Avancée du roman « Le Sang des Wolf » – Ode à la persévérance et appel à l’action!

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche et nouveaux abonnés,

Comme toutes les semaines depuis quelques, je reviens sur la progression de mon roman Le Sang des Wolf sur le blog dédié. J’invite donc les nouveaux lecteurs amateurs de thriller, polar, romance, humour, secrets de famille et même « bromance » (oui, j’aime bien mélanger les genres car une romance ou du surnaturel seul, j’aurais trouvé ça trop plat, j’adore les histoires riches et fouillées!) à faire un tour sur ce petit blog qui m’occupe aussi beaucoup…

Maintenant, que dire?

SW35001L’histoire tire à sa fin, avec des héros sous tension. Mais ce coup-ci, je ne peux, avec ce final approchant, être trop bavarde en ce qui concerne les nouveaux chapitres de la semaine! Nous retrouvons donc Zoé, Lukas, Jan, Markus et le très sombre Wolfsrat pendant une soirée sous tension dans les chapitres suivants, et nous vivons l’ultime flashback du journal d’après-Guerre de Terwull l’Ancien:

Continuer la lecture de Avancée du roman « Le Sang des Wolf » – Ode à la persévérance et appel à l’action!

Publicités

Avancée de mes écrits – « Le Sang des Wolf » – Personnages à bout de nerfs!

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Nouveaux Wolf-Addicts,

Me voici de retour! Je tiens d’abord à dire un grand merci aux deux nouveaux abonnés de la semaine: vous me faites immensément plaisir et je suis ravie de votre intérêt pour ce blog! J’espère que le contenu vous apportera distraction, plaisir et jolies découvertes. Et comme les abonnés déjà plus anciens, j’espère aussi vous faire découvrir une autre facette de ma « plume » avec chaque semaine la synthèse des avancées sur le blog de mon roman Le Sang des Wolf qui mêle polar et fantastique, ainsi qu’un peu d’humour, d’émotion, de noirceur et de romance. Intrigués? 😉 Voici ce que nous disent les chapitres de cette semaine…

  • Un avant-goût du prochain flashback...
    Un avant-goût du prochain flashback…

    ACTE III – Chapitre XXIX – 3ème Partie: Enfin la fin de ce chapitre sanglant, où nous retrouvons l’un de nos héros particulièrement malmené, aussi bien physiquement qu’émotionnellement, et qui va devoir se résoudre à accepter de l’aide.

  • ACTE III – Chapitre XXX – 1ère Partie: Petit bilan de l’inspecteur Terwull et de Wolfgang Wagner auprès de la commissaire – très remontée – et retrouvailles avec notre héroïne Zoé, de plus en plus troublée et renfermée, saisie d’une inquiétude qu’elle ne comprend pas, malgré le joyeux babillage de son amie Tristana. Aurait-elle senti que quelqu’un a besoin de son aide?

Exceptionnellement, il n’y a eu que deux publications cette semaine, dues au fait que… En pleine reconversion professionnelle, j’ai vu un stage se prolonger, avec de gros projets pour la fin d’année qui approche, et un autre très prenant, plus ou moins hors du contexte bureau. Mais ne vous en faites pas, je m’organise et tout reviendra bientôt à la normale. (Enfin, « la normale », me concernant… C’est un peu exagéré!) 😉

De même pour Les Mondes de Blanche, j’ai peur que mes chroniques soient pour le moins « express », aussi j’essaie de retrouver dans ma biblio- et DVDthèque des choses sympathiques sur lesquelles il n’est pas besoin de trop disserter, et pour lesquelles je pourrais vous offrir un contenu de qualité! (D’ailleurs une petite idée m’est venue, là maintenant, de suite…)

Ce lundi, nous retrouverons Markus Finsterwald, prêt à tout pour plaider la cause de son fils auprès du Wolfsrat, un nouveau flashback dans le Vienne d’après-guerre alors que Terwull l’Ancien tente d’en apprendre plus sur le docteur Wolf et surtout sur son si beau et fragile fils Siegfried parti prématurément. Et nous entamerons un chapitre qui verra les retrouvailles de deux protagonistes particulièrement appréciés…

Je vous laisse donc vous pourlécher les babines avec cette petite illustration au crayon, et j’invite mes nouveaux lecteurs à se reporter au résumé du roman et, pour une lecture plus simple et fluide (je vous accorde que le format blog n’est pas évident), à la table des matières. N’hésitez pas à faire vivre ce blog de vos commentaires, et à le faire connaître autour de vous!

