SEMAINE THÉMATIQUE: FRANKENSTEIN – Pastiche d’un classique avec « Frankenstein Junior » (Mel Brooks, 1974)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Young_Frankenstein_movie_poster
Affiche du film – Source: Wikipedia

Je reviens terminer cette semaine thématique dédiée à Frankenstein avec une chronique express. Si j’ai évoqué le roman ainsi que deux adaptations notables, j’aimerais revenir avec vous sur une comédie largement inspirée de l’oeuvre de Mary Shelley ainsi que des vieux classiques de l’horreur.

Vous connaissez très probablement Mel Brooks, en particulier pour des comédies loufoques comme La Folle histoire de l’espace, Sacré Robin des Bois ou encore Dracula, mort et heureux de l’être. Eh bien sachez que j’ai fait la découverte il y a quelques années, par l’un de mes oncles qui avait ramené le DVD en vacances pour nous le montrer, Frankenstein Junior. Succès critique d’après une idée originale de l’acteur Gene Wilder qui participe à l’écriture du scénario et interprète le rôle titre, cette comédie est en son temps un véritable succès couronné de plusieurs récompense.

Vous êtes curieux de ce que peut donner une comédie sur un tel sujet?… Suivez-moi et bouclez vos ceinture, car ce n’est pas triste!

Continuer la lecture de SEMAINE THÉMATIQUE: FRANKENSTEIN – Pastiche d’un classique avec « Frankenstein Junior » (Mel Brooks, 1974)

Publicités

SEMAINE THÉMATIQUE: FRANKENSTEIN – Deux adaptations cinématographiques aussi notables que différentes

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

800px-Frankenstein's_monster_(Boris_Karloff)
Portrait de Boris Karloff pour La Fiancée de Frankenstein – Source: Wikipedia

On y arrive! Je ne sais pas comment car je n’ai plus les yeux en face des trous, mais on y arrive tout de même. Me voici donc de retour avec une nouvelle chronique cinéma pour cette semaine thématique dédiée à Frankenstein. Pour le coup, j’ai très mal géré tout ça, car j’aurais dû prévoir que j’aurais beaucoup à faire durant ma dernière semaine de stage.

Car si l’oeuvre de Mary Shelley nous est si familière de nos jours, c’est surtout en raison de ses nombreuses adaptations! Il faut dire que ce livre a connu un succès immédiat, et s’est vu très tôt adapté en pièce de théâtre, voire en ballet… ainsi qu’au cinéma, et ce dès les films muets!

Mais je n’ai retenu que deux oeuvres. D’une part parce qu’elles sont notables, et d’autre part parce que datant de deux périodes bien différentes, elles sont, par les enjeux retenus par les réalisateurs, autant le reflet de leur temps que d’une interprétation différente de cette histoire très populaire! Il s’agit du classique de 1931 de James Whale avec Boris Karloff dans le rôle de la créature, et du film de Kenneth Branagh sorti en 1994.

Je vais donc commencer par une présentation succincte des deux films évoqué, avant de parler mise en scène, thèmes abordés et différences par rapport aux livres. Une fois n’est pas coutume, la « fiche technique » vous sera présentée en fin de post. Et c’est parti, tremblez…

Continuer la lecture de SEMAINE THÉMATIQUE: FRANKENSTEIN – Deux adaptations cinématographiques aussi notables que différentes

Chimère – Fontaine Saint-Michel – 2007

img002
Chimère – Fontaine Saint-Michel

Durant mes études à Paris – en particulier durant mes études d’histoire, j’ai passé un certain temps dans le Quartier Latin, entre la Sorbonne, la bibliothèque de cette prestigieuse université (à la réputation surfaite, m’est d’avis), le Boulevard Saint-Michel, Gibert, la Rue Danton. C’était une période un peu difficile où j’avais des doutes sur mes études – que j’avais prises en horreur, je l’avoue. Je trainais littéralement les pieds pour aller à la fac, j’étais très renfermée et je ne parvenais plus à réfléchir correctement sur mon avenir, ou à parler aux autres. Quitte à pousser parfois mes promenades jusqu’à Notre-Dame.

Je passais donc des heures à flâner dans le quartier, jusqu’au dernier moment pour éviter l’attente avec les autres étudiants, avant de m’isoler à une place où je serais sûre qu’on m’oublierait. J’aimais à passer devant la fontaine Saint-Michel, mettant en scène l’Archange Michel terrassant le Démon. C’est kitsch, mais manichéen et simple, rassurant. C’est pendant un  cours qu’au lieu de prendre des notes, j’ai attrapé mon stylo et ai  « commis », plus ou moins de mémoire, plus ou moins fantasmée, cette chimère inspirée de celles de la fontaine.

Blanche Mt.-Cl.