Pour la chronique cinéma du jeudi… TAG Disney! (N.B. Pas que des princesses!)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

2009_1102Eurodisney0020
Château de la Belle au Bois dormant sous la pluie, la tête dans les nuages – Archives personnelles

Une fois n’est pas coutume, je remplace la chronique cinéma du jeudi par un petit tag un peu spécial dédié à… Walt Disney. Il m’a été inspiré par Léa du blog Dégustations littéraires et par Eléonore du Repaire des livres.

Malgré ma désaffection pour les derniers films de Disney et le monde des princesses depuis quelques années, j’ai trouvé ce tag très sympathique dans son principe. Et puis, si nous aimons vraiment le cinéma, nous nous n’avons pas pu passer à côté des films et des dessins animés Disney, dont certains sont considérés comme des chefs d’œuvre, avec une direction artistique impeccable. Ils font aujourd’hui partie de la culture pop, et comme je suis très occupée et que je peinais à trouver un film à chroniquer, j’ai préféré ne pas en prendre un au hasard et le bâcler… J’ai donc opté pour ce petit tag. 🙂

Comme je suis un peu plus âgée que certaines jeunes et pétillantes blogueuses de WordPress et consort, j’ai pensé qu’il serait intéressant de comparer nos réponses, puisque je n’ai peut-être ni les mêmes références, ni les mêmes goûts qu’elles! 🙂 Surtout que dans mon « univers » Disney figurent aussi bien des dessins animés que des films qui ont bercé mon enfance et que je revois toujours avec plaisir. J’ajoute donc ma patte perso à ce tag avec des œuvres véritablement filmées, en plus des dessins animés. 🙂

Vous êtes prêts? Je commence, et c’est aussi l’occasion de nous rappeler que Disney, ce ne sont pas que des histoires de princesses…

Continuer la lecture de Pour la chronique cinéma du jeudi… TAG Disney! (N.B. Pas que des princesses!)

Le règne de la débrouillardise – « L’Ile mystérieuse » (Jules Verne)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

71v08eyWvqL
Couverture de l’édition poche du roman

Tout d’abord, je tiens à remercier les lecteurs réguliers, visiteurs occasionnels, abonnés fidèles et nouveaux abonnés du blog, car comme je l’ai annoncé la semaine dernière sur Facebook et Twitter, nous avons renouvelé le record de fréquentation de décembre avec un premier mois où nous avons passé… les 1400 vues. Sans compter que vos commentaires et encouragements me vont droit au cœur. Donc, encore une fois, merci beaucoup! Mais maintenant, vous me mettez la pression, et la qualité a intérêt à être au rendez-vous dans mes contenus, maintenant! 🙂

Je commence ce mois de février avec une chronique, je l’espère, de meilleure qualité que celle de la semaine dernière, consacrée à l’un de mes auteurs favoris. Comme ne l’ignorent pas ceux qui me suivent depuis longtemps, j’aime beaucoup les romans « à l’ancienne », et je suis très curieuse des balbutiements de la S.F. Après 20,000 Lieues sous les mers, je reviens avec un très beau roman, un autre « Voyage extraordinaire »: L’Île Mystérieuse. Ceux qui ne l’ont pas lu ont peut-être vu la mini-série hispano-italo-française adaptée du roman avec le regretté Omar Sharif. Bien sûr, je ne dois pas être la première à en poster un avis sur mon blog, mais je ne peux m’empêcher de revenir sur ce roman culte.

Êtes-vous prêts à suivre nos aventuriers à la découverte de cette mystérieuse île?

Continuer la lecture de Le règne de la débrouillardise – « L’Ile mystérieuse » (Jules Verne)

Un vieux coucou de la S.F., kitsch et sombre – Planète interdite (Fred M. Wilcox, 1956)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

290px-Forbiddenplanetposter
Affiche du film – Source: Wikipedia

Comme promis, je vous accorde cette semaine, et même un peu en avance (qui sait si je ne prendrai pas le temps de vous gratifier d’un petit bonus en fin de semaine?), une chronique cinéma, contrairement à la semaine dernière. C’est que je prévois d’avoir pas mal à faire aujourd’hui, surtout qu’encore une fois, je bloque un peu en graphisme 😥 entre autres choses. Enfin, bref…

Pour ceux d’entre vous qui suivent le blog depuis ses débuts, 🙂 vous devez vous souvenir que j’ai chroniqué quelques vieux machins comme L’Âge de Cristal, Le Jour où la Terre prit feu, ou deux oeuvres soviétiques kitschissimes comme je les affectionne, je reviens avec un film de science-fiction assez ancien, un classique du genre: Planète interdite, sorti en 1956.

