Le Mot de la Fin? – Star Wars IX: L’Ascension de Skywalker (2019)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Avant toute chose, si vous n’êtes pas venus faire un tour sur le blog depuis la fin des Fêtes, il est encore temps de vous souhaiter une Merveilleuse Année 2020. Je vous envoie donc de bonnes ondes pour obtenir « force et honneur », mais aussi sexe, gloire et dollars. J’espère donc que ces premiers jours de fin de déceniie ont démarré sur les chapeaux de roue pour vous.

Et surtout, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’après deux visionnages, et entre deux sessions de formation à After Effects, je me jette enfin à l’eau: aujourd’hui, après moult stalking de mes stories sur Instagram, et divers messages pour me titiller, je vous parle de Star Wars IX – L’Ascension de Skywalker. Et je peux vous dire que cette chronique m’a filé des migraines. Mais ça y est, c’est fait! Après le pitch, vous aurez droit à un avis circonstancié. Mais ATTENTION les potzos: outre les spoilers garantis, vous aurez droit à l’habituel quart d’heure de spéculations, et au proverbial… BONUS SOLO! #SourireLubrique 😈 Allons-y.

Il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… MUSIQUE.

Sur la trace de Palpatine

Tandis que la Résistance s’est refaite tant bien que mal, le Premier Ordre règne sans partage sur la Galaxie, sous la houlette du Suprême Leader Kylo Ren (Adam Driver). Or celui-ci a trouvé sur Mustafar un étrange artéfact: un traceur sith qui lui permet de rallier Exegol, une planète orageuse où se terre Palpatine (Ian McDiarmid), toujours en vie depuis les événements du Retour du Jedi. Sur place, Ren apprend que Palpatine lui a parlé depuis sa naissance, à travers des voix différentes, et qu’il a déterminé le moindre de ses choix. Celui-ci promet au jeune leader le pouvoir sur un tout nouvel empire s’il lui ramène Rey…

De son côté, Rey (Daisy Ridley), réfugiée avec la Résistance sur la planète forestière Ajan Kloss, parfait sa formation de Jedi, aidée par Leia (Carrie Fisher en CGI). Peu disposée à repartir en mission et perturbée par d’étranges visions, elle ne se sent pas digne de l’héritage des Jedi. Elle doit pourtant reprendre du service lorsque Poe (Oscar Isaac) et Finn (John Boyega), de retour d’une mission avec Chewbacca, apprennent à la cantonnade qu’une source au sein du Premier Ordre leur a fait savoir que Palpatine est toujours en vie et a mis à disposition de Kylo Ren une imposante armée. Rey, parcourant les notes de Luke Skywalker qu’elle a ramenées d’Anch-To, découvre que celui-ci travaillait déjà à retrouver Palpatine et qu’il s’était lancé à la recherche d’un traceur pour le localiser. Elle part donc avec ses deux amis, ainsi qu’avec C-3PO (Anthony Daniels) et BB-8 sur Pasaana pour reprendre là où le Jedi s’était arrêté.

Une véritable course contre la montre s’engage, alors que le mystérieux lien existant entre Rey et Kylo Ren, alias Ben Solo, fils de Leia et Han Solo, n’a pas disparu. Celui-ci tente encore de la rallier à sa cause, d’autant qu’il a d’autres projets que ceux que Palpatine a pour lui, et qu’il souhaite y inclure la jeune femme…

Rey entourée de ses compagnons Chewbacca, Poe, Finn, BB-8 et C-3PO – Source: AlloCiné

Une suite attendue avec appréhension

Comme vous vous en doutez au vu de ma chronique consternée des Derniers Jedi, je n’étais pas hyper sereine quant à la tournure des événements et quant à ce qui m’attendait au cinoche. D’autant plus qu’ayant revisionné il y a quelques temps la saga pour me préparer, j’ai paradoxalement trouvé plus de plaisir à l’Épisode VIII qu’à l’Épisode VII. Ouais, ouais, vous avez bien lu! Et j’ai vraiment commencé à me faire des cheveux quand j’ai réalisé que J.J. Abrams avait trouvé le moyen de déterrer le vieux Palpatine. Ma pensée à ce moment-là: « Bordel, ça sent le sapin! » Et connaissant le goût du J.J. pour le fan service, la nostalgie et les vieux de la vieille de la saga, et peu aidée par la promo du film bien lourdingue menée tambour battant par le réal et les membres du casting, je me suis rongé les sangs pendant un mois avant la sortie du film. Moi qui pensais qu’on pouvait faire sans Palpatine ou Lando, je suis allée au cinéma en serrant les fesses.

À mon corps défendant, je dois reconnaître que je ne me suis pas ennuyée, puisqu’il était impossible de deviner le pitch à partir des différents trailers distillés avec fort peu de subtilité depuis cet automne. Et même, à certains moments, je n’ai pas boudé mon plaisir de me replonger dans l’univers de ma saga favorite, et je passais un moment plutôt sympa avant la « super » révélation sur Rey (on en reparle plus loin), et quelques points qui m’ont faite tiquer… On va commencer par là avant de revenir sur le bon! Car je me pose de sérieuses questions quant aux intentions du réal’ et de la production. Attention, spoilers!

Mais pourquoi, J.J.?… POURQUOI?

Et ouais, quand même, je peux pas prétendre être satisfaite à 100%, dans la mesure où ce vieux J.J. a fait à peu près tout ce que je craignais dans cet opus! Petite liste.

Fan service pour vieux de la vieille

Bon, bon, bon. S’il est un truc qui marque dans la filmo de J.J. Abrams, c’est ce goût pour la nostalgie, le passé. Une époque aux couleurs des années 1980. Si la nostalgie pouvait encore opérer dans L’Épisode VII où les « Anciens » commençaient à passer le flambeau à Rey et ses potes et où on découvrait l’aura sombre de Kylo Ren, eh bien… Je suis beaucoup moins réceptive maintenant. Surtout depuis Les Derniers Jedi où, si le scénar’ me pose encore franchement question, j’ai finalement apprécié la tentative de Rian Johnson de faire tomber les héros de leur piédestal et de faire un peu plus s’affirmer les nouveaux personnages – quand bien même je ne suis pas du tout une fan de Poe, Finn ou Rose. Bref, une fois sortie de mon trip nostalgie, je me suis faite à ce que j’ai vu. Pas que je n’aime plus Leia, Han, Luke, Lando et compagnie, mais je pense qu’ils ont fait leur temps, et que même si Leia continue de diriger la Résistance et le vieux Palpatine de méditer des coups fumeux depuis son repaire sith, le reste était trop. Too much.

Premièrement, je pense toujours que l’histoire aurait très bien pu s’en sortir sans Palpatine, toujours autant looké comme la sorcière de Blanche-Neige, et que Lando, devenu un peu ridicule dans ses tenues chatoyantes, était surtout là pour la déco, et vaguement pour le networking de la Résistance. On avait déjà Leia et le fantôme de Force de Luke, et toujours l’ombre d’Han Solo qui hante son fils, je pense que c’était amplement suffisant. Et deuxièmement, ma foi, la séquence finale archi-putassière, avec Rey annonçant « Rey Skywalker » d’un air pénétré après avoir regardé les fantômes de Luke et Leia, sur fond des double-soleils de Tatooine, qui a eu sur moi un impact émotionnel proche de zéro. Bref, un recyclage avalé jusqu’à indigestion qui m’a laissée froide après un dernier tiers de film qui m’avait quelque peu émue. Dommage.

Rey recevant un câlin de Leia – Source: Imdb
Des nouveaux personnages pas toujours utiles

Cela nous conduit au problème suivant. La Postlogie nous a déjà servi son lot de nouveaux personnages, qui ont peiné à gagner la sympathie de certains fans toujours obsédés par les vioques de la saga (désolée si je tacle un peu les fans, mais parmi nous il y en a qui sont convaincus que la franchise leur appartient), et parfois particulièrement haineux. Et le scénario n’a pas toujours bien servi lesdits personnages, qu’il s’agisse de Rey, Poe, Finn et même celui que je considère depuis le début comme le plus intéressant, Kylo Ren – qui a bien ramassé ne serait-ce qu’à cause de son physique.