Je vous souhaite un excellent week-end à tous et je vous retrouve bientôt avec des nouvelles chroniques, et croisons les doigts, pour un dessin!

Blanche Mt.-Cl.

L’un de mes livres favoris – « 20,000 Lieues sous les mers » (Jules Verne)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Très inspirée par le sommaire d’octobre du blog littéraire À Livre ouvert, je me suis souvenu d’un livre auquel je souhaitais depuis longtemps consacrer l’une de mes chroniques littéraires. Vaguement geek et follement curieuse de science-fiction à l’ancienne, j’ai grandi avec les adaptations ciné et télé de Jules Verne, et adolescente, j’ai  commencé à en lire un chaque été pour les collectionner. Bon, 🙂 depuis un mémoire sur les « robinsonnades » (avec L’École des Robinson, et L’Oncle Robinson comme exemples) il y a cinq ans, j’ai un peu suspendu cette tradition. 🙂 Les noms du Nautilus et du capitaine Nemo me faisaient rêver…

Vous avez deviné? Eh oui, je vais écrire sur un livre que vous avez probablement déjà lu, ou dont vous connaissez déjà l’histoire: 20,000 Lieues sous les mers, l’un de mes romans favoris… Rédigé par l’un des « pères » de la science fiction française, Jules Verne (1828-1905), il mélange aventure pure, technologie et science. Tout d’abord publié par épisode dans la presse entre 1869 et 1870, la première édition illustrée est parue en 1871… Et ce sont ces mêmes illustrations gravées ont été reprise dans une somptueuse collection de poche éditée chez Le Livre de Poche.

Mais trêve de circumvolutions et entrons dans le « vif » du sujet…

NB: Cet article comprendra, outre des photos de mon livre, ainsi que des illustrations faites de ma main pour une critique du roman que j’avais écrite en Angleterre.

Continuer la lecture de L’un de mes livres favoris – « 20,000 Lieues sous les mers » (Jules Verne)

Le classique parmi les classiques – « Dracula » (Bram Stocker)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Nouveaux venus sur le blog,

Me voici de retour pour une chronique littérature dédiée à un véritable monument de la littérature fantastique, un classique. Après Le Portrait de Dorian Gray du brillant Oscar Wilde et les Histoires Extraordinaires du tourmenté Edgar Poe, laissez-moi vous présenter l’oeuvre qui popularisa le mythe du vampire: Dracula, de Bram Stocker (1897), maintes fois adapté sur grand écran depuis l’invention du cinéma. On en a vu des versions de plus ou moins bonne facture (personnellement, je ne trouve pas que le Nosferatu de Werner Herzog mérite les louanges qu’on en a faites, car l’histoire n’a ni queue ni tête et tout y sonne creux… d’autant plus que les libertés prises avec l’histoire originale font vraiment mal! Ce n’est que mon avis!), axées sur la poursuite du monstre, sur l’érotisme ou la romance.

Mais comme depuis quelques années, entre Anne Rice et Stephenie Meyer – et autres joyeusetés, les vampires semblent avoir le vent en poupe, il me paraissait intéressant de revenir sur cet ouvrage qui a marqué des générations.

  • L’histoire

Vers la fin du XIXe siècle, le jeune Jonathan Harker, clerc de notaire, quitte son bureau en Angleterre pour s’enfoncer au fin fond de l’Europe de l’Est, dans des contrées sombres et sauvages où l’on entend les loups hurler et dont les habitants semblent effrayés par quelque force obscure. Son but: se rendre au chateau du compte Dracula, pour signer la vente d’une vieille demeure sur le domaine de Carfax. D’abord fasciné, Jonathan est peu à peu inquiété par le propriétaire des lieux qui, il en a l’impression, le retient prisonnier. Livré à lui-même dans cette immense demeure, il y fait de sombres découvertes qui dépassent son entendement, alors que le comte se prépare pour un voyage vers l’Angleterre…

