Maturité magique – The Magician’s Land (Lev Grossman)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Après ces quelques articles et la longue pause sans chronique livresque, je vous en propose enfin une toute nouvelle… un peu exceptionnelle, puisqu’il s’agit de clore une trilogie livresque que j’ai récemment achevée, à savoir The Magicians, de Lev Grossman. Après avoir lu le premier tome il y a un peu plus de deux ans, j’ai refermé les pages du troisième opus, The Magician’s Land, en début de mois.

Je vais donc vous présenter l’ouvrage, avec un minimum de spoilers (voire pas du tout si on a de la chance), et l’article sera beaucoup plus court que les précédent concernant autres tomes, avant de conclure sur la trilogie dans son ensemble. Je m’excuse d’avance pour les approximations de traduction de ma part, puisque comme le reste de la saga, j’ai lu ce dernier volume en V.O.! Continuer la lecture de Maturité magique – The Magician’s Land (Lev Grossman)

Sauver Fillory – The Magician King (Lev Grossmann)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Couverture de l’édition en langue anglaise

Here I aaaaam… Born to be queeeeeen… Non je déconne, les p’tits loups! 😉 Mais bon, c’était juste histoire de faire une blagounette, rapport au titre du roman!

L’une de mes bonnes résolutions de lectrice de cette année consistant à terminer les séries que j’ai entamées, je me suis enfin décidée, pratiquement deux ans après avoir lu le premier tome de la trilogie de Lev Grossmann The Magicians, à m’attaquer au second tome, The Magician King (Le roi magicien en V.F.). Nous voici, lecteurs, de retour dans le monde magique de Fillory au côté de Quentin et de ses amis Julia, Eliot, Janet, Josh, et de la nouvelle arrivante dans la bande, Poppy…

Et je vous le fais sans spoiler! Et pour ceux qui l’auraient lu en français, je m’excuse de mes traductions ou approximations, sachant que comme le premier, je l’ai lu en V.O.! Continuer la lecture de Sauver Fillory – The Magician King (Lev Grossmann)

Secrets de famille et voyages dans le temps – Rouge Rubis (Kerstin Gier)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien, et non, vous ne rêvez pas… il s’agit bien de la quatrième chronique livre de février – c’est qu’on deviendrait presque un vrai blog livresque, ici! – et cinquième lecture du mois – dont deux splendides non-chroniquées que vous verrez dans le futur bilan du mois. Et oui, c’est de la boulimie depuis quelques temps! 🙂 Je profite donc de ce week-end pour la partager avec vous!

Aussi, après Fight Club et Le Malleus, j’avais envie de quelque chose d’un peu léger. J’avais entendu parler de la Trilogie des Gemmes de Kerstin Gier par l’une de mes jeunes cousines (qui a seize ans maintenant) qui était fan. Aussi, par curiosité et malgré  mon grand âge, comme j’avais envie de légèreté et que la trilogie était sortie en livre de poche, j’ai décidé de m’offrir une petite escapade fantastique à Londres avec Rouge RubisContinuer la lecture de Secrets de famille et voyages dans le temps – Rouge Rubis (Kerstin Gier)

Entre légendes et fantastique – Mini Book-Haul à la mi-juin…

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que votre semaine s’est bien déroulée et que vous glissez sereinement vers le week-end…

Je reviens en ce vendredi pour votre pause déjeuner, avant que certains d’entre vous ne se précipitent pour terminer le travail en cours avant de rentrer à la maison, afin de vous faire part d’un mini (tout petit) bookhaul à un moment où il faut être raisonnable. Laissez-moi vous emmener dans un univers fantastique qui promet de futures chroniques intéressantes…

Continuer la lecture de Entre légendes et fantastique – Mini Book-Haul à la mi-juin…

Steampunk à la prussienne – Smog of Germania (Marianne Stern)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous avez passé un excellent week-end votre semaine débute! De mon côté, je reviens aujourd’hui avec une nouvelle chronique livresque. Comme d’habitude, je vous gratifie d’un ouvrage issu des littératures de l’imaginaire, avec Smog of Germania.

