S’assumer avec humour – Sagesse Geek: Les Enseignements Sacrés (Stephen H. Segal)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que votre mois de mars débute sous de bons auspices et que vous savourez un bon week-end bien mérité après une semaine de dur labeur, ou avant la reprise du boulot et des cours demain matin. Vous êtes peut-être en train de vous poser devant un petit kawa ou un thé pour digérer votre repas dominical… tout en profitant des joies de la blogosphère.

De mon côté, je suis en pleine « anarchie littéraire », et après un mois de février sans accroc niveau lecture (à ce titre, je vous invite, si vous l’avez manqué, à consulter le bilan de Février 2018 pour y découvrir deux coups de cœur non-SFFF de la mort qui tue, dont le – très fort – premier roman d’une très bonne copine et le magnifique Silence! si vous y allez pas maintenant c’est pan-pan-cul-cul virtuel! 😉). En effet, je suis ce week-end en pleine cogitation quant à ce que je vais lire, et ce malgré la présence de très jolies nouveautés dans ma PAL qui datent seulement de vendredi soir. Faible je suis. Aussi, tandis que je me débats pour trouver quel livre va finir par m’enchanter prochainement, j’ai retrouvé dans mes archives ce petit ouvrage,  Sagesse Geek: Les Enseignements Sacrés. Ouvrage que j’avais chroniqué il y a fort longtemps (plus de deux ans et demi) alors que le blog était encore tout jeune. Je me suis bien amusée à parcourir à nouveau ces pages si drôles.

Comme vous êtes maintenant plus nombreux à me suivre, je me suis dit que je pourrais le présenter aux nouveaux venus qui ne le connaissent pas encore, le temps d’un bref article qui je l’espère, vous remplira de bonne humeur!☺ Continuer la lecture de S’assumer avec humour – Sagesse Geek: Les Enseignements Sacrés (Stephen H. Segal)

Publicités

Un grand classique fantastique – Dracula (Tod Browning, 1931)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

dracula_movie_poster_style_fRessortez les capes noires et les dents pointues! Non, non, ce n’est pas Halloween, mais l’un des plus grands mythes de la littérature s’invite à nouveau sur le blog, à savoir celui de Dracula, cet aristocrate valache devenu vampire sous la plume de Bram Stocker à la fin du XIXe siècle! Non pas avec un livre, mais cette fois-ci avec un film, l’une de ses premières adaptations vraiment culte: le Dracula de Tod Browning, sorti en 1931, avec en vedette le fameux Bela Lugosi dans le rôle-titre!

C’est que depuis la semaine thématique dédiée à Frankenstein, cela faisait un bail que je n’avais pas dédié de chronique à un si vieux coucou! Et vous en verrez quelques uns dans les semaines à venir car je viens de me faire une véritable cure de vieux fantastiques (des années 30 aux années 50) produits par les studios Universal! Nous allons donc inaugurer ce petit cycle très marqué par l’histoire du cinéma… avec du vampire!

Continuer la lecture de Un grand classique fantastique – Dracula (Tod Browning, 1931)

Un peu d’histoire littéraire – Les Contes des frères Grimm, entre folklore et petits arrangements

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Frontispice de la première édition des contes
Frontispice de la première édition des contes

J’entame cette semaine comme une forme de conclusion à cette semaine thématique dédiée aux adaptations de contes. En effet, je souhaite vous présenter brièvement les Contes des frères Grimm, qui font partie de notre héritage et de notre culture. En revanche, j’ai joué de malchance, car il n’y a pas moyen de remettre la main sur mes notes de cours de l’époque où j’ai étudié ces contes, pas plus que sur mon édition. Ce qui m’embête beaucoup, car je n’ai pas l’habitude de perdre des livres – outre Le Banquet de Platon que j’ai fait exprès de perdre. 😉

Comme il existe des tas d’éditions, abrégées ou critiques, je ne vous donnerai pas de références en particulier, et je vous laisse le soin de choisir des versions pour enfant à destination de vos progénitures, neveux et nièces, petits frères, sœurs, cousins , cousines ou filleul/es, ou des éditions critiques adressées à un public plus mature. Au pire, je pourrai vous donner un ou deux conseils pour vous guider.