Pendant ce temps, en Angleterre, sa fiancée Wilhelmina dite Mina Murray, institutrice, tente de mener une vie sereine et insouciante, auprès de sa riche amie Lucy Westenra, la coqueluche de tous les hommes qui l’entourent – en particulier son fiancé lord Goldaming, le Texan Quincey P. Morris et un amoureux malheureux, le docteur John Seward qui dirige un asile d’aliénés. L’intelligente Mina se fait du souci pour son fiancé dont elle n’a plus de nouvelles, d’étranges événements suivent l’arrivée du navire Demeter en Angleterre. La belle Lucy tombe gravement malade, tandis que l’un des patients de Seward, Monsieur Renfield, montre de plus en plus de signes d’agitation – il annonce la venue d’un maître, d’un comte qu’il adore et qu’il faut craindre. Désespéré par l’état et déconcerté par les symptômes de celle qu’il aime, John Seward fait appel à un confrère renommé, le Docteur Abraham Van Helsing. Celui-ci, hargneux et déterminé à se battre contre les forces du mal, découvre qu’en Lucy s’opère une étrange transformation qui fait d’elle une créature abominable, du fait du légendaire comte Dracula: un vampire. Pour mettre fin aux agissements dangereux de la jeune femme, Van Helsing, Seward, Goldaming et Quincey se voient obligés de l’éliminer.

Commence alors une lutte sans merci contre Dracula, à travers l’Angleterre et l’Europe, dont Van Helsing, Seward, Quincey, Goldaming, Jonathan Harker revenu de son « exil » en Translyvanie, et Mina qu’il épouse à son retour et qui est pistée par le vampire, sont les principaux acteurs. Continuer la lecture de Le classique parmi les classiques – « Dracula » (Bram Stocker)

Petite Action « littéraire » de la Rentrée: Devenez un #WolfAddict !

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Comme j’aime à le rappeler régulièrement sur ce blog, je ne suis pas seulement fan d’histoires à lire, mais aussi férue d’écriture et j’ai, dans le cadre d’un concours de lecture, écrit mon premier roman. Il n’a pas été retenu, mais cela m’a permis de retravailler ce texte – dont, prise par le temps, j’avais un peu bâclé la fin… Cela a donc donné lieu à une histoire mixant les genres entre le polar et le young adult (je pense que de très jeunes adultes pourraient en effet s’y reconnaître), entre le thriller et le surnaturel,  entre l’humour et la romance – et même la « bromance »… Le Sang des Wolf. Il s’agit du premier volume d’une trilogie se déroulant à Vienne, de nos jours, alors que sont commis des meurtres atroces et qu’une famille puissante craint pour ses secrets…

SW26001
Lukas, l’un des jeunes héros du « Sang des Wolf »…

En attendant de trouver un éditeur, je le publie chapitre par chapitre sur un site dédié, Le Sang des Wolf, à raison d’un post tous les deux jours – le texte a été préalablement protégé. Les deux premiers actes du roman sont déjà publiés sur le site, et l’Acte III a débuté cette semaine. Comme je sais qu’il n’est pas évident de lire sur écran, j’ai ponctué ce texte de quelques illustrations de ma main, ce qui étoffe quelque peu l’univers de l’histoire et vous familiarise avec le minois des principaux personnages.

Je suis à la recherche de nouveaux lecteurs et je pense qu’avec l’automne approchant, nous sommes dans les meilleures conditions pour apprécier l’ambiance si particulière de cette histoire. En effet, les températures rafraîchissent, et dans les publications de la semaine prochaines, vous pourrez voir les premières neiges saupoudrer la capitale autrichienne… Vous êtes donc invités, si vous le souhaitez, à vous abonner au Sang des Wolf et à reprendre sa lecture dès le début, si le coeur vous en dit.

Continuer la lecture de Petite Action « littéraire » de la Rentrée: Devenez un #WolfAddict !

Petites prévisions pour les chroniques lectures…

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Tout d’abord, je tiens à m’excuser de l’irrégularité de mes publications ces deux derniers mois, car j’ai eu un brusque changement de vie, et entre mon stage sur Paris, mes week-ends très cours en province, mon cerveau sur-sollicité, et mes doutes quant à la poursuite sur la voie du graphisme et de l’écriture, j’ai quelque peu souffert du syndrome de la page blanche.

IMG_20150808_113551
En arrière-plan, livres déjà lus… et au premier plan, la PAL. J’avais dit que j’allais me tenir au niveau de l’achat des livres!

