Lecture d’été: Le Sang Des Wolfs, Blanche Montclair

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

C’est promis, après ça, je vous laisse tranquilles tout ce week-end avec Le Sang des Wolf. Mais je souhaitais attendre la fin de la semaine avant de re-blogger cet article!

Car je tiens beaucoup à remercier Sev (encore une fois! 🙂 ), fidèle lectrice de (presque 😉 ) toujours, qui a eu plusieurs fois la gentillesse de dédier des chroniques à mes écrits sur son blog tout entier dédié à la lecture. Son enthousiasme me va encore droit au cœur, d’autant plus que je suis dans une période de gros doute. Surtout quand ça fait plus de deux ans que vous avez un peu peiné à trouver des lecteurs – peut-être du fait de ne pas avoir blogué de suite en français, et de ne pas avoir attendu d’avoir un solide noyau d’abonnés comme ici (merci à tous et à toutes pour votre fidélité! 😉 ).

Comme souvent quand on prend un risque, qu’on s’expose à la critique ou même à l’indifférence, comme c’est le cas maintenant que je poste les chapitres sur Les Mondes de Blanche, d’habitude plus axés sur ce que je lis que sur ce que j’écris, quand certaines personnes qui vous connaissent depuis l’adolescence et voient qu’à presque trente ans vous n’avez rien publié vous serinent: « Ton roman, ça marchera jamais, les filles comme toi, ça a pas de chance… » ou « De toutes les façons, tu sais pas te vendre alors ça marchera pas… » Bref, je « flippe ma grand-mère », et ce malgré les gentils commentaires de certains d’entre vous! 🙂 Que voulez-vous, quand on n’est pas de nature zen, on ne se refait pas! 😉

En tout cas, je remercie encore Sev, le plus beau remerciement serait sans doute de publier ce foutu roman pour qu’elle en ait un exemplaire! 🙂 Et je vous encourage à jeter un œil sur son charmant blog car elle dévore tout type de roman.

Et je vous souhaite de vous éclater autant qu’elle à la lecture de ce modeste ouvrage (numérique) qu’est Le Sang des Wolf… que j’espère un jour voir publié, et trônant sur vos bibliothèques! 🙂

Bonne lecture, et bonne découverte!

Excellent week-end à vous tous! 💗

Blanche Mt.-Cl.

La bibliothèque de Sev

CouvertureSWDevantLe Sang Des Wolfs et moi, c’est une histoire qui dure. Je suis fidèle en amitié, et les bouquins sont mes meilleurs amis… vous voyez où je veux en venir!

J’ai déjà publié plusieurs articles consacrés à ce roman, dont je vous mettrai les liens en fin d’article.

Aujourd’hui je voudrais réitérer mon enthousiasme pour cette auteure et son oeuvre, et vous la recommander en lecture d’été.

Il s’agit d’un mix entre romance, policier et un chouïa de surnaturel, sans oublier une dimension historique très présente (l’intrigue se passe de nos jours mais de nombreux flash backs lors de la seconde guerre mondiale nous éclairent sur les évènements du présent).

Je trouve que c’est une super lecture d’été: il y a pas mal de suspense, c’est bien écrit, ça se lit vite et le rythme se tient.

Zoé, l'héroïne française qui étudie en AutricheLe roman était publié originellement sur un site dédié, mais Blanche Montclair, son…

Voir l’article original 164 mots de plus

Ne présentez jamais votre copine à votre maison – Hantée (Christina Lauren)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

81kzUF69FCLTout d’abord, je tiens à m’excuser pour l’absence de chronique cinéma cette semaine, mais ces derniers jours ont été assez épiques. 🙂 À ce niveau-là, je vous en dirai un peu plus dans les jours à venir. 😉 Je m’excuse également du retard avec lequel est paru l’article de « remplacement »: car exceptionnellement, c’est une seconde chronique livre que je vous propose cette semaine.

