Une voie particulière – Le Japon: Des samouraïs à Fukushima (coll.)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Je reviens ce week-end avec une brève chronique qui, je pense, en ravira plus d’un d’entre vous sur la blogosphère. Comme vous l’avez vu récemment avec mon post dédié à ma petite « phase japonaise » de cet été, c’est un lieu qui m’attire (surtout depuis qu’enfant, j’ai fait connaissance avec une étudiante japonaise que mes grand-parents ont accueilli chez eux), de par sa culture, sa cuisine… En fait c’est plus le côté histoire, kimono, sushi et architecture en bois que le manga, le kitsch et la robotique qui m’y attirent! 😉

Bref, j’ai décidé de vous présenter aujourd’hui un petit livre très intéressant dédiée au Japon, à son histoire et à ses particularités, tant en termes de culture, de société que de politique: Le Japon: des Samouraïs à Fukushima. À dire vrai, il n’est pas question de Fukushima dans le livre, mais comme il est à la base sorti à peu près en même temps que la catastrophe de 2011, je pense que le titre a dû en être changé par effet de mode. Je vous emmène donc à travers les pages d’un petit livre qui a beaucoup, beaucoup éveillé mon intérêt…

Continuer la lecture de Une voie particulière – Le Japon: Des samouraïs à Fukushima (coll.)

Publicités

Bienvenue dans « mes Mondes » littéraires avec ma « PAL hivernale »…

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

img_20161212_130204
Une partie de mon « auguste PAL »

Je reviens avec un post un peu particulier. Je souhaitais programmer ça en fin d’après-midi, mais certains d’entre vous seront peut-être en plein boom pour préparer leurs vacances, ou aller chercher à l’école votre progéniture excitée par la perspective des vacances et de Noël.

Pour ma part, c’est très spécial car, comme le dirait la chanson, c’est « la toute, toute première fois » que je vais vous présenter… l’imposante, la TERRIFIANTE… Pile À Lire. Héhé! 🙂 Je vous rassure, elle n’est pas, par manque de temps pour lire et l’obligation d’être raisonnable quant à mes achats, aussi impressionnante que certaines des vôtres. Mais en attendant, elle me suffit amplement!

Alors, alors… Installez-vous bien confortablement avec une boisson chaude et des petits biscuits en « mode Hobbit » pour votre « collation de onze heures », et embarquez pour un petit voyage dans mes univers littéraires… 🙂

Continuer la lecture de Bienvenue dans « mes Mondes » littéraires avec ma « PAL hivernale »…

Les Mondes de Blanche – Petites Acquisitions en Attendant Noël et État des Lieux…

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Les petites chroniques ou tops consacrés aux films de Noël n’ont malheureusement pas été écrites! 😦

Il se trouve que mes premiers jours de vacances n’ont pas été de tout repos, et je suis épuisée! J’ai été plus accaparée que prévu, notamment pour aider ma mère à préparer les Fêtes, et aussi parce que j’ai profité de la journée d’aujourd’hui pour rejoindre mon frère à Paris pour un repas dans un petit restaurant auvergnat de la capitale, et pour une promenade sur le marché de Noël de la Défense où nous n’avions pas mis les pieds depuis plusieurs années. Mon emploi du temps ne m’ayant pas permis de faire d’arpenter la galerie des Quatre Temps récemment, j’ai également voulu jeter un oeil, et j’ai découvert avec stupeur une boutique Moleskine. 🙂 Comme vous vous en doutez, je n’ai pas résisté à l’envie d’y entrer…

Continuer la lecture de Les Mondes de Blanche – Petites Acquisitions en Attendant Noël et État des Lieux…

Deux expositions en une – « Fantastique! » au Petit Palais

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Comme vous le savez, il n’y a pas eu, cette semaine, de chronique livre ou film, pour cause de projet d’écriture prenant et de « besoin de repos » (parce que là, ça urgeait VRAIMENT)… ce qui ne signifie pas que je suis restée inactive (de toutes les façons, j’ai du mal). En effet, j’ai le plaisir de revenir avec une autre exposition, ou plutôt deux expositions qui cette fois-ci m’ont ravie! 🙂 Il s’agit de Fantastique! Kuniyoshi, le démon de l’estampe et Fantastique! L’estampe visionnaire, de Goya à Redon, tenues à Paris, au Petit Palais jusqu’au 17 janvier 2016.

39_c-kun
Estampe fantastique – Source: Petit Palais

À la base, je m’intéressait surtout à l’expo tournant autour du Japon, même si l’autre m’attirait. Hier, après une petite grasse matinée qui m’a fait du bien, je me suis extirpée de l’appartement de mes logeurs pour gagner le Petit Palais. Contre toute attente et malgré le monde présent, j’ai pu faire d’une pierre deux coups.

