Meurtres en musique – Opéra (Dario Argento, 1987)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien! Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour vos réactions très positives aux premiers articles de l’Autumn of Antique, une thématique dédiée à l’histoire ancienne que j’ai lancée il y a quelques jours sur le blog. Je ne m’attendais pas à susciter autant d’intérêt, et j’espère que la suite de la saga « égypto-hittite » vous plaira tout autant! Car l’automne verra encore bien des présentations de livre sur l’une et l’autre de ces civilisations, ainsi qu’une ou deux vidéos de synthèse sur Instagram.

Affche – Source: DVDClassik

Mais en attendant, j’ai eu envie de parler à nouveau de cinéma… avec un petit opus visionné début juin, si je me souviens bien, et que j’avais totalement oublié – parce qu’il y a eu une période où j’ai bouffé tellement de cinéma que certaines œuvres me sont sorties de la tête. Mouais, si j’ai oublié, vous vous attendez sans doute à un film qui craint, mais pas tout à fait. Je dirais plutôt qu’il s’agit d’un film bien WTF, parce que ce n’est ni plus ni moins qu’une variation du Fantôme de l’Opéra signée Dario Argento… Opéra, sorti en 1987. Mais commençons par le début: de quoi ça cause? Continuer la lecture de Meurtres en musique – Opéra (Dario Argento, 1987)

Publicités

Planet Opera à l’ancienne – Une Princesse de Mars (Edgar Rice Burroughs)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien, que ceux qui sont bientôt en vacances ne sont que joie et que ceux qui s’apprêtent à retourner bosser sont bien reposés… Pour moi le retour de quelques jours de vacances est un peu morne: il fait gris dehors, je n’ai pas d’extérieur dont je peux profiter… Afin d’égayer un peu cette dernière journée de juillet, j’ai décidé de vous parler, ou plutôt de vous re-parler d’un roman lu il y a longtemps, un vieil ouvrage de SF paru pour la première fois en 1913… En effet, pourquoi ne pas vous reparler d’Une Princesse de Mars d’Edgar Rice Burroughs, maintenant qu’il y a plus de monde sur ce blog? Et surtout, pour donner plus de couleurs à ce milieu d’été un peu morne après la canicule!

Je vais donc vous présenter ce roman dégoté et lu alors que je travaillais en Angleterre il y a quelques années, et c’était l’une de mes premières lectures en V.O. depuis l’université. Préparez-vous à suivre John Carter sur la planète Mars où, de prisonnier, il va devenir un héros… Pour vous parler de tout ça, je vais changer la structure habituelle de l’article, afin d’évoquer l’œuvre de Rice Burroughs ainsi que l’adaptation – que vous connaissez peut-être – tirée de son roman, et par la même occasion, je vous ferais part de ce qui me passe par la tête concernant l’adaptation de SF à l’ancienne. Continuer la lecture de Planet Opera à l’ancienne – Une Princesse de Mars (Edgar Rice Burroughs)

À la recherche de la grâce – Silence (Martin Scorcese, 2016)

Je suis stupéfait d’avoir reçu la grâce de faire ce film maintenant, à ce moment de ma vie.
Martin Scorcese

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous passez un bel hiver exceptionnellement doux plein de lecture, de films et de cocooning. Me voici de retour après un bilan assez copieux avec, pour la première fois depuis la création du blog, et également depuis l’annonce de sa diversification, une chronique dédiée à un film ni SFFF, ni geek, ni rien de tout ça, depuis ma volonté de diversifier les thèmes.

J’ai longtemps atermoyé avant de présenter tout ça, car je voulais être certaine de bien comprendre ce film et de lui rendre justice. Roulement de tambour (ou plutôt de taïko). J’y ai régulièrement fait allusion depuis l’an dernier, qu’il s’agisse de la lecture du roman dont il est adapté, et depuis mon visionnage de cette automne… il s’agit ni plus, ni moins que de Silence de Martin Scorcese. Comme vous le savez, il n’est à attendre aucune objectivité de ma part, je chronique en général ce que j’apprécie…Et pour le coup, c’est vraiment une œuvre, écrite et filmée, qui m’a beaucoup touchée. Je parlerai du film, mais je ferai également allusion au roman dont il est tiré, et à son auteur, Shûsaku Endô dont le parcours est très marqué par les thèmes abordés dans le film.

Voici une chronique un peu longue, puisque je fais souvent des allers et retours entre le roman et le film! J’espère ne pas vous barber. Je vous invite donc à me suivre dans ce voyage étrange et clandestin, au Japon du XVIIe siècle… Continuer la lecture de À la recherche de la grâce – Silence (Martin Scorcese, 2016)

L’été dans l’Espace – 10 films spatiaux (spéciaux) à (re)découvrir

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous vous portez merveilleusement – et c’est sincère. Et encore une fois je m’excuse de ne pas être plus présente sur la blogo (Mais je suis toujours là pour déconner sur Twitter et sur Instagram si vous voulez vous marrer un coup! Partante à 100%!). J’ai d’ailleurs vu avec regret que plusieurs personnes cessaient le blogging. J’espère du fond du cœur que ce n’est qu’un coup de mou et que nous sommes juste tous très occupés Mais voilà, j’ai un programme chargé… ce qui ne m’empêche pas de vous gratifier, comme pratiquement chaque été, d’une liste de films à redécouvrir pendant vos vacances. 🙂