Je vais donc revenir un peu sur  cette grande œuvre des deux Grimm, inscrite au Registre international Mémoire du monde de l’UNESCO. La chronique livresque de ce lundi se fera donc, une fois n’est pas coutume, sous le signe de l’histoire littéraire, en espérant ne pas vous rendre le tout trop rébarbatif.

Continuer la lecture de Un peu d’histoire littéraire – Les Contes des frères Grimm, entre folklore et petits arrangements

Science-Fiction chez les Gamers – « Player One » d’Ernest Cline

Très chers lecteurs,

Je tiens à commencer cette semaine EN BEAUTÉ, avec un livre que, pour une fois, je viens juste de finir. En effet, je prends un peu le temps de m’intéresser à des ouvrages plus récents depuis quelques temps, et de varier les plaisirs dans ma bibliothèque SFFF. Et j’ai trouvé une véritable petite perle – ou bien, pour reprendre la terminologie des jeux vidéos, j’ai, dans les méandres des rayons librairies d’un Espace Culturel (je tairai le nom de l’enseigne), fait la découverte d’un « oeuf de Pâques ». J’ai nommé Player One, d’Ernest Cline. Paru en France en 2013, il a été édité en poche récemment, et je suis passée plusieurs fois devant la couverture. En hésitant, car ma PAL atteint déjà des proportions dantesques. Finalement, je me le suis pris pour le dévorer immédiatement.

Et je vais vous en dire un peu plus… Ready, player one?

  • L’intrigue

Nous sommes en 2044. Le monde est à l’agonie. Outre la pollution et le dérèglement climatique, la crise énergétique laisse de nombreux hommes, femmes et enfants dans la misère. C’est dans un bidonville des Etats-Unis où les mobile-homes s’empiles en énormes tours, que vit le jeune Wade, dix-sept ans. Pour fuir son quotidien pénible, il passe son temps connecté à l’OASIS, un univers virtuel dont l’accès est gratuit et où il peut non-seulement aller au lycée mais aussi faire partie de salons de discussion, échanger, participer à des jeux, des quêtes et faire ce qu’il veut, explorer des dizaines de mondes. Si à l’école virtuelle il est Wade3, dans le reste de l’OASIS, il est Parzival.

Or, quand James Hallyday, patron de Gregarious Simulation Systems (GSS) et créatueur de l’OASIS vient à mourir sans héritier, on découvre grâce à un testament vidéo qu’il a organisé un gigantesque concours, une véritable chasse au trésor à la recherche d’un « oeuf de Pâques » caché dans l’OASIS. Celui qui le découvrira se trouvera à la tête des milliards de dollar de Hallyday, et prendra le contrôle de l’OASIS. Pour ce faire, les joueurs doivent trouver trois clés pour ouvrir trois portails et parvenir à la victoire. Etant donné l’enjeu, les utilisateurs de l’OASIS se lancent en masse dans l’aventure, décryptant les indices laissés par le magnat du virtuel non seulement dans ses biographies, mais aussi dans tout un corpus de films, séries, tubes et jeux vidéos des années 80, la période de son adolescence. Wade s’y met lui aussi, depuis sa planque dans les bidonvilles, et passe tout son temps libre à décortiquer textes, films ou même boîtiers de jeux à la recherche d’indice sur la localisation des clés.

IMG_4061
Couverture de l’édition poche de Gamer One

Durant cette quête, Wade alias Parzival, entretient une rivalité bon enfant avec son meilleur ami dans l’oasis, un avatar du nom d’Aech, un rigolard fan de bons mots qui se lance souvent dans des débats enflammés sur les jeux et films préférés d’Hallyday. Notre jeune héros va également, alors qu’il est sur la piste de la première clé, faire la rencontre d’un avatar particulier, celui de son « cyber-béguin », une bloggeuse gaming connue sous le nom d’Art3mis, redoutablement futée et déterminée… C’est sans compter sur l’entreprise International Online Innovative (IOI), qui compte mettre la main sur la fortune et l’empire de Hallyday, ainsi que sur les données personnelles des utilisateurs de l’OASIS dont l’anonymat est garanti par GSS. Ils envoient des hordes entières d’avatars sur-armés et surpuissants, appelés les « Sixers », véritable armée privée à l’intérieur de l’OASIS.

