Sunday Music – Mes 10 chansons vintage pour mettre de l’ambiance

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous passez un bon dimanche! Cela faisait longtemps que j’avais envie de vous redonner un rendez-vous musical sur le blog pour éclairer vos week-ends.

Cette année, malgré l’approche des Fêtes, j’ai choisi de vous faire une petite sélection sans rapport avec Noël… au profit de tubes vintage que j’affectionne particulièrement. Aussi, voici une playist sympa pour mettre une bonne ambiance pendant vos apéros du dimanche en attendant Noël!

#1 – Only You (The Platters, 1955)

En bonne midinette, j’ouvre le bal avec rien de moi que l’un des premiers grands slows: Only You (And You Alone) des Platters, qui selon moi n’a rien perdu de son charme kitsch, que j’aime à chanter de temps en temps. Et pour la petite histoire, j’ai découvert cette chanson dans Hot Shots! lorsque Topper fait sa grande déclaration à Ramada et la lui chante, tout en se tapant un trip où il s’imagine avec elle dans des scènes de films cultes. Tordant.

Mais plus sérieusement, le disque sorti en mai 1955 se classe très vite dans les meilleures ventes aux États-Unis. En France, il est en tête du hit parade dès 1957. Je vous laisse écouter ce petit son bien rétro.

#2 – Johnny B. Goode (Chuck Berry, 1958)

Si tu ne connais pas Johnny B. Good de Chuck Berry, c’est que tu vis en ermite dans une grotte et que tu n’as jamais vu les Retour vers le Futur. Car dans une scène mythique où Marty McFly est revenu dans les années 50, il remplace un musicien dans l’orchestre jouant au bal du lycée de ses parents et ne trouve pas mieux que de s’exciter sur la guitar en jouant ce « bon vieux rock rétro ».

Et le fait est que le morceau est considéré comme l’un des premiers grands tubes du rock’n’roll, classé septième meilleure chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stones. Il est d’inspiration autobiographique et le nom du personnage évoqué dans la chanson serait une référence à l’adresse de naissance de Chuck Berry à Saint-Louis du Missouri. Pour ma part, je suis fan du rythme endiablé de ce morceau plein d’énergie.

#3 – Dream Lover (Bobby Darin, 1959)

Encore une chanson dénichée dans Hot Shots! Rappelez-vous la scène où Topper, reprenant le chemin de la base aérienne sur sa moto, passe devant un champ où il vois Ramada s’entraîner à cheval. Il tente les mêmes accrobaties qu’elle, mais sur sa moto. Grand moment de cinéma. 😂

J’avoue ne pas avoir fait de recherches poussées sur ce morceau populaire sorti en 1959, mais j’aime beaucoup le petit son léger de l’ensemble, qui me fait m’imaginer dans une décapotable lancée à toute blinde sur une route littorale bordée de palmiers, les cheveux au vent…

#4 – The Loco-Motion (Little Eva, 1962)

La mélodie vous est familière?… Normal. Vous l’avez certainement déjà entendue, au moins en reprise dans Rockcollection de Laurent Voulzy! Cette chanson a eu un tel succès qu’elle a été reprise diverses fois, et même en français par Sylvie Vartan à la même époque.

Eva Boyd, de son nom de scène Little Eva, est remarquée par le producteur Gerry Goffin et la chanteuse Carole King, dont elle est la nourrice, qui apprécient son grain de voix alors que The Loco-Motion est destinée à la chanteuse de rythm and blues Dee Dee Sharp. Une danse et une légende naissent… et j’adore le son sixties très marqué de l’ensemble.

#5 – California Dreamin’ (The Mamas & the Papas, 1963)

Encore une chanson de folk rock qui m’a séduite dès la première écoute. Sans doute du fait de sa mélancolie, de la langueur qu’elle évoque – vous savez, j’imagine toujours des gens couchés au soleil quand j’entends ce morceau. Et effectivement, il me donne assez envie de découvrir la Californie et sa lumière.

California Dreamin’ est écrite par le couple John et Michelle Phillips, membres du groupe The Mamas & the Papas, alors qu’ils vivent à New York et ont le mal du pays. Le morceau est repris dans plusieurs films et évoquent souvent la douceur de vivre de la vague hippie.

#6 – Sound of Silence (Simon and Garfunkel, 1964/1966)

Les gens qui me connaissent un peu sont toujours très étonnés d’apprendre mon amour fou pour cette chanson (en même temps, franchement, un truc qui commence par « Hello darkness my old friend« !). Je suis toujours séduite par la douceur de sa mélodie, dont les paroles parlent du manque d’écoute entre les êtres.

La chanson, qui ne comprend que les voix de Paul Simon et Art Garfunkel sur fond de guitare accoustique, sort en 1964 sur l’album de Simon & Garfunkel Wednesday Morning 3 A.M. Album qui passe inaperçu et dont l’insuccès conduit à la séparation du duo. Cependant, alors que le folk rock gagne en popularité, le producteur Tom Wilson exhume la chanson et propose de la ré-enregistrer dans une version plus punchy et électrique en 1966. Personnellement, j’aime les deux versions, mais c’est la plus récente que je poste ici.

#7 – San Franciso (Scott McKenzie, 1967)

Une autre chanson toute douce des années 60 qui détend – et pour cause, c’est un peu l’hymne du Summer of Love, qui a eu un succès international à sa sortie, et qui évoque San Francisco, l’un des grands centres du mouvement hippie aux États-Unis, les fleurs dans les cheveux, le soleil, une réelle douceur de vivre.

