Planet Opera à l’ancienne – Une Princesse de Mars (Edgar Rice Burroughs)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien, que ceux qui sont bientôt en vacances ne sont que joie et que ceux qui s’apprêtent à retourner bosser sont bien reposés… Pour moi le retour de quelques jours de vacances est un peu morne: il fait gris dehors, je n’ai pas d’extérieur dont je peux profiter… Afin d’égayer un peu cette dernière journée de juillet, j’ai décidé de vous parler, ou plutôt de vous re-parler d’un roman lu il y a longtemps, un vieil ouvrage de SF paru pour la première fois en 1913… En effet, pourquoi ne pas vous reparler d’Une Princesse de Mars d’Edgar Rice Burroughs, maintenant qu’il y a plus de monde sur ce blog? Et surtout, pour donner plus de couleurs à ce milieu d’été un peu morne après la canicule!

Je vais donc vous présenter ce roman dégoté et lu alors que je travaillais en Angleterre il y a quelques années, et c’était l’une de mes premières lectures en V.O. depuis l’université. Préparez-vous à suivre John Carter sur la planète Mars où, de prisonnier, il va devenir un héros… Pour vous parler de tout ça, je vais changer la structure habituelle de l’article, afin d’évoquer l’œuvre de Rice Burroughs ainsi que l’adaptation – que vous connaissez peut-être – tirée de son roman, et par la même occasion, je vous ferais part de ce qui me passe par la tête concernant l’adaptation de SF à l’ancienne. Continuer la lecture de Planet Opera à l’ancienne – Une Princesse de Mars (Edgar Rice Burroughs)

Publicités

Tag – Trente jours, trente livres (I)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous avez apprécié le dernier bilan bi-mensuel et l’annonce de la FAQ Sang des Wolf pour l’anniversaire du roman… Comme vous l’avez compris, avec l’activité des derniers temps, le blog a quelque peu souffert, et l’essentiel des publications s’est faite sur Instagram. J’y ai d’ailleurs trouvé un challenge intéressant, où il est question, chaque jour, de présenter un ouvrage. Je l’ai fait sur Insta en stories, mais je me suis dit qu’il était intéressant de vous en faire un petit compte-rendu.

Avec trente bouquins, cependant, et me refusant à faire une simple liste, j’ai décidé de scinder la chose en trois articles, histoire de consacrer un paragraphe à chacun des ouvrages, pendant trois jours à l’heure du goûter. Je commence donc aujourd’hui avec les dix premiers! C’est parti!

Continuer la lecture de Tag – Trente jours, trente livres (I)

À la recherche de la grâce – Silence (Martin Scorcese, 2016)

Je suis stupéfait d’avoir reçu la grâce de faire ce film maintenant, à ce moment de ma vie.
Martin Scorcese

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous passez un bel hiver exceptionnellement doux plein de lecture, de films et de cocooning. Me voici de retour après un bilan assez copieux avec, pour la première fois depuis la création du blog, et également depuis l’annonce de sa diversification, une chronique dédiée à un film ni SFFF, ni geek, ni rien de tout ça, depuis ma volonté de diversifier les thèmes.

J’ai longtemps atermoyé avant de présenter tout ça, car je voulais être certaine de bien comprendre ce film et de lui rendre justice. Roulement de tambour (ou plutôt de taïko). J’y ai régulièrement fait allusion depuis l’an dernier, qu’il s’agisse de la lecture du roman dont il est adapté, et depuis mon visionnage de cette automne… il s’agit ni plus, ni moins que de Silence de Martin Scorcese. Comme vous le savez, il n’est à attendre aucune objectivité de ma part, je chronique en général ce que j’apprécie…Et pour le coup, c’est vraiment une œuvre, écrite et filmée, qui m’a beaucoup touchée. Je parlerai du film, mais je ferai également allusion au roman dont il est tiré, et à son auteur, Shûsaku Endô dont le parcours est très marqué par les thèmes abordés dans le film.

Voici une chronique un peu longue, puisque je fais souvent des allers et retours entre le roman et le film! J’espère ne pas vous barber. Je vous invite donc à me suivre dans ce voyage étrange et clandestin, au Japon du XVIIe siècle… Continuer la lecture de À la recherche de la grâce – Silence (Martin Scorcese, 2016)

SEMAINE THÉMATIQUE: FRANKENSTEIN – Deux adaptations cinématographiques aussi notables que différentes

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

800px-Frankenstein's_monster_(Boris_Karloff)
Portrait de Boris Karloff pour La Fiancée de Frankenstein – Source: Wikipedia

On y arrive! Je ne sais pas comment car je n’ai plus les yeux en face des trous, mais on y arrive tout de même. Me voici donc de retour avec une nouvelle chronique cinéma pour cette semaine thématique dédiée à Frankenstein. Pour le coup, j’ai très mal géré tout ça, car j’aurais dû prévoir que j’aurais beaucoup à faire durant ma dernière semaine de stage.

Car si l’oeuvre de Mary Shelley nous est si familière de nos jours, c’est surtout en raison de ses nombreuses adaptations! Il faut dire que ce livre a connu un succès immédiat, et s’est vu très tôt adapté en pièce de théâtre, voire en ballet… ainsi qu’au cinéma, et ce dès les films muets!