Les ennuis ne fond donc que commencer pour Wade, quand il découvre la première clé. Dans l’OASIS, mais aussi dans le monde réel…

  • Le jeu vidéo « rétro » à l’honneur

On ne peut pas vraiment dire que je sois une grande « gameuse », n’ayant jamais possédé de console.

Et pourtant… Au début de la gloire de jeux PC comme Atlantis, Versailles ou Egypte, et même Zork: Nemesis ou jeux à dégommer comme Deadly Tide,  je ne loupais pas un épisode de Des Souris et des Rom sur Canal J. J’expédiais mes devoirs vite fait, et quand nous avons eu notre premier PC à la maison, outre la lecture et le dessin, je l’allumais. Dès mes douze ans et jusqu’à à peu près vingt-cinq ans (après je n’avais plus le temps), je passais le plus clair de mes vacances assise davant l’ordinateur, à bâtir des civilisations ou mener des batailles sur Age of Empires II, Empire Earth, Age of Empires III ou Age of Mythology, ou à inventer des histoires hilarantes sur Les Sims 2 (je détestais les Sims 3 – sur le coup, il y avait des idées intéressantes, mais c’était beaucoup moins amusant!). J’ai donc passé assez de temps rivée à mon PC sur des jeux de stratégie et de simulation, et j’ai eu assez de potes et travaillé avec assez de gamers (quand je travaillais en Angleterre, je partageais mon bureau avec la graphiste et le gars de la rubrique jeux vidéos) pour comprendre la fascination exercée par cette univers, ainsi que sa grande richesse. D’ailleurs, même si mon esprit est occupé autrement à présent, je ne peux pas m’empêcher de jeter un oeil à l’actualité des jeux, ou à regarder, tard le soir, Retro-Game One pour une plongée fascinante dans l’histoire du jeu vidéo.

J’ai donc adhéré à fond. Car même si je ne connais pas tout à fond et que je n’ai toute ma vie qu’effleuré le sujet, je ne me suis pas sentie larguée quand, dans le livre, il est fait référence aux modèles de consoles anciennes présentes dans l’OASIS sur lesquelles s’entraînent Parzival et Aech, ou aux jeux mythiques que même des non-initiés peuvent connaître. Qui n’a pas entendu parler du mythique Pac-Man ou même de Dungeons and Dragons? Ou de Space Invaders avec ses graphismes en 2D pixellisés? De Zork? Pour peu que l’on se plonge à fond dans l’histoire, ne pas être un gamer n’est pas en soit très handicapant. Cela peut aider mais ça n’est, à mon avis, nullement indispensable, car le livre a d’autres richesse. En effet, Player One nous ramène donc dans un univers un peu nostalgique et haut en couleurs: celui des années 1980!

  • Culture des eighties

Qu’on adhère à l’ambiance eigthies ou non, il faut bien avouer que les productions filmées ou musicales de cette période (années 80 mais aussi fin des années 70) sont assez typées, et marquées par leur époque au niveau du visuel et des sonorités. Dans cette chasse à l’oeuf, James Hallyday entraîne les joueurs de l’OASIS dans le monde de son enfance et de son adolescence, qu’il s’agisse de jeux vidéos, de musique ou même de films. Il faut dire que cette période a vu émerger des genres comme les films teenager comme Breakfast Club ou Créature de Rêve, des films d’horreur, d’aventure ou de fantasy comme Legend ou Conan le Barbare, des comédies S-F comme Retour vers le Futur ou des classiques de la science-fiction comme Blade Runner! Outre ceux-ci, on retrouve des films aux thèmes marqués par la cybernétique comme WarGames ou encore de la science-fiction jeunesse comme Explorers (avec Ethan Hawke et River Phoenix quand ils étaient des p’tits bouchons!).

