Chevaliers dans la Forêt – Dessin – 2012

Voici une autre de mes fiertés, qui a longtemps servi d’image d’en-tête à mon premier blog en anglais. Il s’agit d’une première tentative de dessin inspiré par les univers de la fantasy. En réalité, je n’en suis pas très friande, et ce n’est que récemment, qu’à nouveau intéressée par le mythe arthurien et l’imaginaire médiéval, j’ai re-commencé à dessiner des armures.

Chevalier&chevalière001
Fantasy Médiévale – Chevaliers dans la Forêt

Sur ce dessin, nous pouvons voir un couple de chevalier – un jeune homme blond comme le blé et une brunette portant une élégante armure sur sa robe – sous un arbre. J’ai accentué les contrastes sur iPhoto et ajouté un contour flou pour donner un aspect onirique à la scène, histoire de rappeler certaines scènes du mythique Excalibur de John Boorman.

Continuer la lecture de Chevaliers dans la Forêt – Dessin – 2012

Publicités

Mephistopheles – Faust – 2012

Mephisto001
Faust – Mephistopheles

Après Marguerite, je poursuis avec Faust pour vous présenter ce qui est à la fois l’un de mes dessins favoris, représentant l’un de mes personnages favoris de la littérature (avec, bien sûr, le Fantôme de l’Opéra), j’ai nommé… Mephistopheles. On ne sait trop s’il s’agit d’un démon, ou du Diable lui-même, venu pour tenter ce bon Faust…

Puisqu’il est un tentateur, j’ai décidé qu’il devait être séduisant, dégager de l’érotisme. Aussi, pour qu’il plaise à un maximum de nombre, je lui ai donné une apparence vaguement androgyne, des traits fins ave un petit sourire en coin des plus ironiques, de longs cheveux roux-rouge, quatre corne, un halo noir qui atteste de sa nature diabolique, et une queue fourchue inspirée de celle du dieu égyptien Seth dont les caractéristiques ont inspiré les représentations de Satan.

Continuer la lecture de Mephistopheles – Faust – 2012

Marguerite à son miroir – Faust – 2012

Gretchen001
Faust – Marguerite au Miroir

« Ooooooh je rrrrrrrie de me voir si beeeeelle en ce miroir… »

Outre un air chanté d’opéra par Bianca Castafiore dans Les Aventures de Tintin, il s’agit bien d’une scène du Faust de Goethe, où la jeune et innocente Marguerite s’admire dans un miroir, parée des bijoux offerts par un admirateur secret. Cet admirateur n’est autre que Faust, qui sur les conseils de Mephistopheles, ange déchu ou diable, cherche à la séduire par des présents. Les bijoux sont d’abord confisqués par la mère de Marguerite, une femme très pieuse, qui préfère les donner aux bonnes oeuvres. Mais la nourrice de Marguerite, elle, conseille à la jeune fille de les cacher et de les essayer quand sa mère n’est pas là. Cela fait l’objet d’une scène où la belle Marguerite se pare et s’admire.

C’est cette scène qui m’a inspirée – Goethe étant un livre les plus marquants que j’aie pu lire – ce dessin. Marguerite y est belle, jeune et a de longs cheveux blonds lâchés, souvent symboles d’innocence et de jeunesse dans l’art. J’ai réalisé après qu’elle avait un faux air d’Aurore dans La Belle au Bois Dormant de Disney, avec sa chevelure claire et ses yeux sombres. Et comme c’est une scène intimiste, je l’ai légèrement vêtue. C’est un peu subversif, puisque c’est le sex appeal de celle qui ignore qu’elle en a!

Blanche Mt.-Cl.

Homme-Hibou – Dessins – 2012

Je suis fascinée par les métamorphoses et ces histoires d’hommes qui se changent en animaux – tous les enjeux liés à l’influence de l’animal sur l’être humain, l’acceptation de la part animale, l’instinct qui prend le pas sur la raison. Je suis une grande fan de lycanthropie… mais bon, ces dessins-là n’ont rien à voir avec ça. 🙂

Homme-Oiseau001
Etudes – Hommes-hiboux

Continuer la lecture de Homme-Hibou – Dessins – 2012

Fiction Rétro-Futuriste en Egypte – Duo énigmatique – 2012

Hedjet-Snefrou001
Fiction égyptienne – Hedjet et Snéfrou

Peut-être vous rappelez-vous le duo de cette fiction égyptienne, ces deux personnages avec une face sombre. Bien que j’aie abandonné cette histoire, j’ai continué, histoire de ne pas perdre la main, à dessiner des personnages.

Dans cette version, les deux personnages sont visibles avec et sans perruque.

Comme vous pouvez le voir, les tenues de la dame restent très, très sexy, tandis que son regard reste invisible. J’ai affiné les traits de l’homme pour lui donner un air encore plus énigmatique.

En fait, ce sont surtout les costumes qui m’intéressaient à ce moment-là, car j’avais bien d’autres choses en tête (je crois que je croulais sous le poids des dossiers géopolitiques à rendre).

Blanche Mt.-Cl.

La Mort, Reine de la Nuit – Dessin – 2012

IMG_0644
Fusain – La Mort, Reine de la Nuit

J’ai commencé à faire plus de dessins sans rapport avec mes écrits à cette période – j’avais de moins en moins le temps d’écrire, et j’avais envie de me réserver pour des histoires plus poussées, de terminer un vrai projet. En attendant, je voulais entretenir mes « talents » avec des dessins « ornementaux ».

Après avoir regardé des oeuvres d’Alphons Muscha, j’ai voulu représenter la Mort d’une façon un peu plus « fun », non pas comme un squelette encapuchonné, mais comme un squelette élégant dans un décor fantaisiste inspiré de l’Art Nouveau pour égayer quelque peu mes cahiers.

Blanche Mt.-Cl.

Peinture – Arbre Humain – Eté 2011

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arbre Humain

Voici une peinture à laquelle je tiens beaucoup… Au niveau de la taille, c’est l’une des plus petites que j’aie peintes, mais aussi mon tout premier défi technique compte tenu de toutes les branches et irrégularités des arbres.

Je l’ai peinte pour les cinquante ans de mariage de mes grand-parents, et j’ai sélectionné une palette de couleurs spécialement étudiée pour leur intérieur (ils sont nés dans un pays chaud et cela se voit dans leur décoration intérieure). Je voulais représenter quelque chose évoquant à la fois l’amour et la robustesse – les arbres l’évoquent pour moi, de par leurs racines profondes – et puis cinquante ans de vie commune, ça commence à faire. J’ai donné au tronc la forme de deux amants figés pour l’éternité dans une sorte de forêt paradisiaque et lumineuse… Très inspirée par Klimt, que ma grand-mère aime également beaucoup, j’ai justement choisi, pour la lumière, de tartiner l’arrière-plan avec une peinture dorée très riche que j’ai même vernie avant de peindre le reste, pour la rendre encore plus brillante.

Mes grand-parents ont adoré, ce qui m’a fait IMMENSÉMENT plaisir.

Evidemment, le tableau est beaucoup mieux en vrai… et éclairé à la bougie, c’est comme à Byzance! 🙂

Blanche Mt.-Cl.