Enquête en pays toon – Qui veut la peau de Roger Rabbit? (Robert Zemeckis, 1988)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Je reviens à nouveau, pour clore ce mois d’août avec une chronique film. En effet je commence tout juste à avancer sur ma lecture en cours qui, paradoxalement (c’est une histoire de loup-garou), ne me passionne pas plus que ça. J’espère que l’histoire va devenir un peu plus intéressante, mais me voici sans chronique livre cette semaine (sauf si je devais achever cet opus plus vite que prévu!)…

J’ai donc choisi, alors que les vacances touchent à leur fin pour certains d’entre vous, de parler comédie avec un film culte. J’ai nommé… Qui veut la peau de Roger Rabbit? une comédie sortie en 1988 et signée Robert Zemeckis, qui avait auparavant conquis le monde avec Retour vers le Futur. Je connais ce film depuis ma plus tendre enfance et le revois volontiers, tant son ambiance me séduit, et tant les situations absurdes m’amusent. Aussi, je vous emmène dans le Hollywood post-Seconde Guerre mondiale, où les toons sont de véritables stars…

Continuer la lecture de Enquête en pays toon – Qui veut la peau de Roger Rabbit? (Robert Zemeckis, 1988)

Publicités

Il était une fois… la cruauté – Tale of Tales (Matteo Garrone, 2015)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Affiche du film – Source: AlloCiné

Cela fait un petit moment que je ne vous ai pas gratifiés d’une chronique cinéma… Aussi c’est avec un certain plaisir je reviens en ce jour vous parler de cinéma. Et par la même occasion, je fais à nouveau une incursion dans le monde des contes avec un opus assez luxueux qu’étrange. J’ai nommé Tale of Tales, sorti en 2015 et dirigé par Matteo Garrone. Pour vous faire une idée du visuel du film, je vous conseille de vous reporter à l’affiche ci-contre, qui vous donnera une idée de ce que vous allez voir à l’écran…

Mais oubliez romantisme, princes charmants, gentilles fées, preux chevaliers et grandeur d’âme car toutes ces histoires ont un point commun: elles sont empreintes de la cruauté la plus noir. Laissez-moins maintenant vous amener en un monde aussi beau que sombre…

Continuer la lecture de Il était une fois… la cruauté – Tale of Tales (Matteo Garrone, 2015)

Pour les ténèbres et pour le rire (2) – Les valeurs de la Famille Addams (Barry Sonnenfeld, 1993)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Me revoici, me revoilà! Je l’avais évoqué à la fin de la précédente chronique, mais nous y voili-voilou les p’tits loups, je vous parle aujourd’hui du second volet des aventures de notre famille la plus terriblement, la plus cruellement charmante, avec Les Valeurs de la Famille Addams. Ce qui m’arrange en soi, puisque je souffre d’une affreuse panne de lecture… Mais bref!

Je n’ai appris l’existence et visionné Les Valeurs de la Famille Addams que des années après, au détour de bandes annonces au début d’une vidéo (et oui, les VHS… ça ne me rajeunit pas… je vais finir par me demander s’il y avait l’électricité dans mon enfance, dites donc!). Et c’est, comme d’habitude, sur le câble que j’ai fini par voir ce film, que mes parents avaient décidé d’enregistrer. Je vous emmène donc à nouveau au manoir des Addams,  pour une chronique plus brève que la précédente, alors que la famille s’agrandit… Petits spoilers du premier, mais je vous préviens  en général, que vous ne les lisiez pas au cas où.

Continuer la lecture de Pour les ténèbres et pour le rire (2) – Les valeurs de la Famille Addams (Barry Sonnenfeld, 1993)

Et t’es combien dans ta tête? – Split (M. Night Shyamalan, 2016)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Comme promis dans notre dernière chronique cinéma, je reviens ce vendredi avec Split, réalisé par M. Night Shyamalan, que j’ai vu avec mon frère. Et oui, une fois n’est pas coutume, je vais traiter d’une sortie relativement récente sur le blog, et ça fait du bien! 😉

Bref, après quelques années à bouder M. Night Shyamalan, dont j’avais pourtant aimé des opus comme Sixième Sens, Incassable, Signes ou Le Village, c’est avant tout la présence de James McAvoy, un acteur que j’aime beaucoup, qui a éveillé ma curiosité. En effet, la schizophrénie du personnage principal est un vrai pain béni pour un acteur, et je voulais voir comment notre dernier Professeur Xavier s’en sortait.