Qu’à cela ne tienne! Me revoici sur ce blog avec, à défaut d’une réelle chronique ou d’une création de mon cru, quelques nouvelles et quelques mises en bouche qui vont m’obliger à me bouger quelque peu les fesses pour faire vivre au moins la rubrique Littérature de ce site. En effet, si je vous mets l’eau à la bouche, je me sentirai obligée, au moins par orgueil, de vous gratifier de quelques critiques lectures! Comme je le disais, ma vie a été mouvementée, et j’ai beaucoup lu en pointillés ces derniers temps. J’ai même lâché la lecture de Druide (je comptais là-dessus pour me remettre doucement à la fantasy, et même si l’histoire n’est pas mal, ma foi, je suis un peu rebutée par le style d’écriture) pour me concentrer sur des revues ou des ouvrages consacrés aux logiciels de graphisme.

Comme vous pouvez le constater, certains de mes ouvrages n’ont rien à voir avec la littérature de l’imaginaire ou avec le graphisme (car dans une autre vie, je fus historienne et publiai même deux-trois papiers sous mon vrai nom, et je m’intéresse encore beaucoup à l’histoire) et ne figureront pas sur ce blog consacré avant tout à la SFFF. Donc, exit les civilisations disparues, les livres sur Moscou et la Russie, ou ma marotte du moment, le Japon. Je pourrais exceptionnellement, poster des critiques sur des livres comme celui dédié aux plantes magiques ou à l’occultisme chez les Nazis, puisqu’ils peuvent se prêter aux univers de l’imaginaire. De même, à mon grand regret, l’excellente série manga Monster, thriller sans fantastique, n’y figurera pas non-plus. A moins de créer une rubrique hors-sujet, mais j’ai peur que cela plombe un peu la cohérence de ce blog qui est déjà en lui-même un joyeux fouillis.

Ceci dit, certains ouvrages pourraient vous intéresser…

Cette PAL compte donc: le troisième volume de Spin, Vortex (Charles Robert Wilson), Druide (Olivier Pelu), les cinq volumes du Cycle de Pendragon (Stephen Lowhead), Metropolis (Thea von Harbou, en allemand), Metro 2033 (Dmitri Glukhovsky) ou les deux volumes des Dames du Lac (Marion Zimmer Bradley). Je me suis par ailleurs décidée à attaquer la série des Death Note, puisque je découvre depuis quelques temps et avec enthousiasme l’univers du manga (je n’ai fait hier, qu’une bouchée du premier volume…).

Sinon, j’ai encore dans ma bibliothèque quelques petits chefs d’oeuvres signés Frank Herbert, Bram Stocker, Jules Verne, René Barjavel et autres… et même le premier volume des aventures de Conan le Cimmérien! Au pire, je vous ferai découvrir quelques films sympathiques, entre le grand classique ou le nanar! 🙂

J’en profite également pour vous faire part d’une fonctionnalité récemment découverte sur ce thème de blog… la création de la galerie d’image qui vous permettra non-seulement de mieux apprécier mes créations – ce qui est important quand on aborde les arts visuels – mais aussi de commenter et de partager les images.

 En attendant, je vous souhaite un bon dimanche, et de bons moments lecture!

Blanche Mt.-Cl.

Envie de lecture?… Tentez un suspense surnaturel, « Le Sang des Wolf »!

Très chers lecteur de ce blog, bien le bonjour depuis Paris avec ses températures caniculaires!

Pour certains d’entre vous, les vacances vont ou ont déjà commencé, vous cherchez peut-être des pistes de lecture pour passer le temps! Je profite donc de cet été, et du temps libre qui risque d’aller avec, pour vous présenter un peu… mes propres écrits, et plus particulièrement mon premier roman, Le Sang des Wolf, texte protégé et mis en ligne en accès gratuit sur le blog lesangdeswolf.com. Donc, si vous restez chez vous avec votre ordi ou si vous voyagez avec votre tablette, tous les moyens sont bons pour avoir accès à ce texte, donc un chapitre est publié tous les deux jours (pour ceux qui ne peuvent pas attendre, vous aurez accès à la suite via la table des matières!)

