Bien évidemment, tout cela est très subjectif!

Continuer la lecture de SEMAINE THÉMATIQUE « ADAPTATIONS DE CONTES » – Contes au cinéma: faire sens ou divertir?

Deux expositions en une – « Fantastique! » au Petit Palais

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Comme vous le savez, il n’y a pas eu, cette semaine, de chronique livre ou film, pour cause de projet d’écriture prenant et de « besoin de repos » (parce que là, ça urgeait VRAIMENT)… ce qui ne signifie pas que je suis restée inactive (de toutes les façons, j’ai du mal). En effet, j’ai le plaisir de revenir avec une autre exposition, ou plutôt deux expositions qui cette fois-ci m’ont ravie! 🙂 Il s’agit de Fantastique! Kuniyoshi, le démon de l’estampe et Fantastique! L’estampe visionnaire, de Goya à Redon, tenues à Paris, au Petit Palais jusqu’au 17 janvier 2016.

39_c-kun
Estampe fantastique – Source: Petit Palais

À la base, je m’intéressait surtout à l’expo tournant autour du Japon, même si l’autre m’attirait. Hier, après une petite grasse matinée qui m’a fait du bien, je me suis extirpée de l’appartement de mes logeurs pour gagner le Petit Palais. Contre toute attente et malgré le monde présent, j’ai pu faire d’une pierre deux coups.

La première exposition présente les oeuvres de Kuniyoshi (1797-1861), artiste japonais de la période Edo, dont même Claude Monet possédait des oeuvres dans sa collection d’estampes à l’époque où le « japonisme » avait séduit les classes cultivées et de nombreux artistes français. Ainsi, les pièces présentées au Petit Palais, prêtées par le Japon et par d’autres institutions françaises, sont aussi fascinantes que remarquable.

Continuer la lecture de Deux expositions en une – « Fantastique! » au Petit Palais

Pari risqué avec le Diable – « Faust » de Goethe

« Dans un tel esprit tu peux te hasarder : engage-toi ; tu verras ces jours-ci tout ce que mon art peut procurer de plaisir ; je te donnerai ce qu’aucun homme n’a pu même encore entrevoir. »
Mephistopheles, in: Goethe, Faust

 Très chers lecteurs,

J’ai l’honneur de vous présenter un très grand classique de la littérature et du théâtre… Faust de Goethe. De par son sujet qui touche aux forces occultes et au surnaturel, j’ai songé que le grand classique de Johann Wolfgang von Goethe était un choix pertinent pour la chronique lecture de ce blog. Le grand auteur allemand n’est pas l’inventeur du mythe de Faust, puisqu’il était présent dans la culture populaire germanique… En effet, la « légende » s’inspire d’un personnage réel, le docteur Johan Georg Faust, un alchimiste, magicien et astrologue allemand ayant vécu au XVIe siècle. Il serait mort dans une explosion, alors qu’il menait une expérience alchimique dans une auberge. D’après les rumeurs, ce monsieur aurait pactisé avec des forces démoniaques…

Sa légende a été popularisée en Europe par le dramaturge anglais Christopher Marlowe à la fin du XVIe siècle,dans La Tragique Histoire du docteur Faust. Cette oeuvre sera bientôt détrônée, dans la première moitié du XIXe siècle, par celle de Goethe, un Faust écrit en deux temps, dont le livre que je vais vous présenter ne constitue que la première partie, nettement distincte de la seconde et qui à elle seule est un chef d’oeuvre. J’ai eu la chance de la découvrir en fac d’allemand et de la lire dans le texte, mais je vous indiquerai en fin d’article une très bonne édition en français.