Mais je n’ai retenu que deux oeuvres. D’une part parce qu’elles sont notables, et d’autre part parce que datant de deux périodes bien différentes, elles sont, par les enjeux retenus par les réalisateurs, autant le reflet de leur temps que d’une interprétation différente de cette histoire très populaire! Il s’agit du classique de 1931 de James Whale avec Boris Karloff dans le rôle de la créature, et du film de Kenneth Branagh sorti en 1994.

Je vais donc commencer par une présentation succincte des deux films évoqué, avant de parler mise en scène, thèmes abordés et différences par rapport aux livres. Une fois n’est pas coutume, la « fiche technique » vous sera présentée en fin de post. Et c’est parti, tremblez…

Continuer la lecture de SEMAINE THÉMATIQUE: FRANKENSTEIN – Deux adaptations cinématographiques aussi notables que différentes

Adaptation – « Hunger Games » au cinéma (2012-2015)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

20005014
Affiche du premier opus d’Hunger Games – Source: AlloCiné

Une fois n’est pas coutume, je reviens avec du très, très récent! En effet, je suis allée au cinéma ce week-end, voir la conclusion de la série Hunger Games, trilogie transformée en tétralogie dans la version filmée. Je ne vous cacherai pas que je suis assez fan des livres, que j’ai déjà traités sur ce blog (en même temps, j’ai aimé Battle Royale et Wang, il fallait bien s’attendre à ce que j’adhère!). Il est vrai que j’aime bien les O.V.N.I.s et les curiosités, mais je m’intéresse aussi aux sagas populaires car je suis curieuse de ce que les autres aiment.

À dire vrai, le premier volet était déjà sorti au cinéma quand j’ai pris connaissance de la trilogie de Susanne Collins. Les bande-annonces que j’avais vues me paraissaient assez tentantes, aussi ai-je décidé que je verrais le film, mais pas avant d’avoir lu les bouquins. Ils ont dormi dans ma PAL jusqu’en janvier dernier, et je me suis hâtée d’acquérir les Blu-Ray des trois premiers films. À la maison, ils étaient ravis d’avoir enfin quelque chose d’inédit à regarder le soir. Seul mon frère, un peu snob quand il s’agit de cinéma, s’est refusé à visionner la saga Hunger Games.

Comme dans ma critique littéraire, je traiterai la série dans son entier. Emploi du temps de ministre oblige, je serai aussi concise que possible dans ce topo en ce qui concerne le pitch, pour me concentrer sur une courte présentation des films et sur la « direction artistique », si j’ose dire. Et il n’y aura pas de fiche technique, comme je le fais d’habitude.

Prêts à entrer dans l’arène? Comme disait la dame: « Puisse le sort vous être favorable! »

Continuer la lecture de Adaptation – « Hunger Games » au cinéma (2012-2015)

SEMAINE THÉMATIQUE – Adaptation d’un classique S.-F. – Dune (David Lynch, 1984)

Titre: Dune
Année de production: 1984
Réalisation: David Lynch
Origine: Etats-Unis
Durée: 2h10
Distribution: Kyle MacLachlan, Francesca Annis, Sean Young, Max von Sydow, Jürgen Prochnov, Sting, Patrick Stewart…

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

La semaine thématique consacrée à Dune continue et bat son plein! Je rédigeais il y a peu un article consacré au documentaire sur le projet pharaonique d’adaptation par Alejandro Jodorowsky. Projet passé à la trappe, par manque de financement. Mais qu’à cela ne tienne: c’est David Lynch qui, dans la première moitié des années 80, adapte finalement l’oeuvre herbertienne dans un film intitulé, comme le roman éponyme, Dune. C’est donc à cet opus que j’ai vu pour la première fois à six ans, que je consacrerai la présente chronique cinématographique…

  • Le Pitch

Dune_1984_Poster
Affiche du film – Source: Wikipedia

Le film reprend le premier volume de la saga. Nous sommes en 10191, sous le règne de l’empereur Padishah Shaddam IV (José Ferrer). L’économie de l’univers repose sur une substance très précieuse, l’Epice, une drogue qui rallonge la vie et décuple les capacités de l’esprit humain. Celle-ci n’est produite que sur une seule planète, un astre désertique: Arrakis, que l’on appelle également Dune. Lorsqu’il la reçoit en fief, le duc Leto Atréides (Jürgen Prochnov) s’y installe avec sa concubine Jessica (Francesca Annis) et leur fils Paul (Kyle MacLachlan). Une fois sur place, ils tentent de gagner la sympathie des Fremen, un mystérieux et farouche peuple du désert. Mais bientôt, l’ennemi juré des Atréides, le baron Harkonnen (Kenneth McMillan), allié à l’empereur, les attaque. Le duc est tué, mais Paul et sa mère parviennent à fuir dans le désert.

Leur errance les amène vers la tribu du chef Fremen Stilgar (Everett McGill), où Paul fait la connaissance de son grand amour qu’il voyait en rêve, Chani (Sean Young). Son arrivée correspondant à une prophétie messianique Fremen, Paul va tout faire pour s’intégrer auprès de ses protecteurs et devenir leur meneur, afin de venger son père et d’écarter la menace Harkonnen d’Arrakis…

Continuer la lecture de SEMAINE THÉMATIQUE – Adaptation d’un classique S.-F. – Dune (David Lynch, 1984)