Une grosse blague dans la Galaxie – Star Wars IX: The Rise of Skywalker (novellisation, Rae Carson)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Me revoici, toujours tenant ma promesse d’un printemps galactique! J’ignore si vous attendiez ou si vous redoutiez la suite des « événements » sur le blog… mais les faits sont là, la folie « star warsienne » continue avec une nouvelle chronique dédiée. Et avec le confinement, ça permet de s’évader.

Et pas n’importe laquelle, car je me lance dans le même exercice qu »il y a deux ans, à savoir la lecture de la novellisation du tout dernier opus, The Rise of Skywalker par Rae Carson. Et comme vous pouvez vous en apercevoir, c’est encore une lecture en V.O. car je n’ai pas eu le courage d’attendre la sortie du livre en français. En effet, je brûle d’impatience de connaître les tenants et les aboutissants du récit, de voir les explications des divers raccourcis du film pour excuser le fait que la prod’ a copieusement merdé, et surtout de retrouver Ben Solo. On ne se refait pas! 😉

Et c’est reparti pour une galaxie lointaine, très lointaine, pour une chronique avec spoilers garantis, et sans « GIFs du kiffe »! 🙂 En avant, on met la gomme parce que ça va chier, et le 1er Avril est le jour idoine quand on voit à quel point ce livre est une blague!

Sur les traces de Palpatine

Tandis que la Résistance s’est refaite, le Premier Ordre règne sans partage sur la Galaxie, sous la houlette du Suprême Leader Kylo Ren (mouhahaha la blague). Or celui-ci a trouvé sur Mustafar un étrange artéfact: un traceur sith qui lui permet de rallier Exegol, une planète orageuse où se terre Palpatine, toujours en vie. Sur place, Ren apprend que Palpatine lui a parlé depuis sa naissance, à travers des voix différentes, et qu’il a déterminé le moindre de ses choix. Celui-ci promet au jeune leader le pouvoir sur un tout nouvel empire s’il lui ramène Rey…

De son côté, Rey, réfugiée avec la Résistance sur la planète forestière Ajan Kloss, parfait sa formation de Jedi, aidée par Leia. Peu disposée à repartir en mission et perturbée par d’étranges visions, elle ne se sent pas digne de l’héritage des Jedi. Elle doit pourtant reprendre du service lorsque Poe et Finn, de retour d’une mission avec Chewbacca, apprennent à la cantonade qu’une source au sein du Premier Ordre leur a fait savoir que Palpatine est toujours en vie et a mis à disposition de Kylo Ren une imposante armée. Rey, parcourant les notes de Luke Skywalker qu’elle a ramenées d’Anch-To, découvre que celui-ci travaillait déjà à retrouver Palpatine et qu’il s’était lancé à la recherche d’un traceur pour le localiser. Elle part donc avec ses deux amis, ainsi qu’avec C-3PO et BB-8 sur Pasaana pour reprendre là où le Jedi s’était arrêté.

Une course contre la montre s’engage, alors que le mystérieux lien existant entre Rey et Kylo Ren, alias Ben Solo, fils de Leia et Han Solo, n’a pas disparu. Celui-ci tente encore de la rallier à sa cause, d’autant qu’il a d’autres projets que ceux que Palpatine a pour lui, et qu’il souhaite y inclure la jeune femme…

Vers des explications un peu plus étoffées?

Comme vous l’avez vu dans la chronique dédiée au film, et dans mes chouineries ou autres partages de memes sur Instagram, je ne me suis pas privée de me plaindre sur moult raccourci scénaristique, sur le personnage de Rey qui n’est pas si top que ça, sur le mic-mac foireux de la fin qui a mené à la mort, et même à l’annihilation pure et simple du personnage de Kylo Ren/Ben Solo, exclu de l’héritage Skywalker qu’on lui a seriné toute sa vie. Les fans attendaient donc avec impatience cette foutue novellisation de Rae Carson, et de nombreuses fuites circulent sur la toile, avec des justifications plus ou moins cohérentes de la production quant à certains choix. Aussi c’est avec une grande appréhension que j’ai ouvert ces pages, une appréhension encore plus grande que lorsque j’ai ouvert celles de The Last Jedi il y a deux ans, car il y avait encore une chance de rattrapage avec l’Épisode IX. La présente novellisation tient-elle ses promesses à ce niveau?… C’est ce que je m’apprête à vous dire de suite.

Déjà, pour commencer, j’ai eu le regret de constater que niveau novellisation, c’est sans doute la moins bien que j’ai lue. C’est malheureux, mais c’est ainsi. D’abord, j’ai trouvé que ce n’était pas hyper bien écrit, ce qui m’étonne car l’autrice semble connue pour écrire des histoires sur des « smart girls who (mostly) make smart choices » – l’argument girl power comme outil marketing, l’étiquette qui m’énerve quelque peu car cela donne de plus en plus de personnages féminins « forts » stéréotypés et insipides – genre, Rey. Rae Carson est pourtant autrice de best-sellers avec des récompenses à son actif, mais voilà, si je me fie à ce roman, j’ai l’impression qu’elle écrit comme un pied. Je n’ose même pas imaginer la future traduction.