Le look qui tue des Chevaliers de Ren, version heavy metal des Sept Samouraï – Source: Imdb

Mais non-content d’espérer brosser les fans dans le sens du poil avec le retours de Palpatine le Vioque et de Lando, alors qu’on aurait voulu en savoir plus sur Rey et ses potes,  J.J. Abrams nous a gratifiés d’autres nouveaux personnages qui n’auraient rien changé s’ils n’avaient pas été là. Je mets à part le Général Pryde (Richard E. Grant) car à la limite, le fait que Kylo Ren ait promu un autre type que Hux (Domhnall Gleeson), dont il sait qu’il ne rêve que de le buter, est loin d’être déconnant et rassure quelque peu sur la lucidité du jeune Suprême Leader. Mais voyons le reste:

      • Les Chevaliers de Ren, la garde rapprochée de Kylo Ren. On savait qu’ils existaient, on a pu penser qu’il s’agissait des apprentis qui ont suivi Ben Solo après qu’il ait brûlé le temple Jedi, et lorsqu’il est devenu Kylo Ren. En fait, il s’agit d’un ordre un peu plus ancien. On dit qu’ils maitrisent le pouvoir obscur mais franchement, ce qu’on en voit ne dit pas grand-chose de leurs aptitudes. Moi qui espérais une bonne baston. Ben oui, quoi, quitte à ce qu’ils soient là, qu’ils nous en mettent plein la vue que diable! À croire qu’ils étaient là juste pour permettre à J.J. de dire: « Youhouh les potes, j’ai pas oublié ce détail! », ou pour la cosmétique. Car malgré tout je dois leur reconnaître un truc: comme leur maître, ils sont diablement stylés. Ah cette scène où on les voit arriver dans le couloir avec leur maître, on aurait dit un défilé de mode Paco Rabane du temps de ses robes en cote de maille… J’avoue avoir eu un petit frisson artistique. 🎶 Walk, walk, fashion baby… Work it, move that bitch crazy… 🎶
      • Jannah (Naomi Ackie), l’ancienne trooper exilée avec ses compagnons d’armes sur la planète du système Endor où se trouve l’épave de l’Étoile de la Mort. OK, elle est là, elle est sympa – qui ne l’est pas dans l’univers de Star Wars?… Même Jabba est cool! – et stylée. Elle aide Rey, Finn et Poe sur place, mais hormis ça, et ses points communs avec Finn, je ne comprends pas du tout le foin qui a été fait autour de son personnage. Honnêtement, je ne vois pas du tout. Je reviendrai plus loin sur elle dans la rubrique « Petits points ».
      • Quid de Zori, la bad ass de Kijimi, trafiquante et ancienne amante de Poe?… OK, c’est Keri Russell et elle en jette, mais à part ça?

Bref, au final, on a l’impression d’ajouts pour je ne sais trop quelle raison, qui empêchent de développer les personnages déjà existants: en effet, je suis ressortie du cinéma en me disant qu’au final on ne connaissait pas Rey, Finn et Poe mieux qu’au début.

Finn et Jannah lors de la bataille finale – Source: Imdb
Sainte Rey, priez pour nous…

Pour Rey, eh bien… hormis en de rares occasions, elle reste désespérément Rey, Perfect Rey. À la limite de l’inquiétant, voire de l’inhumain. Malgré le respect que j’ai pour Daisy Ridley, qui s’est probablement éclatée dans ce rôle, je crois que les scénaristes ont complètement tapé à côté de la plaque concernant son personnage. Pour la faire courte, je trouve Rey tellement lisse dans son traitement que je me demande si la meuf n’a pas un coefficient de glisse. J’ai souvent vu qu’on accusait de sexisme les détracteurs de Rey, il y en a peut-être, mais je suis une femme, et je ne suis pas la seule, quand je vois les échanges que j’ai pu avoir avec d’autres, à avoir du mal avec ce personnage. Je pense que ce sont moins ses supers aptitudes que sa façon de les gérer et sa personnalité. J’aurais aimé la voir moins parfaite, moins dans la sérénité – une sérénité qui lui donnerait presque l’air d’une pisse-froid à diverses reprises dans cet Épisode IX, surtout à la fin – quoique là, je pense que la psychologie de bazar de la dame n’y est pour rien, mais j’y reviendrai.

Du moins il aurait été intéressant de la voir plus sombre ou cynique au début pour ensuite évoluer, un peu comme Gyn Erso dans Rogue One. Car au début de la Postlogie, et c’était palpable dans la novellisation du Réveil de la Force, on pouvait sentir chez Rey, jeune pilleuse d’épave solitaire sur Jakku, une sorte d’ennui blasé, une méfiance… qui ne se traduit pas à l’écran. Elle câline tout le monde dès le début, merde! Pareil, si l’on regarde la bio du personnage dans les SW Facts, elle a eu une vie aventureuse sur Jakku, avec les contrebandiers, et s’est éduquée en lisant et en acquérant seule diverses compétences, c’est loin d’être une cruche. Si l’on avait su tout ça en début de saga, ne serait-ce qu’en la voyant lire et apprendre chez elle… Mais le problème, comme bien souvent avec les personnages qui ont beaucoup d’aptitudes dans les fictions, c’est qu’ils ne sont pas traités comme des humains. Et pour finir, le pompon sur le cul, cette moralité sans tache de l’héroïne virginale toute de blanc vêtue. Ça craint car au fond je ne la déteste pas et elle pourrait même avoir mon affection… mais ça ne prend pas, car hormis à de rares moment, elle semble avoir grillé toutes ses cartouches dès le début.

Rey aux aguets sur Pasaana – Source: Imdb

Le problème en revient à différentes choses. Tout d’abord, comme je le disais, je trouve que son personnage est moins traité comme un être humain que comme une expérience sociologique, dès lors qu’elle découvre son pouvoir. Rey, c’est un peu le girl power utilisé comme argument marketing, qui montre malheureusement qu’il n’y a qu’un pas entre bad ass et fadasse. Je me plains souvent de l’héroïne à la fois bad ass et bienveillante, moralement si supérieure à tout le monde, qui est devenu un cliché ces dernières année, dans les livres et les films, et qui m’irrite. Je ne la trouve même pas empowering, comme on aime à le dire, et je pense même que c’est le contraire. Une héroïne avec des failles aurait plus de corps, de profondeur, et véhiculerait sans doute un message plus positif, à savoir qu’on n’a pas besoin d’être parfaite pour s’en sortir et réussir, et même pour triompher de soi-même. Elle n’aurait pas l’air plus faible si de temps en temps elle avait eu besoin d’aide – d’une femme ou même d’un gars de son entourage – et si elle n’était pas environnée de faire-valoir, comme Poe et Finn, qui ne font qu’écouter cette jeune femme qui manie le sabre laser et semble autant prophétesse que guerrière. Ça m’énerve. Même Leia, avait des défauts – sa morgue et son arrogance aristocratiques en premier lieu, et elle parvenait à s’épanouir dans un trio avec deux autres individualités fortes, Han Solo et Luke. Quant à Padmé, plus ou moins l’intello du trio formé avec Anakin et Obi-Wan, n’était pas étouffée par leurs personnalités – du moins jusqu’à ce qu’elle devienne conne dans l’Épisode III. Or Rey entourée que de « comiques », si j’ose dire, et dès lors tout ce qui se rapporte à elle devient trop évident, facile et prévisible, elle en devient presque un cliché d’héroïne bad ass qui est tellement trop forte et moralement trop élevée pour le reste du monde. Il n’y a donc pas de dynamique intéressante dans ses relations avec autrui, elle semble appartenir à un autre monde, des sphères trop hautes pour les autres, ses réactions et sa personnalité semblent incohérentes. Et pour tout vous dire, elle ne m’inspire pas grand-chose, hors de sa relation mentale avec Kylo Ren/Ben Solo où elle a malgré elle trouvé un égal.

Et narrativement parlant, eh bien… SPOILER! Je déplore cette révélation selon laquelle Rey est finalement une Palpatine. Le seul truc qui me fait bicher là-dedans c’est que ça fait fermer leur clapet à celles et ceux qui voyaient en Rey une héroïne populaire face à ce connard privilégié de Kylo Ren, elle a finalement le sang plus bleu que lui. 😂 Mais cela ne m’aurait pas choquée outre mesure qu’elle soit une orpheline, une génération spontanée comme Anakin, ou le fruit d’une expérience génétique, que sais-je… Et alors Leia qui « a toujours su » que c’était une Palpatine! La bonne blague! Mais je me demande si J.J., malgré ses affirmations sur la non-nécessité d’un lignage, et ses potes ne lui cherchaient pas une légitimité en tant qu’élue tant malheureusement il est difficile de s’attacher à sa personnalité.

