Orgie dantesque à Santa Mondega – Le Livre de la Mort (Anonyme)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez tous bien, et pour ceux qui ont reprit le boulot cette semaine… eh bien que la Force soit avec vous. 😎 De mon côté, enfin en vacances après avoir vu tout le monde partir et revenir, je goûte chez moi un certain repos et j’en profite pour bloguer enfin… et vous sortir une petite chronique livre des familles après mes petits avis express dans le dernier bilan (que je vous invite bien évidemment à lire si vous l’avez manqué)!

Aussi, pour cette semaine de reprise, je vous propose de redémarrer sur les chapeaux de roues, en mode « j’arrache le sparadrap ». Dites bonjour au Bourbon Kid pour sa quatrième aventure à Santa Mondega: Le Livre de la Mort.

Vampires sur la ville

Rien ne va plus à Santa Mondega! Lors de la dernière nuit d’Halloween, les forces de police de la ville ont été décimés par une horde de vampires menés par le cruel Ramsès Gaïus, ancien roi égyptien revenu d’entre les morts, qui, grâce à une pierre appelée l’Œil de la Lune, contrôle la météo: des nuages se sont amoncelés au-dessus de Santa Mondega, la maintenant dans l’obscurité afin que puissent s’y rassembler les créatures du Mal qui souhaitent conquérir le monde. C’est sans compter sans la disparition du Livre de la Mort, permettant de provoquer la mort de qui l’on souhaite, recherché activement par Jessica, la fille de Ramsès Gaïus… et sans le retour du Bourbon Kid, que tout le monde croyait mort alors qu’il ne souhaitait que couler des jours calmes avec son amour de jeunesse, Beth. Ni une, ni deux, pour attirer le Kid dans un piège, Jessica enlève Beth. Ce qui bien évidemment, va mettre le tueur dans une colère noire…

Pendant ce temps-là, Dan Harker, le nouveau chef de la police par intérim, doit reconstituer les forces de Santa Mondega et offre une prime pour toute nouvelle recrue… dont font partie – surprise! – Sanchez, patron du bar Le Tapioca, et Flake, une serveuse au physique avantageux. Tous deux tombent par hasard sur le Livre sans Nom, quand de leur côté, Kacy et Dante, notre petit couple des précédents épisode devenus vampires, ils tentent de remettre la main sur l’Œil de la Lune pour redevenir humain.

Une orgie de sang jubilatoire

Je vous préviens tout de suite que si vous cherchez de grands élans philosophiques et existentiels dans cette lecture, comme dans cette chronique, vous risquez d’être déçu. Parce que les aventures du Bourbon Kid, et surtout Le Livre de la Mort, c’est juste un fichu plaisir bête et méchant qui se savoure sans aucune prétention, car ça ne cherche pas à péter plus haut que son cul. Maintenant que cette base est posée, voici un peu ce que je pense de l’ouvrage, et ce sera aussi rapide et fulgurant qu’une attaque du Kid.

J’ai retrouvé avec encore plus de plaisir (plus que dans le précédent opus mentionné dans le bilan de l’été) les anciens personnages de l’histoire: Kacy et son petit copain canon mais pas très futé Dante (qui parvient de temps en temps à une réflexion intelligente!), devenus vampires, le Bourbon Kid qui pourtant assagi après avoir retrouvé Beth, son amoureuse balafrée, qui reprend du service pour le plus grand bonheur des lecteurs, Ramsès Gaïus, le méchant qui reste un sale con vulgaire malgré son Œil de la Lune qui le rend invincible et sa fille Jessica, la salope ultime… Mais en premier lieu, celui que j’ai adoré retrouver, c’est le foireux des foireux, le connard ultime: à savoir Sanchez, le patron du bar Le Tapioca, qui devient malgré lui un véritable héros.

C’est peut-être la plus grosse (à la mesure du tour de taille du larron) innovation de ce tome: car si Sanchez a un bol monstre et s’en sort toujours, suivant de plus ou moins loin les événements, il est cette fois-ci en plein dedans. C’est sans conteste le personnage le plus ridicule de la série, que l’on aime détester tant c’est un gros nase répugnant et lâche, vulgaire, qui se croit irrésistible. L’une des scènes à m’avoir faite rire est l’une de ses premières apparitions dans le livre, alors que la neige tombe sur Santa Mondega et qu’il décide d’étrenner son blouson en cuir à la Tom Cruise dans Top Gun. Et vu la dégaine du gus, on ne peut que rire car c’est vraiment présumer de son allure… C’est ainsi que le frimeur calamiteux est entraîné par la belle Flake, la serveuse canon du Olé Au Lait où il prend son petit-déjeuner, pour entrer dans la police de Santa Mondega. On se doutera bien que c’était bien pour briller devant la donzelle et porter un uniforme avec des lunettes à verres miroir – attirail qui n’est pas sans me rappeler Cartman déguisé en flic dans South Park 😆 Et voici le lieutenant Sanchez Garcia jouant les tombeurs de ces dames, avec un ridicule inégalable, dans des situations plus cocasses les unes que les autres, lui et sa coéquipière parvenant à accomplir des prouesses, parfois sans le faire exprès! Donc, pour le duo Sanchez/Flake, ça vaut le coup de jeter un œil à cette histoire, parce qu’ils m’ont vraiment amusée!

