Uchronie qui part en vrilles – Zeppelin’s War, t. 3: Zeppelin contre ptérodactyles (Nolane, Vilagrasa)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que tout va bien pour vous alors que nous glissons doucement vers les Fêtes…  et c’est ainsi que pour le goûter ou le tea time, je vous offre une petite chronique des familles.

Me voici, après une lecture que je ne chroniquerai pas (car je n’ai pas été fan) de retour avec une B.D., que j’aurais souhaité lire en septembre lorsque j’étais en vacances, mais à ce moment-là, j’étais en recherches pour mon appartement, et dès que j’ai signé le bail, une fois la pression retombée, je me suis écroulée comme une grosse merde, et bye bye mes B.D.s. Mais je me rattrape avec le dernier volume d’une bande dessinée uchronique qui m’avait bien bottée, j’ai nommé: Zeppelin’s War. Après deux ans d’attente, j’ai enfin lu ce nouveau tome. Installez-vous bien confortablement, avec thé et tout le toutim, que je vous présente cet opus au titre à la fois kitsch et intriguant, qui fleurerait presque le vieux nanar: Zeppelin contre ptérodactyles… 

Raspoutine et Hitler à la recherche des sur-êtres

Dans Zeppelin’s War, le lecteur revit la Première Guerre Mondiale comme elle n’a jamais eu lieu… En effet, pour vous re-situer, nous sommes fin 1916, le monde est à feu et à sang. Côté allemand ont eu lieu des tractations secrètes: le major Hitler, aidé par ses bras droits Goering, un pilote intrépide, et Hess, un officier piqué d’astrologie, vient d’effectuer une mission périlleuse. Aux commandes d’un prototype de dirigeable ultraperfectionné dont l’équipage a été spécialement traité pour supporter le froid et l’appauvrissement en oxygène des hautes altitudes, il vient d’exfiltrer Raspoutine de Russie.

En effet, le « saint-homme » est à la solde des Allemands, et a acquis des pouvoirs particuliers suite à la découverte d’un artéfact, le Vril, dans les glaces du Spitzberg, au nord de la Norvège. Devenu quasiment invincible, il fait une démonstration à Hitler de ses nouvelles capacités dans le dirigeable. Las, plutôt que rentrer en Allemagne, comme le prévoyait sa mission, Hitler, sur les injonctions de Raspoutine, met le cap sur le Spitzberg pour retrouver les sur-Hommes dont lui a parlé le Russe, ceux qui lui ont remis le Vril et l’ont investi de ses pouvoirs. Ouvrant une brèche dans le ciel au-dessus du Spitzberg, Raspoutine entraîne alors le zeppelin et son équipage dans un monde ancien, peuplé de créatures étranges, dont Hitler croit qu’il pourrait correspondre à celui des Atlantes tant adulés par les tenants des théories raciales…

Mais en parallèle, tout le monde veille: l’Allemagne qui a perdu son zeppelin le plus avancé, la Russie qui a perdu Raspoutine, ainsi que la France et l’Angleterre qui ont vu au loin disparaître l’engin au nord de la Norvège, dans un flash lumineux inexplicable, mais qui attise la curiosité des belligérants. Particulièrement en France où le pilote Guynemer, miraculeusement guéri suite aux expériences du docteur Cornélius, souhaite reprendre du service le plus vite possible… une mission vers le Spitzberg serait-elle celle dont il rêve?…

Quand l’histoire flirte la S.F. et le fantastique

Comme je vous l’avais dit dans les précédentes chroniques dédiées à Zeppelin’sWar, on retrouve des personnages connus de l’Histoire mondiale, tels Raspoutine, Hitler, Goering et Hess, ainsi que l’as français Guynemer, qui connaissent des destins bien différents dans un contexte technologique particulier. En effet, le transport aérien est plus poussé, les zeppelins sont de véritables porte-avions volants, au cœur de combats aériens époustouflants, entre dirigeables, entre avions et même entre zeppelins et… ptérodactyles, après le saut interdimensionnel de l’appareil commandé par Hitler.