Touchée quand même

Mais malgré tout ça, eh bien il me faut admettre que d’autres éléments m’ont bien plu et m’ont fait passer de bons moments. Quelques fois même, tiré des larmes (et même beaucoup!).

La terrifiante flotte de Palpatine – Source: Imdb
Ambiance, ambiance…

Comme je le disais plus haut, malgré les gros, gros reproches que je fais au film, à son réal et à sa prod’, j’ai quand même retrouvé dedans quelques ingrédients qui me plaisent bien dans l’univers de la saga. Et en elle-même, jusqu’à la révélation de l’ascendance Palpatine de Rey, l’intrigue n’était pas trop déconnante, et le rythme assez soutenu m’a préservée de l’ennui. De plus, moi qui avais tenté de deviner l’histoire à partir des trailers, c’était finalement impossible et j’ai quand même ressenti le plaisir de la découverte. Il y avait un fil conducteur avec cette course-poursuite entre Rey et son adversaire Kylo Ren/Ben Solo qui crée une certaine tension.

J’ai aimé découvrir les différentes planètes parcourues par nos héros: comme Pasaana avec son pittoresque Festival des Ancêtres (ils aiment vraiment les planètes désertiques dans Star Wars) – le « Burning Man » de l’espace, comme l’a appelé mon frère! – ou encore Kijimi, avec sa nuit neigeuse sous la menace des troupes de Kylo Ren. J’ai même apprécié cette petite bestiole de Babu Frik, le mini craqueur de droïdes, même s’il ressemble à un carlin anormalement vieux qui aurait perdu tous ses poils après un sévère psoriasis. Même s’il sent un peu la nostalgie des créatures bizarres de l’ancienne Trilogie. Pareillement, j’ai beaucoup aimé me retrouver à nouveau dans un croiseur de style Empire au côté de Kylo Ren (en même temps, s’il y a moyen que « Kylo Ben » soit de la partie, je ne dis JAMAIS non), bien que le Supremacy, véritable capitale mobile pour Snoke et le Premier Ordre, m’ait quelque peu manqué. Visuellement, tout cela était très agréable et à défaut d’imagination dans le script, beaucoup d’images et de plans (sauf les derniers du film), étaient très beaux. J’avoue avoir eu un petit faible pour l’arrivée de Ben Solo (j’ai dit « Ben Solo » et pas « Kylo Ren »?… Diable, un spoiler!) sur Exegol dans le dernier tiers du film, courant comme un dératé au milieu des éclairs et de la lumière bleue… Heureusement que j’étais assise, parce que j’étais en semi-syncope. 😂

Si en toute honnêteté le message d’espoir du film m’est passé au-dessus de la tête car c’est un peu le même depuis le début de la saga (c’est-nous-qu’on-est-les-gentils-on-s’aime-tous-et-on-va-gagner-contre-les-méchants), d’autant plus qu’une partie de la fin m’a plongée dans un désespoir abyssal, comme vous vous en doutez. En revanche, on peut se sentir touché par la recherche d’appartenance de certains des protagonistes. Même si cela reste assez superficiel avec Rey, il est question de la famille comme lien du sang, mais aussi comme choix du cœur – dans le cas de la jeune femme, l’attachement pour les membres de la famille Skywalker-Organa-Solo, dont elle prend le nom à la fin (bon je trouve cette fin assez téléphonée et irritante, je vous l’avoue!). Le thème de l’héritage y est également présent de façon émouvante à travers le personnage de Kylo Ren/Ben Solo, traité comme un cheval de race par Snoke depuis le début de la Postlogie, à qui l’on a sans cesse rappelé une partie de son ascendance (Skywalker), tout en l’encourageant à en rejeter une autre partie (Solo). Le chemin du jeune Solo, oscille entre rejet et acceptation, sans doute du fait de son chagrin suite à ce qu’il a fait à son père. J’avoue que son parcours en la matière m’émeut beaucoup, car la fin de L’Ascension de Skywalker donne vraiment l’impression que Ben Solo a été quelque part exclu de cet héritage familial, voire même sacrifié. Il est clair dans ses échanges avec Rey qu’il s’est choisi une famille en elle, son égale, sa dyade.

C-3PO, Chewbacca, Poe, Fin et Rey arrivant sur Pasaana – Source: Imdb
Poe et Finn, quand Rey n’est pas là

Ma réplique favorite de Poe?… « Mais Rey, elle est pas là! » Vous savez, au début, lorsque Finn lui rappelle que sa pote n’aurait pas fait comme ça lorsqu’il opère une succession de bonds en hyper-espace pour échapper aux chasseurs du Premier Ordre. C’est bien mon garçon, affirme-toi! Je t’aime bien quand tu es comme ça!

Un duo pour qui j’ai malgré tout un chouia de compassion, tant ils servent de faire-valoir à Rey tout en faisant une grosse partie du boulot. Surtout qu’au départ de la Postlogie, dans Le Réveil de la Force, je les trouvais plutôt sympas les gadjos, d’autant plus qu’Oscar Isaac et John Boyega, leurs interprètes, ont une bonne dynamique à l’écran et semblent bien s’amuser. À défaut de la romance gay souhaitée et attendue par une partie des fans, j’attendais au moins une bromance. Et en toute honnêteté je trouve que malgré leur capital sympathie, ces deux mecs manquent un peu de relief pour une romance réellement marquante à la hauteur de celles que la saga a connues. Ainsi je trouve dommage que l’histoire ne rende pas justice à ces deux gus, et n’en fasse pas plus que des ressorts comiques juste prompts aux blagounettes ou comme Poe, à se prendre des râteaux de la part de Zori. Ceci dit, Poe m’a touchée à sa manière, car hormis Chewbacca, il a été le seul personnage, je dis bien LE SEUL, à avoir l’air personnellement touché par la perte de Leia. Vraiment j’ai eu de la peine pour lui – car Poe est un peu l’enfant chéri de la Résistance, car il connaît Leia depuis l’enfance, ses parents ayant servi auprès d’elle au sein de l’Alliance Rebelle à l’époque de l’Empire. Car même Rey, pourtant sa protégée, n’a pas semblé montrer d’émotion particulière en percevant la mort de celle qui l’entraînait en tant que Jedi. Et même si l’on se doute que les gentils vont gagner, Poe et son ami Finn font quand même un gros boulot en prenant le commandement de la Résistance et en amenant leur flotte sur Exegol sans savoir s’ils recevront du renfort face à la flotte titanesque de Palpatine.

Parce que malgré tout, même si ce n’est pas autant que Ben, je vous aime bien, les gars – Source: Imdb
La dyade Reylo

Et voilà le nerf de la guerre: la relation étrange qui s’est établie entre Kylo Ren/Ben Solo et Rey. J’en aime beaucoup ma dynamique, car les deux parties sont égales, dès le moment où il reconnaît les pouvoirs de la jeune femme, et connaissent des développements intéressants lorsqu’ils sont confrontés à l’autre. Même Rey parvient à me toucher dans ces moments-là, quand elle perd ses nerfs, sa perfection. Et quand j’arrive à la voir à travers les yeux de Ben, elle me touche. C’est peut-être ce qui me séduit dans ce duo, cet équilibre, cette impossibilité qu’ils ont de se vaincre l’un l’autre – hormis intervention extérieure qui fausse le jeu, comme la connexion de Leia qui déconcentre Ben lorsqu’il se bat avec Rey, permettant à celle-ci de l’embrocher sur l’Étoile de la Mort. Ils se battent d’égal à égale, et je trouve qu’il y a un petit quelque chose de chevaleresque dans cette relation d’armes. Par ailleurs, dès le début de la Postlogie, alors que j’étais persuadée que Rey était la fille cachée de Luke, et donc la cousine de « Kylo Ben », je m’attendais à voir leur relation évoluer vers une vraie fraternité quand Ben Solo, las de la noirceur, se tournerait à nouveau vers la Lumière.