Et je vais enfin entrer dans le vif du sujet, avant de le décortiquer jusqu’à l’os, comme j’aime… Bienvenue dans une chronique ciné comme je n’en avais pas fait depuis fort longtemps!

Continuer la lecture de Et t’es combien dans ta tête? – Split (M. Night Shyamalan, 2016)

Un petit film oublié mais intéressant – Incassable (M. Night Shyamalan, 2000)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’avais à nouveau envie de vous parler cinéma, plus précisément de l’œuvre d’un réalisateur qui a fait parler de lui depuis une quinzaine d’année et la sortie du mémorable Sixième Sens: M. Night Shymalan. J’ai vu plusieurs de ses films, qui n’ont pas tous des critiques élogieuses, mais je dois avouer que ses ambiances et ses twists finaux m’ont beaucoup séduites il fut un temps.

C’est à la faveur du visionnage de Split avec mon frère qu’un autre opus du réal m’est revenu en mémoire: Incassable. Je me souviens avoir été le voir au cinéma quand j’étais en troisième, et il m’avait impressionnée…

Continuer la lecture de Un petit film oublié mais intéressant – Incassable (M. Night Shyamalan, 2000)

Semaine « Parade des Monstres » – Le Fantôme de l’Opéra (Arthur Lubin, 1943)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

mv5bndkynjaxmjc1mv5bml5banbnxkftztgwotu2nzcymje-_v1_
L’une des affiches du film – Source: Imdb.com

Je vais clore cette semaine « Parade des Monstres » avec l’une de mes histoires favorites. J’ai nommé: Le Fantôme de l’Opéra. J’ai aimé le roman lorsque je l’ai lu il y a à peu près quinze ans et c’est l’un des très rares livres à m’avoir faite pleurer.

J’en ai vu plusieurs adaptations, dont celle de Terrence Fisher produite par la Hammer dans les années 1960, celle de Joel Schumacher adaptée de la comédie musicale d’Andrew Lloyd Weber dont je connais la plupart des chansons par cœur, et même Phantom of the Paradise de de Palma. Aussi ai-je décidé de dédier une chronique au film d’Arthur Lubin, un classique des années 1940… filmé en couleurs cette fois-ci!

Continuer la lecture de Semaine « Parade des Monstres » – Le Fantôme de l’Opéra (Arthur Lubin, 1943)

Aventure aux confins de la galaxie – Rogue One: A Star Wars Story (Gareth Edwards, 2016)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

images
Affiche – Source: Allociné.fr

Seconde surprise du jour: une chronique pour ceux qui chercheraient un film à visionner pendant les vacances. Contrairement à l’opus de Star Wars sorti l’an dernier, je n’ai pas attendu pour aller au cinéma voir Rogue One: A Star Wars Story. Comme je ne suis plus en stage, j’ai même été mandatée par mon frère, au boulot sur Paris, pour aller dans la journée du 14, réserver nos places de cinéma pour la séance du soir. Donc voilà pour la petite histoire.

Comme vous le savez, je suis assez bon public et Le Réveil de la Force ne m’avait pas déplu, malgré son petit côté trop appuyé sur l’Episode IV (oui, au second visionnage, ça m’a vraiment sauté aux yeux!).

Il faut bien avouer que j’ai pris une certaine habitude de ne m’attendre à rien s’agissant de Star Wars, depuis ce que je considère comme un baclage monumental de la fin de la prélogie entre une Padmé Amidala potiche juste bonne à chialer pour un merdeux insupportable (moi qui aime les emmerdeurs, Anakin a réussi à me saouler!), et un scénar’ aux ficelles tout sauf subtiles. Donc c’est sans avoir lu la moindre critique (mes oreilles et mes yeux ont quand même capté quelques éléments positifs), et sans même avoir regardé le pitch, que j’ai accompagné mon frère au cinéma…

Chronique garantie sans spoiler!

Continuer la lecture de Aventure aux confins de la galaxie – Rogue One: A Star Wars Story (Gareth Edwards, 2016)