IMG_4064Bref, des films que même des générations plus jeunes ont vus, soit par curiosité, soit parce que leurs parents leur auront montré! Pour des gens comme moi qui approchent doucement de la trentaine, c’est toute leur enfance! 🙂 Donc, ce n’est pas sans un sourire que j’ai lu un passage où Wade/Parzifal entend pendant une partie très corsée dans l’OASIS pour récupérer la deuxième clé, la bande originale – épique! – de Conan le Barbare en fond sonore! (Désolée, les aventures de ce bon vieux Conan, c’est culte pour moi!)

Petit détail amusant concernant ces références à la culture populaire des années 80: le récit est à la première personne, raconté du point de vue de Wade, et chaque film ou morceau de musique cité est suivi d’une parenthèse avec le nom du réalisateur/groupe avec l’année de production. Donc, des infos utiles quand on ne connaît pas ladite réalisation! Pour ma part, cela m’a permis de découvrir le groupe de hard-rock Rush! Donc, même si vous ne connaissez pas toutes les références, c’est une occasion de (re)découvrir certains classiques ou des choses un peu plus alternatives dans les années 80!

  • Un monde de tous les possibles

Player One ne nous décrit pas une réalité très réjouissante. Outre les multi-milliardaires comme Hallyday ou les multinationales comme IOI, la plupart des humains vivent dans une grande misère matérielle et sociale. Wade lui-même n’est qu’un gamin mal dans sa peau, un orphelin que sa tante garde dans un mobile-home pour toucher ses tickets de rationnement. Difficile de se faire des amis quand c’est chacun pour soi, quand on vit dans des quartiers décrépis où l’on se bat pour le moindre bidon de carburant ou pour le moindre composant électronique à revendre – à cet égard, on assiste au début à une scène où Wade est découvert par sa tante et le compagnon de celle-ci dans un recoin de la caravane en train de regarder un film sur son vieux PC, celui-ci lui est confisqué pour être revendu.

L’OASIS constitue une parade au manque d’intimité et de perspective – ce n’est d’ailleurs pas sans rappeler le postulat de départ du film Avalon. Son accès est gratuit. Elle constitue une formidable banque de données où l’on peut trouver tous les livres, films et jeux possibles et imaginables, où il est possible d’aller à l’école en ligne sur le monde de Ludus, dans des bâtiments somptueux et propres bordés de parcs et de forêts. Il est possible de créer un avatar super glamour, de porter une armure ou d’avoir la peau verte, de se faire passer pour un homme. On crée, en guise de fenêtre tchat, des salons de discussion privés et personnalisés, comme ce sous-sol aménagé où lui et Aech passent du temps à lire, discuter et à s’entraîner sur de vielles bornes ou consoles. Ils créent leurs petits cocons, comme avec le holodeck de Star Trek. Pour ceux qui acquièrent des points d’expérience, ou qui ont des « crédits » – la monnaie d’échange d’OASIS, les avatars acquièrent de la puissance, de nouveaux pouvoirs, des artéfacts qui décuplent les éventualités… mais qui mettent aussi en avant des inégalités persistantes dans le monde virtuel.

  • Des questions assez pertinentes

C’est une platitude que de dire qu’un ouvrage de science-fiction pose des questions sur le monde qui nous entoure. Car l’univers d’OASIS n’est pas si utopique que ça, finalement, et reflète les inégalités du monde réel. En début de roman, Wade/Wade3/Parzival est pauvre comme Job et ne dispose pas de crédits suffisants pour se déplacer sur OASIS et pour acquérir des artéfact magiques ou high-tech. Il n’a d’autre choix que de dégommer lapins et écureuils pour faire augmenter son niveau d’expérience, accumulant peu à peu des points en vue de quêtes futures. Face à lui, d’autres avatars « riches » possèdent toutes sortes objets mis aux enchères entre utilisateurs qui les avantagent par rapport aux autres. S’agit-il d’une critique déguisée envers ces développeurs de jeux « gratuits » dont les joueurs paient pour avoir accès à la suite? Où de jeux payants avec encore d’autres contenus payants que le joueur addict aura envie d’acquérir?