Et il est clair que dès l’Épisode VIII, dès lors que la Force les connecte, une véritable intimité s’établit entre eux, à un moment où chacun éprouve une grande solitude… jusqu’à ce fameux hand touch qui leur fait voir l’avenir et l’âme de l’autre. Quelle qu’en soit la nature, je voyais une affection sincère entre Rey et Ben, quand bien même ils ne se rejoignaient pas dans le film, et je ne pouvais plus les imaginer comme des ennemis jurés par la suite. Et lorsqu’il s’avère que Rey n’est pas une Skywalker, si j’ai été d’abord surprise, l’idée ne m’a pas déplu, d’autant plus que je commençais à trouver vraiment sexy celui que je supposais être son cousin, je me suis dit: « Ah mais alors il peuvent se CHOPER! » Comprenez-moi: Star Wars a toujours été romantique, qu’il s’agisse d’Han Solo et Leia, et même de Padmé et Anakin. Si la Postologie n’a pas innové avec une romance gay de Poe et Finn, Finn et Rose n’avaient pas le relief pour une romance mythique, pas plus qu’une histoire entre Finn et Rey qui prend beaucoup plus de place que lui. Pour moi, un amour inhabituel entre antagonistes, entre deux personnages qui prennent de la place, était plus logique, et le romantisme devait alors se déplacer  vers le duo Kylo Ren/Ben Solo – Rey. « Reylo » pour les intimes. Et qui Rey pouvait-elle aimer de cette manière parmi ses compagnons? Après tout, ils connaissent les tréfonds de l’âme de l’autre – elle a vu Ben Solo à travers Kylo Ren, il connaît les colères et les chagrins secrets qui animent Rey – et se comprennent comme personne d’autre ne peut les comprendre.

Nos deux antagonistes toujours à la recherche l’un de l’autre – Source: Imdb

Et le fait est que j’aime beaucoup la dynamique de cette relation entre Rey et Ben aux aptitudes égales, aux caractères opposés de prime abord, mais qui se trouvent des points commun, ainsi qu’un égal dans l’autre. J’aime cette égalité, cette émulation dans la rivalité, et également ce qu’elle fait ressortir d’humain chez Ben et même chez Rey. Car si je déplore la personnalité un peu lisse de Rey, dont l’entourage n’est que faire-valoir, j’aime ce qu’elle dégage lorsqu’elle est confrontée à Kylo Ren/Ben Solo, le seul qui ne fait pas ce qu’elle veut et qui ne la suit pas aveuglément – d’ailleurs avec le recul, je trouve qu’elle a typiquement l’atitude d’une amoureuse déçue à la fin de l’Épisode VIII, quand Ben ne veut pas la suivre après leur combat côte à côte. S’il y a de la compassion, il y a également quelque chose d’éminemment rageux et personnel, lorsque l’on voit son agressivité envers lui dans L’Ascension de Skywalker, comme si elle se refusait la compassion envers Kylo Ren et qu’à travers lui, elle voulait tuer un attachement inapproprié envers Ben Solo, censé être un ennemi. Alors que lui est beaucoup plus calme en sa présence, et même plus doux et empathique lorsqu’il lui rappelle qu’elle n’est pas seule ou lui déclare à mots couverts que lui aussi sait ce que cela fait de ne pouvoir revenir vers les siens. Ils savent ce qu’ils représentent l’un pour l’autre, même s’ils peinent à se l’avouer: « Pourquoi n’as-tu pas pris ma main? / Pourquoi ne m’as-tu pas tuée? » Certains fans ont même relevé ce qu’ils considèrent comme symbolique: le fait qu’une connexion s’établisse entre eux lorsque Rey, interrogée par une enfant lors du Festival des Ancêtres sur Pasaana, n’est pas capable de donner un nom de famille, et en semble toute désemparée. C’est comme si son ami/ennemi apparaissait au moment où elle ressentait ce vide, comme si elle l’avait choisi comme membre hypothétique de la famille qu’elle souhaiterait avoir, et que peut-être lui aimerait retrouver. C’est un peu tiré par les cheveux, et J.J. Abrams n’a probablement pas autant d’imagination que ça, mais pourquoi pas?…

Un amour qui est confirmé dans un motif assez traditionnel, la force du Destin, avec ce lien surnaturel qui les unit, qui forme avec eux une « dyade », deux être en un dont la relation est si forte qu’elle a, comme le dit Palpatine lorsqu’il se régénère en leur présence, le « pouvoir de la vie ». D’où le fameux pouvoir de guérison dont je n’ai pas encore parlé, dont Rey use sur Pasaana – dont j’ai d’abord pensé: « Ah ben merde, il ne lui manquait plus que ça… » – avant de réaliser que ce n’était pas seulement son pouvoir à elle, mais LEUR TRUC À EUX. C’est peut-être un peu cliché, mais c’est BEAU. Et en plus, à travers ça, Ben Solo se découvre capable à la fin de guérir et de sauver, et pas seulement de tuer – et cela au prix de sa vie pour celle de sa dyade, quitte à se retrouver lui aussi relégué au rang de faire-valoir. Pour achever ce que son grand-père souhaitait faire en s’engageant du Côté Obscur: sauver celle qu’il aime.

Mon « ami Ben »

Soyons honnête un instant. Si l’on me demande quelles sont les raisons de mon attachement envers et contre tout à la Postlogie, je vous donnerai deux raisons en une: Kylo Ren et Ben Solo. 😏 Ben Solo, fils de nos héros devenu Kylo Ren après une suite de choix désastreux, m’a fascinée dès l’Épisode VII et complètement séduite dans l’Épisode VIII. La cause?… Outre ses beaux yeux expressifs, l’humanité qui perce à travers ce garçon qui n’a pas la noirceur très épanouie. En fait, on est fasciné par Kylo Ren et on aime Ben Solo. Pour moi, il est la vraie star de la Postlogie, du fait de l’arc narratif de ce protagoniste, et du fait de l’acting d’Adam Driver dans ce rôle. Je crois même que dans L’Ascension de Skywalker, il livre sa meilleure performance de toute la Trilogie. Je suis ressortie très impressionnée, en me disant que ce mec aurait mérité son propre film.

J’ai bien apprécié l’évolution du lascar dans cet opus: dès les premières scènes, il dégage déjà un plus grand calme lorsqu’il arrive sur Exegol, et une certaine assurance lorsqu’il déclare à Palpatine qu’il est venu le tuer. Bien que toujours maniéré dans une veine toute « soloesque » – doigt en l’air quand il donne un ordre, le petit glissement de botte caractéristique – sa façon d’être est bien plus nuancée. Même s’il ne pète toujours pas la joie de vivre et qu’il semble sombre et triste, il n’est plus disposé à se laisser faire et à être le pion de qui que ce soit. Il souhaite profiter de ce que Palpatine a à lui offrir pour suivre ses intérêts personnels: retrouver sa dyade Rey et prendre le pouvoir avec elle. Ce qui est paradoxal chez Kylo Ren/Ben Solo, et cela participe à mon avis à la séduction du personnage, c’est que malgré son attrait pour le pouvoir, une fois Suprême Leader, il délègue beaucoup à ses généraux pour aller courir la galaxie avec ses Chevaliers de Ren à la recherche de Rey. A-t-il vraiment, sincèrement le goût du pouvoir ou est-ce un moyen, plus qu’une fin, pour se hisser plus haut que ceux qui l’ont fait souffrir? et pour retrouver coûte que coûte Rey dont il a compris la spécificité du lien qui les unit? et à travers cette recherche, outre faire d’une adversaire une alliée, n’est-ce pas l’affection de Ben Solo pour la jeune femme qui prend le pas?… Quitte à se conduire comme un vrai empaffé avec Rey lorsqu’il brise le second traceur sith devant elle, pour l’obliger à faire le trajet avec lui. J’avoue que ce côté « méchant » un peu plus assumé face à la parfaite Rey m’a faite méchamment sourire. 😈