Avec Hantée de Christina Lauren, on entre dans un registre totalement différent de celui de ma dernière lecture, Metro 2033, chroniqué ce mercredi. Ici, il s’agit d’une romance young adult sur fond de fantastique, qui fait partie du mini book haul du week-end dernier. Et encore une fois, il s’agit pour moi d’une sortie relativement récente, et la chronique sera, je pense, assez brève.

Je vous emmène donc dans une petite ville où se dresse une étrange demeure, abritant des secrets tout aussi bizarres qu’elle…

Continuer la lecture de Ne présentez jamais votre copine à votre maison – Hantée (Christina Lauren)

Du nouveau dans la PAL – Mini Book Haul du Week-end!

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Capture d’écran 2016-05-09 à 11.26.24Je reviens vers vous en ce début de semaine, non pas avec une chronique livre, mais avec un petit « book haul » car j’ai reçu trois nouveaux bouquins cette semaine! 🙂

Pour vous re-situer: ma famille est membre d’un « Club littéraire », mais n’y trouve plus vraiment son compte… tout comme moi. Le choix des livres dans nos genres de prédilection, ainsi que les maquettes de ceux-ci se sont beaucoup appauvris. Aussi, pour ne pas recevoir le livre du mois qui ne les intéressent pas, et connaissant ma pauvre situation du moment, mes parents m’ont-il proposé de me commander des livres avant leur résiliation.

Voici le résultat de cette petite commande reçue ce week-end…

Continuer la lecture de Du nouveau dans la PAL – Mini Book Haul du Week-end!

Conte onirique et surréaliste – La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

21020192_2013092716451197.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Une très belle affiche du film – Source: AlloCiné

Me voici de retour avec la chronique cinéma de la semaine! 🙂 Il y a quelques temps, j’évoquais Peau d’Âne de Jacques Demy, et cela m’a rappelé une autre adaptation de conte, tout aussi française et tout aussi culte. Ainsi j’ai décidé de vous faire redécouvrir un classique qui, je l’espère, vous ravira: La Belle et la Bête, réalisé par Jean Cocteau et sorti en 1946, avec l’irremplaçable Jean Marais.

La Belle et la Bête était un film-phare de la vidéothèque de mes parents quand j’étais toute petite, et je l’ai même vu avant le dessin animé de Disney (une jolie réussite également). Il est très intéressant de voir comment Jean Cocteau a adapté cette histoire intemporelle.

Je vous emmène donc en un endroit où, quand les bêtes reviennent de la chasse et croisent une jeune fille innocente, la honte du sang versé fait fumer leurs mains…

Continuer la lecture de Conte onirique et surréaliste – La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946)

Pour la chronique cinéma du jeudi… TAG Disney! (N.B. Pas que des princesses!)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

2009_1102Eurodisney0020
Château de la Belle au Bois dormant sous la pluie, la tête dans les nuages – Archives personnelles

Une fois n’est pas coutume, je remplace la chronique cinéma du jeudi par un petit tag un peu spécial dédié à… Walt Disney. Il m’a été inspiré par Léa du blog Dégustations littéraires et par Eléonore du Repaire des livres.

Malgré ma désaffection pour les derniers films de Disney et le monde des princesses depuis quelques années, j’ai trouvé ce tag très sympathique dans son principe. Et puis, si nous aimons vraiment le cinéma, nous nous n’avons pas pu passer à côté des films et des dessins animés Disney, dont certains sont considérés comme des chefs d’œuvre, avec une direction artistique impeccable. Ils font aujourd’hui partie de la culture pop, et comme je suis très occupée et que je peinais à trouver un film à chroniquer, j’ai préféré ne pas en prendre un au hasard et le bâcler… J’ai donc opté pour ce petit tag. 🙂

Comme je suis un peu plus âgée que certaines jeunes et pétillantes blogueuses de WordPress et consort, j’ai pensé qu’il serait intéressant de comparer nos réponses, puisque je n’ai peut-être ni les mêmes références, ni les mêmes goûts qu’elles! 🙂 Surtout que dans mon « univers » Disney figurent aussi bien des dessins animés que des films qui ont bercé mon enfance et que je revois toujours avec plaisir. J’ajoute donc ma patte perso à ce tag avec des œuvres véritablement filmées, en plus des dessins animés. 🙂

Vous êtes prêts? Je commence, et c’est aussi l’occasion de nous rappeler que Disney, ce ne sont pas que des histoires de princesses…

Continuer la lecture de Pour la chronique cinéma du jeudi… TAG Disney! (N.B. Pas que des princesses!)