Détail amusant: si elle est chantée par Scott McKenzie, San Francisco est écrite par John Phillips, déjà évoqué plus haut car membre de The Mamas & the Papas, pour promouvoir le Festival international de musique pop de Monterey en 1967. Pour moi ce morceau est une réelle réussite, je l’adore, même si honnêtement je n’ai RIEN de hippie.

#8 – Born to be alive (Patrick Hernandez, 1978)

Voici que nous passons aux années 1970 et au disco. Et pour la petite histoire, j’ai découvert cette chanson dans une publicité pour Lipton Ice Tea il y a plusieurs années (vous savez, avec le petit chien à tête branlante qui prend vie sur la plage arrière d’une bagnole lorsque son museau trempe dans le thé glacé, avant qu’il ne prenne le volant), sans savoir que mes parents possédaient l’album éponyme chez mes grand-parents.

Sorti en 1978, Born to be Alive est un succès mondial – et le seul succès de Patrick Hernandez. Il va sans dire que le titre est plutôt efficace, car dès que je l’entends, je suis obligée de décoller mon derrière de mon siège pour danser. 👯 Je vous laisse juges…

#9 – Rasputin (Boney M., 1978)

Rien qu’au titre, au nom d’un grand schtarbé de l’histoire russe au rôle fort énigmatique, je ne peux qu’aimer. J’aime Rasputin bien plus que Daddy Cool. Le tube sort avec l’album Nightflight to Venus, celui de la consécration de Boney M., groupe de disco euro-caribéen. Il évoque tout ce qui a fait la réputation sulfureuse du fameux Raspoutine, éminence grise du dernier tsar de Russie, soupçonné d’avoir, outre l’organisation d’orgies dantesques, été l’amant de la tsarine Alexandra.

Paroles un peu rigolotes déclamées d’un ton pénétré, rehaussé par des petits chœurs féminins, Rasputin est une chanson vraiment entraînante dont le refrain ne peut que vous rester en tête une fois que vous l’aurez entendu! 👯 Et alors le clip est KITSCH à souhait. Je vous laisse apprécier le look de Bobby Farrell, avec sa fausse barbe blanche et son look de moujik de carnaval. 😂

#10 – Can you feel it (The Jacksons, 1980)

Et nous atteignons l’ultime frontière de mon vintage des années 1980, avec MA CHANSON FEEL GOOD ultime, celle qui me met de bonne humeur dès que je l’entends: Can you feel it des Jacksons. Je n’y peux rien, elle me donne envie de chanter et de danser, de battre des mains… tout ce que vous voulez. J’étais tellement saucée par la pub Amazon où l’on voyait les cartons la chanter, l’an dernier! 😀

Second single de l’album de The Jacksons Triumph, c’est aussi son plus grand succès. Dans ce morceau post-disco rythmé où l’on sent la puissance de la voix du jeune Michael (sans être fan, il avait quand même du coffre le jeunot), tout n’est qu’énergie. Le tout a été, à l’époque, accompagné d’un clip à effets spéciaux que je ne partage pas ici, pour nous concentrer sur le son.

BONUS TRACK – Moskau (Dschinghis Kahn, 1979)

Et pour clore cette playlist, je vous offre CETTE CHANSON, ce MONUMENT, découvert au hasard des lectures automatiques de YouTube. Imaginez. Un groupe de disco international (officiellement allemand, mais avec interprètes allemands, hongrois, néerlandais), avec un nom mongol, portant des costumes piquées aux acteurs de Bioman, chantant en allemand sur la Russie: et vous avez Dschinghis Kahn, une formation créée pour l’Eurovision 1979, qui chante Moskau. Avec des paroles bien, BIEN cliché – en somme, Moscou est une ville belle et mystérieuse, ou on tise de la vodka, où on s’appelle tovarich et où les meufs répondent au doux nom de Natacha.

Quand j’ai montré le clip à ma famille l’an dernier, ils étaient si fascinés qu’ils n’ont même pas pensé à me demander d’arrêter. Allez, ne boudez pas votre plaisir et profitez-en pour apprendre les pas du kazatchok, pour pouvoir « tanzen zusammen auf dem Tisch, bis der Tisch zusammenbricht » quand vous serez ronds comme une queue de pelle au Nouvel An. Je vous laisse mater la traduction sur Google. En même temps je dois reconnaître que c’est assez entraînant, mais assurez-vous que votre entourage a un minimum d’humour avant de lancer le morceau! 😂

Conclusion – De quoi vous ambiancer…

Et voili-voilà! Vous connaissez les vieux coucous qui me mettent de bonne humeur, qui me bercent ou me donnent envie de danser!… Et vous? Avez-vous des tubes vintage fétiches? N’hésitez pas à les partager en commentaire. Je vous dis donc à très bientôt pour le prochain bilan des deux mois, et pour de nouvelles aventures livresques et cinématographiques! Bon dimanche à vous!

Blanche Mt.-Cl.

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse de livres et de films SFFF mais pas que (de tout ce qui raconte de bonnes histoires, en général), auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

2 réflexions au sujet de “Sunday Music – Mes 10 chansons vintage pour mettre de l’ambiance”

  1. Oh la la je les aime tous!!! Je comptais écrire un commentaire du genre « J’aime bien celle-là » ou « ces deux-là me plaisent… » mais là c’est carrément « All of them! » 😊😍😊
    Une super playlist vintage à souhait !

    Aimé par 2 personnes

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.