La beauté d’un classique culte – Metropolis (Fritz Lang, 1927)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous offrir, ou plutôt de vous ré-offrir sur le blog, un grand, grand classique qui me tient à cœur. En effet, je l’avais chroniqué peu après le lancement du blog, il y a plus de trois ans, mais aujourd’hui que vous êtes plus à suivre ce blog, il m’a paru sympa d’y revenir, parce que c’est un objet d’échange et d’émerveillement constant: j’ai nommé le cultissime Metropolis de Fritz Lang, l’un des premiers grands films de S.F. et l’un des derniers grands films muets.

Un film qui me tient à cœur et m’obsède à tel point que si j’avais une chaîne YouTube cinéma, j’en parlerais obligatoirement, ne serait-ce que pour une analyse sémiologique de certaines scènes . 😉 À mes souhaits! Aussi j’ai le plaisir de vous présenter un VRAI vieux coucou comme je les affectionne… Continuer la lecture de La beauté d’un classique culte – Metropolis (Fritz Lang, 1927)

Publicités

L’horreur magnifique de la Guerre – Les Sentinelles: t. 1 à 4 (Xavier Dorison, Enrique Breccia)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

13902744_1136076836452937_6351732343989937274_nExceptionnellement, une petite chronique tardive…

Après plusieurs chroniques squattées par les contes d’Andersen et par la trilogie effacée, j’ai enfin changé de registre. Je reviens dès maintenant, car je ne sais pas comment je vais me débrouiller à partir de la semaine prochaine, quand je retournerai au boulot… (Et je n’ai aucune envie! 😦 ) Me voici donc de retour avec un genre que je n’avais pas traité depuis longtemps: la bande dessinée, alliage parfait du scénario et de l’ambiance visuelle. C’est que j’ai un gros souci ces temps-ci: la panne de lecture. J’avais commencé Bienvenue à Night Vale, mais l’esprit n’était pas dedans. J’ai réalisé que le livre que je voulais lire à la place avait un tome 1… que je n’avais pas acheté! Enfer et damnation, je ne savais plus quoi lire à la place, alors j’ai décidé qu’il était temps de me pencher sur… Les Sentinelles. Et j’ai envie de vous livrer une réaction à chaud!

J’ai une affection toute particulière pour la BD un peu typée, avec des coups de crayon nerveux. Cela fait déjà quelques années que Les Sentinelles est paru, et à la base, c’est mon frère qui les a reçues à un Noël. Il a eu la gentillesse de me les prêter, je souhaitais les lire puisqu’elles traitent d’une période historique que j’affectionne: la Première guerre mondiale. Enfin… « Affectionner » n’est pas le terme adéquat, on pourrait croire que j’aime la guerre alors que ce n’est pas franchement le cas, et que je trouve ce conflit tout à fait terrifiant. Mais au niveau des technologies et des mentalités, c’est tout bonnement passionnant. Les Sentinelles y incorpore un enjeu S.F. vaguement steampunk, qui devrait faire les délices des amateurs du genre…

Je vous embarque donc pour un voyage aussi passionnant que glaçant sur le Front, au côté de Taillefer…

Continuer la lecture de L’horreur magnifique de la Guerre – Les Sentinelles: t. 1 à 4 (Xavier Dorison, Enrique Breccia)

Gallerie d’Illustrations – « La Nuit de Wolf »

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

NW4Comme je vous l’ai dit ce samedi et en attendant une chronique livre ce mercredi, et comme ce blog est aussi bien consacré à mes créations qu’à mes lectures, je vous offre cette petite galerie d’illustrations pour ma nouvelle La Nuit de Wolf. Vous allez finir par me trouver casse-bonbon à force de vous bassiner avec mes écrits! 🙂

Bref, comme j’avais déjà présenté les illustrations du roman, je partage avec vous les illustrations de la nouvelle. Elles sont très simples et décoratives, mais c’est un parti pris inspiré de l’expressionnisme, qui mettent l’accent sur la sensation, le ressenti du personnage central qui souffre.

Voici donc la galerie…

Continuer la lecture de Gallerie d’Illustrations – « La Nuit de Wolf »

Galerie de Croquis Sombres – Un Démon Triste et des Guerriers Steampunk

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Bien le bonsoir – ou bon matin, vu l’heure.

Par cette énième nuit d’insomnie, je reviens avec de toutes petites créations tirées de mes carnets de croquis. A dire vrai ces derniers jours ont été assez créatifs en termes professionnels – j’ai repris le boulot cette semaine, et je suis sur de l’identité visuelle – mais j’ai quand même trouvé quelques minutes pour ces croquis. J’aime assez faire ce genre de choses à l’encre, car cela me permet un trait énergique à l’image de ma passion et de mes « tourments » du moment, et d’exprimer mon intérêt à la fois pour l’Expressionnisme et pour des choses un peu « dark ». Je ne suis pas morbide pour autant, mais j’ai parfois besoin de laisser sortir une sorte de « noirceur salutaire » après un projet graphique tout en douceur, comme j’aime à appeler ça.

Le premier croquis, des guerriers caparaçonnés évoluant dans les flammes et portant des masques à gaz, on une vague allure Steampunk, influencée par l’esthétique (si j’ose appeler ça comme ça) de la Première Guerre Mondiale et des dessins d’Otto Dix. À dire vrai, ces oeuvres me plaisent autant qu’elles me dérangent tant elles débordent d’une sorte d’irréalité. On peine à croire qu’il s’agit de quelque chose qui s’est passé. Ce sont des troupes d’assaut (Sturmtruppen), mais elles semblent émerger d’une sorte de brouillard onirique, d’un chaos silencieux… alors qu’on sait que ces champs de bataille ont été bruyants. J’ai ajouté de la couleur pour ajouter de la force, et conférer à ces ombres une certaine animalité et sauvagerie dans le regard de leurs masques de protection.

Le second croquis, mon démon femelle versant des larmes de sang, traduit mon intérêt pour la mythologie judéo-chrétienne avec son cortège de monstre mais aussi mes préoccupations. Malgré un stage qui me plait, je traverse une période assez difficile. Ce démon qui hurle et pleure s’accroche à ses propres cornes, nous renvoyant à ces moments de terrible solitude où ce qui nous rend différent des autres nous fait nous sentir comme un monstre. C’est comme si nous avions des cornes sur la tête ou une queue fourchue!… Voilà, c’était le moment « philosophique » de cette nuit sans sommeil.

Je vous laisse et vous souhaite de beaux rêves sombres, en attendant des créations plus belles et plus élaborées? 🙂

Blanche Mt.-Cl.