Je l’ai vu pour la première fois quand j’avais neuf ans, alors que le mardi soir, mes parents me laissaient me coucher plus tard parce que je n’avais pas école le lendemain. Le film m’avait, je m’en souviens, fait assez froid dans le dos à ce moment-là, et m’avait valu quelques cauchemars, alors qu’en général, je n’étais pas très impressionnable. Pour cause: il avait fait travailler à cent à l’heure ma petite imagination! Quand je l’ai revu, une fois adulte, je l’ai perçu autrement.

Je me devais donc de partager ce classique avec vous…

Continuer la lecture de Un vieux coucou de la S.F., kitsch et sombre – Planète interdite (Fred M. Wilcox, 1956)

Petit quart d’heure geek et nostalgique – Star Wars: Episode VII – Le Réveil de la Force (2015)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Starwarsviitheforceawakens-2
Logo du film – Source: Wikipedia

Je vous retrouve pour une courte chronique cinéma garantie 100% sans aucun spoiler et 100% sans objectivité, où je ne développe pas trop sur l’histoire! 🙂 Juste ce qu’il faut pour vous intriguer, et ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte.
En effet, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller enfin voir le dernier Star Wars le week-end dernier. Eh oui, malgré ma grande déception quant à la trilogie de prequels des épisodes I, II et III (j’avais une haine inextinguible envers Jar Jar Binks), j’ai passé des semaines à éviter de lire les critiques, au cas où quelque moment clé de l’action filtre, histoire de ne pas me laisser influencer!

En effet, comme vous vous en doutez si vous suivez ce blog, je suis assez amatrice de ce genre de choses.
Mes parents  avaient fait l’acquisition de la trilogie en VHS quand j’étais enfant et eux-mêmes étaient déjà de grands fans. Je connaissais Luke Skywalker, la princesse Leia et ses macarons glamour au possible, Han Solo et Chewbacca, les Ewoks avec leurs sales petites têtes de nounours vicieux, les petits bonhommes du désert en burnous sombre, Darth Vador, l’Étoile de la Mort, les sabres laser et bien sûr cet inoubliable intro signée John Williams… Quand l’Épisode I est sorti, mes copines qui n’avaient pas vu l’ancienne trilogie sont venues les voir à la maison se faire une idée. J’ai été avec un ami voir le London Royal Orchestra reprendre la B.O. de Star Wars à Bercy en 2010. J’ai même poussé le vice jusqu’à succomber à l’appel des pyjamas Star Wars chez Undiz (je dors donc avec un tee-shirt Darth Vador!). Oui, oui. Et maintenant, j’ai cédé à l’appel de Star Wars: Épisode 7 – Le Réveil de la Force

Je ne présenterai plus la saga, devenue un monument de la culture pop, qui narre le combat entre le côté obscur et le côté lumineux de la Force, entre République et Fédération, entre l’Empire et les Rebelles, etc. … Si vous ne connaissez pas encore la saga, vous trouverez très facilement des informations, des résumés, ou des fiches de personnages. Et si vous souhaiter en apprendre plus sur l’univers de Star Wars en vous amusant, vous pourrez trouver les romans des films chez Pocket Jeunesse! 🙂

Qu’ai-je donc à vous raconter sur le dernier opus de la saga?

Continuer la lecture de Petit quart d’heure geek et nostalgique – Star Wars: Episode VII – Le Réveil de la Force (2015)

Le roman qui devint un grand film – Metropolis (Thea von Harbou)

« Ce livre n’est pas un tableau du présent.
Ce livre n’est pas un tableau de l’avenir.
Ce livre ne se passe nulle part.
Ce livre ne sert aucune tendance, aucune classe, aucun parti.
Ce livre est un drame qui tourne autour d’une seule et même expérience :
Le médiateur entre le cerveau et les mains, ce doit être le cœur. »
Thea von Harbou, préambule à Metropolis

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Sehr geehrte Leser der Welten Blanches,

J’ai le plaisir de vous retrouver, malheureusement en retard, avec cette toute dernière chronique qui m’a demandé pas mal de travail à une heure où je traîne un peu la patte. À la fois par curiosité pour cette oeuvre, et dans le cadre d’un petit défi personnel que je me suis lancé pour lire en V.O., j’ai l’honneur de vous présenter Metropolis, de Thea von Harbou, publié en 1925, qui fut adapté par Fritz Lang au cinéma et qui devint ce film culte que nous connaissons sorti en 1927.

