Western galactique – Star Wars Légendes: Boba Fett (Intégrale I et II)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez bien et que vous êtes à fond dans les préparatifs des prochaines Fêtes! Personnellement, j’ai du mal à contenir mon impatience, d’autant plus que j’ai quelques soucis de plomberie à la maison qui me donnent envie d’aller squatter ailleurs, de préférence dans une maison avec une baignoire!

Mais trêve de bla-bla! Je reviens en ce jour avec pour cette chronique express, un vrai petit bonbon pour fans de Star Wars, à la veille de la sortie de L’Ascension de Skywalker (pitié, pourvu qu’il soit mieux que le dernier…), avec deux petits albums bien sympas sis dans l’univers de la saga, centrés autour d’un personnage bien particulier: le redoutable chasseur de prime Boba Fett. Vous savez, l’enculé qui a amené Han Solo à Jabba dans de la carbonite. Petit panorama sur les aventures d’une figure mythique…

Boba Fett, un autre protagoniste connu de la Galaxie Star Wars. En même temps dès que l’on creuse un peu cet univers, il est possible de trouver quelque part le nom et la biographie du premier alien que vous croisez sur une planète désertique! Mais quid de l’ami (ou ennemi) Boba Fett? On en retient surtout cette silhouette casquée et carapaçonnée d’une armure mandalorienne (à ce que j’en lis, j’ai du mal à savoir s’il s’agit d’une organisation de mercenaire ou d’une civilisation à proprement parler, The Mandalorian m’amènera sans doute à creuser un peu), pleine de gadgets et surarmée, avec un jetpack. On se souvient qu’il poursuivait Han Solo – qu’il pourchasse depuis la Trilogie Yan Solo, qui le rencontre en même temps que Lando et qui lui joue un bien vilain tour… Mais c’est aussi le fils du chasseurs de prime Jango Fett, celui dont l’ADN a servi à créer les guerriers clones dans la Prélogie, qui assiste à la mort de son père, sa seule famille, abattu par le maître Jedi Mace Windu (motherfucker!).

Les BDs dont je vais succinctement vous parler aujourd’hui présentent une grande variété d’enjeux (famille, honneur, corruption, rébellion, justice…), et de dessins. En effet, les aventures ne se suivent pas nécessairement et peuvent se lire indépendamment les unes des autres, elles offrent aussi une grande variété de styles picturaux, au gré des dessinateurs: illustration réaliste au graphisme éthéré inspirée des films pour l’Intégrale I dans Liens de Sang et Boba Fett est mort… (une feinte, je vous rassure!), et pour l’Intégrale II un style B.D./comics avec grands aplats de couleurs primaires plus affirmés pour Sacrifice et Mort & Destruction (celui-ci est fendard, je vous en reparle!), des visuels entre réalisme et B.D. au trait fort dans Semeur de mort, Sauvetage et Tout se paie, pour terminer avec un aspect très « dessin animé » dans Extermination, qui se déroule sur une planète paumée.

Je m’attarderai sur trois de ces intrigues qui ont ma préférence. Elles sont en général plus longues et mettent en place une histoire plus fouillée, avec des rebondissements qui leur donnent un réel rythme. Liens de Sang commence par un flashback où le jeune Boba Fett se souvient d’une épreuve initiatique imposée par son père Jango, à savoir ramener une dent de Balyeg, la bête la plus effrayante de la galaxie, après quoi il accompagne celui-ci lors d’une mission périlleuse: éliminer l’un de ses clones, déserteur, qui a quitté l’armée pour fonder une famille… Bien des années plus tard, Boba Fett, devenu à son tour un chasseur de primes redouté, et recruté par Tayang, un baron du crime, qui lui demande de lui ramener un certain Connor Freeman , pillier de bar et joueur invétéré, pour une dette de jeu. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il apprend que ce garçon touche depuis son plus jeune âge une petite rente sur un compte ouvert par Jango Fett… Une histoire pleine de rebondissement et d’humour, où Boba Fett se découvre un lien avec sa cible, et où il est question d’héritage paternel.

Une nouvelle fracassante fait le tour de la Galaxie dans Boba Fett est mort…: comme le titre l’indique, la mort du chasseur de prime est annoncée, après que celui-ci ait été débusqué et éliminé sur l’ordre d’un commandant de stormtroopers, par vengeance personnelle. Pour Connor Freeman, à présent plus ou moins rangé et tenant une cantina, c’est un choc. Après que les participants à l’opération tombent comme des mouches, pourchassés par un inconnu encapuchonné, Connor Freeman est suscepté du meurtre. Alors que les stormtroopers viennent le chercher, celui-ci échappe de peu à l’arrestation quand Fett se pointe, bien vivant, pour le mettre en sécurité auprès d’un bon allié… Là encore il est question de famille, avec une dose d’humour et des rebondissements en cascade pour ce pauvre Connor qui pensait avoir enfin une vie tranquille. Il y a d’ailleurs, chez ce personnage, un petit quelque chose dans sa façon d’être, cette façade de gars qui frime avec de l’humour, qui me rappelle Cale dans Titan A.E..

Et enfin, je vous parle de Mort & Destruction. Un gros, gros morceau – et c’est le cas de le dire car il y est question de Hutt. Car tout commence avec des Hutt, et plus précicément, avec une histoire d’amour. Et oui, ces vieux grigous de Hutt ont eux aussi des sentiments, et cette romance enclenche une histoire rocambolesque digne d’une opérette… Gorga le Hutt tombe amoureux d’Anachro- de ses « beaux yeux globuleux », ses lèvres charnues et son « corps généreux ». Et bien sûr, la romance des Hutt compte aussi son nombre de coups tordus, beau-papa n’appréciant pas Gorga qui le lui rend bien, mais qui tente de l’amadouer en lui offrant l’un de ses ennemis, en ayant recours à Boba Fett… C’est savoureux et assez comique.

Voili-voilà, c’était une petite présentation des aventures de notre ami Boba Fett le chasseur de primes aux quatre coins de la galaxie. Un type qui a du style, mais que l’on n’aimerait pour rien au monde avoir à ses basques! Si ces histoires sont loin d’être toutes transcendantes, elles font tout de même passer de bons moments à un fan (je trouve les Hutt particulièrement fendards! je n’y peux rien!) et peuvent être une idée de cadeau sympa si vous vous creusez encore la tête. J’ai même vu qu’un troisième volet était sorti cet été, pour clôturer le tout, mais trop occupée par autre chose, je ne le savais pas! Je m’y jetterai certainement un de ces quatre!… J’espère en tout cas que cette courte chronique vous aura donné l’envie d’y regarder de plus près, et que nous nous retrouverons bientôt pour de nouvelles chroniques livresques et starwarsiennes!

Blanche Mt.-Cl.


Le thé idéal pour l’accompagner: Laissez tomber le thé. Partez sur du café agrémenté de whisky ou de vodka.

Titre: Star Wars: Boba Fett – L’Intégrale, T. I
Auteur: Tom Taylor, Chris Scalf
Editions: Delcourt
204 p.
Parution: Juillet 2017
Prix: 19,99 en format broché

Titre: Star Wars: Boba Fett – L’Intégrale, T. II
Auteur: Tom Taylor, Chris Scalf
Editions: Delcourt
260 p.
Parution: Novembre 2018
Prix: 19,99 en format broché

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse de livres et de films SFFF mais pas que (de tout ce qui raconte de bonnes histoires, en général), auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.