Question des données personnelles aussi – d’actualité récemment. Dans l’OASIS, l’anonymat est garanti, les données protégées quelles que soient les circonstances. C’est donc le seul espace réellement libre auquel aient accès Wade et les autres chassoeufs, le seul havre de paix de bien des hommes et des femmes. Le but d’IOI qui cherche à accaparer le contrôle d’OASIS, est d’avoir non-seulement accès aux données des usagers, mais aussi de faire de la simulation un service payant, coupant ainsi l’accès à une large frange de la population et creusant encore plus les inégalités entre les privilégiés et les autres. De plus, ils se débrouillent pour pirater ces données et récolter des informations sur les chassoeufs dangereux… La vision de la multinationale comme véhicule de l’exploitation en vue de plus de profit, bref de l’injustice et du mal absolu est un peu bateau. Mais en somme, nous sommes dans une société dystopique et il faut bien que tout se ligue contre les héros pour les pousser à se dépasser!

  • Conclusion

Pour moi, Player One est une très, très belle découverte. Je suis certes assez bon public, mais pour le coup, j’ai adoré. J’ai trouvé une histoire prenante, captivante, aussi addictive que l’OASIS elle-même. L’univers, cette réalité virtuelle où l’on peut en un clin d’oeil se créer sa propre forteresse pour donner un QG à son avatar, où l’on peut partager des aventures avec d’autres. J’ai aimé l’idée de replonger le lecteur dans cette culture des années 80 haute en couleurs, de se référer à des classiques. J’ai fait de réelles découvertes, et la quête de ces jeunes m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière ligne. Aussi je le conseille aussi bien aux gamers qu’aux non-gamers.

Le seul bémol, c’est qu’on fait encore du gamer un ado solitaire et mal dans sa peau, qui ne réussit à avoir une vie « sociale » épanouissante à travers son avatar quand il est en ligne. Plus on en apprend sur les jeunes qui se cachent derrière Parzival, Aeach, Art3mis, Daito et Shoto, plus cette impression se renforce. Je trouve ça un peu dommage… En même temps, comment être bien dans un monde appauvri,  violent, crasseux et sans perspective? Si l’on y réfléchit bien, l’histoire s’appuie sur cette envie, cette aspiration à l’accomplissement – fort humaine au demeurant. Après tout, n’a-t-on jamais rêvé d’être un héros? D’être quelqu’un de plus brave? De plus beau? D’avoir une vie plus palpitante?

Le cliché du gamer solitaire est une vision assez réductrice, voire carrément méprisante. La plupart des gamers que je connais, la plupart sont bien dans leur baskets, ont des potes et une vie sociale – n’oubliez pas que sur une console, on peut jouer à plusieurs avec des amis. Ce ne sont pas de petits gars moches, binoclard (pourquoi diable est-ce si mal de porter des lunettes?) boutonneux qu’on nous présente dans les films, et certains sont même absolument canons (je parle de ceux que je connais). Ce ne sont pas des ados attardés chez Papa-Maman, mais des jeunes hommes brillants et indépendants. D’ailleurs, il existe des chiffres très intéressants sur le sujets! Mais pour ma part, si je peste après le cliché du gamer solitaire, j’étais une jeune fille plutôt différente et solitaire, et mes parents, inquiets, me voyant plongée dans mes parties de Sims interminables au lieu de sortir avec des copains comme tout le monde, se sont même demandé si je n’étais pas dépendante aux jeux. En fait, pas vraiment, je pouvais arrêter quand je voulais, j’avais des tas d’autres centres d’intérêt. Mais bon, puisque je n’avais pas énormément de sorties ou de camarades avec qui partager des activités, j’avais du temps à tuer, et les jeux le remplissaient bien! Et puis, c’était cool de développer des civilisations, des stratégies et des plans de bataille, de voir des cités florissantes se développer sur mon écran, incroyablement distrayant de regarder mes Sims s’amuser et se battre…

