Cinéma – Cinq comédies SFFF à visionner pendant les vacances

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Tout d’abord, je tiens à m’excuser pour le peu de chroniques film dignes de ce nom ces derniers temps: m’ont manqué le temps, ainsi que les occasions de visionner des œuvres dans les genres représentés sur ce blog (sauf Sharknado, mais là j’avais VRAIMENT besoin de me détendre!). Croyez bien que ces présentations et analyses un peu plus poussées me manquent beaucoup, et que j’ai hâte de m’y relancer. Aussi j’ai décidé de vous gratifier à nouveau d’un petit top, ne serait-ce que pour soulager ceux qui ne sont pas intéressés par la mise en ligne du roman et qui vont péter un câble! 😉

19636870.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Nul doute que vous reconnaissez ce loustic…

Et puis zut, c’est l’été. Certains d’entre nous sont en vacances et ont juste envie de passer des moments fun et détente avec les potes ou la famille. Quant à moi, j’accuse une baisse de moral comme rarement ça m’arrive en été (énièmes vacances sans partir à rester enfermée, envie de dépaysement et de voyage, nostalgie autrichienne, météo de merde, fatigue, impression d’une baisse de qualité sur le blog, graphisme qui piétine, doutes d’auteurs…), et j’aurais bien besoin de m’amuser. 🙂 Aussi j’ai décidé qu’une bonne dose de rire serait la bienvenue et j’ai choisi de dédier ce petit top à des comédies S.F. Entre vieux coucous et films plus récents, entre œuvres cultes et opus moins connus, laissez-moi vous emmener dans le monde des situations loufoques, des blagues douteuses et des clins d’œil en tout genre… qui vous feront certainement vous coucher plus bête! 😉

Continuer la lecture de Cinéma – Cinq comédies SFFF à visionner pendant les vacances

Publicités

Hommage à Prince – Non p****n pas lui!

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’ai appris la nouvelle par mon newsfeed Facebook et j’ai eu beaucoup de mal à le croire: Prince n’est plus! Non mais m***e, Prince! Il semble que 2016 soit l’année des étoiles qui tombent du ciel, et je suis au regret de ré-écrire un hommage à chaud pour un tel personnage.

Car j’ai beau aimer le hard rock et le metal, je n’en aime pas moins Prince. Et des perles comme Controversy, Kiss, One of us… Ces morceaux sont ÉNORMES!

Plus que musical, c’est aussi affectif: en effet, ça va au-delà de l’indéboulonnable Purple Rain, il faisait partie de ces artistes dont mes parents étaient fans quand j’étais petite, et c’est un pan de mon enfance. Mon père a encore chez mes grand-parents une version longue de Controversy acheté dans les années 80 sur les conseils d’un pote DJ. Je peux vous dire que lors de nos soirées du Nouvel An en famille, ça envoyait du pâté sévère. Ce son, ce rythme, ce look, cette voix, ce chant si particulier!

Continuer la lecture de Hommage à Prince – Non p****n pas lui!

Hommage à un artiste magnifique – David Bowie

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Un des plus grands artistes connus nous a quittés cette nuit: the White Thin Duke, le magnifique, dans tous les sens du terme, David Bowie. Je ne sais pas si j’étais fan, mais j’avais une très grande admiration pour cet artiste complet qui alliait musique, voix typée, univers visuels diversifiés, foisonnants et absolument hallucinants, jeu d’acteur troublant et présence extraordinaire. Sans compter sa beauté si étrange à la limite du surnaturel, et le fait qu’il avait l’air de quelqu’un d’intéressant, d’une belle personne. Aussi, comme il ne me laissait absolument pas indifférente, qu’il m’impressionnait, j’ai décidé de lui rendre ce petit hommage.

Je ne connaissais que moyennement son oeuvre musicale, hormis quelques tubes dont « Under Pressure » avec Freddie Mercury, que mon frère et moi aimions reprendre en duo quand nous étions ados. J’adorais la publicité Vittel où on le voyait évoluer, c’est d’ailleurs pour ça que je me suis mise à la Vittel, je voulais être aussi bien conservée que le monsieur. Mais ce qui m’aura le plus marquée, ce seront les quelques films où je l’avais vu jouer – le très dur Furyo avec l’icône pop japonaise et compositeur de la B.O. Ryuichi Sakamoto, aussi beau que Bowie, L’Homme qui venait d’ailleurs, Le Prestige.

C’est donc avec une immense tristesse que j’ai appris que l’ami Ziggy Stardust était, comme l’a si poétiquement et malicieusement dit mon jeune frère, redevenu « poussière d’étoiles », nouvelle que j’ai eu du mal à croire. Pour preuve, ma réaction quand mon amie Shannon, que j’ai connue en Angleterre, m’a envoyé un message ce matin pour me le dire: « WTF? » Pour moi, il ne pouvait pas mourir! Ziggy n’est pas mort, mais il juste retourné sur sa planète. Et qui nous dit que, comme Lazare à qui il fait référence dans son récent titre, il ne va pas se réveiller et nous revenir?

Mais ce qui compte avant tout, c’est qu’il nous laisse un héritage magnifique – visuel, musical, cinématographique – qui, je l’espère, restera le sien et qui ne sera pas dénaturé comme l’est trop souvent celui des grands artistes. David, Jareth, Major Cellier, Ziggy, Nikola Tesla, quel que soit le nom que tu t’es donné, puissions-nous pour toujours prendre soin de ce que tu nous laisses!

Et vous, que retiendrez-vous du Grand Duc?

Blanche Mt.-Cl.

Requiem Chevalier Vampire – Hommage à Olivier Ledroit – 2008

Requiem
Hommage à Olivier Ledroit – Requiem et Rebecca

Il ne s’agit nullement d’une création personnelle. Mais je voulais me faire la main sur quelque chose de beau, juste histoire de dessiner. Je ne suis très friande d’histoires de vampires et j’ai quelques théories à ce sujet que je présenterai ultérieurement dans un autre post. Je fais une exception pour la bande dessinée Requiem: Chevalier Vampire brillamment illustrée par Olivier Ledroit.

J’y ai apprécié la beauté fascinante et malsaine du héros, réincarnation vampirique d’Heinrich, un ancien membre de la Waffen-SS tombé amoureux d’une jeune femme juive nommée Rébecca. Elle sera arrêtée et mourra à Auschwitz, tandis qu’Heinrich sera tué sur le Front de l’Est. Ils se retrouvent dans l’autre monde, une sorte d’Enfer paradisiaque dominé par toute sorte de créatures terrifiantes dont les Nosferatu. C’est ce qu’Heinrich, en tant que méchant, va devenir, tandis que Rébecca appartiendra au camp adverse des Lémures – des victimes de morts violentes à la recherche de leurs assassins. Je trouvais le personnage de Rébecca remarquablement beau, avec son visage de fée aux grands yeux verts et son allure de femme fatale.

J’ai donc souhaiter reproduire les traits de ces deux personnages… mythiques. 🙂 Et je suis restée très fan des dessins de Ledroit!

Blanche Mt.-Cl.