Voyage et écriture – Vienne sur les traces du « Sang des Wolf »

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Très chers (et peut-être futurs) lecteurs du Sang des Wolf,

Comme vous le savez, car je vous ai pas mal embêtés avec ça, je suis partie passer quelques jours à Vienne en janvier. Ce fut vraiment un très, très beau voyage, paradoxalement aussi reposant que fatiguant, où mes longues marches m’ont permis de gagner deux trous de ceinture en quatre jours et une démarche de pingouin à force d’ampoules, où l’objectif de mon appareil photo s’est couvert de givre lors de ma visite des jardins de Schönbrunn (donnant à mes photos une espèce de brillance surréaliste et onirique).

karlsplatz3Je me suis donc amusée à arpenter quelques lieux de mon roman Le Sang des Wolf, sur les traces de ses héros. Je sais que cela peut paraître un brin narcissique, mai je trouvais ce parti pris sympathique pour parler de la ville en suivant la ligne éditoriale du blog. 🙂

Je vais donc vous offrir quelques endroits que l’on voit dans l’histoire, mais aussi un ou deux conseils de visites pour mieux appréhender le côté sombre de ce récit sur fond d’histoire germanique. Et pour finir avec une touche plus fun, je finirai avec un ou deux tuyaux de petits souvenirs sympas à ramener dans vos valises quand vous voyagez léger et à petit budget! Je vous emmène maintenant avec moi pour une escapade, entre carte postale (en même temps, il est très dur à Vienne de ne pas croiser des endroits comme ça!) et goûts personnels, dans le décor des aventures de Zoé, au pays de l’inspecteur Georg Terwull et des (beaux) cousins Finsterwald…
Continuer la lecture de Voyage et écriture – Vienne sur les traces du « Sang des Wolf »

Publicités

La petite histoire d’un chouchou du « Steampunk » – Le Zeppelin

Très chers Lecteurs des Mondes de Blanche,

Bau des Luftschiffes "Graf Zeppelin" in Friedrichshafen a/Bodensee.
Chantier de construction du Graf Zeppelin à Friedrichshafen sur le Lac de Constance – Source: Bundesarchiv, Wikipedia

C’est avec un immense plaisir que je reviens vers vous avec, comme c’est le cas parfois, un article thématique.

Celui que je vous présente aujourd’hui est un peu particulier, car plus que dans la S.F., il fait une incursion dans le monde merveilleux de l’Histoire. Et pas n’importe laquelle, celle d’un objet que j’affectionne particulièrement et que les amateurs de steampunk connaissent bien: le Zeppelin, modèle de dirigeable développé à la fin du XIXe siècle par le comte allemand Ferdinand von Zeppelin (1838-1917), officier de cavalerie passionné d’aéronautique.

En effet, qu’il s’agisse d’illustrations ou de romans d’inspiration steampunk avec cette mise en avant de la mode et des technologies de la Belle Époque, ledit dirigeable est souvent là: Napoléon III a une flotte de zeppelins dans La Trilogie de la Lune, roman uchronique de Johann Heliot), les gamines de Sucker Punch (qui m’a plus ennuyée qu’autre chose), ils participent également à l’esthétique particulière d’Avril et le monde truqué… Mais au fond, si l’on connaît bien sa silhouette si particulière et son revêtement métallique étincelant au soleil, sait-on vraiment de quoi il s’agit?…

En effet, le terme de « zeppelin » tend à être employé pour les dirigeables en général, alors qu’en fait, à l’époque de Ferdinand von Zeppelin, il existait différents types de ballons ou d' »aéronats », comme on aimait le dire à l’époque. Il n’a donc pas inventé le dirigeable. la France, pionnière de l’aéronautique n’était pas en reste avec des records de vitesse en vole et des ballons à batterie électrique, tandis qu’en Allemagne, les inventeurs du Parsefal font de la concurrence à Zeppelin pour attirer l’intérêt de l’empereur allemand et de son armée… Dans cet article, quand je dirai « zeppelin », ce sera exclusivement le dirigeable inventé par Ferdinand von Zeppelin, avec ses caractéristiques, et son design si particulier, car c’est bien cette silhouette oblongue caractéristique que l’on reconnaît dans la plupart des décors steampunk, entre autre ballons plus fantaisistes. 🙂

Mais pour l’instant, je vais vous raconter, le plus brièvement possible, comment est née cette machine…

