Peinture (Alerte à la Croûte!) – Chevaliers aux Coeurs Saignants – Juillet 2014

IMG_3456
Chevaliers aux Coeurs Saignants

J’avais envie de peindre, tout bêtement. Quelque chose de plus sombre, d’inspiration médiévale, comme mes précédentes toiles. Cependant, les expérimentations n’ont pas toujours des résultats très heureux… comme le montre ce tableau absolument catastrophique.

Si les détails pris un par un ne sont pas laids – je pense notamment aux nénuphars flottant sur l’eau en bas du tableau, l’ensemble est un peu fouillis et on a du mal à distinguer les couleurs les unes des autres, et les silhouettes fantomatiques des chevaliers, embourbées dans cette affreuse brume d’un bleu brillant, ne ressortent pas du tout…

Donc, la prochaine fois que je voudrai peindre quelque chose de sombre, je m’y prendrai autrement. J’ai honte de vous montrer cette horreur, mais après tout, l’art, c’est aussi des expériences… Enfin… Comme disait Oscar Wilde: « L’expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs. » 😉

Blanche Mt.-Cl.

Publicités

Le Fantôme de l’Opéra – Le Fantôme et son véritable amour – 2008

Et encore un autre de mes fétiches… Le Fantôme de l’Opéra!

Fantôme et Giry003
Le Fantôme de l’Opéra – Romance 2008

On retrouve toujours cette inspiration gothique et baroque dans les vêtements et les ornements des personnages. J’ai rehaussé le tout avec de l’encre rouge et orange, et j’ai inscrit les paroles de deux chanson du groupe de metal germano-suisse Lacrimosa – qui a d’ailleurs brillamment repris la chanson-titre de la comédie musicale d’Andrew Llyoyd Webber. Il s’agit des chansons « Halt Mich » et « Kelch der Liebe », qui à mon humble avis, concordent avec cette ambiance passionnée propre à l’histoire.

Si je traduis:

  • « Kelch der Liebe »

Und Wer fragt nach Mir

Wer will Mich hören?

Qui demande après moi

Et qui veut m’entendre?

  • « Halt Mich »

Halt Mich fest

Accroche-toi à moi

C’était la leçon d’allemand du jour… 🙂

Blanche Mt.-Cl.

Le Fantôme de l’Opéra – Evasion du Fantôme – Fan Fiction 2007

Galerie fantôme
Le Fantôme de l’Opéra – Evasion

Voici un autre « chef d’oeuvre » consacré à l’oeuvre de Gaston Leroux – et peut-être à son adaptation musical  par Andrew Lloyd Webber car il n’existe aucune scène de ce type dans le roman.

J’y tiens car je l’ai pondu en un jour… très particulier. C’était le dernier jour de cours avant les vacances de Noël, un mois de décembre où il avait fait particulièrement froid à Paris. Je manquais cruellement de sommeil car j’avais fait une nuit blanche pour terminer un exposé. Je devais passer à 8h du matin. Bref. J’ai fait mon exposé, j’ai arpenté le Quartier Latin et me suis posé chez Quick avec un bon livre en attendant une conférence royalement chiante pendant laquelle j’ai fait ce dessin… avant de tomber de sommeil. Mais la journée n’était pas finie pour autant, puisque j’allais ensuite au cinéma avec mon frère. A la fin du film, nous avons mangé un hamburger sur les marches du cinéma, et il faisait si froid que la viande gelait littéralement entre nos doigts!

Bref. Ce dessin, qui à force d’entrainement n’a pas mis longtemps à prendre forme, représente le Fantôme dont la cape flotte autour de lui, glisser le long d’une corde avec Christine accroché à lui, dans une sorte de puits artistement décoré avec des cariatides – la version masculine des Atlantes. Il y a quelque chose de Batman dans cette représentation, quand j’y pense…

Blanche Mt.-Cl.

Le Fantôme de l’Opéra – 2011

Phantom001
Le Fantôme et son « véritable » amour

S’il est une histoire dont je suis une fan ULTIME, c’est bien celle du Fantôme de l’Opéra, roman de Gaston Leroux adapté et repris plusieurs fois au cinéma et à la télévision, et également comme comédie musicale. Tiens, tant que j’y pense, je devrais faire une petite présentation de ce livre sur le blog! 🙂

Bref.

Si j’ai bonne mémoire, voici encore une de mes productions faites en cours. D’où l’utilisation du stylo bleu… J’imagine que j’ai dû relâcher mon attention un moment et cesser de prendre des notes pour laisser vagabonder mon imagination… (S’il vous plait, ne croyez pas pour autant que je n’étais pas une étudiante sérieuse! 😉 ). Il va sans dire que l’influence gothique est palpable sur cette représentation du Fantôme, masqué, aux longs cheveux d’un blond très clair, et au manteau de cuir noir au col haut et aux nombreux ornements métalliques (chaînes, médaillons). A cette époque, je portais moi-même des tuniques sombres et déstructurées parcourues de chaînes… 😉 (Imaginez dans un cours de géopolitique, ça fait vraiment tache. Mais c’était vraiment tordant de voir la tête de mes enseignants quand ils me voyaient!) Quant à la fille, outre ses longs cheveux blonds de sirène, son principal ornement, je l’ai vêtue d’une robe sombre aux motifs très travaillés.

Pour ce qui est des proportions des deux personnages, elles sont un peu biscornues. J’ai dû dessiner penchée, je ne vous pas d’autre explication! 🙂

J’espère que cette interprétation du Fantôme de l’Opéra vous aura plu! 🙂

Blanche Mt.-Cl.