En revanche, s’il est un point que j’ai apprécié dans ce livre, c’est cette prise avec la réalité, le monde concret. J’aurais regretté que tout se passe dans l’OASIS. L’OASIS crée un environnement mais les enjeux sont dans la vraie vie: avec tous ces milliards de dollars, ces jeunes veulent sortir de leur condition, s’élever, ne plus connaître les pénuries, le froid, les risques d’écroulement des bidonvilles. Il y a donc un but concret. Les passages dans le monde réel sont assez sombres et statiques, comme pour renforcer ce sentiment de mal-être du héros – son action dans le monde réel se résume à s’occuper de ses besoins physiques et de son hygiène. Cela change peu à peu au fur et à mesure de l’histoire, et – je tente de ne pas spoiler – quand il se rend compte des implications de ses actions de chassoeuf pour lui, pour sa propre vie, et pour celle des jeunes qui se cachent derrière les autres avatars. C’est ce qui le pousse à se reprendre en main après un coup du sort qui le laisse complètement seul. Et c’est finalement dans le « monde réel », dans ce monde qu’il exècre que Wade va se dépasser, jouer son plus gros coup, le plus audacieux.

Et peut-être découvrir, comme je l’ai découvert plus tard, que finalement, le jeu le plus addictif n’a pas besoin de borne et de console, qu’il n’est pas en pixel… qu’il est la vie elle-même.

Titre: Player One
Auteur: Ernest Cline
Editions: Pocket
Collection: Pocket Science Fiction
624 p.
Parution: Mars 2015 (pour l’édition de poche)
Prix: 9,80 €

Blanche Mt.-Cl.

Pari risqué avec le Diable – « Faust » de Goethe

« Dans un tel esprit tu peux te hasarder : engage-toi ; tu verras ces jours-ci tout ce que mon art peut procurer de plaisir ; je te donnerai ce qu’aucun homme n’a pu même encore entrevoir. »
Mephistopheles, in: Goethe, Faust

 Très chers lecteurs,

J’ai l’honneur de vous présenter un très grand classique de la littérature et du théâtre… Faust de Goethe. De par son sujet qui touche aux forces occultes et au surnaturel, j’ai songé que le grand classique de Johann Wolfgang von Goethe était un choix pertinent pour la chronique lecture de ce blog. Le grand auteur allemand n’est pas l’inventeur du mythe de Faust, puisqu’il était présent dans la culture populaire germanique… En effet, la « légende » s’inspire d’un personnage réel, le docteur Johan Georg Faust, un alchimiste, magicien et astrologue allemand ayant vécu au XVIe siècle. Il serait mort dans une explosion, alors qu’il menait une expérience alchimique dans une auberge. D’après les rumeurs, ce monsieur aurait pactisé avec des forces démoniaques…

Sa légende a été popularisée en Europe par le dramaturge anglais Christopher Marlowe à la fin du XVIe siècle,dans La Tragique Histoire du docteur Faust. Cette oeuvre sera bientôt détrônée, dans la première moitié du XIXe siècle, par celle de Goethe, un Faust écrit en deux temps, dont le livre que je vais vous présenter ne constitue que la première partie, nettement distincte de la seconde et qui à elle seule est un chef d’oeuvre. J’ai eu la chance de la découvrir en fac d’allemand et de la lire dans le texte, mais je vous indiquerai en fin d’article une très bonne édition en français.