Harbou_Metropolis_1926
Couverture de la première édition – Source: Wikipedia

Je n’ai appris que l’an dernier, peu après le lancement des Mondes de Blanche, qu’il s’agissait d’une adaptation, et je me suis fait un devoir de mettre la main sur le livre. Comme il était introuvable en français, j’ai pris le parti de le commander en allemand, et j’ai fait l’acquisition d’une édition autrichienne récente de l’ouvrage qui dormait dans ma PAL jusqu’à récemment. Ironie du sort – mais bonne nouvelle pour certains curieux qui désespèrent d’avoir accès à ce récit: l’ouvrage a été ré-édité en français cet automne. Je donnerai les références en fin d’article!

Je souhaitais écrire en version bilingue, pour donner l’occasion à une ou deux amies germanophones de lire ce que j’écris. Leider je ne me suis pas livrée à cet exercice depuis longtemps. Il me demanderait des heures de mise au point malgré ma récente lecture en allemand, et par peur de passer à côté de certaines subtilités, j’ai préféré écrire quelque chose de complet en français. Par ailleurs, l’ayant lu en V.O. je traduirai certains termes, et j’espère j’espère que la traduction collera à la dernière traduction française…

Alors, êtes-vous prêts à savoir ce qui se cache dans les sous-sols de « la grande Metropolis »?

Continuer la lecture de Le roman qui devint un grand film – Metropolis (Thea von Harbou)

Animation S.F. méconnue – Titan A.E. (Don Bluth, 2000)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Titan_AE_One_Sheet
Affiche du film – Source: Wikipedia

Depuis maintenant un an que ce blog est lancé, vous devez savoir que j’aime beaucoup le cinéma en général, plus particulièrement les genres de l’imaginaire… qui nous ont valu quelques petites perles dans l’animation. Hormis dans l’animation japonaise, on parle malheureusement trop peu de la science-fiction. J’avais essayé de le faire avec Atlantide: L’Empire Perdu, et j’y reviens aujourd’hui avec une production signée Don Bluth et produite par la 20th Century Fox: Titan A.E., sorti en 2000.

Bien avant la sortie du film quand j’étais ado, j’avais été très intriguée par la bande-annonce au rythme enlevé sur fond de course-poursuite spatiale et de musique pop-rock. On semblait bien loin des histoires de princesse à l’eau de rose, sauf que, du fait de la réalisation et du studio, on y retrouvait les qualités graphiques d’Anastasia, avec un héros mignon tout plein, ce qui ne gâchait rien.

J’ai fini par le voir, non pas au cinéma, mais en VHS, quand une amie fan du film, de la musique et du derrière du héros me l’a prêté. Je m’en souviens, parce que c’était la fin de mon année de 3ème, et qu’elle me l’avait mise dans les mains alors que j’étais invité à une grosse fête chez elle… Et je lui avais rendu son film le lendemain, lors d’une autre soirée, après avoir visionné Titan A.E. deux fois, juste histoire d’être sûre.

Attachez donc vos ceintures pour un voyage des plus dépaysants à travers le cosmos…

Continuer la lecture de Animation S.F. méconnue – Titan A.E. (Don Bluth, 2000)

Mon Top 5 des films à voir en période de Fêtes

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Gremlins (1984) Directed by Joe Dante Shown: Gremlins
Une chorale de Noël un peu particulière… – Source: Bloody Disgusting

Je reviens ce mercredi, un peu en avance par rapport aux proverbiales chroniques film du jeudi, avec une petite sélection spéciale pour les Fêtes de fin d’année. Car qui dit Noël et Nouvel An dit programmes spécifiques à la télévision – les traditionnels comédies poussives et téléfilms « romantiques » de M6, The Holiday qui me dépriment plus qu’autre chose, les énièmes redifusions des Astérix et des Sissi… Si certains se plaisent à s’installer devant ces programmes avec du chocolat, je me contente de les mettre en fond sonore quand je fais autre chose.

En général,  je n’aime pas tellement regarder des films axés sur Noël comme Miracle sur la 34ème Rue, La Vie est Belle ou encore Le Pôle Express (animation) qui, j’ignore pourquoi, me rendent toujours un peu triste. À croire que c’est la période pour faire pleurer dans la chaumière alors qu’on aimerait pendant un court laps de temps oublier les difficultés de l’année pour se concentrer sur des choses plus fun… Donc de mon côté, Noël est l’époque des dessins animés et des blockbusters!

Il n’y aura pas de casting ou de fiche technique, mais je vous laisse tranquillement jeter un oeil à mon petit Top Five

Continuer la lecture de Mon Top 5 des films à voir en période de Fêtes