Ombres Chinoises – Fantaisie ésotérique – 2003-2004

Voici le « chef-oeuvre » de ma dernière année de lycée.

Archive006
Ombres Chinoises – Fantaisie

Je l’ai réalisé petit à petit, pas à pas, durant mes cours de philosophie du jeudi matin… Le fait est que je m’ennuyais à mourir face à un prof que j’aimais à qualifier de « gland ». La vérité est que je m’attendais à un cours intellectuellement très stimulant qui s’est résumé à recracher la pensée de quelques vieux barbus grecs qui chient du marbre. J’ai donc concocté ce petit pot-pourri de différents thèmes qui m’intéressaient, sur la feuille blanche qui servait de page de garde à mon trieur.

J’avais divisé la feuille en plusieurs espaces, histoire de me facilité le travail. Evidemment, l’encre est passée à certains endroits, puisque j’utilisais des stylos et des cartouches de marques assez différentes les unes des autres. Voici ce qu’il en ressort:

1) Panneau du haut: des représentations de différentes religions du monde – dont à gauche un Jésus-Christ qui a tout d’un baba cool.

2) Panneau central: encore ce cortège impressionnant de personnages aux costumes chamarrés issus du récit de science fiction déjà mentionné dans des posts précédents.

3) Panneau du bas: un petit délire de mythologie égyptienne.

4) Bande du bas: motif ornemental représentant des adorateurs.

Mon prof de philo m’a plusieurs fois prise en flagrant délit, mais je pense qu’il n’en avait pas grand chose à faire… Enfin, ça fait passer le temps! 🙂 Et j’ai quand même eu 16 à l’épreuve de philo du bac, mine de rien!

Blanche Mt.-Cl.

Publicités

Ombres Chinoises bleues – Mythologie – 2003

Me voici de retour avec des ombres chinoises à l’encre bleue, dont les thèmes oscillent entre Egypte ancienne et mythologie grecque. Il s’agit d’une petite fantaisie au stylo-plume faite à l’arrière d’un polycopié de cours (d’allemand, encore, je présume), histoire de travailler des motifs complexes tels que des tenues antiques élaborées. Je voulais travailler les drapés et les bijoux, et m’amuser à « ré-interpréter » certaines créatures fantastiques.

Sphinx 0001Signé
Ombres chinoises – Mythologie

J’ai choisi le Sphinx, version grecque (corps de lion, ailes d’aigles, buste et visage de femme) et égyptienne (corps de lion et visage humain).

Blanche Mt.-Cl.

Ombres Chinoises sur Fond Jaune – Science Fiction égyptienne – 2002

Archive005
Ombres chinoises – 2002

À l’époque de ce dessin, j’étais encore férue d’exotisme et d’Egypte antique. Et encore marquée par un séjour avec mes parents en Mauritanie, où j’ai passé quelques jours dans le désert, chez l’habitant. Le VRAI DÉSERT, le SAHARA. Avec des dunes à perte de vue et tellement de poussière dans l’air que le ciel n’est jamais bleu et qu’on ne voit du soleil qu’un disque blanc PARFAIT.

Je tiens beaucoup à ce dessin, d’abord une simple occupation des mains pendant mes cours d’allemand (c’est à se demander comment j’ai réussi à avoir d’aussi bonnes notes…). En effet, le carton jaune qui m’a servi de support n’est autre qu’un intercalaire de mon classeur, et la technique n’est autre que la plume – plus précisément, mon stylo plume bleu!

Continuer la lecture de Ombres Chinoises sur Fond Jaune – Science Fiction égyptienne – 2002

Ombres Chinoises – Science-Fiction égyptienne – 2001

Archive001
Ombres chinoises – 2001

Voici un autre « trésor » de mes archives personnelles: il s’agit d’un morceau de couverture de cahier. Un cahier tout simple, dans lequel j’écrivais ce qui était pour moi un passionnant récit de science-fiction se situant dans une Egypte futuriste qui connaissait un renouveau de la culture pharaonique. Je commençais à glisser de l’historique vers les mondes de l’imaginaire, et l’univers de Stargate n’y était pas pour rien.

J’avais également vu le dessin animé entièrement réalisé en ombres chinoises Princes et Princesses, dont l’esthétique soignée m’avait séduite à l’époque. Et oui, une grande fille comme moi qui goûte encore la qualité artistique des dessins animés! 🙂

J’aimais bien griffonner à l’intérieur de mes cahiers, histoire de remplir les vides. Aussi ai-je commencé à m’y atteler avec un stylo-feutre noir, tout ce qu’il y a de plus banal, et j’ai laissé mon imagination vagabonder dans mes propres récits pour produire cet agréable fouillis tout en arabesques et motifs tarabiscotés. On peut y reconnaître des silhouettes inspirées des fresques égyptiennes, portant coiffes ou perruques, ainsi que les noms des personnages, calligraphiés.

C’était le premier essai parmi tant d’autres, comme vous pourrez le constater par la suite sur ce blog.

Blanche Mt.-Cl.