Vampires déjantés – What We Do in the Shadows (Saisons 1 & 2 – 2019-…)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

La période post-déconfinement se passant toujours en famille, j’en ai profité pour des visionnages en pagaille, dont je vous parlerai peut-être plus tard. Nous verrons en temps voulu, les gens! 😉 La série dont je vais vous parler va certainement vous rappeler quelque chose si vous suivez le blog depuis longtemps. Peut-être bien Vampires en toute intimité?…

Car il ne s’agit de rien de moins que de la série qui en a été tirée, What we do in the Shadows, diffusée pour la première fois l’an dernier, et que j’ai regardée pendant les insomnies. Et c’est parti!

Les vampires foireux de Staten Island

De nos jours, nous suivons une colocation de vampires à New York, Staten Island. Il y a Nandor l’Inflexible (Kayvan Novak), ancien souverain d’un fief iranien il y a des siècles, capable de se changer en chauve-souris. Laszlo Cravensworth (Matt Berry) était un aristocrate anglais avant de devenir un vampire – entre deux morsures, le monsieur aime s’adonner à la sculpture sur arbuste (surtout les vulves des femmes qu’il a « aimées »), à la musique et aux parties fines. Il est marié à Nadja (Natasia Demetriou), une belle Tsigane brune qui l’a elle-même changé en vampire il y a bien longtemps, qui croit aux ensorcellements et qui se change en horde de rats à volonté. Au groupe se greffe une autre sorte de vampire, un vampire énergétique nommé Collin Robinson (Mark Porksch) qui se nourrit des émotions négatives de son entourage. Ces trois énergumènes sont suppléés par l’assistant humain de Nandor, Guillermo (Harvey Guillén), qui recrute des proies et nettoie le merdier derrière.

Leurs aventures sont aussi sombres qu’hilarantes…

La bande au complet: Guillermo, Nandor, Collin, Nadja et Laszlo – Source: AlloCiné
Un mockumentary drôle et déjanté

La série, comme le film dont elle est tirée, se présente sous la forme de faux documentaire, ou mockumentary (un peu comme Tour de Pharmacy, le faux doc sur le dopage dans le cyclisme avec Lance Armstrong et Orlando Bloom, il est tordant dans son genre). Une équipe de tournage suit le quotidien de toute cette bande dans une immense maison de Staten Island. Pour tout vous dire… Je me suis littéralement BIDONNÉE. Les personnages, le contexte, les situations… Mon Dieu, rien que d’évoquer certaines images me donne envie de rire. Rien que pour ce côté réaction prise sur le vif des différents protagonistes, lorsque Guillermo ou l’un des vampires jette un œil vers la caméra, ce qui crée une connivence avec le spectateur.

J’ai peut-être un sens de l’humour tordu ou sombre, mais c’est l’une de mes super surprises télévisuelles de ces derniers temps, d’autant plus que je ne suis pas franchement une amatrice d’histoires de vampires. Le concept, les décors, les histoires complètement loufoques, les personnages hauts en couleurs, les situations barrées… Tout m’a fait adhéré, même les trips les plus sanglants tant le décalage est assumé. Exit les vampires super glamourisés à la Lestat ou à la Edward Cullen, on retrouve des buveurs de sang dépravés comme pas possible, au look gothique poussé à fond, avec des mœurs sexuelles fort libres, mais hyper naïfs dans leur noirceur avec Nandor, Laszlo et Nadja, un connard chiant et imbu de lui-même avec une tête de con, et enfin le dévoué Guillermo qui espère devenir vampire un jour.

Mes trois vampires favoris – Source: AlloCiné

Si chaque épisode a sa propre histoire, les saisons n’en ont pas moins un fil conducteur: la première s’articule autour de la visite du baron vampire Arafas, qui avait chargé Nandor, Laszlo et Nadia de faire régner leur espèce sur le Nouveau Monde, et qui meurt dans des circonstances suspectes, et la seconde sur les tensions entre les vampires du logis et Guillermo qui voit s’éloigner la possibilité de devenir lui aussi un suceur de sang. Ils sont confrontés à des soucis des gens normaux (le conseil municipal, ou encore l’épineux problème de la lessive), ou propres à leur condition (la question d’honneur représentée par une orgie, la guéguerre avec les loups-garous).

Quand la tension s’installe entre Nandor et Guillermo – Source: AlloCiné

Certains épisodes m’ont faite littéralement hurler de rire, comme le 4 de la saison 1, Manhattan Night Club où ils tentent une alliance avec Simon dit « Le Perfide » et où Nadja meurt de trouille à cause du chapeau ensorcelé de Laszlo, et le 6 de la même saison, Le baron est de sortie, où notre folle équipe emmène le vieux vampire à moitié momifié faire la tournée des bars. Par ailleurs, il y a également des clins d’œil au film, ou à diverses productions avec des vampires, lors de l’apparition du Conseil Vampire, comme Taika Waititi et Jemaine Clement eux-mêmes, ou encore Wesley Snypes (Blade) en visio pendant la réunion. Je suis assez amusée par l’existence de l’amant humain de Nadja, qu’elle revoit à chaque fois qu’il se réincarne, et ce quel que soit sa forme – homme, femme, animal. 😀  Quant à leur assistant, Guillermo, avec sa bonne petite bouille de nounours, il se découvre en fin de première saison un talent particulier que je ne peux vous révéler si vous souhaitez vous coller à la série, car c’est l’un des points capitaux de la seconde saison, qui participe à l’évolution et à la relative émancipation du personnage… C’était un des points les plus intéressants de la saison 2, où l’effet de surprise est un peu moins là, malgré de très bonnes idées. Ceci dit, j’avoue me demander ce que Guillermo peut devenir dans une troisième saison…

Conclusion – Un divertissement assez décalé

Voili-voilà, vous savez à peu près l’essentiel de ce qu’il y a à savoir sur la série What we do in the shadows. Je ne pense pas que tout le monde puisse aimer, car le parti pris est très fort dès le début, et assumé jusqu’au bout: on découvre, à travers ce format de faux documentaire, des vampires tout sauf glamour, certes dangereux du fait de leur mode d’alimentation, mais qui peinent à s’en sortir dans ce monde sans un assistant humain. Ils vivent en complet décalage avec la société, on des mœurs assez spéciales et une mentalité d’un autre siècle, et c’est de là que vient souvent le comique de situation. Je ne vous mentirai pas, c’est tout sauf philosophique, c’est parfois graveleux, gras et sanglant, mais cet OVNI fait beaucoup de bien. Bref, pour moi, c’est un carton plein pour moi!

Sur ce, je vous laisse avec la bande-annonce de la première saison pour vous mettre en jambe, et n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez! Et sinon, je vous renvoie au film! Je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures!

Blanche Mt.-Cl.


Titre: What we do in the shadows
Créé par: Taika Waititi, Jemaine Clement
Années de diffusion: 2019-…
Saisons: 2 saisons – 20 épisodes
Interprètes: Harvey Guillén, Kayvan Novak, Matt Berry, Natasia Demetriou, Mark Porksch…

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse de livres et de films SFFF mais pas que (de tout ce qui raconte de bonnes histoires, en général), auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

2 réflexions au sujet de “Vampires déjantés – What We Do in the Shadows (Saisons 1 & 2 – 2019-…)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.