Comme vous vous en doutez, à la lumière des films et livres traités sur ce blog, il s’agit de littérature de l’imaginaire – l’imaginaire regroupant les fameux SFFF (science-fiction, fantastique, fantasy). Vous connaissez sans doute déjà les illustrations que j’ai postées sur ce blog quand je l’ai lancé! À cette occasion, j’avais dit que je présenterais mon « oeuvre »! 🙂 Et après tout, je peux vous montrer une création autre que dessinée, puisque raconter des histoires, c’est aussi créer. Alors, prêts à savoir de quoi il retourne?… Je commence…

  • Le pitch… entre policier, fantastique et « jeune adulte »
SWCH13009
La jolie Zoé, notre héroïne…

Alors qu’on signale la présence de loups dans le Wienerwald, Zoé, une jeune Française insouciante et un brin rêveuse entame une toute nouvelle vie dans la capitale autrichienne. Quant au père de son amie Tristana, l’inspecteur Georg Terwull, il est confronté à une étrange série de meurtres. En effet, les membres des victimes portent des traces de morsures de loups. De plus elles ont littéralement dégorgé de leur sang, suivant un procédé qui échappe complètement aux experts médico-légaux. Lorsqu’un loup saigné de la même manière est retrouvé sur une stèle du cimetière juif de Währing, l’inspecteur comprend qu’une nouvelle phase s’amorce dans cette vague de crimes. Il se rappelle une enquête menée par son grand-père, lui aussi policier dans le Vienne d’après-guerre, sur une affaire étrangement similaire : celui-ci avait découvert dans les ruines du cimetière de Währing, le corps exsangue de Rudolf Wolf, médecin, occultiste et fervent Nazi. C’est ainsi que guidé par le journal de son grand-père, et épaulé par la très nerveuse nerveuse commissaire Huber et Wolfgang Wagner, un consultant très excentrique, Georg Terwull se lance sur la piste des Tueurs aux Loups…

SWCH1001
L’inspecteur Georg Terwull, consultant ses dossiers dans son bureau surchauffé du commissariat…

Terwull n’est cependant pas au bout de ses surprises. Il s’inquiète bientôt pour Tristana, et surtout pour sa comparse Zoé. Celle-ci a un ami proche, Jan, un jeune homme affable au visage d’ange souvent accompagné de son arrogant et lunatique, mais néanmoins très beau cousin, Lukas. Or, le nom de famille des deux jeunes hommes apparaît fréquemment dans le journal du vieux Terwull : leurs aïeuls semblaient très impliqués dans les expériences de Wolf… Les coïncidences s’accumulant contre eux, l’inspecteur tente d’en apprendre plus sur les deux héritiers, au grand dam de sa fille et de Zoé.

Au fur et à mesure de ses découvertes, l’inspecteur Terwull découvre des faits qui dépassent son entendement et les mettent en danger, lui et Wagner, tout comme son grand-père avant eux… Quelles vérités et quels mystères entourant Wolf et ses héritiers cherche-t-on à dissimuler? Car dans l’ombre oeuvre le Wolfsrat, une instance occulte constituée de mystérieux êtres aux yeux phosphorescents. Ses membres n’ont aucun intérêt à des progrès trop rapides de l’enquête … pas plus qu’à un rapprochement de Zoé avec les deux cousins. Car elle pourrait découvrir leurs secrets.

Mais Terwull ignore que la délicate Zoé a elle aussi un secret. Un secret de taille: un soir, alors qu’elle profitait d’une balade dans le parc d’Augarten, elle a rencontré une meute de loups, plus curieuse qu’hostile à son égard. Dès lors, des loups la suivent régulièrement, en plein coeur de Vienne…

  • Mes partis pris
SWCH16009
Le beau et excentrique Wolfgang Wagner, comportementaliste animalier et consultant sur l’affaire des Tueurs aux Loups

Inutile de vous préciser que j’ai pris plaisir à mener à bien ce projet d’écriture. J’avais envie d’écrire un roman fantastique traitant de métamorphose – et je me suis amusée, par une alternance de passages légers entre jeunes, de scènes investigatives et plus mystérieuses, à faire d’abord croire à mes lecteurs à une histoire « à la Twilight » (pas que je sois une inconditionnelle, mais je ne pense pas non-plus que la série mérite d’être décriée comme elle l’a été, tout ça à cause d’une adaptation ciné plus que navrante).

Je voulais aussi planter cette histoire dans un décor plus européen, à savoir le monde germanique, avec ses montagnes et ses vastes forêts pleines de légendes. Ses loups. J’aime le surnaturel et le fantastique, mais je pense qu’il n’a pas besoin d’être spectaculaire, j’aime l’amener doucement, le faire sourdre dans un monde qui nous est familier, que nous connaissons. Mes héros sont jeunes, ont des Smartphones, vont sur Facebook, profitent de la vie et vont en boîte, mais vont se trouver confrontés à des faits étranges. Tout comme l’inspecteur Terwull – et c’est là que je me suis éclatée. Impliquer un inspecteur rationnel dont le job repose sur des faits, à l’irrationnel, suivre ses pensées, ses doutes, m’a fait prendre un pied d’enfer.