Ce petit bouquin, paru en poche il y a peu dans la Collection Hélios chez Mnémos, m’a fait de l’œil un moment avant que je ne me décide à me l’offrir, malgré ma PAL déjà très épaisse: il faut dire que situer une intrigue Steampunk dans l’Empire allemand du début du XXe siècle ne pouvait que me séduire… Je n’ai donc  pas résisté bien longtemps avant d’entamer cette lecture, très intriguée par ce qui m’attendait…

Continuer la lecture de Steampunk à la prussienne – Smog of Germania (Marianne Stern)

Vivre la magie – The Magicians (Lev Grossman)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Couverture de l’édition en langue anglaise

Je reviens en ce jour après une petite pause qui m’a paru une éternité! C’est donc avec une chronique livre digne de ce nom (bon, j’exagère un peu, celle sur Conan était pas mal! 😉 ) que j’entame cette nouvelle semaine. Je la consacre à un ouvrage fraichement (oui, pas si fraichement, en fait) achevé: The Magicians de Lev Grossman. Si vous ne connaissez pas l’ouvrage mais que le titre vous dit quelque chose, ma foi, vous avez peut-être suivi ou du moins entendu parler de son adaptation en série. En effet, à l’automne dernier, on ne pouvait manquer, dans les stations de métro, les très belles affiches publicitaires qui annonçaient la diffusion de The Magicians sur SyFy.

J’ai suivi la première saison de la série (dont la saison 2 débute cette semaine sur SyFy) avec un grand intérêt, renforcé lorsque j’ai su qu’il s’agissait d’une adaptation littéraire. Qu’à cela ne tienne, je me suis fait un devoir de trouver les livres en novembre dernier. Ils sont traduits en français (je donnerai les références en fin d’article), mais les prix et couvertures étant plus attractifs pour les éditions en V.O., j’ai décidé de commander la trilogie en anglais. Après avoir mis un certain temps à l’achever, non pas parce qu’il ne m’intéressait pas, mais plutôt parce que j’ai le cerveau en miettes ces temps-ci, je vous présente enfin ce qui nous est vendu comme un « Harry Potter pour les grands »…

Continuer la lecture de Vivre la magie – The Magicians (Lev Grossman)

Une nouvelle chronique dédiée à mes écrits sur « Lectures Familiales » – Merci Magali!

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Potentiels lecteurs du Sang des Wolf, 🐺

Comme vous le savez si vous fréquentez le blog depuis quelques temps, je suis également auteur aspirant, et j’ai mis mon roman Le Sang des Wolf en ligne sous forme de blog. Le texte est complet et remis à jour, et j’ai, en milieu de semaine dernière, mis en ligne une nouvelle issue de l’univers de ce texte, La Nuit de Wolf. Si je vous ai annoncé hier la présence d’une chronique dédiée sur La Bibliothèque de Sev, la semaine se termine également en beauté avec une nouvelle chronique…

L'évadé aux yeux de loup

Continuer la lecture de Une nouvelle chronique dédiée à mes écrits sur « Lectures Familiales » – Merci Magali!

Les loups mènent l’enquête au royaume de la fantasy… – Druide (Oliver Peru)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

71aeLN4F-iL
Couverture de Druide

J’ai le plaisir de vous dire que l’auto-challenge que je m’étais lancé concernant la lecture de Druide est bel et bien réussi! Aussi, cette semaine, je vous gratifierai d’une chronique de roman fantasy. Ce n’est pas un genre littéraire très facile à appréhender pour moi (hormis dans les aventures de Conan le Cimmérien, mais ça, j’y reviendrai un jour!), j’ignore d’ailleurs pourquoi car j’ai plutôt tendance à aimer et admirer les efforts d’imagination! Bref, j’ai souhaité m’y remettre tout doucement.

Pour trouver un ouvrage de fantasy propre à mes aspirations, autre que Tolkien auquel je ne parviens pas à accrocher, sans nain et sans elfe, et autre qu’une saga de je ne sais combien de volumes, j’ai fait un tour sur le Forum de la Littérature Fantastique (ça fait un bail que je ne leur ai pas donné de nouvelles, quand j’y pense…). Accro aux légendes arthuriennes, mon regard a été attiré par la catégorie « Fantasy arthurienne », où des lecteurs donnaient de Druide des avis dithyrambiques.

J’ai donc pensé que cela pouvait me plaire. Aussi, dès que je l’ai pu, ai-je acquis cet ouvrage pour me faire mon propre avis. Préparez-vous à entrer dans un monde où la rationalité des druides va se heurter à une sauvagerie et à un mal terrible issus du fond des âges…

Continuer la lecture de Les loups mènent l’enquête au royaume de la fantasy… – Druide (Oliver Peru)

L’un de mes livres favoris – « 20,000 Lieues sous les mers » (Jules Verne)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Très inspirée par le sommaire d’octobre du blog littéraire À Livre ouvert, je me suis souvenu d’un livre auquel je souhaitais depuis longtemps consacrer l’une de mes chroniques littéraires. Vaguement geek et follement curieuse de science-fiction à l’ancienne, j’ai grandi avec les adaptations ciné et télé de Jules Verne, et adolescente, j’ai  commencé à en lire un chaque été pour les collectionner. Bon, 🙂 depuis un mémoire sur les « robinsonnades » (avec L’École des Robinson, et L’Oncle Robinson comme exemples) il y a cinq ans, j’ai un peu suspendu cette tradition. 🙂 Les noms du Nautilus et du capitaine Nemo me faisaient rêver…

Vous avez deviné? Eh oui, je vais écrire sur un livre que vous avez probablement déjà lu, ou dont vous connaissez déjà l’histoire: 20,000 Lieues sous les mers, l’un de mes romans favoris… Rédigé par l’un des « pères » de la science fiction française, Jules Verne (1828-1905), il mélange aventure pure, technologie et science. Tout d’abord publié par épisode dans la presse entre 1869 et 1870, la première édition illustrée est parue en 1871… Et ce sont ces mêmes illustrations gravées ont été reprise dans une somptueuse collection de poche éditée chez Le Livre de Poche.