De plus, eh bien, cela ne comble pas les lacunes du scénario du film, avec des explications sorties du chapeau, des tartines sur des personnages qui ne servaient à rien tandis que l’essentiel reste traité de manière soit floue, soit expéditive, soit carrément évasive. Bref, vous pouvez penser que je ne suis personne pour juger quand on sait que la suite de mon roman n’arrive toujours pas, mais les faits sont là… ce dernier volet de la saga Skywalker a été traité avec un foutu amateurisme, déplorable de la part de Lucas Film et de Disney qui ont pourtant les moyens de recruter et de payer des talents. Car tout dans le bouquin The Rise of Skywalker pue le livre de commande qui nous chie dans les bottes. Une fois n’est donc pas coutume pour la blogueuse et fan de Star Wars que je suis: ça va CHIER. Et ne vous attendez surtout pas à des GIFs du kiffe comme pour la novellisation de The Last Jedi qui elle, contextualisait et étoffait des points vraiment intéressants du côté du Premier Ordre. Mais là, je n’ai qu’à vous faire une petite liste exhaustive qui suffira amplement à ce que j’ai à dire sur cette grosse blague livresque:

    • Un point qui aurait pu être intéressant, dès le début: un potentiel de noirceur chez Rey. Elle le sent, Leia le sent. Le problème, c’est que c’est amené sans émotion, que ça ne la conduit à aucun vrai dilemme, que ça ne lui donne aucune réelle épaisseur. Ce qui est dommage quand on sait que selon le slogan du dernier film, « chaque génération » a sa légende »… Et que cette légende est CHIANTE comme la pluie. C’est dommage car Rey était apparue beaucoup plus touchante dans sa recherche d’elle-même, et dans ses confidences à Ben Solo dans la novellisation de The Last Jedi. Bref, les évolutions intéressantes des personnages ont été complètement passées à la trappe, et le scénario a sorti les rames pour tenter de rendre la parfaite Rey plus intéressante. Ce qui interroge sur les intentions de Lucas Film quand ils ont élaboré l’histoire. Personnellement, je pense que ça la fichait trop mal que les spectateurs l’apprécient dans sa dynamique avec Ben Solo et moins en tant que telle. Certes la question du choix de la lumière par rapport de sa famille a été plus simple pour Rey car elle s’est retrouvée très vite séparée d’eux et n’a pas eu de question à se poser. Elle aurait aussi bien pu n’être personne, et Palpatine est clairement l’élément que je ne pardonne pas dans cette affaire. On n’en avait pas besoin, c’est de la nostalgie de pisse-menu.
    • On ne sait toujours pas d’où sort cette affaire de dyade dans la Force. En effet, la drôle de bébête que Kylo Ren croise sur Mustafar au début, un oracle bien dégoûtant, ne fait que lui dire qu’il doit vaincre la fille ou mourir. Alors bon, Ben Solo/Kylo Ren, malgré ses défauts, n’est pas aussi abruti qu’il en a l’air (c’est visible dans la novellisation du Réveil de la Force), mais comment diable en est-il venu à savoir que Rey et lui formaient une dyade? J’espérais sur cette scène d’oracle pour avoir l’explication, mais je pense qu’a posteriori, l’autrice a eu des instructions pour justifier la mort bâclée de Ben Solo.
    • Les tartines inutiles sur Zorii. Quand on attendait des approfondissements sur le pourquoi du comment de Palpatine, sur la dyade, sur ce qui se passe dans la caboche de Ben Solo lors de sa rédemption… Eh ben non. Au lieu de ça, on se tape un passage impliquant Zorii, pas franchement le personnage le plus utile de l’histoire, sur Kijimi. plus long que n’importe quel passage impliquant Kylo Ren ou scène Reylo. #FacepalmMental Franchement pas nécessaire, frustrant, et n’apportant RIEN au récit.
    • Les miettes balancées çà et là, comme un susucre aux fans un peu plus critiques pour qu’ils se tiennent tranquilles: Palpatine est son propre clone, Hux veut juste faire tomber Ren en rêvant de prendre sa place, Lando qui voit un holo de Chewbacca tenant dans ses bras Ben Solo enfant, le malheureux « Et Ben » dans les pensées de Rey (ah quand même!) lorsqu’elle prend le nom de Skywalker, Leia qui avant de mourir décide qu’elle va léguer l’héritage Organa à Poe, l’héritage Solo à Ben (ouais la branche roturière quoi…) et l’héritage Skywalker à Rey – c’est mignon la famille de cœur mais je trouve que c’est tellement arbitraire comme bordel. Bref, vous voyez, on nous balance de petits éléments qui n’apportent pas grand-chose.
    • Le coup de poignard aux Reylo. Pour ma part, je vous ai déjà expliqué il y a longtemps pourquoi la théorie Reylo faisait sens, et pourquoi j’ai aimé la scène du baiser. Eh bien le roman est hyper ambigu sur la question des relations entre Ben Solo et Rey, comme si on ne voulait pas assumer le potentiel romantique de cette relation. Franchement, je ne comprends pas pourquoi – c’est peut-être pas assez hype à l’heure des héroïnes stéréotypées bad ass des derniers Disney qui n’a pas besoin des hommes (ce à quoi je réponds: « ET SI ELLE A ENVIE D’UN MEC? »). Alors oui, Ben Solo « guéri » par Rey comprend qu’il a toujours été aimé par sa famille, et est dévoué à Rey qui lui a montré de la compassion et voulu voir le bien en lui malgré ses actes, dont il considère qu’elle mérite mieux que de mourir… c’est pourquoi il essaie la guérison par la Force, qu’il a découverte avec elle. Pompon atteint avec le baiser de « gratitude » de Rey – un concept qui me dérange car il n’y a pas plus dégradant pour la personne qui le donne et pour celle qui le reçoit. En fait je pense qu’il y a un choix de mot malheureux car en fin de compte les attitudes et les sentiments maladroitement décrits par l’autrice dépassent la simple fraternité, Rey regrettant de ne pas avoir pu faire plus ample connaissance avec Ben. Bref, on n’assume RIEN de ce qui a été fait. Et de même, la mort de Ben expédiée comme un colis encombrant.
Conclusion – Mouais, mouais…

