Korolev vs Von Braun – Space Reich, t.3: Objectif von Braun

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que tout se passe bien pour vous! De mon côté, je suis toujours en vacances (et je le resterais bien un bout de temps, je l’avoue!) jusqu’à la semaine prochaine, je me suis fait quelques sympathiques sessions livresques et j’espère repartir bon pied bon œil pour la lecture. Ainsi, entre deux parties de la Trilogie Yan Solo, je m’éclate avec quelques B.D.s…

Vous l’aurez noté, je ne parle pas énormément de bande dessinée sur ce blog, et si vous le suivez depuis longtemps, vous avez sans doute noté qu’en la matière je lis surtout de l’uchronie. Parmi mes découvertes des dernières années, une série en particulier a su toucher la fan de spatial en moi: Space Reich créé par Nolane, Nikolic et Maza, qui sur fond de Seconde Guerre mondiale, explore la course à l’espace entre l’Allemagne nazie et les Américains, guettés par les Alliés réfugiés dans les Antilles et au Canada. Après avoir chroniqué le premier et le second tome, je vous ramène en 1948, alors que l’Allemagne a déjà filmé des images et expédié des êtres vivants dans l’espace…

Ingénieurs spatiaux et médiums – Objectif von Braun

Nous sommes en 1948, et le Reich s’étend de Vladivostok à Lorient où l’Allemagne a fait ériger son premier spatioport. Première puissance à avoir envoyé une fusée dans l’espace grâce aux travaux de l’ingénieur Werner von Braun, elle en a ramené des images de la Terre filmée du cosmos et de rats en apesanteur dans le module spatial…

Aux États-Unis, la situation est plus compliquée. Malgré la présence du brillant Sergueï Korolev, le programme connaît une vraie catastrophe: une fusée échappe au contrôle et s’écrase au-delà de la frontière mexicaine, sur une zone habitée. Korolev songe que si les problèmes sont arrivés, c’est du fait de l’absence de Jacques Bergier au décollage. Jacques Bergier qui le suit comme son ombre depuis leur exfiltration d’un convoi de prisonniers par un commando américain. Celui-ci a quitté les États-Unis pour rendre visite à De Gaulle, exilé à Fort-de-France. Les deux hommes se sont déjà rencontrés de par leurs activités dans la Résistance. Et le général, très intéressé par les retombées du spatial, ne souhaite pas rester sur la touche. Aussi fait-il appel aux dons particuliers et au réseau de Bergier à Paris pour atteindre l’Allemagne au cœur de son précieux programme spatial…

Un intérêt renouvelé

J’ai beau avoir, dans mon parcours, une formation d’historienne, je reconnais que l’uchronie n’est pas toujours un genre facile à aborder, car parfois assez élitiste. Aussi, j’aime assez, par goût personnel, la voir se teinter d’autre chose – par exemple de steampunk comme dans le roman Smog of Germania, ou de fantastique comme dans la B.D. Zeppelin’s War. Au vu du second tome de Space Reich, j’avais peur que le récit ne se contente plus que de considérations historiques un peu sèches. Bref, pas hyper exaltant…

Bonne surprise avec ce nouvel opus, qui met en avant une figure méconnue, celle de Jacques Bergier. Car si l’on croise de grands personnages connus de tous, tels De Gaulle et Hitler, l’aviateur Charles Lindbergh ici président des États-Unis, et les pionniers du spatial Werner von Braun (les programmes spatiaux du monde entier découlent de ses travaux en ballistique) et Sergueï Korolev (l’emblématique directeur du programme spatial soviétique), je n’ai appris l’existence de Jacques Bergier qu’en lisant Space Reich.

Jacques Bergier (1912-1978), né à Odessa, de nationalités polonaise et française, est d’abord un ingénieur chimiste, travaillant dans la chimie nucléaire avant de s’intéresser à des théories non-scientifiques comme l’alchimie. Il œuvre par la suite dans la Résistance à Lyon, son réseau communiquant des informations qui permettent le bombardement de la base de V1 et V2 de Pennemünde. Ses activités lui valent un détour par les camps. Ci-fait, il aurait par la suite travaillé dans le renseignement. Il est surtout connu – moi qui aime la SFFF, honte à moi d’avoir ignoré son existence si longtemps – pour avoir participé en France à la promotion de la science-fiction et du paranormal. Devenu écrivain, il noue des amitiés avec des auteurs de son temps, dont Arthur C. Clark ou encore Ian Flemming que l’on croise aussi dans Space Reich.

Je n’ai pas poussé mes recherches sur cet excentrique de Bergier assez loin, mais la B.D. lui prête de grandes capacités intellectuelles (ce que son parcours laisse penser de toutes les manières) et psychiques, en faisant une sorte de clairvoyant. Capacités qui servent dans l’avancée du programme spatial américain, mais également dans la Résistance où il a côtoyé des personnes aux « talents » similaires au sien. Alors certes, ce nouvel enjeu du paranormal pour nuire à von Braun peut paraître tiré par les cheveux, mais narrativement, cela fonctionne. Il y a certainement de ma part un goût personnel pour ce genre de choses! 😉 Ceci dit, cette intrigue secondaire autour de Bergier et du réseau de médiums à Paris ralliés par Ian Flemming, apporte un peu de piquant et d’aventures dans l’histoire. C’est une vraie bouffée d’air frais, d’autant plus qu’elle pourrait marquer un vrai tournant dans la série… Mais chut! 😌 Je vous laisse le plaisir de la découverte!

Conclusion – Pas mal, pas mal…

Voili-voilà!… Après un certain moment de calme plat sur le blog, je reprends doucement du service avec cette B.D. dont le postulat de départ et la thématique me plaisent beaucoup (ce qui ne doit pas vous étonner!). Space Reich reste une découverte sympa, même si j’avais peur qu’elle ne se réduise plus qu’à une expérience de réflexion historique, indéniablement intéressante mais pas très divertissante au final. Ainsi, Objectif von Braun m’a agréablement surprise, et sa dernière scène fracassante a renouvelé mon intérêt pour la série. Suite au prochain épisode!

Cela dit, je vous annonce que septembre risque d’être marqué sur Les Mondes de Blanche par la présence de la B.D. puisque sont sortis  récemment les suites de Zeppelin’s War et des Trois Fantômes de Tesla, et que dans quelques jours va paraître le prochain tome du Château des Étoiles. Je pense donc pouvoir vous prédire un beau programme pour cette reprise! Je vous souhaite donc de belles lectures en attendant de belles chroniques! 😊

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Space Reich – Tome 3: Objectif von Braun
Auteurs: Richard D. Nolane, Maza, Marko Nikolic
Editions: Soleil
Collection: Sol.Aventure
48 p.
Parution: Avril 2018
Prix: 14,50 €

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.