En attendant la fin du Monde – Les Trois Fantômes de Tesla, t.2 : La Conjuration des humains véritables (Guilhem, Marazano)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous avez passé un excellent week-end, riche en lecture et surtout en détente. Le mien a été au top, même s’il me laisse un peu sur le carreau… et aujourd’hui, c’était ma reprise au boulot. Dur, dur, me direz-vous. Ce qui ne m’empêche pas de revenir vers vous avec une nouvelle chronique livre.

C’est toujours sous le signe de la BD que se poursuit ce mois de septembre, avec cette magnifique BD qu’est Les Trois Fantômes de Tesla, dont le second tome, La Conjuration des humains véritables, est sorti il y a peu. Je l’ai commandée au début de mes vacances, dès que j’ai su qu’il était paru, pour continuer les aventures du jeune Travis à New York pendant la Seconde Guerre mondiale…

Un monde au bord du gouffre

1943, sur un atoll du Pacifique. Trois soldats américains, rescapés du crash de leur avion, attendent les secours tandis que passent au-dessus de leur tête les nouvelles machines meurtrières japonaise. Parmi eux, Burton Cooley, qui porte sur lui la photo de Kathleen et de leur fils Travis, est le seul à oser s’approcher d’un de ses mystérieux appareils qui s’est écrasé sur leur île…

À New York. L’inspecteur Kelly, qui enquêtait sur les disparitions de sans-abris du côté de l’East River, est appelé sur les lieux de découverte du corps de… Nikola Tesla! Il découvre qu’il s’agit du voisin – qui n’était autre que le vieux Kaolin Slate – de Kathleen, autour de laquelle il tourne depuis le premier opus. Il est persuadé que  le jeune Travis sait quelque chose au sujet du défunt et s’intéresse de près au garçon… à raison. En effet, Travis a découvert la véritable identité de son voisin et a récupéré son âme dans un artéfact, car le savant l’a chargé d’une mission. Celle de réunir d’autres savants humanistes, morts et vivants, qui travaillent au salut de l’humanité à l’heure où le Japon a lâché ses robots destructeurs…

Une mystérieuse aventure dans le « secret des dieux »
Travis en grande conversation avec l’esprit de Tesla – Source: BD Fugue

Tout d’abord, je tiens à dire que les éditions Le Lombard nous offrent, avec cette série, de magnifiques livres-objets. Comment ne pas être séduit par les couvertures qui jouent sur des textures rappelant les anciennes reliures en tissus, et sur les rehauts métalliques, comme les vieilles collections?… Pour une amatrice des vieilles éditions de Jules Verne comme moi, c’est tout bonnement un régal que d’avoir Les Trois Fantômes de Tesla entre les mains. Il y a ce qu’il faut de « structure » à l’ancienne et de modernité du dessin pour rendre la bande dessinée en elle-même très attractive. Ça, c’était pour le packaging.

Lorsque j’avais chroniqué, il y a presque deux ans, le premier opus des Trois Fantômes de Tesla, j’avais apprécié à la fois l’histoire de Marazano et le dessin de Guilhem qui se complétaient divinement. Dans La Conjuration des humains véritables, ne retrouvons ce monde étrange où la Seconde Guerre mondiale fait rage, et où les belligérants tentent de mettre la main sur une arme miracle à travers les recherches scientifiques, et même ésotériques de grands noms des sciences dures et humaines. Visuellement, c’est toujours aussi étourdissant, quoique plus sombre que dans Le Mystère Chtokavien. En effet, il semble qu’hormis dans les scènes du début se déroulant dans le Pacifique, tout se passe de nuit, ou que la lumière ne passe jamais entre les vertigineux bâtiments new-yorkais. Dans des tons verts, bleu-verts avec des reflets de cuivres toujours dispensés par des lumières artificielles se déroulent les aventures de nos héros. L’atmosphère visuelle feutrée distille un véritable mystère,  comme si l’idée de secret « imbibait » littéralement l’histoire. Le tout saupoudré d’une esthétique vaguement steampunk (je dis « vaguement » car au vu de la période où se passe l’histoire, je l’apparenterais plus au diesel punk), surtout du côté des « méchants » menés par un Edison officiellement mort mais maintenu en vie par des machines sur un inquiétant dirigeable survolant New York. Pour vous faire une petite comparaison amusante, je le comparerais volontiers à un Vador sauce steampunk. Et comme vous vous en doutez, j’adore.

