Lecture, anniversaire et Noël – Bilan Novembre-Décembre 2018

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Me revoici, me revoilà!… Un peu plus en avance que d’habitude, mais avant les joies du Réveillon pour ne pas vous déconcentrer, et pour ne pas parasiter le futur bilan de l’Année 2018, qui malgré la baisse d’activité sur le blog, est globalement très bon.

Au passage, je m’excuse encore une fois pour tous les articles que j’ai loupé sur vos blogs, mais aussi pour ne pas avoir, cette fois-ci, préparé de petit dessin comme je le fais à chaque fois, qu’il s’agisse du bilan des deux mois ou de Noël! J’avoue avoir eu d’autres choses en tête ces derniers temps… Comme vous ne l’ignorez pas, il y a eu quelques changements dans ma façon d’appréhender le blog. J’ai en effet choisi de diversifier un peu les lectures, pour que Les Mondes de Blanche correspondent toujours à mes envies, pour continuer à me faire plaisir à un moment où la blogosphère souffre un peu par rapport à d’autres média. Même si l’activité est un peu moins régulière qu’avant, j’ai quand même pondu quelques articles récemment qui, s’ils ne parlent pas que de livres et de films, sont là pour vous faire passer un bon moment. On y va! Continuer la lecture de Lecture, anniversaire et Noël – Bilan Novembre-Décembre 2018

Livre d’images sombres – Crimson Peak (Guillermo del Toro, 2015)

Très chers Lecteurs des Mondes de Blanche,

Je reviens en ce début de semaine avec une nouvelle chronique film. Veuillez m’excuser si, après Les Quatre Filles du Docteur March, on est beaucoup moins dans l’esprit des Fêtes, gentil et festif, que sur les autres blogs. (Même si hein, vous avez vu, entre le logo et le fond, j’ai refait un petit look au blog!) Comme vous allez le voir avec le film présenté ici – et comme vous le verrez, malgré la diversification du blog, on continue quand même à parler SFFF!

Pour l’anecdote, j’ai eu l’occasion, et le plaisir, de le découvrir à la faveur d’une petite fuite chez mes parents pour me remonter le moral, un petit film dont je n’avais vu que les affiches dans le métro lors de sa sortie: à savoir Crimson Peak de Guillermo del Toro. Nous allons suivre Edith, une jeune héritière américaine et romancière aspirante, dans un coin reculé de l’Angleterre… Continuer la lecture de Livre d’images sombres – Crimson Peak (Guillermo del Toro, 2015)

Lecture, écriture, moment geek, summer vibes… – Bilan Juillet/Août 2018

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

De retour, en mode œil de panda…

J’espère que vous avez passé, et passez encore de belles vacances… les miennes commencent tout juste! Et oui, à l’heure où ce bilan est mis en ligne, j’en ai pour deux semaines rien que pour moi, entre repos et recherche d’appartement (je croise les doigts). Bref, à l’heure où certains d’entre vous, frais et dispos, s’apprêtent à reprendre le boulot, je suis sur les rotules et j’abandonne mes collèges à leur triste sort – 😄 #RireSadique de la meuf qui a besoin de repos bien mérité, #DémerdezVousSansMoi.

Bref, ça doit faire au moins six mois que j’ai besoin de vacances, que j’ai l’impression de me traîner en mode zombie, mes deux petits week-ends prolongés n’y ont rien fait, donc voilà… VACANCES. J’OUBLIE TOUT (enfin presque tout), et je vais en profiter pour bloguer un peu, les p’tits loups. En revanche, comme je suis un peu en mode tranquillou-flemmardou, je parlerai vite fait des livres lus, car je ne me vois pas faire de chronique de suite, j’attends de lire quelque chose d’un peu plus transcendant pour vous gratifier de moments dignes de mes bilans et chroniques du début d’année. Je vais parler cinéma, mais aussi écriture, style (j’ai eu très envie de ça récemment) Mais pour le moment, allons-y, parce que je vous parle de deux mois et c’est un peu long… 🎉 Continuer la lecture de Lecture, écriture, moment geek, summer vibes… – Bilan Juillet/Août 2018

Réinterprétation du mythe de Faust – La Beauté du Diable (René Clair, 1950)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez tous bien sur la blogosphère… Encore une fois, je m’excuse de mon rythme assez haché sur le blog, ainsi que de mon absence sur vos blogs à tous, mais je vis à un rythme assez effréné en ce moment. Pour finir, j’ai laissé tomber un livre qui me barbait, et je bosse dur pour de futurs articles qui, je l’espère, vous plairont… (dont un qui va couronner ma première lecture commune officieuse – héhé, mais ça, vous verrez plus tard 😉 ).