On se doutait qu’avec l’incursion du récit dans le fantastique, le récit s’écarterait grandement de ce que nous avons appris à l’école. Car le cours des choses  prend un tournant complètement différent, bien différent que dans une uchronie classique, car on nage dans cet opus en pleine science-fiction, pour le plus grand plaisir des amateurs… Bref, tout part en sucette dans cette guerre pleine de surprise, où l’on plonge plus en avant dans les délires d’un Raspoutine mégalo qui a cessé de croire en Dieu depuis qu’il a le Vril, et d’un Hitler qui voit dans cette épopée l’occasion de confirmer les thèses plus que douteuses en lesquelles il croit. Pour faire très, très simple, l’histoire du Vril repose tout d’abord sur The Coming Race, un ouvrage de science-fiction paru en 1871 d’Edward Buwler-Lytton, auteur britannique à qui l’on doit également Les Derniers jours de Pompéi. Il y met en scène une civilisation souterraine, les Vril-ya, censés détenir un pouvoir surnaturel, entre le psychique et le télékinésique, le Vril. Outre le fait que cela correspondait à la thèse scientifique de la Terre Creuse. Certains ont pris ces écrits fictifs pour argent comptant, en particulier dans les cercles ésotérico-nationalistes anglais et allemands. D’après Wikipedia (je me suis assez enterrée dans les méandres de l’occultisme nazi pour mon roman, donc pas envie de me plonger encore là-dedans), une certaine « Société du Vril » aurait été un cercle intérieur de l’Ordre de Thulé, une société secrète allemande – une sorte de think tank de l’occulte, étudiant l’antiquité germanique et le pangermanisme aryen, le tout basé sur des mythes racistes qui ont grandement inspiré la mystique nazie (à ce titre, je vous conseille le livre aussi intéressant qu’effrayant de Pierre Lunel, Les Magiciens fous d’Hitler). Dans ce troisième tome de Zeppelin’s War, on repart sur une fiction basée sur ces mythes et croyances bizarres en des civilisations anciennes avancées, ancêtres des Aryens – ceux dont les Nazis, qui n’existent pas dans la B.D., se prétendent les descendants.

C’est donc dans un monde primitif, qui semble encore vierge, que débarquent Hitler et ses hommes, qui y voient l’occasion de sauver ces « sur-Êtres » dont ils se réclament. Mais au vu des flashbacks de Raspoutine, il est à parier que ces êtres anciens ne ressemblent pas à l’idée que s’en font Hitler et ses théoriciens favoris. Ce parti pris, tout comme les manœuvres d’espionnage des autres puissances qui rendent le récit plus intéressant que ce que le titre Zeppelins contre ptérodactyles laisse à penser. J’ai l’impression qu’on arrive à un point-clé de l’intrigue, là où un secret vieux de millénaires, voire de millions d’années, va être révélé au grand jour, ou bien sera utilisé à des fins destructrices par ceux qui y ont accès… Mon seul petit point de frustration à cet égard est que cette histoire qui promet tant est très fractionnée – l’inconvénient du format B.D. et du rythme de sortie (mais la situation des auteurs et illustrateurs étant ce qu’elle est, ce ne sont pas non-plus des machines, ils ont assez de soucis comme ça et bossent souvent comme des fous pour vivre de leur art!). Ainsi il n’est pas toujours simple de savoir où le scénariste veut en venir, alors que l’histoire est plutôt bien ficelée, et très intrigante. Dire que je vais certainement devoir attendre encore deux ans au bas mot!

Conclusion – Mais merde il va se passer quoi maintenant?

Comme vous l’avez vu, j’ai beaucoup apprécié cet opus, quand bien même il m’a fallu relire les deux premiers pour ne pas perdre le fil! 🙂 J’apprécie toujours autant cette uchronie mêlée de fantastique, sur fond d’ésotérisme et de technologie, qui nous embarque dans une aventure qui s’annonce épique… et qui semble vraiment démarrer, déjà qu’elle était très prenante dans les précédents tomes.

Aussi j’ai hâte de savoir quelles découvertes nous réserve le quatrième volume de Zeppelin’s War. Je pense qu’elles ne seront pas nécessairement du goût de ses protagonistes et je donnerais cher pour voir la tête d’Hitler face à la tronche bizarre de ces « sur-Êtres »! 😆 Si vous ne connaissez pas encore cette B.D. mais que l’Histoire, l’uchronie et les machines volantes vous intéressent, je vous recommande vivement de la découvrir, surtout maintenant qu’il y a trois volumes de disponible. Ce sera déjà ça pour tenir! J’espère donc vous avoir donné envie d’en savoir plus, et qui sait… vous allez peut-être bientôt lire Zeppelin’s War! Je vous souhaite donc une excellente lecture et je vous dis à bientôt!

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Zeppelin’s War – Tome 3: Zeppelin contre ptérodactyles
Auteurs: Nolane (scénario) et Villagrasa (dessin)
Editions: Soleil
Collection: SOL.AVENTURES
48 p.
Parution: Septembre 2018
Prix: 14,50 €

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse de livres et de films SFFF mais pas que (de tout ce qui raconte de bonnes histoires, en général), auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.