Un beau petit diable – Dessin – Octobre 2014

Diable001
Un beau petit Diable…

Voici enfin un dessin qui n’a rien à voir avec mon roman… Un autre diablotin très typé, et pour une fois, coloré. Le graphisme et la peinture m’auront au moins appris à utiliser de la couleur, ce qui commence à avoir une influence positive sur mon dessin. 🙂

Bien que j’aie réutilisé un thème déjà exploré dans mes dessins, mais d’une manière nouvelle, ce qui me permettra de mentionner mes influences… Tout d’abord, je suis fascinée par le personnage du Diable, « le Satan » comme il est appelé dans l’Ancien Testament. J’aime ce passage du Live de Job où il met Dieu au défi d’éprouver la foi de Job, son plus fidèle serviteur. J’aime voir Dieu et le Diable côte à côte dans cet épisode pour le moins intéressant. Une scène similaire ouvre le Faust de Goethe, et l’objet du pari entre le Seigneur et Mephistopheles est Faust lui-même.

Visuellement, j’ai différentes influences. Dans l’arrière-plan, on retrouve les volutes et les arabesques de l’Art Nouveau – dans un livre sur le graphisme heavy metal, j’ai pu constater que certains graphistes de cette mouvance ont également ces influences. J’aime également l’art médiéval et ce qui va avec – en particulier les armures comme celle que porte mon personnage – et j’admire beaucoup l’oeuvre du peintre Jérôme Bosch. En particulier lorsqu’il s’intéresse à l’Enfer et au Paradis, ses démons hybrides magnifiquement imaginés. Je me demande, à chaque fois que je trouve un nouveau détail, comment l’idée lui en est venue, comment il a réussi à créer des scènes qui n’ont rien à envier à nos films gores.

J’ai également des inspirations mythologiques et littéraires. J’ai fait la relation entre le dieu égyptien Seth et Satan, pour donner mon diable une queue de la forme de celle de Seth. En Ancienne Egypte, on considérait les gens roux, comme le pharaon Ramsès II par exemple, comme liés ou bénis par ce dieu particulièrement puissant et destructeur, responsable de la foudre, régnant sur les étendues désertiques et stériles. Il a également une dimension positive, quand bien même il est censé avoir assassiné son frère Osiris, car il se tient à l’avant de la barque de Rê pour la guider chaque nuit et éloigner le serpent Apophis qui cherche chaque nuit à empêcher le soleil de se lever. Ramsès II avait même créé une division dédiée à ce dieu dans son armée.

Enfin, je suis une fan inconditionnelle du Mephistopheles dans le Faust de Goethe. Je l’imagine toujours sous l’apparence d’un jeune homme particulièrement attirant – dangereusement attirant, roux, souriant, androgyne pour être attirant aux yeux de tous, affublé d’un sex-appeal malsain comme celui du chevalier vampire Requiem dans la BD illustrée par Olivier Ledroit.

J’espère que ces explications vous en diront un peu plus sur mon univers!

Blanche Mt.-Cl.

Publicités