Hommage à un artiste magnifique – David Bowie

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Un des plus grands artistes connus nous a quittés cette nuit: the White Thin Duke, le magnifique, dans tous les sens du terme, David Bowie. Je ne sais pas si j’étais fan, mais j’avais une très grande admiration pour cet artiste complet qui alliait musique, voix typée, univers visuels diversifiés, foisonnants et absolument hallucinants, jeu d’acteur troublant et présence extraordinaire. Sans compter sa beauté si étrange à la limite du surnaturel, et le fait qu’il avait l’air de quelqu’un d’intéressant, d’une belle personne. Aussi, comme il ne me laissait absolument pas indifférente, qu’il m’impressionnait, j’ai décidé de lui rendre ce petit hommage.

Je ne connaissais que moyennement son oeuvre musicale, hormis quelques tubes dont « Under Pressure » avec Freddie Mercury, que mon frère et moi aimions reprendre en duo quand nous étions ados. J’adorais la publicité Vittel où on le voyait évoluer, c’est d’ailleurs pour ça que je me suis mise à la Vittel, je voulais être aussi bien conservée que le monsieur. Mais ce qui m’aura le plus marquée, ce seront les quelques films où je l’avais vu jouer – le très dur Furyo avec l’icône pop japonaise et compositeur de la B.O. Ryuichi Sakamoto, aussi beau que Bowie, L’Homme qui venait d’ailleurs, Le Prestige.

C’est donc avec une immense tristesse que j’ai appris que l’ami Ziggy Stardust était, comme l’a si poétiquement et malicieusement dit mon jeune frère, redevenu « poussière d’étoiles », nouvelle que j’ai eu du mal à croire. Pour preuve, ma réaction quand mon amie Shannon, que j’ai connue en Angleterre, m’a envoyé un message ce matin pour me le dire: « WTF? » Pour moi, il ne pouvait pas mourir! Ziggy n’est pas mort, mais il juste retourné sur sa planète. Et qui nous dit que, comme Lazare à qui il fait référence dans son récent titre, il ne va pas se réveiller et nous revenir?

Mais ce qui compte avant tout, c’est qu’il nous laisse un héritage magnifique – visuel, musical, cinématographique – qui, je l’espère, restera le sien et qui ne sera pas dénaturé comme l’est trop souvent celui des grands artistes. David, Jareth, Major Cellier, Ziggy, Nikola Tesla, quel que soit le nom que tu t’es donné, puissions-nous pour toujours prendre soin de ce que tu nous laisses!

Et vous, que retiendrez-vous du Grand Duc?

Blanche Mt.-Cl.