  • L’histoire
Couverture d’une édition de poche spéciale (un joli petit livre relié en cuir rouge), en langue allemande

Dans une ville universitaire allemande du XVIe siècle, Heinrich Faust est un érudit admiré de tous, loué pour son savoir (théologie, droit, médecine, philosophie) et sa sagesse. Mais le grand savant s’ennuie. Il a tant étudié, mais a l’impression de ne rien savoir, et d’être passé à côté de la « vraie vie » pour rien… Dans son sombre cabinet, il s’adonne, mélancolique, à l’alchimie et invoque des esprits bienfaisants, sans que cela lui apporte des réponses satisfaisantes…

Survient alors Mephistopheles, envoyé du Diable ou diable lui-même, qui lui fait une offre alléchante: à savoir d’obtenir tout ce qu’il désire, accomplir des prouesses, et ce grâce au pouvoir de son esprit maléfique. Là où les résumés se trompent, c’est qu’il décrivent cet épisode comme un pacte avec le Diable, alors qu’il s’agit en fait d’un pari entre Mephistopheles et Faust, où le démon doit convaincre le savant de conclure ce fameux pacte avec lui. Tout au long de l’histoire, « Mephisto » de son petit surnom entraîne son improbable compagnon dans des aventures rocambolesques tour à tour drôles – l’envol sur un tonneau depuis une auberge, rencontre avec la sorcière – ou sombre – le sabbat des sorcières pour la nuit de Sainte Walburge, au cours duquel Faust a une vision terrifiante – pour le convaincre de son pouvoir et des possibilités qui s’offrent à lui. C’est ainsi que l’esprit démoniaque rend à Faust sa jeunesse. Le savant croise alors la route de la très belle et innocente Margarete… entrainant la jeune fille dans une profonde déchéance.

Voici l’une des très, très rares lectures imposées que j’aie vraiment aimée durant mes années d’études, et l’une des rares pièces de théâtre que j’aie aimé lire. D’autant plus qu’en allemand, les mots d’esprit et la poésie de Goethe sont un réel délice. J’ai beaucoup aimé cette ambiance sombre et surnaturelle, vaguement gothique. Je m’imaginais dans une de ces villes germaniques aux rues sombres et tortueuses bordées de maisons à colombages, dans cette atmosphère propice aux légendes et aux contes qui ont bercé notre enfance. Avec en prime un Faust barbu dans une longue tunique d’érudit, et un diable, ma foi…

  • Un diable tentateur et séducteur
Mephisto001
Mephistopheles, séducteur, tel que j’aime à le représenter

Que dire si ce n’est que j’ai eu l’un de mes coups de foudre littéraire avec Mephistopheles? Car s’il est un personnage qui met de l’ambiance dans la morne existence d’Heinrich Faust, c’est bien LUI.

Ce qui est amusant, c’est de voir que Faust lui-même est l’objet d’un pari entre Dieu et le diable. En effet, le prologue, sorte de pendant au Livre de Job dans la Bible met en scène Dieu et les anges au Paradis. Dieu loue la sagesse et la bonté d’Heinrich Faust, l’un de ses plus honorables serviteurs. Survient alors notre ami Mephistopheles qui tel « le Satan » de l’Ancien Testament, déclare que si Faust honore tant le Seigneur, c’est parce qu’il n’a jamais été tenté, et fait le pari de le séduire. Le Seigneur le laisse repartir, lui disant qu’un homme égaré, lorsqu’il est vraiment bon, reste conscient de s’être engagé sur le mauvais chemin. Mais Mephisto va tout mettre en oeuvre pour égarer Faust.

Ce personnage est une création littéraire PASSIONNANTE, beaucoup moins simpliste et plus complexe que les nombreuses représentations du Diable et des démons en cours dans la culture populaire. On les dépeint laids et grotesques, plus ridicules que terrifiants face à la grandeur de Dieu et de ses anges. Là, c’est tout le contraire. Mephistopheles est tout sauf ridicule. Il peut changer d’apparence comme il le désire, jusqu’à celle d’un homme bien de sa personne pour occuper Martha, la nourrice de Margarete quand celle-ci a une entrevue avec Faust. Il est fin, a le sens de l’humour et de la formule, joue des tours à tout le monde, pour le plus grand amusement des lecteurs… qui se laisseraient bien tenter par un tel démon.