JT9001
Oh, un loup…

J’ai également créé une galerie de personnages que je ne voulais pas de simples ombres ou faire-valoir, mais avec une vraie présence, parfois avec des sources d’inspiration inattendues (Lukas en partie inspiré par Arthur dans la série Merlin, la commissaire Huber par Debrah Morgan et LaGuerta dans Dexter). Les jeunes adultes présents, en particulier l’héroïne, Zoé, peu sûre d’elle-même et maladroite, dans ses gestes comme dans ses propos, sont parfois un peu immatures et ont même été, pour certains, profondément blessés par le passé. Ils cherchent leur place et l’affaire à laquelle ils se retrouvent mêlés les rend un peu plus adultes. J’espère en tout cas que vous prendrez plaisir à suivre leurs échanges, que vous aimerez en détester certains.

Autres ancrages dans la réalité: le retour des loups en Europe, et le poids de l’histoire. J’ai été amenée à faire de nombreuses recherches à ce sujet – le nazisme en Autriche, le passage des loups lorsqu’ils remontent vers le Tyrol.

Mais j’ai détaillé tout cela sur le site du roman…

  • Anecdotes d’écriture, narration et musique

J’ai tenu à ce que mes lecteurs puissent comprendre ce à quoi je fais parfois allusion dans le roman – le fait est que j’ai étudié la civilisation germanique à l’université et que certaines choses vont de soi pour moi, mais pas forcément pour les autres. L’histoire de l’Allemagne et de l’Autriche est très riche, ces pays fonctionnent différemment du notre et j’ai tenu à faire un point sur l’Autriche d’après-guerre où évolue le grand-père de Terwull lors des scènes de flashback extraites de son journal. 🙂 Elles sont très importantes car les éléments de l’enquête ancienne font en général écho à celle des temps présents, et agissent un peu comme le choeur de la tragédie grecque, en invitant les lecteurs à se poser les bonnes questions.

SWCH13010
Zoé face à Lukas, aussi beau qu’insupportable

J’y ai joint des  anecdotes sur la création de certains personnages, et comme je travaille en musique, j’ai inséré dans les posts des morceaux – classique, pop, new wave, rock, metal – qui m’ont inspirée lors de l’écriture, histoire de vous mettre dans l’ambiance. Après, libre à vous de les écouter ou non!

  • Si le coeur vous en dit…

Bien des gens pensent qu’écrire, c’est « glander », qu’il suffit de s’asseoir devant son ordi et qu’on passe du bon temps à écrire tout ce qui vous passe par la tête. Mais c’est faux, il faut structurer les idées, l’histoire, ses enjeux, l’intrigue principale et les subplots. Faire face à des pannes d’inspiration, comme quand on se penche sur un travail universitaire. C’est d’autant plus vrai quand on essaie d’opérer un mélange des genre et d’éviter que cela devienne plus un joyeux bordel qu’une histoire cohérente.

J’ai souhaité prendre le risque de la partager avec des lecteurs potentiels qui pourraient apprécier ce genre littéraire et ce style d’histoire. De plus, c’est le tout premier de mes écrits que ma famille a daigné lire. Les mots de mon père: « Je m’attendais à une histoire de loup-garou à la con, mais tu m’a bluffée ». Et en plus, il avait brillamment cerné l’un des personnages principaux, et ce avant tout le monde! Mes amis me soutiennent également, mais je souhaite tout de même élargir mes horizons. J’attends donc avec impatience, si vous êtes tentés de visiter lesangdeswolf.com, vos commentaires et vos retours, pour savoir si cela vaut le coup que je continue d’écrire et de chercher un éditeur. N’hésitez surtout pas à en parler autour de vous si vous connaissez des lecteurs amateurs!

Je vous souhaite en tout cas de vous évader à cette lecture, entre les lumière de Vienne et les ombres du Wienerwald, et de vous rafraichir à l’hiver viennois durant ces jours de chaleurs qui nous attendent!

Bonne nuit à tous!

Blanche Mt.-Cl.