Niveau narration, le rythme de l’intrigue s’accélère pour tous les protagonistes. On apprend notamment que le père de Travis n’est pas, contrairement à ce que pensaient Kathleen et son fils dans le premier tome, mort dans le Pacifique. Il va même devenir l’un des principaux personnages de l’histoire, et l’on comprend pourquoi Burton Cooley, homme intelligent, ouvert et curieux de tout, manque tant au jeune Travis, un gamin un peu différent, futé et porté sur les sciences. (Oui, j’ai tendance à m’attacher à ce genre d’enfant dans les livres! 😉)

Burton Cooley découvre les mystérieuses armes japonaises. – Source: BD Fugue

Au même titre que son fils, Cooley est au cœur des secrets entourant la mort et les découvertes de Nikola Tesla, Burton Cooley se trouve bientôt dans celui des armes japonaises. Lorsqu’il parvient à s’accrocher à une machine volante japonaise crashée devant lui, et visiblement téléguidée, il rallie le laboratoire de Yasutaro Mitsui, dont les recherches visant à créer des robots ont été accaparées par l’armée japonaise. Cette histoire se base sur une photo existante datée des années 1930, où l’on aperçoit un certain Yasutaro Mitsui avec un robot, plus un automate en fait. Mais cela préfigure déjà l’esthétique des robots de manga, qui ont dû inspirer certaines des machines présentes dans la B.D. Quant à Travis, retrouvé par le mystérieux homme qui devait remettre la lettre à Tesla dans le premier volume, il découvre que Tesla n’est pas le seul à avoir pu extraire son âme dans un objet ou même dans un atome, mais que d’autres y sont parvenus et peuvent avoir accès au laboratoire secret de Tesla… bien évidemment ce n’est que la partie émergée de l’iceberg et je ne compte pas vous en dire plus mais c’est toute une organisation secrète qui se révèle tandis que dans l’ombre, Edison, qui n’est plus qu’une enveloppe maintenue en vie artificiellement, travaille à s’emparer du savoir de Tesla…

Conclusion – Captivant

Un mot pour décrire cette série: CAPTIVANTE. Qu’il s’agisse de l’ambiance, du dessin, de l’histoire. C’est un vrai plaisir à regarder et à suivre, et ce gamin futé de Travis m’est vraiment sympathique malgré le souci qu’il cause à sa mère. C’est un petit gars qui cherche des réponses, et qui a du caractère. J’adore ça… Aussi, avec la scène finale (décidément, entre cette fin et celle du dernier tome de Space Reich…), une sorte de cliffhanger, laisse présager une suite assez intense! Aussi, j’ai hâte de retrouver cet univers et son visuel si particuliers, mais je crains qu’il ne me faille attendre un moment…

Je vous recommande chaudement ces pages fantastiques au dessin foisonnant, et j’espère vous avoir donné envie de les découvrir! Je vous souhaite donc une excellente semaine, et je vous dis à très bientôt pour de nouvelles chroniques!

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Les Trois Fantômes de Tesla, t. 2: La Conjuration des humains véritables
Auteurs: Guilhem (illustration), Richard Marazano (scénario)
Editions: Le Lombard
Collection: Les Trois Fantômes de Tesla
48 p.
Parution: Août 2018
Prix: 13,99 €

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

3 réflexions au sujet de “En attendant la fin du Monde – Les Trois Fantômes de Tesla, t.2 : La Conjuration des humains véritables (Guilhem, Marazano)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.