Mais trêve de circumvolutions et entrons dans le « vif » du sujet…

NB: Cet article comprendra, outre des photos de mon livre, ainsi que des illustrations faites de ma main pour une critique du roman que j’avais écrite en Angleterre.

Continuer la lecture de L’un de mes livres favoris – « 20,000 Lieues sous les mers » (Jules Verne)

Le classique parmi les classiques – « Dracula » (Bram Stocker)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Nouveaux venus sur le blog,

Me voici de retour pour une chronique littérature dédiée à un véritable monument de la littérature fantastique, un classique. Après Le Portrait de Dorian Gray du brillant Oscar Wilde et les Histoires Extraordinaires du tourmenté Edgar Poe, laissez-moi vous présenter l’oeuvre qui popularisa le mythe du vampire: Dracula, de Bram Stocker (1897), maintes fois adapté sur grand écran depuis l’invention du cinéma. On en a vu des versions de plus ou moins bonne facture (personnellement, je ne trouve pas que le Nosferatu de Werner Herzog mérite les louanges qu’on en a faites, car l’histoire n’a ni queue ni tête et tout y sonne creux… d’autant plus que les libertés prises avec l’histoire originale font vraiment mal! Ce n’est que mon avis!), axées sur la poursuite du monstre, sur l’érotisme ou la romance.

Mais comme depuis quelques années, entre Anne Rice et Stephenie Meyer – et autres joyeusetés, les vampires semblent avoir le vent en poupe, il me paraissait intéressant de revenir sur cet ouvrage qui a marqué des générations.

  • L’histoire

Vers la fin du XIXe siècle, le jeune Jonathan Harker, clerc de notaire, quitte son bureau en Angleterre pour s’enfoncer au fin fond de l’Europe de l’Est, dans des contrées sombres et sauvages où l’on entend les loups hurler et dont les habitants semblent effrayés par quelque force obscure. Son but: se rendre au chateau du compte Dracula, pour signer la vente d’une vieille demeure sur le domaine de Carfax. D’abord fasciné, Jonathan est peu à peu inquiété par le propriétaire des lieux qui, il en a l’impression, le retient prisonnier. Livré à lui-même dans cette immense demeure, il y fait de sombres découvertes qui dépassent son entendement, alors que le comte se prépare pour un voyage vers l’Angleterre…

Pendant ce temps, en Angleterre, sa fiancée Wilhelmina dite Mina Murray, institutrice, tente de mener une vie sereine et insouciante, auprès de sa riche amie Lucy Westenra, la coqueluche de tous les hommes qui l’entourent – en particulier son fiancé lord Goldaming, le Texan Quincey P. Morris et un amoureux malheureux, le docteur John Seward qui dirige un asile d’aliénés. L’intelligente Mina se fait du souci pour son fiancé dont elle n’a plus de nouvelles, d’étranges événements suivent l’arrivée du navire Demeter en Angleterre. La belle Lucy tombe gravement malade, tandis que l’un des patients de Seward, Monsieur Renfield, montre de plus en plus de signes d’agitation – il annonce la venue d’un maître, d’un comte qu’il adore et qu’il faut craindre. Désespéré par l’état et déconcerté par les symptômes de celle qu’il aime, John Seward fait appel à un confrère renommé, le Docteur Abraham Van Helsing. Celui-ci, hargneux et déterminé à se battre contre les forces du mal, découvre qu’en Lucy s’opère une étrange transformation qui fait d’elle une créature abominable, du fait du légendaire comte Dracula: un vampire. Pour mettre fin aux agissements dangereux de la jeune femme, Van Helsing, Seward, Goldaming et Quincey se voient obligés de l’éliminer.

Commence alors une lutte sans merci contre Dracula, à travers l’Angleterre et l’Europe, dont Van Helsing, Seward, Quincey, Goldaming, Jonathan Harker revenu de son « exil » en Translyvanie, et Mina qu’il épouse à son retour et qui est pistée par le vampire, sont les principaux acteurs. Continuer la lecture de Le classique parmi les classiques – « Dracula » (Bram Stocker)