Un vieux coucou de la S.F., kitsch et sombre – Planète interdite (Fred M. Wilcox, 1956)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

290px-Forbiddenplanetposter
Affiche du film – Source: Wikipedia

Comme promis, je vous accorde cette semaine, et même un peu en avance (qui sait si je ne prendrai pas le temps de vous gratifier d’un petit bonus en fin de semaine?), une chronique cinéma, contrairement à la semaine dernière. C’est que je prévois d’avoir pas mal à faire aujourd’hui, surtout qu’encore une fois, je bloque un peu en graphisme 😥 entre autres choses. Enfin, bref…

Pour ceux d’entre vous qui suivent le blog depuis ses débuts, 🙂 vous devez vous souvenir que j’ai chroniqué quelques vieux machins comme L’Âge de Cristal, Le Jour où la Terre prit feu, ou deux oeuvres soviétiques kitschissimes comme je les affectionne, je reviens avec un film de science-fiction assez ancien, un classique du genre: Planète interdite, sorti en 1956.

Je l’ai vu pour la première fois quand j’avais neuf ans, alors que le mardi soir, mes parents me laissaient me coucher plus tard parce que je n’avais pas école le lendemain. Le film m’avait, je m’en souviens, fait assez froid dans le dos à ce moment-là, et m’avait valu quelques cauchemars, alors qu’en général, je n’étais pas très impressionnable. Pour cause: il avait fait travailler à cent à l’heure ma petite imagination! Quand je l’ai revu, une fois adulte, je l’ai perçu autrement.

Je me devais donc de partager ce classique avec vous…

Continuer la lecture de Un vieux coucou de la S.F., kitsch et sombre – Planète interdite (Fred M. Wilcox, 1956)

Amour sur fond d’apocalypse – « Le Diable l’Emporte » (R. Barjavel)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

610obLWAwaL
Couverture – Source: Amazon.fr

Tout d’abord, je tiens à vous adresser un grand merci à tous, car aucun mois, depuis la création de ce blog en janvier, n’a aussi bien démarré que celui-ci. Ça commence très fort, les vues augmentent, et vos petits likes et commentaires, un peu plus nombreux, me font toujours immensément plaisir. Donc, encore merci pour ces échanges et cet intérêt pour mon travail… car mine de rien, c’est du boulot! 🙂

Je reviens avec un peu de retard cette semaine pour vous parler d’un auteur qui a bercé mes années d’adolescente et de jeune adulte… j’ai nommé René Barjavel. Si la plupart de mes camarades qui en ont lu ne juraient que par Ravage ou La Nuit des Temps (que j’aime également beaucoup), j’ai tendance à choisir  Le Diable l’Emporte comme référence.

Si j’avais découvert l’oeuvre de Barjavel quelques années avant avec La Nuit des Temps, une sorte d’investigation archéologique de science-fiction teintée d’amour et d’érotisme (facteur qui avait décidé certains gars de ma connaissance à lire du Barjavel), mes parents m’ont offert un imposant volume regroupant plusieurs romans. Ce qui m’a permis, un été, de faire plus ample connaissance avec les autres récits de l’auteur, et de découvrir Le Diable l’Emporte.

Paru en 1948, il préfigure déjà les thèmes abordés dans ses histoires futures…

Continuer la lecture de Amour sur fond d’apocalypse – « Le Diable l’Emporte » (R. Barjavel)