C’est là toute l’habileté de Goethe. Il rend crédible cette séduction du Diable, en en faisant un être totalement irrésistible, que TOUS veulent suivre. Il exerce, hormis sur la très innocente Maragarete qui éprouve à sa vue une répulsion qu’elle ne s’explique pas, un attrait puissant. Et lui, ce démon, est très attiré par la beauté et l’innocence de Margarete, n’hésitant pas à provoquer Faust à ce sujet – j’ai souvenir d’une scène où il lui propose de prendre le relai avec la jeune dame si Faust ne va pas la voir en vitesse. En ce sens, j’irai jusqu’à dire, même si je m’avance, qu’il joue un rôle positif, puisqu’il encourage Faust à vivre une vie d’homme et à ne pas rester cloîtré dans sa salle d’étude, et lui fait prendre conscience de la profondeur de ses sentiments envers Margarete.

Goethe nous livre donc, avec ce diable somme toute plaisant qui pousse un homme à se dépasser et à prendre ce qu’il veut dans la vie, une vision intéressante de ce processus de séduction par le Diable. Mais nous aurions tort de ne voir en Faust qu’un pauvre homme frustré, et une victime passive du Malin…

  • Conclusion: le choix du « Mal »
41Y4ENSVB5L
Couverture – Source: Amazon.fr

Car s’il est une chose sur laquelle l’histoire met l’accent, c’est le libre-arbitre. Dès le début, le Seigneur prévient Mephistopheles que l’homme bon est conscient de s’engager sur la mauvaise voie. Et pourtant, Faust a le choix, dès le début. Ceci est symbolisé dans les premières rencontres entre les deux protagonistes. Quand Mephistopheles frappe à la porte de Faust, et lui explique qu’il doit lui dire trois fois d’entrer avant de s’exécuter – c’est donc l’homme qui invite le démon chez lui. Tout comme il a le pouvoir de le retenir: en effet, Faut a inscrit sur son seuil un pentacle pour se protéger du Mal, que Mephistopheles a pu franchir à cause d’un angle mal refermé vers l’extérieur. Mais le démon ne peut le franchir pour ressortir, puisque les angles sont parfaitement dessinés et fermés à l’intérieur de la maison. Faust aurait pu le retenir prisonnier chez lui pour l’empêcher de nuire, il le dit lui-même. Mais il efface finalement le symbole pour laisser partir l’envoyé du Diable. Il va le suivre dans ses pérégrinations, tout d’abord de mauvaise grâce, jusqu’à sa rencontre avec Margarete: c’est, à mon sens, le moment où tout bascule pour l’érudit qui vient de retrouver sa jeunesse. Faust déclare à Mephisto qu’il VEUT cette jeune fille et ORDONNE au démon de tout faire pour qu’il puisse l’avoir. Il trouve finalement une façon d’utiliser « l’art » de Mephisto pour son propre intérêt, pour ses désirs.

Je parlais plus haut du rôle positif de Mephistopheles dans cette histoire… Je réitère en disant que l’intervention de ce démon met en lumière l’hypocrisie de l’homme lui-même, de Faust qui fait la fine bouche mais qui au fond, ne se préoccupera pas des conséquences de ses choix sur celle qu’il désire – jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour elle – quand il ordonnera à Mephistopheles d’user de tous ses artifices afin qu’il possède Maragarete. Il sera lâche envers elle jusqu’à ce que Mephistopheles le provoque. Je n’irai donc pas jusqu’à faire de Faust le héros de la tragédie, l’héroïne tragique étant Margarete elle-même, qui par amour va se compromettre mais qui, malgré sa situation terrible, se refusera jusqu’au bout à l’influence de Mephisto. Je pense d’ailleurs que le démon, qui admet n’avoir aucune prise sur elle, l’admire profondément pour cela… Mais ce n’est que ma lecture à moi, bien sûr! 🙂

J’espère donc, en ce dimanche, vous avoir donné l’envie de découvrir, ou de redécouvrir ce classique magnifique, plein de magie et de noirceur. Passez une bonne fin de weekend! 🙂

Titre: Faust
Auteur: Johann Wolfgang von Goethe
Editions: Folio
Collection: Folio Théâtre
224 p.
Parution: Octobre 1995
Prix: 4,60 €

Blanche Mt.-Cl.