Les partis pris du « Sang des Wolf »

  • Partis pris « littéraires »

J’ai lu des livres et vu pas mal des films ces dernières années, et il semble que le « fantastique » ait le vent en poupe, notamment les histoires de vampire et de loup-garou. Seulement, j’ai un souci avec la façon dont Hollywood aborde le sujet des métamorphoses, toujours très glamour et spectaculaire, privilégiant des combats ou des romances… Je n’ai rien contre l’action ou la romance, mais j’avais envie de voir cela sous un autre angle, en revenant sur les terres de cette bonne vieille Europe. Plus précisément dans les sombres forêts des contes germaniques où sont nées bien des légendes… Le nom de famille des héros, « Finsterwald », signifie d’ailleurs « forêt ténébreuse ».

cropped-cropped-affichesw53.jpg

Le Sang des Wolf témoigne de mon intérêt pour l’histoire du monde germanique, pour le fantastique, le thriller et les enquêtes policières, ainsi que, selon l’avis de certains, pour le gothique. J’ai pris le parti d’ancrer des faits fantastiques dans une réalité qui nous est familière, et de faire des personnages principaux de jeunes adultes comme le sont certains d’entre nous – oscillant encore entre leur vie d’homme ou de femme responsable et leurs lubies adolescentes, ce qui offre quelques moments de légèreté. Ces jeunes héros, vous le verrez, ont parfois été profondément blessés par le passé. Ils ne demandent qu’à trouver leur place dans ce monde alors qu’ils se trouvent confrontés à des événements très sombres – des meurtres atroces qui terrorisent Vienne – qui dépassent leur compréhension et les poussent à réfléchir sur eux-mêmes. Car pour moi, le fantastique n’a pas spécialement vocation à être spectaculaire, il est sous-jascent dans un monde si amoureux de rationnel. Il est de plus en plus présent, au fur et à mesure que l’histoire avance.

Aussi ai-je l’espoir que ce roman pourrait séduire un public de jeunes adultes, et même de lecteurs plus âgés étant donné la diversité des enjeux – enquête, poids du passé, fantastique, relations humaines, etc. – et le fait que certains des personnages principaux sont aussi les parents de nos jeunes héros. Mais je vous rassure: j’ai glissé dans cette histoire quelques touches d’humour, car je ne peux pas vivre sans, et parce que j’aime les personnages truculents et les bons mots ! Mais cela, je vous laisse le voir avec la commissaire et avec le consultant spécialiste du loup en Europe… Et quand bien même vous vous laisserez prendre par des moments d’émotion, les excentricités de quelques-uns vous redonneront le sourire !

J’aime assez mélanger les genres, et je pense que c’est cela qui me pose problème dans ma recherche d’éditeur. Le fantastique et la romance sont présents, mais je ne pouvais en faire les seuls enjeux. L’enquête et l’humour, couplés aux secrets de famille, la rationalité de l’inspecteur se heurtant à des découvertes étranges apportent du piment à l’ensemble.

  • Des loups et de la musique

De plus, c’est un fait : les loups sont présents en Europe. De plus en plus présents, d’ailleurs, si j’en crois les recherches que j’ai menées à ce sujet pour la rédaction du Sang des Wolf. Les meutes sont de plus en plus nombreuses, particulièrement à l’Est. Je lisais même que dans quelques villes moyennes en Roumanie, les gens en croisaient dans la rue en allant bosser… Ce qui est drôle c’est que pendant que j’écrivais en mars et avril 2013, et encore depuis lors, on rapporte régulièrement des apparitions de loup un peu partout en France, même à environ 200 kilomètre de Paris. Alors pourquoi pas des loups sauvages dans le Wienerwald, cette immense forêt qui couvre les alentours de Vienne ? D’autant plus que l’Autriche est devenue pour ces vaillants et majestueux canidés une zone de passage obligée lorsque, de Slovénie ou de plus loin, d’Italie, ils rejoignent le Tyrol et la Bavière… Mais vous verrez que ce n’est pas le seul mystère de ce roman !

cropped-cropped-affichesw55.jpg

La musique est également très présente dans l’histoire, et j’ai décidé qu’elle le serait également pour accompagner le texte. Je travaille souvent en musique – il y a pratiquement deux ans maintenant, j’ai écrit au son de Muse, de Depeche Mode, de Rammstein, des Scorpions, de vieux hits New Wave et de Wagner.

J’ai même réutilisé le langage de l’opéra! Hormis pour les très classiques chapitres, vous ne trouverez pas un prologue, mais un prélude, et non pas des livres ou des parties, mais des actes. De temps en temps, vous trouverez un morceau de musique pour accompagner votre lecture – classique, pop, rock, new wave… – dont certains, à mon avis, représentent très bien les protagonistes de l’histoire et ajoutent à l’ambiance fantasmagorique de certaines scènes.

  • Pourquoi mettre Le Sang des Wolf en ligne?

Trouver un éditeur est assez délicat, car ils semblent de plus en plus dur à convaincre, surtout en ce qui concerne les bloggueurs, considérés avec suspicion dans certaines sphères du monde littéraire ! Mais il y a quand même eu de belles découvertes sur Internet depuis quelques années, et je compte bien faire partie de celles-ci.

Et soyons honnêtes, je ne suis pas adepte de l’auto-édition, du moins pas tout de suite : je n’ai pas assez d’amis adeptes du fantastique pour m’aider à promouvoir mon histoire. J’ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes et d’exposer ce texte – non sans l’avoir protégé au préalable – pour trouver un lectorat, ce qui me paraît d’autant plus intéressant maintenant que Les Mondes de Blanche rassemble plus de lecteurs et d’abonnés. Le texte est maintenant uniquement et intégralement visible sur WattPad: le premier acte est public, et ceux qui l’apprécient peuvent s’abonner à mon compte pour lire les chapitres suivants. Vous êtes bien sûr les bienvenus si vous souhaitez voter pour les chapitres que vous aimez et me faire part de vos encouragements! 🙂 

Inutile de préciser que j’ai ADORÉ écrire cette histoire. Cela n’a pas été tous les jours facile, et j’ai failli abandonner. Mais j’ai vécu de grands moments, j’ai beaucoup ri car pour certains personnages, je me suis inspiré de personnes que je connaissais, et j’ai également pleuré. Bref, ce fut intense, les personnes qui l’ont lu l’ont également ressenti ! Pour le moment, j’ai reçu des retours plutôt positifs, de la part de lecteurs de différentes générations, de quinze à plus de quatre-vingts ans ! Si cela peut donc vous convaincre de pousser plus en avant votre lecture, et de vouloir la suite !

Vous êtes donc prévenus, ce premier opus est une mise en bouche. Vous vous pourléchez déjà les babines ? Cessez donc de saliver, c’est par ici que les choses amusantes commencent, dans le prélude… N’oubliez pas qu’ici, on n’appelle pas ça un prologue!

En vous souhaitant à tous une agréable lecture!

Blanche Mt.-Cl.

Rendez-vous sur Hellocoton !

EnregistrerEnregistrer