Kylo Ren/Ben Solo et son 😍 regard 😍 qui tue – Source: Imdb

Cependant, si je suis fascinée par Kylo Ren, c’est plus Ben Solo qui m’intrigue et qui a toute mon affection à travers lui… Car comme le disait Luke dans la novellisation de l’Épisode VIII: Kylo Ren n’est qu’une carapace autour d’un garçon brisé. On ne va pas revenir sur la bio du jeune Solo, si ce n’est pour dire qu’il n’a pas été heureux. Il beau avoir fait de bonnes saloperies et commis d’affreux crimes, Ben Solo continue de nous toucher de par son impossibilité à s’épanouir dans la noirceur, par le fait qu’il ne se remette pas du meurtre de Han Solo, et qu’il ait trouvé en Rey une égale devant qui il se révèle. Il y a quelque chose d’assez romantique et poétique qui se dégage du personnage – et quand on fait le tour des SW Facts, Ben Solo/Kylo Ren est un solitaire avec une émotivité extrême, réceptif aux absolus, qui se donne à fond dans tout ce qu’il fait. Qu’il s’agisse du Côté Obscur, ou de la « Bendemption » car comme on s’en doutait, Ben retrouve le chemin de la Lumière. J’ai beau déplorer que les personnages de cette trilogie ne soient qu’effleurés, je pense quand même que certaines choses se dégagent de Ben Solo, et pas des moindres: sa capacité de don de soi, et d’amour, sous plusieurs formes. Car Ben Solo a effectivement tout donné au Côté Obscur, jusqu’à assassiner un être qu’il aimait et même à qui il vouait une véritable admiration, et donne tout par la suite pour aider et sauver d’une mort certaine Rey, la seule personne qu’il lui reste à aimer dans cet univers. C’est également l’amour de sa mère, qu’elle lui porte et qu’il lui porte, qui l’empêche de tirer sur la passerelle du Raddius dans l’Épisode VIII, et qui le déconcentre lors de son combat avec Rey sur l’épave de l’Étoile de la Mort, permettant à la jeune femme de le vaincre. C’est extrêmement émouvant de se dire que c’est l’acceptation de son héritage et de cet amour pour les siens, qu’ils soient liés par le sang comme ses parents ou choisis comme Rey, qui lui fait prendre la décision de retrouver la Lumière.

Et l’on ne peut s’empêcher de se demander, lorsque l’on assiste à la résurrection de Rey entre ses bras, ce que la vie de Ben Solo aurait été s’il s’était su capable de ce pouvoir de guérison, plutôt que de destruction… En tout cas, la Lumière lui va bien. Heureusement que j’étais assise au moment où Ben arrive à la rescousse  sur Exegol, car je me serais probablement évanouie. Alerte au mojo niveau rouge! 😂 Il est SUBLIME, et je suis certaine que même ma mère ne le trouvera plus moche après avoir vu le film. 😉 Avec les gènes Solo qui s’expriment! Ce style un peu Matrix, cette décontraction en mode: « Venez les gars qu’on se bastonne, chuis prêt! ». A croire qu’au final, cette partie Solo que Snoke lui avait dépeint comme sa faiblesse était peut-être le meilleur de lui-même. Sûrement un phénomène dû à la magie du jeu d’Adam Driver, on aurait dit que ce n’était plus le même gars: la cicatrice – véritable marque d’infamie – qui a disparu, cette assurance tranquille, ce regard 😍 qui dit à Rey: « Je suis avec toi… »… AH PUTAIN. Je regrette juste qu’il n’ait AUCUNE réplique dans cette partie, et qu’il ait fini le combat dans un trou plutôt qu’au côté de Rey.

Émotion

Certains passages m’ont foutrement touchée, il me faut bien vous l’avouer. Mais profondément, et comme par hasard, mon « ami Ben » cité plus haut, n’est pas étranger à la chose. Attention, attention…

À la fin du combat au sabre laser sur les ruines de l’Étoile de la Mort, Rey vient à bout de Kylo Ren qui, déconcentré, a lâché son sabre après avoir entendu l’appel de sa mère à travers la Force. Mortellement blessé, il échange quelques mots avec elle tandis qu’elle utilise son (en fait leur) pouvoir de guérison pour le sauver, effaçant par la même la cicatrice qu’elle lui a faite dans l’Épisode VII. Alors qu’il lui serine à nouveau qu’il sait qu’elle voulait prendre sa main dans l’épisode précédent, elle lui répond d’un air désemparé à fendre le cœur, montrant enfin une vulnérabilité qui la rend plus humaine: « Je voulais prendre ta main. La main de Ben. » Ah mon Dieu, Rey m’a tuée, avec cette déclaration désespérée pour faire comprendre à celui qui fut son ennemi qu’elle se fiche du pouvoir auquel il voulait l’associer, mais qu’elle tient à son « vrai lui », le Ben Solo à qui elle pouvait parler librement et être elle-même. Si ce n’est pas de la déclaration, je me demande ce que c’est! 😢

Tout d’abord, même si je ne suis plus vraiment dans le fan service depuis Les Derniers Jedi, une apparition m’a particulièrement touchée: celle de Han Solo, émanation des souvenirs de Ben Solo, après le combat contre Rey et son adversaire sur l’épave de l’Étoile de la Mort. C’est là qu’intervient le fameux #BonusSolo, avec le cœur moins léger qu’à l’ordinaire cette fois-ci. Quelle scène. Imaginez un peu ça. L’ambiance digne d’une peinture romantique, la cape de Ben flottant au vent tandis qu’il regarde la mer, les vagues battant les ruines de l’Étoile noire, et cette voix venue d’outre-tombe: « Hé, petit. » (« Kid… » en V.O.). Pour le coup, c’est un « retour » que je trouve plutôt logique tant Han Solo est l’unresolved business de son fils. On sait depuis l’Épisode VIII que son crime a anéanti le fiston, qui admet être un monstre et qui se révèle incapable de tirer sur la passerelle du vaisseau où se trouve sa mère. En fait, le meurtre de Solo Père est pour son fils le sacrifice de trop pour prouver sa loyauté au Côté Obscur. La scène de cette conversation de Ben Solo, guéri de sa blessure par Rey, avec ce père qu’il a assassiné sans même le haïr, l’expressivité du gars en la circonstance, m’ont tellement touchée que j’en ai eu ma petite larme à l’œil. Dommage que la VF ait traduit « Dad… » par « Père… » et non par « Papa… », car c’était toute l’affection de Ben, le petit garçon qui vénérait son père, qui s’exprimait. Pour la petite histoire, il faut savoir que Ben Solo, bien qu’en voulant mortellement à son oncle, n’a jamais cessé d’aimer ses parents. Dans le comic Star Wars: Age of Resistance – Supreme Leader Snoke (que je n’ai pas encore lu), on le voit en apprentissage auprès de Snoke. Lorsque celui-ci l’emmène dans la grotte du Côté Obscur de Dagobah (souvenez-vous, là où Yoda a amené Luke), où son projetées ses peurs, Ben préfère détruire ce haut lieu d’apprentissage de la Force que de tuer, ne serait-ce qu’en vision, ses parents qu’il cherche à éviter par la suite car sachant qu’il devra s’en prendre à eux.

Et le summum: le « Reylo Kiss »! Et ouais, la grande sentimentale que je suis a eu un gros retournement cardiaque à cet instant. À dire vrai, j’avais eu le spoiler avant de partir pour le ciné, en pensant que ce devait être un fan art ou une grosse connerie. Alors en effet, ce bisou entre Rey et Ben qui vient de la ressusciter n’était certes pas nécessaire, le regard enamouré du garçon voyant sa dulcinée se réveiller était assez éloquent… MAIS PUTAIN quelle satisfaction pour moi. Déjà, j’ai trouvé que c’était une jolie scène de baiser de cinéma, sombre, assez romantique et très dans l’esprit « conte de fée » de la saga, avec ces plans rapprochés qui mettent bien en valeur les expressions de Rey et de Ben. Et Ben, nom de Dieu, après cet air anéanti lorsqu’il la croit perdue, cette joie incrédule, ce PUR BONHEUR qui se peint sur ses traits… C’est certainement la plus belle chose que j’aie pu voir dans L’Ascension de Skywalker, que ce mec qu’on a vu malheureux comme les pierres pendant trois films, parce qu’il s’est trompé d’orientation en suivant le Côté Obscur, reçoive un geste affectueux, et soit heureux, auprès d’un être qu’il aime et dont il se sait aimé. Ça m’a toute retournée, au point que cette mort brutale de mon pote Ben Solo tombant raide mort après cet intense mais bref moment de joie, et se dissolvant dans la Force m’a laissée sous le choc pendant tout le reste du film. En fait, dans ma tête ç’a fait « YEEEEEEEAaaaaaaNooooOOOOOOO! » si rapidement que j’ai dû buguer. Quand bien même c’est très poétique qu’il parte en réparant après avoir passé sa vie à détruire, lui-même en premier lieu. J’aurais bien aimé qu’on profite un peu plus de cette rédemption mais voilà… 😭 Coup de grâce quand j’ai vu que d’une part, Ben ne recevait pas le moindre petit hommage, même discret, de Rey, et que sur Tatooine, Rey ne voyait que les « Fantômes de Force » de Leia et Luke, et pas celui de Ben que je rêvais  de voir serein entouré de sa mère et de son oncle pour une réconciliation consommée dans l’autre monde. En sortant du cinoche, j’ai été chercher mon McDo mécaniquement, et une fois chez moi j’ai pleuré pendant une heure et demie en me demandant pourquoi les Jedi n’avaient parlé qu’à Rey et pas à lui, pourquoi il n’avait pas son Fantôme alors qu’Anakin avait bien le sien. Et je ne suis pas vraiment remise car quelque part il y a quelque chose qui me semble mal goupillé dans l’affaire. Je vous en reparle plus loin.