Continuer la lecture de La petite histoire d’un chouchou du « Steampunk » – Le Zeppelin

Hommage à un artiste magnifique – David Bowie

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Un des plus grands artistes connus nous a quittés cette nuit: the White Thin Duke, le magnifique, dans tous les sens du terme, David Bowie. Je ne sais pas si j’étais fan, mais j’avais une très grande admiration pour cet artiste complet qui alliait musique, voix typée, univers visuels diversifiés, foisonnants et absolument hallucinants, jeu d’acteur troublant et présence extraordinaire. Sans compter sa beauté si étrange à la limite du surnaturel, et le fait qu’il avait l’air de quelqu’un d’intéressant, d’une belle personne. Aussi, comme il ne me laissait absolument pas indifférente, qu’il m’impressionnait, j’ai décidé de lui rendre ce petit hommage.

Je ne connaissais que moyennement son oeuvre musicale, hormis quelques tubes dont « Under Pressure » avec Freddie Mercury, que mon frère et moi aimions reprendre en duo quand nous étions ados. J’adorais la publicité Vittel où on le voyait évoluer, c’est d’ailleurs pour ça que je me suis mise à la Vittel, je voulais être aussi bien conservée que le monsieur. Mais ce qui m’aura le plus marquée, ce seront les quelques films où je l’avais vu jouer – le très dur Furyo avec l’icône pop japonaise et compositeur de la B.O. Ryuichi Sakamoto, aussi beau que Bowie, L’Homme qui venait d’ailleurs, Le Prestige.

C’est donc avec une immense tristesse que j’ai appris que l’ami Ziggy Stardust était, comme l’a si poétiquement et malicieusement dit mon jeune frère, redevenu « poussière d’étoiles », nouvelle que j’ai eu du mal à croire. Pour preuve, ma réaction quand mon amie Shannon, que j’ai connue en Angleterre, m’a envoyé un message ce matin pour me le dire: « WTF? » Pour moi, il ne pouvait pas mourir! Ziggy n’est pas mort, mais il juste retourné sur sa planète. Et qui nous dit que, comme Lazare à qui il fait référence dans son récent titre, il ne va pas se réveiller et nous revenir?

Mais ce qui compte avant tout, c’est qu’il nous laisse un héritage magnifique – visuel, musical, cinématographique – qui, je l’espère, restera le sien et qui ne sera pas dénaturé comme l’est trop souvent celui des grands artistes. David, Jareth, Major Cellier, Ziggy, Nikola Tesla, quel que soit le nom que tu t’es donné, puissions-nous pour toujours prendre soin de ce que tu nous laisses!

Et vous, que retiendrez-vous du Grand Duc?

Blanche Mt.-Cl.

Un Conte de Noël décalé et drôle – Le Monstre de la Grotte (Nicholas Heller)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

MonstreGrotte_ok1
Couverture – Source: Editions Kaléidoscope

N’ayant pas eu le temps de travailler à une chronique littéraire (je sais, ça n’est pas sérieux avec tout ce que j’ai mis en ligne récemment!), j’ai décidé de revenir ce week-end et malheureusement un peu en retard, avec un peu de douceur et de nostalgie enfantine. Ce petit billet m’a été inspirée par une sélection d’albums de Noël jeunesse de l’intéressant blog Textualités.

Il s’agit d’un livre découvert au CP, alors que notre institutrice avait enclenché un cycle de découverte consacré aux histoires de monstres. La plupart d’entre nous, moi en tête car j’aimais déjà les livres, avons donc fait l’acquisition de petits livres racontant des histoires de monstre… Et mon préféré était Le Monstre de la Grotte de Nicholas Heller.

Continuer la lecture de Un Conte de Noël décalé et drôle – Le Monstre de la Grotte (Nicholas Heller)

Anthologie pour sérivores curieux – « Nos Années Science Fiction » (Alexandre Raveleau)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

514hehxcw6LJe reviens en ce lundi avec une chronique assez brève consacrée à l’un de mes cadeaux de Noël. En effet, ces jours-ci, j’ai pas mal de choses à régler, et je devrai faire preuve d’un peu de concision pendant quelques temps. Me voici donc avec un présent offert par mon frère: Nos Années Science-Fiction d’Alexandre Raveleau.