Et aujourd’hui, je reviens sur un sujet qui me tient beaucoup à cœur… à savoir l’Espace. Après plusieurs articles dédiés, et après le visionnage du film russe The Spacewalker, je me suis dit qu’il serait peut-être sympa de vous faire découvrir, ou redécouvrir quelques films ayant l’espace comme enjeu principal. De l’historique à la S.F. en passant par la bonne grosse poilade, en ordre chronologique de sortie, embarquez avec moi pour un voyage fantastique dans le Cosmos… et pas de space opera, vous aurez assez tôt votre compte en la matière dans les mois qui viennent. Hihi! 😁

N.B.: Avant que l’on me fasse la remarque, sachez que je n’ai vu ni Interstellar, ni Les Figures de l’ombre, et que je me suis endormie à chaque fois que j’ai tenté de regarder 2001: L’Odyssée de l’espace. 😉 Continuer la lecture de L’été dans l’Espace – 10 films spatiaux (spéciaux) à (re)découvrir

La beauté d’un classique culte – Metropolis (Fritz Lang, 1927)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous offrir, ou plutôt de vous ré-offrir sur le blog, un grand, grand classique qui me tient à cœur. En effet, je l’avais chroniqué peu après le lancement du blog, il y a plus de trois ans, mais aujourd’hui que vous êtes plus à suivre ce blog, il m’a paru sympa d’y revenir, parce que c’est un objet d’échange et d’émerveillement constant: j’ai nommé le cultissime Metropolis de Fritz Lang, l’un des premiers grands films de S.F. et l’un des derniers grands films muets.

Un film qui me tient à cœur et m’obsède à tel point que si j’avais une chaîne YouTube cinéma, j’en parlerais obligatoirement, ne serait-ce que pour une analyse sémiologique de certaines scènes . 😉 À mes souhaits! Aussi j’ai le plaisir de vous présenter un VRAI vieux coucou comme je les affectionne… Continuer la lecture de La beauté d’un classique culte – Metropolis (Fritz Lang, 1927)

Remise à plat avec la Force – The Last Jedi (novellisation par Jason Fry)

« The brighter the light, the darker the shadow. »

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

La couv’… qui reproduit mon affiche favorité du film!

Attention, attention… Fangirling: Episode III – Le Retour de la Geek. Et oui, Blanche Montclair la vieille geek a encore frappé. Ah nan! vous entends-je vous exclamer. La revoilà avec son foutu Star Wars! 😉 Et ouais, on ne change pas une équipe qui gagne, mes p’tit Jawas!

Retenez, chers lecteurs, mes adorables petits lecteurs, qu’aujourd’hui est un grand jour! Pourquoi?… Roulement de tambour. Eh bien tout d’abord parce qu’il s’agit ici de ma première lecture commune sur la blogosphère, initiée par Charmant Petit Monstre, que je remercie pour ce moment de lecture sous le signe du fangirling (mon Dieu, qu’est-ce qu’elle m’a faite marrer!). Et d’autre part parce qu’il s’agit de la novellisation officielle du dernier Star Wars, The Last Jedi. Car si je me suis un peu énervée sur le film après sa sortie, il a réveillé la Bête en moi, la fan de Star Wars et de storytelling qui se pose bien des questions sur le devenir des nouveaux personnages. Et aussi parce qu’avouons-le, je suis une grande sentimentale qui ne peut rester très longtemps fâchée avec Star Wars, et qui a nuancé son jugement quant à la chose.

Et c’est lors de ce fameux article dédié à mon shopping geek de janvier, que la rédactrice du blog Les Lectures du Monstre, aussi atteinte que moi (enfin je crois), m’a proposé cette lecture commune. Vous avez sans doute eu un aperçu de ses commentaires dans mes articles dédiés à la Force!  Je ne pouvais qu’accepter… ☺ Je l’en remercie, quand bien même je me sens un peu cruche, déjà que je n’ai pas besoin de ça pour planer à des années-lumières dans d’autres galaxies! À l’heure où l’on commence à parler de la novellisation des Derniers Jedi, qui a provoqué tant de réactions tranchées, sur les sites geek, j’ai décidé d’en parler, non de manière dépassionnée (moi, dépassionnée, la bonne blague!), mais à tête reposée et en mode cool. Je vous ramène donc, encore une fois, dans une galaxie lointaine, très lointaine, pour une chronique un peu plus approfondie et non-entâchée par mon désarroi de décembre… Préparez-vous car tout ce que je n’ai pas pu dire sera ici, ce sera fait avec sincérité et bizarrement, de l’enthousiasme… mais aussi des GIFs!

Et maintenant, unleash the Geek! Vitesse lumière vers une exégèse starwarsienne débridée! Continuer la lecture de Remise à plat avec la Force – The Last Jedi (novellisation par Jason Fry)

Réinterprétation du mythe de Faust – La Beauté du Diable (René Clair, 1950)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez tous bien sur la blogosphère… Encore une fois, je m’excuse de mon rythme assez haché sur le blog, ainsi que de mon absence sur vos blogs à tous, mais je vis à un rythme assez effréné en ce moment. Pour finir, j’ai laissé tomber un livre qui me barbait, et je bosse dur pour de futurs articles qui, je l’espère, vous plairont… (dont un qui va couronner ma première lecture commune officieuse – héhé, mais ça, vous verrez plus tard 😉 ).

Bref! Après une chronique film barrée, un classique de la littérature française avec Le Passe-Muraille, j’ai eu envie de revenir sur le fantastique à la française… mais au cinéma. Avec un vieux coucou dont Les Mondes de Blanche ont parfois le secret: La Beauté du Diable, sorti en 1950 avec Michel Simon et Gérard Philipe. Je vous emmène revisiter le mythe de Faust avec ces deux acteurs mythiques… Continuer la lecture de Réinterprétation du mythe de Faust – La Beauté du Diable (René Clair, 1950)