Kylo Ren et Rey bataillant sur fond de mer déchainée – Source: AlloCiné
Petits points

Juste deux-tois petits trucs que je ne savais pas tellement comment classer! C’est pour le fun!

Petits spoilers qui ont filtré après le film:

      • Jannah serait en fait la fille de Lando (!) – qui avait apparemment perdu femme et enfant des années auparavant. Le fruit d’une aventure? Ou son enfant raflée par le Premier Ordre dans son tout jeune âge pour en faire une trooper? On connaîtra probablement les tenants et les aboutissants plus tard.😵
      • Finn voulait dire à Rey qu’il était lui aussi réceptif à la Force! J’avoue que je le sentais venir, car plusieurs moments dans le film, notamment lorsqu’il sent la « mort » de Rey à la fin de son combat contre Palpatine, m’ont mis la puce à l’oreille. Ainsi, certains imaginent une suite de la Trilogie où Rey le formerait et où ils reprendraient tous les deux la formation des Jedi. Certains vont jusqu’à dire que Ben Solo va se retourner dans sa tombe quand ils se maqueront ensemble. Personnellement, je ne veux même pas l’imaginer! 😂
      • La fin, avec Rey dégainant son propre sabre jaune, après avoir enterré ceux de Leia et de Luke, hérité d’Anakin, dans le désert de Tatooine, a donné lieu à un meme qui m’a filé un fou-rire. Vous connaissez la haine d’Anakin pour le sable… Et bien nous voyons Anakin avec la phrase suivante: « La copine de mon petit-fils a enterré mon sabre dans QUOI? » 😂

Dans la catégorie « C’est pas déconnant »:

      • Beaucoup ont pesté au sujet du peu de présence à l’écran de Rose Pico, qui avait été Finn et Poe à pirater le système de traçage du vaisseau ennemi dans le film précédent. Pour moi, elle est resté celle qui a empêché Finn de gagner une bataille en mourant en héros, et qui lui a permis de devenir dans le film d’après le couillon qui court partout en criant: « Rey! Rey! » Donc, elle ne m’a absolument pas manqué. Désolée mais pas désolée, il y avait trop de personnages à traiter et fallait garder le plus intéressant.
      • D’autres ont rouspété sur l’apparente « non-surprise » de Kylo Ren en entrant dans le repaire de Palpatine, et apprenant que celui-ci le manipule et lui parle dans sa tête depuis sa naissance (et même avant!). Je sais que tout le monde ne lit pas les novellisations, mais dans Liens du Sang, on sait que Ben est en voyage avec son oncle Luke qu’il assiste dans ses recherches. Aussi, il est bien possible qu’il ait été au courant que Luke était sur les traces de Palpatine, ou du moins qu’il se soit douté que le vieux était endore en vie. Quant à la présence de Palpatine dans sa tête et sa manipulation, je pense que « Kylo Ben » est tellement habitué à ce qu’on se serve de lui qu’il n’est plus à ça près. 😂

Ce que je regrette:

      • La mort trop vite expédiée d’Hux, devenu un pathétique frustré ridicule alors que c’était de base un intriguant de haut vol, tué d’un coup de blaster par Pryde. Car c’était lui l’espion qui trahissait le Premier Ordre par pure rancune contre Kylo Ren. Qu’est-ce qui l’a mené là? Ne méritait-il pas de partir avec plus de panache?
      • Pour Rey, car si elle m’énerve, je ne peux pas la détester… Quand bien même ça m’énerve qu’elle pique un peu la vedette à ceux qui œuvrent à l’aider, et qui continuent alors que sa quête est aussi devenue personnelle, entre son rapport à Kylo Ren et la révélation de son ascendance, je trouve un peu triste qu’elle reparte toute seule sur une planète désertique, avec pour seuls compagnons un droïde et des fantômes. Pourquoi l’héroïne « forte » doit-elle systématiquement finir SEULE? Elle peut certes exister sans un compagnon (moi je le fais bien! 😂), mais je pense qu’elle n’a plus rien à prouver de ce côté-là. Comme je le disais, elle n’aurait pas paru plus faible en restant au milieu des autres. Elle ne montre pas le moindre chagrin alors que Ben, qu’elle embrasse et qui lui claque entre les bras. Que sait-elle qu’on ne sait pas? Que ne nous a-t-on pas expliqué dans le film?
      • Concernant Ben Solo, bien évidemment que je regrette la mort de mon chouchou, au moment où il s’était enfin libéré de toute emprise, d’autant plus que certains détails avaient laissé pensé qu’il resterait en vie, mais j’y reviendrai plus tard. Sa mort fait sens dans la mesure où il a quand même commis de grands crimes en tant que Kylo Ren, mais cette façon de crever! MERDE! Et en plus il n’a pas pu se battre au côté de Rey (parce qu’elle est trop forte et qu’elle a pas besoin de lui, bien évidemment, il n’était plus bon qu’à faire office de medpack!), les voix des Jedi ne lui ont pas parlé, alors qu’enfin il se reconnaissait comme héritier du Côté Lumineux en même temps que de Solo, ce que je trouve quelque peu injuste. Par ailleurs, pas le moindre petit hommage ou objet souvenir que Rey aurait pris de lui, et surtout, même pas son fantôme de Force pour au moins dire adieu à Rey. ET PAS UNE SEULE REPLIQUE. Le mec joue certes bien et son expressivité se passe de mots, mais merde alors! On dirait qu’il n’a jamais existé dans l’histoire!
Rey et Ben face à face dans les ruines de l’Étoile de la Mort – Source: Imdb

Ce que j’aurais aimé voir:

      • Il est clair que j’aurais souhaité profiter plus longtemps de la rédemption de Ben, et surtout, j’aurais aimé qu’il puisse, avant le combat contre Palpatine, rendre hommage à sa mère au côté de Rey. Juste histoire de boucler la boucle convenablement. Ceci dit, je pense que j’aurais vraiment bien pleuré, encore une fois.
      • Outre un Fantôme de Force pour Ben, si ce n’était Ben vivant, j’aurai voulu – retenez ça, car une fois n’est pas coutume! – revoir Anakin, pour parler à son petit-fils. Même si c’était juste pour le tancer, ou lui filer quelques beignes pour qu’il se réveille au fond de son trou et aille prêter main forte à Rey, là de suite. Mon frère et moi riions beaucoup quand nous évoquions cette possibilité sur le chemin du retour. Mais qui sait si le mec, las d’entendre des voix dans sa tête depuis sa plus tendre enfance, n’a pas balancé un gros FUCK à ces nouvelles interférences?… 😆

Ce qu’en toute honnêteté j’ai kiffé:

      • Rey, folle de rage et flippée après avoir guéri Ben, prête à s’exiler sur Anch-To comme Luke, balançant rageusement le sabre d’Anakin dans les flammes, rejetant le poids de cet héritage Jedi alors qu’elle se sait issue du Côté Obscur. Enfin bordel de merde, une réaction naturelle! J’ai adoré! Je l’ai trouvée tellement adorable, fraiche et jeune comme ça! Même mon frangin a apprécié! 😂 Sincèrement j’aurais tellement aimé voir plus d’éclats de la sorte, hors-Reylo!
      • Ben Solo en mode décontracté avec son blaster, arrivant sur Exegol avec un style entre son père et Neo de Matrix 😎 juste avant de récupérer le sabre bleu de son aïeul. Aïe mes yeux et mes hormones! 😍
      • Le bisou, bien évidemment. Je n’allais pas bouder mon plaisir, malgré les gros « beurk! » qui ont retenti dans la salle de cinéma.
      • Et là, hommage spécial à mon frangin, car on a kiffé tous les deux: après la victoire, le râteau de Poe suite à son petit signe de tête à Zori d’une façon qui dit: « On tire un coup? » 😂
      • Chewbacca a enfin reçu une médaille, foutredieu! 🎉
Vergeances dans la Force – Le Quart d’heure spéculations et rumeurs… 😉