  • L’histoire
Couverture d’une édition de poche spéciale (un joli petit livre relié en cuir rouge), en langue allemande

Dans une ville universitaire allemande du XVIe siècle, Heinrich Faust est un érudit admiré de tous, loué pour son savoir (théologie, droit, médecine, philosophie) et sa sagesse. Mais le grand savant s’ennuie. Il a tant étudié, mais a l’impression de ne rien savoir, et d’être passé à côté de la « vraie vie » pour rien… Dans son sombre cabinet, il s’adonne, mélancolique, à l’alchimie et invoque des esprits bienfaisants, sans que cela lui apporte des réponses satisfaisantes…

Survient alors Mephistopheles, envoyé du Diable ou diable lui-même, qui lui fait une offre alléchante: à savoir d’obtenir tout ce qu’il désire, accomplir des prouesses, et ce grâce au pouvoir de son esprit maléfique. Là où les résumés se trompent, c’est qu’il décrivent cet épisode comme un pacte avec le Diable, alors qu’il s’agit en fait d’un pari entre Mephistopheles et Faust, où le démon doit convaincre le savant de conclure ce fameux pacte avec lui. Tout au long de l’histoire, « Mephisto » de son petit surnom entraîne son improbable compagnon dans des aventures rocambolesques tour à tour drôles – l’envol sur un tonneau depuis une auberge, rencontre avec la sorcière – ou sombre – le sabbat des sorcières pour la nuit de Sainte Walburge, au cours duquel Faust a une vision terrifiante – pour le convaincre de son pouvoir et des possibilités qui s’offrent à lui. C’est ainsi que l’esprit démoniaque rend à Faust sa jeunesse. Le savant croise alors la route de la très belle et innocente Margarete… entrainant la jeune fille dans une profonde déchéance.

Voici l’une des très, très rares lectures imposées que j’aie vraiment aimée durant mes années d’études, et l’une des rares pièces de théâtre que j’aie aimé lire. D’autant plus qu’en allemand, les mots d’esprit et la poésie de Goethe sont un réel délice. J’ai beaucoup aimé cette ambiance sombre et surnaturelle, vaguement gothique. Je m’imaginais dans une de ces villes germaniques aux rues sombres et tortueuses bordées de maisons à colombages, dans cette atmosphère propice aux légendes et aux contes qui ont bercé notre enfance. Avec en prime un Faust barbu dans une longue tunique d’érudit, et un diable, ma foi…

  • Un diable tentateur et séducteur
Mephisto001
Mephistopheles, séducteur, tel que j’aime à le représenter

Que dire si ce n’est que j’ai eu l’un de mes coups de foudre littéraire avec Mephistopheles? Car s’il est un personnage qui met de l’ambiance dans la morne existence d’Heinrich Faust, c’est bien LUI.

Ce qui est amusant, c’est de voir que Faust lui-même est l’objet d’un pari entre Dieu et le diable. En effet, le prologue, sorte de pendant au Livre de Job dans la Bible met en scène Dieu et les anges au Paradis. Dieu loue la sagesse et la bonté d’Heinrich Faust, l’un de ses plus honorables serviteurs. Survient alors notre ami Mephistopheles qui tel « le Satan » de l’Ancien Testament, déclare que si Faust honore tant le Seigneur, c’est parce qu’il n’a jamais été tenté, et fait le pari de le séduire. Le Seigneur le laisse repartir, lui disant qu’un homme égaré, lorsqu’il est vraiment bon, reste conscient de s’être engagé sur le mauvais chemin. Mais Mephisto va tout mettre en oeuvre pour égarer Faust.

Ce personnage est une création littéraire PASSIONNANTE, beaucoup moins simpliste et plus complexe que les nombreuses représentations du Diable et des démons en cours dans la culture populaire. On les dépeint laids et grotesques, plus ridicules que terrifiants face à la grandeur de Dieu et de ses anges. Là, c’est tout le contraire. Mephistopheles est tout sauf ridicule. Il peut changer d’apparence comme il le désire, jusqu’à celle d’un homme bien de sa personne pour occuper Martha, la nourrice de Margarete quand celle-ci a une entrevue avec Faust. Il est fin, a le sens de l’humour et de la formule, joue des tours à tout le monde, pour le plus grand amusement des lecteurs… qui se laisseraient bien tenter par un tel démon.