C’est que le frangin connaît bien ma curiosité, mon penchant et ma nostalgie pour certaines séries cultes qui ont bercé notre enfances soit parce qu’elles ont été produites à « notre époque », dans les années 1990, soit parce que nous avons eu la chance de voir des rediffusions de choses un peu plus anciennes sur le câble. Aussi m’a-t-il offert cette anthologie qui revient sur les productions télévisuelles SF.

Préparez-vous à décoller pour des mondes extraordinaires…

Continuer la lecture de Anthologie pour sérivores curieux – « Nos Années Science Fiction » (Alexandre Raveleau)

Lecture – Portrait chinois livresque « Imaginaire »

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Le destin de GalahadLe temps que ma PAL maigrisse un peu, je m’offre, le temps d’une pause déjeuner, le petit plaisir d’un « portrait chinois livresque ». Ça n’est décidément pas raisonnable, il va falloir que j’arrête de vous inonder d’articles pour raconter ma life, moi qui suis censée être très occupée, mais il semble que je suis devenue hyper-active en plus d’insomniaque ces temps-ci! À moins qu’enivrée par le fait d’écrire à nouveau sur une base régulière, je ne puisse plus m’arrêter? 😉

J’ai trouvé l’idée à partir du blog de Goran qui écrivait sur ses habitudes de lecteurs (à voir dans un prochain article, qui sait…), et faisait référence à un portrait chinois du blog Au Milieu des Livres, tenu par Mokamilla. Au passage, je les remercie tous les deux pour ces idées qu’ils m’ont données et qui permettent un peu d’échanger sur la blogo. Après c’est promis, trêve de parlotte sur moi-même pendant quelques temps!

En revanche, je vais m’amuser un peu. Petite contrainte supplémentaire parce que j’aime les défis, et même si je n’ai pas lu que cette sorte de littérature,  je vais me cantonner aux genres de l’imaginaire dans mes références livresques, pour coller à fond à la thématique du blog! Êtes-vous prêts à en découvrir un peu plus sur « mes mondes »?…

Continuer la lecture de Lecture – Portrait chinois livresque « Imaginaire »

Top Ten Thursday – Dix dessins animés aux génériques « magiques » qui ont bercé notre enfance

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

d1275_vpaj4m
Ne me dites pas que vous n’avez jamais regardé Capitaine Planète… – Source: Coup de vieux

En règle général, je n’aime pas trop publier des contenus dont je ne serais pas l’auteur. Mais là, j’avais envie de partager avec vous quelque chose de vraiment « rigolo », si j’ose dire! Nous sommes en décembre, Noël approche, les catalogues de jouets arrivent dans les boîtes aux lettres et les coupures pub deviennent une vraie ode à l’univers du jouet. Certains d’entre nous retombent en enfance…

Il m’a donc paru sympathique de revenir sur ces dessins animés, toujours dans les genres de l’imaginaire, qui ont bercé notre enfance, et de vous remettre des étoiles dans les yeux à l’écoute de leurs génériques… magiques. Car s’il est une chose qui envoyait du pâté dans les dessins animés des années 90, et dans les rediffs de ceux des années 80, c’était, si j’ose dire, la « puissance » de leurs génériques! Eh oui, il y a bien un moment où nous nous sommes retrouvés à fredonner ces mélodies mythiques et à délirer sur des paroles qui, à défaut d’être intello ou poétiques, étaient bigrement efficaces! L’idée me tarabustait depuis cette été. En même temps, j’y ai pensé pendant un épisode insomniaque, pas forcément le moment où l’on a un éclair de génie! 🙂

En tant que fichue geekette qui assume ce côté « adulescent » comme on aimait à dire il y a une période, je me devais de revenir sur ces « monuments » qui m’ont marquée, avant et même après que je prenne l’habitude de lire! Il s’agit bien sûr de genres de l’imaginaire – science-fiction, fantasy, super héros, aventure… et ce sera une bonne occasion de présenter brièvement ces dessins animés.

Et comme j’ai loupé ce mardi, ce ne sera pas un Top Ten Tuesday, mais un Top Ten Thursday! Après tout, les trois T fonctionnent, et c’est tout aussi fun! Prêts pour un voyage qui n’a pas vocation à vous donner un coup de vieux, mais à éveiller en vous le gosse ou le geek qui sommeille?… Je vous souhaite en tout cas de rire autant que moi!

Continuer la lecture de Top Ten Thursday – Dix dessins animés aux génériques « magiques » qui ont bercé notre enfance