Dans l’ensemble, j’avoue assez déplorer l’imagination de J.J. Abrams, qui pour moi, est bon pour le visuel mais pas le visionnaire qu’on aime à nous dépeindre. Il a surtout mis en valeur les anciens personnages au détriment des nouveaux, qui ont morflé avec la fanbase (les gens, il faut vous faire à l’idée que Leia, Han et Luke ont fait leur temps, merde!) alors qu’il y avait de bonnes idées de base. Je trouve dommage qu’en cherchant à satisfaire tout le monde à la fois – les Reylo, les partisans de la rédemption de Ben et ceux de sa mort, les vénérateurs de l’héroïne forte qui n’a besoin de personne, etc… – il a manqué d’audace et finalement pas poussé assez à fond les arcs narratifs et les idées. Et je trouve que les dernières minutes du film sont un peu déconnantes et bâclées… et la fin d’une saga qui a bercé des générations, si elle a son lot de moments sympas, est moins exhaltante qu’elle aurait dû l’être à mon sens. Du coup, je me suis un peu renseignée, puisque je n’ai pas grand-chose d’autre à faire ces temps-ci (enfin si, y a After Effects!). Il s’agit bien évidemment de rumeurs en majorité, aussi je ne pense pas détenir la moindre vérité là-dessus. Mais cela pourrait expliquer certaines déconnades…

Malgré le marketing millimétré et les déclarations de J.J Abrams et du taf’ le film ne correspond pas vraiment à ce qui a été dit – je préciserai. Il paraîtrait que la fin aurait été remontée à quinze jours de la sortie, dans le dos de J.J Abrams (?) et certaines rumeurs prétendent que la dernière séquence avec Rey aurait été un montage, majoritairement en CGI. On touche presque à la théorie du complot! D’autres vont même jusqu’à dire que Ben Solo n’était pas supposé mourir, ou du moins, pas de cette façon. Ne voyez pas là juste les supputations d’une fan dégoûtée que le BG soit mort, je me suis plus ou moins faite à l’idée, mais il est vrai que c’est bizarrement goupillé. Pour différentes raisons:

      • J.J. Abrams avait déclaré ne pas vouloir tuer de personnages, évoquant des échanges « fun » entre Rey et son pote en noir. Or là, il n’y a rien eu de particulièrement marrant entre eux. Soit J.J. a un sens de l’humour étrange, soit… Y avait-il une scène où Kylo Ren/Ben Solo larguait un petit trait d’humour soloesque à Rey?
      • Depuis quelques temps, différentes choses étaient mises en œuvre pour rendre le personnage de Ben Solo plus sympathique, au travers de différents comics qui retracent sa jeunesse et expliquent ses choix: notamment l’apprentissage cruel subi auprès de Snoke dans The Age of Resistance, et un rebondissement quant à l’affaire de l’incendie du temple Jedi après l’attaque de Luke dans The Rise of Kylo Ren. On aurait pu y voir une tentative de préparer le terrain pour une éventuelle happy end.
      • C’était quand même le dernier Skywalker et dans un film titré L’Ascension de Skywalker, ça faisait désordre qu’il ne reste plus RIEN de la lignée. Certes, Rey a repris le nom, mais était-ce logique d’écarter Ben Solo de ce prestigieux héritage alors qu’Anakin Skywalker, après avoir été Darth Vador, a bien été accepté au cénacle des fantômes Jedi? Et franchement, le dernier mot qu’on l’entend prononcer est un « Woh! » quand il se raccroche à une corniche sur Exegol.
      • La réaction de Rey semble incohérente: elle vient de voir sa dyade lui mourir dans les bras, alors qu’il vient de la sauver, et qu’elle l’a enfin embrassé. Elle n’est pas obligée de nous lâcher un grand « NOOOOOOON! » tragique, mais il aurait paru logique qu’elle montre au moins un peu de chagrin, et rende un hommage, même discret, à cette présence qui l’a accompagnée tout au long de sa quête. Et là, il n’y en a que pour Luke et Leia. On a beau savoir que le personnage de Rey a été écrit avec le cul, c’est bizarre.
      • Le soi-disant message d’espoir, quand Ben Solo qui n’a pas eu droit à son incarnation dans la Force le contredit. 😑

D’après ce que j’ai pu lire, J.J. Abrams, qui a pourtant mis en avant la relation des deux protagonistes dans L’Ascension de Skywlker, avait des idées bien arrêtées sur la chose, et aurait même détesté tourner la scène du baiser, pensant que Ben et Rey avaient plus une relation fraternelle… Alors c’est vrai que je l’envisageais aussi quand je prenais Rey pour une Skywalker. Mais on ne peut oublier à quel point le film précédent a changé la donne: je ne veux pas me la jouer meuf qui connaît tout de la vie, mais qu’on soit d’accord ou non avec ce qu’avait fait Rian Johnson dans Star Wars VIII – Les Derniers Jedi, les interprètes, qu’il s’agisse de Mark Hamill ou Adam Driver qui pensait embrasser Daisy Ridley dans la scène de l’ascenceur, avaient saisi la tension romantique du duo « Reylo ». Et franchement, j’ai un frère, nous sommes proches, mais je ne l’ai fort heureusement JAMAIS vu me regarder comme Ben regarde Rey lors de leurs échanges, tout comme je pense ne l’avoir jamais regardé comme elle regarde Ben… Alors mon J.J., si tu as une frangine et si vous vous regardez comme le duo Reylo, je t’encourage à aller consulter d’urgence! 😂 Blague à part, le réal est quand même parvenu à garder le duo intéressant, à préserver cette tension romantique sans que ça parte comme pour Padmé et Anakin, et c’est déjà ça. Seulement, d’autres scènes auraient été tournées, où Ben parlait avec Rey et où Driver aurait été encore plus impressionnant (déjà que!): des rumeurs évoquent même une scène à Naboo sur la tombe de Padmé (je pense que c’est une intox, mais on a tellement été enfumés!), ou Ben assis dans le cockpit du Faucon Millenium… Diable! Quand aurait-il pu faire ça dans l’histoire? Après le combat contre Palpatine?… 😮 C’est un peu maso de se triturer les méninges de la sorte mais tout de même, on est en droit de se poser des questions. Le réal aurait même évoqué la possibilité de diviser le film en deux parties, possibilité que mon frère et moi, ruminant notre déception il y a deux ans, avions évoquée tant il y avait d’enjeux en suspens. En tout cas, il semblerait qu’un Director’s Cut puisse voir le jour…

Nous verrons bien, mais maintenant que le nouveau canon Star Wars est fixé et Ben Solo déclaré mort jusqu’à de plus amples nouvelles ou explications, c’est quand même coton d’envisager quoi que ce soit concernant son personnage. Personnage qui a tant séduit Georges Lucas qu’il pensait lui dédier un film, mais Adam Driver ayant déclaré que Star Wars était fini pour lui, ça risque d’être compliqué. Et envisager un autre interprète, c’est mort. Un tel protagoniste, mal joué, aurait été un vrai handicap pour la franchise. Bref, je pense que l’on devra se contenter de novellisations ou de comics.

Cependant, tout un tas d’explications fleurissent quant à l’absence d’un fantôme de Force de Ben Solo. Petit palmarès pour ce #BonusSolo BIS:

      • IL EST MORT MAIS… Ce serait une preuve d’élection qui ne dit pas son nom, car il aurait mené sa mission jusqu’au bout en sauvant Rey. Un peu facile quand même.
      • IL EST MORT MAIS… Exegol, la planète où il meurt, étant une sorte de « portail forcique », un Monde entre les Mondes, il se serait directement dissoud dans la Force. Poétique mais frustrant, on aurait aimé avoir le temps de lui dire au revoir.
      • EN FAIT IL N’EST PAS MORT… Il se serait dématérialisé, le temps de se rétablir ailleurs (ou d’attendre que l’écart d’âge avec Rey s’amoindrisse? 😂), et puisqu’après tout  Exegol étant un Monde entre les Mondes, qui semble communiquer sur d’autres endroits (dont Anch-To), il serait dans une sorte de limbes. Mouais.
      • EN FAIT IL N’EST PAS MORT… La plus séduisante. 😂 Entre sa capacité à se matérialiser ailleurs comme on l’a vu dans ses échanges avec Rey, Exegol qui est un Monde entre les Mondes, et le garçon s’étant dissoud sans emporter ses vêtements, Ben Solo s’est réveillé ailleurs dans la Galaxie. Complètement NU. 😉 Vous allez avoir du mal à me rattraper, j’ai déjà mis le contact de mon vaisseau spatial est déjà mis, j’ai décollé pour partir à sa recherche! 😂

Conclusion – L’Ascension de Palpatine?