La première exposition présente les oeuvres de Kuniyoshi (1797-1861), artiste japonais de la période Edo, dont même Claude Monet possédait des oeuvres dans sa collection d’estampes à l’époque où le « japonisme » avait séduit les classes cultivées et de nombreux artistes français. Ainsi, les pièces présentées au Petit Palais, prêtées par le Japon et par d’autres institutions françaises, sont aussi fascinantes que remarquable.

Continuer la lecture de Deux expositions en une – « Fantastique! » au Petit Palais

Petites prévisions pour les chroniques lectures…

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Tout d’abord, je tiens à m’excuser de l’irrégularité de mes publications ces deux derniers mois, car j’ai eu un brusque changement de vie, et entre mon stage sur Paris, mes week-ends très cours en province, mon cerveau sur-sollicité, et mes doutes quant à la poursuite sur la voie du graphisme et de l’écriture, j’ai quelque peu souffert du syndrome de la page blanche.

IMG_20150808_113551
En arrière-plan, livres déjà lus… et au premier plan, la PAL. J’avais dit que j’allais me tenir au niveau de l’achat des livres!

Qu’à cela ne tienne! Me revoici sur ce blog avec, à défaut d’une réelle chronique ou d’une création de mon cru, quelques nouvelles et quelques mises en bouche qui vont m’obliger à me bouger quelque peu les fesses pour faire vivre au moins la rubrique Littérature de ce site. En effet, si je vous mets l’eau à la bouche, je me sentirai obligée, au moins par orgueil, de vous gratifier de quelques critiques lectures! Comme je le disais, ma vie a été mouvementée, et j’ai beaucoup lu en pointillés ces derniers temps. J’ai même lâché la lecture de Druide (je comptais là-dessus pour me remettre doucement à la fantasy, et même si l’histoire n’est pas mal, ma foi, je suis un peu rebutée par le style d’écriture) pour me concentrer sur des revues ou des ouvrages consacrés aux logiciels de graphisme.

Comme vous pouvez le constater, certains de mes ouvrages n’ont rien à voir avec la littérature de l’imaginaire ou avec le graphisme (car dans une autre vie, je fus historienne et publiai même deux-trois papiers sous mon vrai nom, et je m’intéresse encore beaucoup à l’histoire) et ne figureront pas sur ce blog consacré avant tout à la SFFF. Donc, exit les civilisations disparues, les livres sur Moscou et la Russie, ou ma marotte du moment, le Japon. Je pourrais exceptionnellement, poster des critiques sur des livres comme celui dédié aux plantes magiques ou à l’occultisme chez les Nazis, puisqu’ils peuvent se prêter aux univers de l’imaginaire. De même, à mon grand regret, l’excellente série manga Monster, thriller sans fantastique, n’y figurera pas non-plus. A moins de créer une rubrique hors-sujet, mais j’ai peur que cela plombe un peu la cohérence de ce blog qui est déjà en lui-même un joyeux fouillis.

Ceci dit, certains ouvrages pourraient vous intéresser…

Cette PAL compte donc: le troisième volume de Spin, Vortex (Charles Robert Wilson), Druide (Olivier Pelu), les cinq volumes du Cycle de Pendragon (Stephen Lowhead), Metropolis (Thea von Harbou, en allemand), Metro 2033 (Dmitri Glukhovsky) ou les deux volumes des Dames du Lac (Marion Zimmer Bradley). Je me suis par ailleurs décidée à attaquer la série des Death Note, puisque je découvre depuis quelques temps et avec enthousiasme l’univers du manga (je n’ai fait hier, qu’une bouchée du premier volume…).

Sinon, j’ai encore dans ma bibliothèque quelques petits chefs d’oeuvres signés Frank Herbert, Bram Stocker, Jules Verne, René Barjavel et autres… et même le premier volume des aventures de Conan le Cimmérien! Au pire, je vous ferai découvrir quelques films sympathiques, entre le grand classique ou le nanar! 🙂

J’en profite également pour vous faire part d’une fonctionnalité récemment découverte sur ce thème de blog… la création de la galerie d’image qui vous permettra non-seulement de mieux apprécier mes créations – ce qui est important quand on aborde les arts visuels – mais aussi de commenter et de partager les images.

 En attendant, je vous souhaite un bon dimanche, et de bons moments lecture!

Blanche Mt.-Cl.

Réconcilier Histoire et Fantastique – Manga « Thermae Romae »

Bien chers lecteurs,

IMG_4030
Ma collection complète de Thermae Romae

Encore une fois, toutes mes excuses pour le peu de créations postées sur ce blog ces temps-ci. Heureusement qu’il reste ce que j’aime à considérer comme mes proto-chroniques… 🙂 Cette semaine, je reste dans le fantastique et l’exotisme. Comme je m’en vais d’ici quelques minutes rejoindre le Parc Expo de Rouen où le Japon est à l’honneur, j’ai choisi de vous présenter la bande dessinée, avec le manga historico-fantastique Thermae Romae, signé Mari Yamazaki. C’est le tout premier manga de ma vie, le tout premier que j’aie lu. J’ai dévoré ses six volumes il y a quelques semaines. Il se classe parmi les mangas seinen – donc en théorie, les mangas pour jeunes adultes de sexe masculin (c’est ce que j’ai pu pêcher comme renseignement, je ne suis pas du tout une spécialiste du manga, et je n’étais pas très attirée par ce type de lecture jusqu’à récemment…).