Voilà, vous l’aurez vu, on a tenté de nous appâter avec des révélations et diverses choses de cet acabit, mais en la matière, on peut passer notre chemin. Car malheureusement, The Rise of Skywalker qui au cinéma avait un montage de fin hyper chié et trop de facilités scénaristiques (je ne reviens pas sur le fait que j’ai adoré le bisous « Reylo », il me fallait bien ça quand on voit la fin merdique de Ben Solo), ne tient absolument pas ses promesses. Je pense qu’on a tenté de « réparer » les couilles qui s’étaient glissées dans le montage final, en tentant d’étoffer un peu Rey, mais l’ensemble manque d’émotion et l’on dirait bien qu’on nous a surtout balancé des miettes sur des points qui posaient réellement question. A se demander si, comme ça la foutait vraiment mal pour Kathleen Kennedy que beaucoup de fans aient préféré l’ambigu « Kylo Ben » à Rey la fausse bad ass, ce roman n’était pas une façon de flatter tout en balançant un gros MERDE définitif aux « Reylo » ou aux amateurs de Ben Solo, espérant qu’il était toujours en vie quelque part. Bref, entre le style et l’histoire toujours aussi bancale, je suis très, très déçue par cette purge. Et je souhaite que d’une part on confie les rênes à une autre personne que la Kathleen dont on se demande comment elle a pu arriver là quand on entend les conneries qu’elle a pu sortir sur Star Wars, et les novellisations à des autrices et auteurs qui savent écrire et susciter une quelconque émotion, parce que là, ça craint. La seconde moitié du livre a été laborieuse à lire, et le dernier chapitre encore plus que le reste.

Il n’y a donc plus qu’à espérer que la série The Rise of Kylo Ren nous envoie un peu plus de pâté que tout ça… Enfin, je ne vais pas placer la barre trop haut dans mes attentes car il ne manquerait plus qu’on nous fasse de la merde avec Kylo Ren. Avouez que ce serait le pompon sur le cul! 😉 Mais enfin, je pense faire une petite pause avec la saga des étoiles avant de reprendre la trilogie Riposte… et revenir avec des chroniques un peu plus enthousiastes. 🙂 Je vous laisse donc tranquille. Prenez bien soin de vous!

Blanche Mt.-Cl.


Le thé idéal pour l’accompagner: Je vous propose un thé noir à la bergamote, pour le réconfort. Pour supporter la mort merdique de notre Sexy Ben. Ah ouais, c’était trop mal amené dans le film, et ils ont réussi la gageure de nous faire ça encore plus nase dans le livre.

Titre: Star Wars: The Rise of Skywalker (Expanded Edition)
Auteurs: Rae Carson
Editions: Century
272 p.
Parution: Mars 2020
Prix: 17,07 €

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse de livres et de films SFFF mais pas que (de tout ce qui raconte de bonnes histoires, en général), auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

3 réflexions au sujet de “Une grosse blague dans la Galaxie – Star Wars IX: The Rise of Skywalker (novellisation, Rae Carson)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.