Bref! Après une chronique film barrée, un classique de la littérature française avec Le Passe-Muraille, j’ai eu envie de revenir sur le fantastique à la française… mais au cinéma. Avec un vieux coucou dont Les Mondes de Blanche ont parfois le secret: La Beauté du Diable, sorti en 1950 avec Michel Simon et Gérard Philipe. Je vous emmène revisiter le mythe de Faust avec ces deux acteurs mythiques… Continuer la lecture de Réinterprétation du mythe de Faust – La Beauté du Diable (René Clair, 1950)

Papi Elvis chasse la Momie – Bubba Ho-Tep (Don Coscarelli, 2002)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien! De mon côté, avec Février qui touche à sa fin, c’est l’heure du bilan mensuel qui approche! Et quel bilan, j’ai grande hâte de vous le présenter, car ce mois-ci a été riche en belles lectures!

Cela faisait un bout de temps que je ne vous avais pas gratifié d’une petite chronique film « des familles ». Et aujourd’hui je reviens avec une autre œuvre cinématographique. Et quelle œuvre! Un foutu OVNI comme on en fait rarement, le genre de film dont, avant de le visionner, on ne peut même pas savoir que quelque chose de pareil existe! J’ai nommé: Bubba Ho-Tep! Je vous emmène au fin fond des États-Unis, pour une histoire de malédiction, de momie et… de maison de retraite! Continuer la lecture de Papi Elvis chasse la Momie – Bubba Ho-Tep (Don Coscarelli, 2002)

Un O.V.N.I. du cinéma – Vampires en toute intimité (Waititi/Clement, 2014)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Je dois avouer que je ne suis pas très assidue ces jours derniers, aussi bien sur mon blog que sur les vôtres, et je m’en excuse. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur, et je vous remercie au passage pour vos nombreux passages sur le blog depuis le début du mois. De mon côté, je me remets doucement de ma dernière lecture de Stephen King – tout en hésitant sur ce que je vais lire prochainement – et continue mon livre sur Les Magiciens fous de Hitler, tandis que je peste au sujet de l’écriture et de mon prochain anniversaire (je ne veux pas avoir 31 ans, pas dans ces conditions!). J’essaie donc de ne pas me laisser abattre, aussi j’ai décidé de vous présenter une petite comédie vampirique…

Aujourd’hui, vous ferez donc connaissance avec Vampires en toute intimité (What we do in the shadows), sorti en 2014. Ce film fantastique néo-zélandais avait attiré mon attention il y a quelques temps, lors d’un passage sur le câble, de par son parti pris narratif quelque peu atypique. Je vous parle tout de suite, dans cette petite chronique, de cet O.V.N.I. à l’humour noir débordant…

Continuer la lecture de Un O.V.N.I. du cinéma – Vampires en toute intimité (Waititi/Clement, 2014)

Chasseurs aux bras cassés – Le Bal des Vampires (Roman Polanski, 1967)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Tout d’abord, je souhaite la bienvenue aux nouveaux abonnés du blog, qui ont été quelques uns à nous rejoindre ces derniers jours malgré mon absence sur la blogosphère. Je les en remercie et leur souhaite de bons moments sur ce blog. 🙂 Par ailleurs, je m’excuse de mon absence de cette semaine sur le blog – pas mal de choses au boulot, des problèmes de train, mon dernier projet en tant qu’auto-entrepreneuse, quelques soucis perso – et je souhaite vraiment me rattraper avec des chroniques de folie. 🙂

Je commence dès ce dimanche avec un film que je m’étonne de ne jamais avoir traité, à savoir la comédie fantastique culte Le Bal des vampires, réalisé par Roman Polanski et sorti en 1967. Je vous emmène au fin fond de la Transylvanie, ou une équipe de « choc » se lance dans la traque au vampire…

Continuer la lecture de Chasseurs aux bras cassés – Le Bal des Vampires (Roman Polanski, 1967)