C’est sans compter sur l’absurdité du contexte: un bled paumé au fin fond des États-Unis, où ont décidé de s’installer des créatures du mal tels que des vampires, avec leur chef maléfique qui s’est retrouvé on ne sait trop comment momifié dans un sarcophage exposé au musée local très bien pourvu pour un tel patelin… C’est une version Tarentino de South Park. L’auteur y va sans état d’âme, à travers le Bourbon Kid qui descend tout le monde sans faire dans le détail, et qu’on n’imagine pas une seule second en type normal pourvu d’une conscience, qui massacre méthodiquement avec toujours la petite insulte qui convient. Ça s’étripe avec entrain, ça se découpe, ça s’émince… quand ça ne s’empoisonne et que ça ne s’immole pas. Pas que j’aime particulièrement la violence mais cette affaire de vampires et de loup-garous dégueulasses, moins canons que dans les romances en vogue ces dernières années, dépourvus de pitié et assoiffés de sang, surtout quand ils tombent sur le poil de protagonistes tous si mesquins et bêtes, en est… eh bien… juste bêtement réjouissant. D’autant plus que cette intrigue est vraiment plus rythmée que les précédents tomes, on plonge dès le début dans cette histoire complètement abracadabrante qui entraîne toujours plus loin nos personnages.

Mention spéciale aux nanas, qui mènent la danse: certes on pourrait voir dans Beth une p’tite meuf fantasmée et toute docile, mais c’est pour elle, pour sauver sa vie que le Kid redevient mauvais, et la dame ne perd jamais son sang-froid, quoi qu’il arrive… et pourtant elle aurait pu elle aussi péter une durite quand on sait qu’elle a passé plusieurs années en prison pour meurtre sur sa belle-mère qui souhaitait l’assassiner, altercation qui lui a laissé sa balafre. C’est donc étonnant qu’elle soit restée douce, quand on voit à quel point les autres sont tous détraqués. Jessica, la pétasse vampire, me fait tellement rire quand elle fait tourner Sanchez en bourrique et lui laisse croire qu’il est irrésistible. Dans le duo Dante/Kacy, on voit bien qui des deux est la plus intelligente, et on se demande bien ce qu’elle trouve à cette belle gueule molle du bulbe. Quant à Flake, mon Dieu, JE LA KIFFE!… Déjà, sous ses airs cons, elle est franchement astucieuse et sauve les miches de Sanchez plus d’une fois. Et surtout, son plus grand mérite: ELLE SUPPORTE LA PRÉSENCE DE CE GROS CON!!! 😂

Conclusion – Un bain de sang divertissant

Dit comme ça, c’est très sordide, mais je me suis bien amusée. Alors certes, les Bourbon Kid ne font pas partie de mes ouvrages favoris, ils me subjuguent pas plus que ça… et pourtant, je passe véritablement de bons moments avec tous ces salopards, dans des histoires où il fait bon se défaire de ses principes, juste pour voir tous ces crétins avoir ce qu’ils méritent. Quelque part, ça fait du bien, et mon sens de l’humour plus que douteux a besoin de ce genre de joies de merde gratuites, libératrice et jouissives où, sous couvert de la plus parfaite amoralité, certains reçoivent tout de même ce qu’ils méritent. Aussi, si vous avez juste envie de vous en donner à cœur joie sans prise de tête.

Voili-voilà, j’espère avoir égayé un peu votre journée, et vous avoir donné une petite envie de vous plonger dans les aventures du Kid et de ceux qui malgré eux, deviennent ses acolytes! Je vous dis à très bientôt pour de prochaines chroniques!

Blanche Mt.-Cl.


Le thé idéal pour l’accompagner: Franchement, au vu du contexte et des boissons peu recommandables servies par Sanchez, à défaut de sa « cuvée spéciale »… Je ne vous conseillerais pas vraiment de thé, mais plutôt une bonne saloperie de café dégueulasse, du jus de chaussette relevé au bourbon. On verra si après une horreur pareille, vous n’aurez pas envie de buter quelqu’un! 😉

Titres: Le Livre de la Mort
Auteurs: Anonyme
Editions: Livre de Poche
Collection: Livre de Poche Thrillers
504 p.
Parution: Janvier 2013
Prix: 7,90 €

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.