PRÉLUDE – WOLFSBLUT

Des jurons brisèrent le silence. Des faisceaux lumineux balayèrent les arbres dénudés et les buissons noirâtres à travers le rideau de neige. Les bottes s’enfonçaient dans une boue grise, tandis qu’un vent glacé mordait les visages. Quatre soldats, armés de leurs torches et de leurs révolvers, suivaient les deux officiers de police s’aventurant en ces lieux obscurs.

« Si on m’avait dit que je pataugerais en pleine forêt vierge à Vienne…

­­− Mac Intosh, on vous a rien demandé !

− Bien, mon lieutenant. »

L’inspecteur Terwull ouvrait la marche à travers le dédale végétal, écoutant distraitement les propos des soldats. Il avait appris un peu d’anglais lorsque la ville avait été libérée, et qu’il avait pu reprendre sa carrière dans la police en plein secteur américain. Cette nuit, on l’avait tiré de sa rêverie dans son bureau miteux pour l’amener avec son collègue Dorn au beau milieu de la jungle froide laissée par les Nazis en lieu et place du cimetière juif de Währing.

« J’aime pas ça, Rolf… » murmura Dorn entre ses dents, soufflant un léger panache cristallin devant lui.

Terwull demeurait silencieux. Il n’aimait plus vraiment parler depuis que de beaux messieurs blonds en long manteau noir étaient venus le chercher chez lui pour faire la causette, quelques années auparavant. Sur son passage, il scruta quelques pierres tombales brisées, à moitié couvertes de végétation morte, et scintillantes de givre à la lueur des lampes. Il y reconnut quelques étoiles de David. Il ne savait trop ce qu’il ressentait en ces lieux – indifférence, compassion envers les Juifs dont il avait en partie partagé le sort pendant la guerre, colère ou peur de ce qu’il allait découvrir.

Continuer la lecture de PRÉLUDE – WOLFSBLUT