C’est là toute l’habileté de Goethe. Il rend crédible cette séduction du Diable, en en faisant un être totalement irrésistible, que TOUS veulent suivre. Il exerce, hormis sur la très innocente Maragarete qui éprouve à sa vue une répulsion qu’elle ne s’explique pas, un attrait puissant. Et lui, ce démon, est très attiré par la beauté et l’innocence de Margarete, n’hésitant pas à provoquer Faust à ce sujet – j’ai souvenir d’une scène où il lui propose de prendre le relai avec la jeune dame si Faust ne va pas la voir en vitesse. En ce sens, j’irai jusqu’à dire, même si je m’avance, qu’il joue un rôle positif, puisqu’il encourage Faust à vivre une vie d’homme et à ne pas rester cloîtré dans sa salle d’étude, et lui fait prendre conscience de la profondeur de ses sentiments envers Margarete.

Goethe nous livre donc, avec ce diable somme toute plaisant qui pousse un homme à se dépasser et à prendre ce qu’il veut dans la vie, une vision intéressante de ce processus de séduction par le Diable. Mais nous aurions tort de ne voir en Faust qu’un pauvre homme frustré, et une victime passive du Malin…

  • Conclusion: le choix du « Mal »
41Y4ENSVB5L
Couverture – Source: Amazon.fr

Car s’il est une chose sur laquelle l’histoire met l’accent, c’est le libre-arbitre. Dès le début, le Seigneur prévient Mephistopheles que l’homme bon est conscient de s’engager sur la mauvaise voie. Et pourtant, Faust a le choix, dès le début. Ceci est symbolisé dans les premières rencontres entre les deux protagonistes. Quand Mephistopheles frappe à la porte de Faust, et lui explique qu’il doit lui dire trois fois d’entrer avant de s’exécuter – c’est donc l’homme qui invite le démon chez lui. Tout comme il a le pouvoir de le retenir: en effet, Faut a inscrit sur son seuil un pentacle pour se protéger du Mal, que Mephistopheles a pu franchir à cause d’un angle mal refermé vers l’extérieur. Mais le démon ne peut le franchir pour ressortir, puisque les angles sont parfaitement dessinés et fermés à l’intérieur de la maison. Faust aurait pu le retenir prisonnier chez lui pour l’empêcher de nuire, il le dit lui-même. Mais il efface finalement le symbole pour laisser partir l’envoyé du Diable. Il va le suivre dans ses pérégrinations, tout d’abord de mauvaise grâce, jusqu’à sa rencontre avec Margarete: c’est, à mon sens, le moment où tout bascule pour l’érudit qui vient de retrouver sa jeunesse. Faust déclare à Mephisto qu’il VEUT cette jeune fille et ORDONNE au démon de tout faire pour qu’il puisse l’avoir. Il trouve finalement une façon d’utiliser « l’art » de Mephisto pour son propre intérêt, pour ses désirs.

Je parlais plus haut du rôle positif de Mephistopheles dans cette histoire… Je réitère en disant que l’intervention de ce démon met en lumière l’hypocrisie de l’homme lui-même, de Faust qui fait la fine bouche mais qui au fond, ne se préoccupera pas des conséquences de ses choix sur celle qu’il désire – jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour elle – quand il ordonnera à Mephistopheles d’user de tous ses artifices afin qu’il possède Maragarete. Il sera lâche envers elle jusqu’à ce que Mephistopheles le provoque. Je n’irai donc pas jusqu’à faire de Faust le héros de la tragédie, l’héroïne tragique étant Margarete elle-même, qui par amour va se compromettre mais qui, malgré sa situation terrible, se refusera jusqu’au bout à l’influence de Mephisto. Je pense d’ailleurs que le démon, qui admet n’avoir aucune prise sur elle, l’admire profondément pour cela… Mais ce n’est que ma lecture à moi, bien sûr! 🙂

J’espère donc, en ce dimanche, vous avoir donné l’envie de découvrir, ou de redécouvrir ce classique magnifique, plein de magie et de noirceur. Passez une bonne fin de weekend! 🙂

Titre: Faust
Auteur: Johann Wolfgang von Goethe
Editions: Folio
Collection: Folio Théâtre
224 p.
Parution: Octobre 1995
Prix: 4,60 €

Blanche Mt.-Cl.