De quoi s’agit-il? Cette bande dessinée nous amène dans la Rome du IIe siècle après J.C. sous le règne d’Hadrien. On y fait la connaissance du jeune architecte Lucius Modestus, spécialiste des bains, qui se trouve dans une mauvaise passe. Boudé par la profession, il ne s’entend plus non-plus avec son épouse, et cherche de nouvelles idées. Or un jour, alors qu’il se délasse aux thermes avec son ami Marcus, sculpteur, il se plonge sous l’eau chaude avant d’émerger en un lieu inconnu, qu’il va appeler le pays des « visages-plats »… le Japon contemporain. Il y découvre la culture des bains, les habitudes – alimentaires, ludiques… – associées, ainsi que les technologies du monde moderne. A chacun de ses retours à Rome, il en rapporte des idées originales – visière de bain, échoppes de nourriture où l’on sert des plats inspirés de la gastronomie nipponne (d’un coup j’ai une envie de sushi). Ces innovations vont lui apporter la faveur de l’empereur Hadrien lui-même. Mais au cours de ses voyages et de ses rencontres avec les Japonais, il va faire la connaissance de la belle et délicate Satsuki, une jeune universitaire spécialiste de la Rome antique…

Inutile de vous le préciser: c’est un véritable O.V.N.I. une histoire des plus originales qui à mon humble avis, va ravir les fous de fantastique et d’histoire. On y assiste à un véritable choc des cultures, et cette pénétration de la culture japonaise dans les moeurs romaines prête souvent à sourire. On le retrouve dans le parti pris graphique des couvertures qui reproduisent des statues gréco-romaines occupés avec des artéfacts modernes – sèche-cheveux, visière de bain – ou typiquement japonais – comme un yukata. Outre différents sub-plots intéressants (jalousies, rivalités, maladie de l’empereur, divorce de Lucius, affaires de Marcus…), il s’agit d’une jolie romance entre un Romain de l’Ancien temps, pétri de principes moraux strictes qui re-découvre sa capacité à aimer, et une jeune femme qui trouve enfin un homme qu’elle considère comme son égal et qui fera tout pour le retrouver.

IMG_4032
Tranches des différents volumes de Thermae Romae

Les dessins sont fins et détaillés, les décors soignés. J’y ai été particulièrement sensible, car adolescente, j’apprenais le Latin au collège, et j’ai eu l’occasion de visiter Rome, Pompéi et Herculanum – dont les Thermes avec ses mosaïques noires sont remarquablement conservées – avec ma classe de Latin. et le héros Lucius Modestus, ma foi… Grand, gaulé comme un Michel Ange, fin de traits, blond… Il est plutôt canon. Du moins, tout à fait mon type! J’allais émettre une réserve quant à la cible initiale de ce manga – les jeunes hommes – puisqu’étant une femme, j’ai beaucoup apprécié, et pense que bien des jeunes filles et femmes apprécieraient – mais je me demande si culturellement, le personnage de Satsuki n’est pas un fantasme masculin typiquement japonais. En effet, on apprend que cette belle jeune femme, instruite, rompue aux arts traditionnels japonais, très douce, est très courtisée et… toujours vierge. Elle est parfaite car elle n’est pas immature comme une adolescente, mais à encore ce « cadeau » (!) à offrir à celui qu’elle aime. Bien sûr, on ne trouverait pas ce genre de personnages féminins dans des fictions occidentales, car chez nous la virginité tardive est plutôt vue avec suspicion… – vous noterez que le cliché de la vierge tardive rejoint un peu celui de la vieille fille ou de l’intello, souvent soit une niaise de service trop romantique, archaïque et soumise aux hommes, soit une chieuse hyper exigeante aux yeux de laquelle nul homme ne trouve grâce, ou encore une geek moche et binoclarde qui vit chez ses parents. La vieille pucelle, moquée aussi bien par les hommes que par les femmes, c’est tout sauf un fantasme! 🙂

Cela dit, je vous le conseille, car si l’histoire est plaisante et prenante, j’ai re-découvert l’un de mes amours de jeunesse, à savoir la Rome Antique, et ai découvert une infime partie de la fascinante culture nipponne. En bref, c’est peu commun, un véritable petit bijou!

Titre: Thermae Romae (6 vol.)
Auteur: Mari Yamazaki
Editions: Casterman
Parution: Mars 2012
Prix: 7,50 € le volume

N.B.: Les photographies montrées ici proviennent d’une édition différente de celle indiquée dans les références de l’ouvrage, où deux volumes sont assemblés dans un seul et même livre.

Blanche Mt.-Cl.