Légendes fantômatiques – La Légende de Sleepy Hollow (Washington Irving)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que tout roule pour vous ce week-end et que vous profitez d’un repos bien mérité!

Juin commence bien… Puisque je bouscule un peu mon programme de chroniques, comme ça m’arrive souvent ces derniers temps, pour vous faire un petit coucou sur la blogo… et pour vous parler d’un petit livre lu récemment. Il s’agit d’une lecture commune avec Isa du blog La Chambre rose et noire – je vous invite à aller lire son avis!

Il s’agit ni plus ni moins que de la célèbre nouvelle de Washington Irving, adaptée au cinéma par le non-moins célèbre Tim Burton: La Légende de Sleepy Hollow. Lecture qui nous emmène dans une bourgade des États-Unis de la fin du XVIIIe siècle… Continuer la lecture de Légendes fantômatiques – La Légende de Sleepy Hollow (Washington Irving)

Publicités

Un peu de lecture, mon roman auto-édité, du boulot… – Bilan Mai 2018

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

C’est l’heure du goûter! Dépendant de votre état d’esprit et du lieu où vous vous trouvez, vous devez savourer un bon thé ou une orangeade maison avec des petits gâteaux pendant que je suis au bureau à pondre un projet au dernier moment.

J’espère, les p’tits poulets, que vous allez bien et que vous avez passé un mois de mai fabuleux riche en belles lectures, en beaux films et tout le toutim! 😎 De mon côté, c’est complètement lessivée, décalée, à moitié dingue (du moins plus que d’habitude) que j’entame ce beau mois de juin, à cause des horaires de malade que m’imposent ces p****n de grèves de train, et de mille choses à faire et à régler dans ma vie. Aussi, vous avez vu qu’il y a eu, ce mois-ci, beaucoup moins de chroniques que prévu, et je ne vous ai même pas encore présenté la totalité de mes lectures d’avril.

Ça, c’est crétin quand même… mais je voulais absolument avancer sur ces illustrations fan art pour cet article dont je vous rebats les oreilles, et ce fut du boulot, mais cette fois-ci, je vous jure que ce sera en ligne à la mi-juin au plus tard. J’ai négligé mon blog et les vôtres. Aussi je m’en excuse platement, et j’espère me rattraper dans le courant de l’été car pour le moment la période n’est pas simple.

Mais qu’à cela ne tienne, je reviens avec ce qui s’est dit et lu en mai! Continuer la lecture de Un peu de lecture, mon roman auto-édité, du boulot… – Bilan Mai 2018

Épopée d’un loser magnifique – Don Quichotte, tome I (Miguel de Cervantès)

Estimados lectores de Los Mundos de Blanca,

J’espère que vous allez bien et que certains d’entre vous profitent comme moi ‘un long week-end (moi qui n’ai eu aucun pont, ça me repose!) reviens aujourd’hui avec une chronique imprévue, une chronique surprise qui m’inspire, celle d’un ouvrage que j’ai décidé de chroniquer avant même les ouvrages lus le mois dernier que je planifiais de traiter ce mois-ci…

Car ce week-end, mes p’tits loups, j’ai achevé un chef d’œuvre, un monument (un cap, une péninsule, comme dirait l’autre) de la littérature espagnole, et même mondiale… Don Quichotte de Miguel de Cervantès, de son titre complet L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche. Fraichement fini, le jour-même de la clôture du Festival de Cannes (je n’ai toujours pas été voir ce qui se dit du film de Terry Gilliam, j’appréhende toujours tellement les réalisations du larron qui ne me parlent qu’une fois sur trois!), j’ai décidé que je ne pouvais AB-SO-LU-MENT pas passer à côté sur ce blog… Je vous emmène donc au temps de Cervantès, dans l’Espagne du XVIIe siècle, où un excentrique décide de ressusciter la chevalerie! Continuer la lecture de Épopée d’un loser magnifique – Don Quichotte, tome I (Miguel de Cervantès)

Top Ten Thursday – Hors sujet: 10 lectures et envies de Classiques

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Cette semaine, j’avais évoqué avec vous dans mon Top Ten Tuesday mes envies et mes lectures historiques. Je m’écarte encore une fois de ma ligne éditoriale pour vous proposer un voyage dans la littérature au sens large, et plus précisément, dans certains grands classiques de la littérature. Il y a probablement un peu de fantastique dans le lot, mais une fois en passant… 🙂

Car si je me suis tournée vers la littérature de l’imaginaire ces dernières années, à la base j’aime la littérature au sens large, et j’ai eu l’occasion de lire de véritables classiques. La « bonne littérature » ou la « grande littérature » fait ainsi partie de mes souvenirs – les bons, comme les mauvais… – et il est encore certains ouvrages que je n’ai pas encore lu, et que je rêve de lire!

Continuer la lecture de Top Ten Thursday – Hors sujet: 10 lectures et envies de Classiques

Histoires pour enfants sages – Les Contes de ma Mère l’Oye (Charles Perrault)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

81b9EYjw7yLJe reviens cette semaine avec une nouvelle chronique livre… Oui, encore une! Où diable sont passées les chroniques film! 😉 Sans doute certains d’entre vous se rappellent encore la semaine thématique que j’avais consacrée aux contes ce printemps… J’évoquais surtout les contes de Grimm, ainsi que la possibilité de parfaire ma connaissance de ceux des autres – Perrault et Andersen, notamment. 🙂

Eh bien c’est chose faite avec les Contes de ma mère l’Oye, signés Charles Perrault (1628-1703) qui m’ont accompagnée jeudi et vendredi dans le train alors que je venais de terminer Le Maître du Haut Château. Publiés sous forme de recueil en 1697, ces contes sont sans doute les écrits les plus connus de Perrault, devenus des classiques de la littérature enfantine, voire de la littérature tout court. On y retrouve huit contes en prose: La Belle au Bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe bleue, Le Maître Chat ou le Chat Botté, Les Fées, Cendrillon ou la Petite Pantoufle de Verre, Riquet à la Houpe, Le Petit Poucet et trois contes en vers: Griselidis, Peau d’Âne, Les Souhaits ridicules.

Je vais donc vous les présenter, avant d’aborder brièvement leur histoire et leur analyse. C’est parti pour un voyage au pays des fées…

Continuer la lecture de Histoires pour enfants sages – Les Contes de ma Mère l’Oye (Charles Perrault)