Voilà, voilà, comme vous le voyez, je ressors assez partagée, en me posant des tas de questions, autant sur les tenants et les aboutissants de l’histoire que sur les intentions de la prod’. Notamment, je trouve qu’hormis Rey qui retire toute la gloire et s’en tire à bon compte, L’Ascension de Skywalker aucune justice n’est faite à ceux qui ont été en back up et qui ont eux aussi été héroïques à leur façon, comme Poe et Finn, ou encore à Ben Solo, mort comme un amoureux maudit et pas comme le guerrier qu’il était, après quinze secondes de bonheur dans sa triste existence. J’ai cependant passé un bon moment, et je préfère en retenir quelques passages particulièrement émouvants. Mais quand je vois que c’est une Palpatine qui prend le nom des Skywalker dont la lignée est éteinte du point de vue de l’ADN (sauf si en apposant sa main sur Rey, Ben lui a fichu un polichinelle dans le tiroir? – on a déjà vu plus étrange dans la saga!) je ressortirai une réplique de mon ami le regretté Han Solo: « Ça s’appelle l’ironie de la vie! ». Bref, jamais aucun épisode de Star Wars n’avait aussi mal porté son titre.

Juste pour le plaisir… – Source: AlloCiné

Si je devais faire le bilan, je dirais que cette Postlogie a singulièrement manqué de cohérence, et que peut-être les messages qu’ont voulu faire passer les réals ou la production ont été dommageables à l’histoire. J’en ressors avec l’impression de ne pas bien connaître les personnages, effleurés. Ceci dit, ces films auront eu le mérite de me faire découvrir un formidable interprète avec Adam Driver (que j’espère revoir un jour dans de la SF, mais je ne doute pas que sa carrière sera encore plus belle qu’elle l’est déjà), absolument extraordinaire et touchant en Kylo Ren/Ben Solo, le garçon qu’on a l’impression de mieux cerner que les autres tant il est bien joué, et dont on se demande encore quel formidable Jedi il serait devenu sans cette torture mentale dont il a fait l’objet depuis sa naissance. Finalement je me pose encore plus de questions qu’avant cet Épisode IX. Je ne sais pas si je me sentirai de suivre, s’il y en a une, la suite des aventures de Rey et des nouveaux personnages sans Ben Solo, qui a été, je ne le répèterai jamais assez, une figure vraiment forte de l’ensemble. Ceci dit, mon amour pour l’univers de Star Wars et mon intérêt pour la Postlogie, avec laquelle j’entretiens un lien du ressort de l’affectif, ne sont pas morts. Vous n’avez pas fini d’en entendre parler!

En effet, le printemps sera galactique: le Blu-Ray du film est déjà précommandé, en attendant un hypothétique Director’s Cut (t’as pas intérêt à retirer la scène du baiser, J.J., ou c’est moi qui viens te botter le cul!), ainsi que la novellisation de L’Ascension de Skywalker, pour savoir quelles explications on va nous sortir du chapeau sur tel ou tel point (et savoir si Ben s’est bien réveillé nu quelque part… 😄), et l’intégrale à paraître des comics The Rise of Kylo Ren, par pure curiosité envers mon personnage chouchou. Qui sait, cela me fera peut-être apprécier le film autrement, comme pour Les Derniers Jedi? Et la novellisation Resistance Reborn, sise entre les deux derniers épisode de la saga, est également dans ma PAL tandis que je guète la mise en vente d’une Pop Ben Solo! Héhé! Et n’oubliez pas que fort bientôt je vous parle vite fait de The Mandalorian… et également d’un autre film avec Adam Driver, au cas où vous seriez en manque! 😉 J’espère en tout cas que cette chronique vous aura plu, et que vous avez malgré tout passé un bon moment devant Star Wars IX – L’Ascension de Skywalker.

À très vite, et je vous laisse avec sa bande-annonce… et je ne répondrai peut-être pas de suite aux commentaires, le temps de préparer mes prochaines chroniques, que vous pourrez également commenter si le cœur vous en dit!

Blanche Mt.-Cl.


Update au 17/01/2020: Hier sur Konbini, l’histoire du scénario initialement prévu a filtré… et fichtredieu, c’était pas mal du tout! Il n’y avait qu’un hologramme de Palpatine, une fin qui avait l’air assez grandiose même si mon pote crevait, il crevait mieux (et il communiquait avec le fantôme de Tonton Luke!)… Mais l’histoire était « trop complexe »! Sérieusement!


Titre: Stars Wars IX – L’Ascension de Skywalker
Année de production: 2019
Réalisation: J.J. Abrams
Origine: États-Unis
Durée: 2h34
Distribution: Daisy Ridley, Adam Driver, Oscar Isaac, John Boyega, Mark Hamill, Carrie Fisher, Keri Russell…

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse de livres et de films SFFF mais pas que (de tout ce qui raconte de bonnes histoires, en général), auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

2 réflexions au sujet de “Le Mot de la Fin? – Star Wars IX: L’Ascension de Skywalker (2019)”

  1. J’ai enfin eu le temps de lire cet article, que j’avais réclamé en plus! La honte!
    Je ne vais pas trop en rajouter, parce que tu t’y connais beaucoup plus que moi! Je dirais juste que Kylo Ren/Ben Solo, c’est le seul personnage qui m’a touchée dans ce film… Même si je me doutais qu’il allait mourir, quelle tristesse! Et par contre le baiser, j’ai trouvé ça de trop, mais faut dire que plus on a avancé dans la trilogie moins j’étais partisane du Reylo alors…
    Sinon j’ai vraiment trouvé que plein de trucs étaient un peu soit balancés de nulle part (la fille perdue de Lando, genre) ou alors qu’on les voyait venir à 10’000 km (Zorii qui offre généreusement son « passe-partout » à Poe…). Ce manque de subtilité dans le scénario m’a vraiment dérangée au point que j’en ai trouvé certaines scènes totalement ridicules.
    Par contre, C3PO m’a vraiment bien fait rire, c’était un bol d’air frais hyper bienvenu et ses scènes sont celles que j’ai préférées après celles de Kylo Ren!

    Aimé par 1 personne

  2. Aaaaaah ! Je l’attendais, ton billet, après avoir vu le film ! 🙂
    Bon, d’abord, je vais faire ma constestatrice : non, Leia n’est pas en CGI (sauf le flashback où elle est jeune). Abrams a bien insisté là-dessus, ils ont utilisé des scènes tournées lors de l’épisode VIII mais non utilisées. A mon avis, seules les séquences où on ne voit que sa silhouette en contre-jour ont été tournées avec une doublure. Mais Abrams l’a dit : pas de Carrie Fisher en CGI dans son rôle âgé.
    Sinon, je suis tout à fait d’accord avec ton frère, le Burning Man m’est aussi venu à l’esprit ! 🙂
    Moi aussi j’étais très chafouine à la mort de Ben Solo (comme toi, c »était mon personnage chouchou). Et très déçue aussi par l’absence de romance (et même de bromance) entre Poe et Finn.
    Sinon, je voulais du divertissement, j’ai été servie, mais quand même, y a des trucs qui collent pas par ci par là.
    Je ne vais pas faire le détail, tu l’as déjà fait dans ta chronique et même si les détails qui m’ont plu ou chiffonnées sont différents par moments, je ne vais pas pondre un pavé ^^ »
    Juste, la grande question qui m’a laissée perplexe à la fin :
    si Rey est la petite-fille de Palpatine…. faudra m’expliquer comment il a pu avoir un enfant ?
    franchement, qui irait au lit avec ce type ? d’ailleurs, lui-même aurait-il envie d’aller au lit avec quelqu’un pour pondre un héritier ? ça ne me semble pas coller avec le personnage… et puis berk quoi.
    ça, franchement, ça me chiffonne encore plus que le côté « oh bah tiens, en fait Palpatine a survécu par magie » !

    (oh yes, cette hypothèse que Ben n’est pas mort ! you made my day ! :))

    Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.