#TopTenTuesday – 10 rêves d’une fan de l’Espace

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’espère que vous allez tous bien depuis hier, et que cette toute dernière chronique vous a bien plu, ou du moins intrigués.

De mon côté, suite au visionnage d’un film sur l’Espace, j’ai décidé de sacrifier à la tradition du Top Ten Tuesday, en revenant encore une fois sur ma passion pour l’espace… que certains d’entre vous connaissez si vous suivez mon blog depuis assez longtemps, au point de savoir que j’en ai fait mon sujet de fin d’études en géopolitique et que petite fille je voulais devenir astrophysicienne. Il faut dire qu’avec un géniteur dans le spatial, et mon amour fou pour les épisodes des aventures de Tintin Objectif  Lune et On a marché sur la Lune, je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite.  J’ai adoré Apollo 13 et Seul sur Mars, et plus récemment, j’ai bien aimé Saliout 7. 

Vous avez eu droit aux anecdotes, et aujourd’hui, je vous gratifie de mes 10 rêves de fan d’Espace! Je vous embarque pour de petits et grands rêves liés à l’Espace! Non, en fait, ils sont tous grands, comme tout ce vertige que le Cosmos implique. Ils ne sont pas classés dans l’ordre de préférence, car à dire vrai, tout cela me fait rêver…

#1 – Rencontrer Alexeï Leonov

Puisque je ne peux plus rencontrer Neil Armstrong, le premier homme sur la Lune, et Iouri Gagarine, le premier homme dans l’Espace, je souhaiterais rencontrer Alexeï Leonov, le premier piéton de l’Espace. Je suis toujours impressionnée par les images de sa prouesse, la toute première sortie spatiale, où l’on aperçoit en fond la rotondité de la Terre, et par cette autre prouesse à laquelle il a pris part, à savoir la première jonction américano-soviétique dans l’Espace. Il a vécu une époque de folie et traversé la Guerre Froide, prenant part à des projets passionnants, et je serais curieuse d’avoir ses impressions sur tout ça. Par ailleurs, j’ai, dans le cadre de mes études en géopolitique, rencontré autour d’un verre de bière un responsable spatial (et j’ai réussi TOUTE SEULE à mettre la main dessus! ☺) qui l’avait rencontré. 😉

#2 – Créer le logo d’une mission spatiale conjointe ESA/Roskosmos

Voilà, qu’on se le dise, je suis une chantre de la coopération Europe-Russie dans le spatial. D’une part parce qu’à l’heure actuelle, le spatial est un des domaines où la coopération internationale a montré son efficacité (mouais, un peu moins depuis que l’U.E. s’en est mêlée, mais ça, c’est ma pauvre opinion!), et d’autre part, parce que je pense que la Russie, au même titre que les autres pays, a le droit de faire entendre sa voix et de faire valoir son expérience dans ce domaine. Et nous montrer gentiment méprisant avec la Russie ne va certainement pas arranger nos relations avec, et l’attitude de ses gouvernant, surtout que la communauté spatiale et scientifique russe est très en demande.

Chaque mission spatiale a son logo. En tant que graphiste et fan de l’Espace, je rêverais, tout en sachant que c’est impossible, d’en créer un pour une mission conjointe euro-russe, qu’il s’agisse de l’envoi d’un équipage scientifique sur l’ISS, d’une mission lunaire ou du départ sur Mars. ❤ En plus, elles ont souvent des noms super sympas, qui doivent être un plaisir à mettre en scène…

#3 – Tester l’apesanteur

Et ça, ce doit être le pied… Ne pas sentir mon poids, flotter librement, aspirer une bulle d’eau pour boire et voler de module en module de bout à l’autre de la Station Spatiale Internationale, jusqu’à la coupole avec la vue sur la Terre. Sinon, il y a plus simple manière d’y arriver, en réserver un vol parabolique. Inutile de vous dire que ça coûte une blinde (pour des questions d’assurance), avec journée de formation et conférence par un vrai astronaute. Et si je teste l’apesanteur un jour, je chante Never Let Me Down de Depeche Mode et je balance la vidéo sur le blog! Na! 🚀

#4 – Visiter la Cité des Étoiles près de Moscou

Vous en avez peut-être entendu parler de cet ancien complexe militaire dans la banlieue de Moscou, où s’entrainent les astro- et cosmonautes avant le grand départ pour l’ISS depuis Baïkonour. Eh bien voilà, j’aimerais beaucoup, beaucoup visiter cet endroit (et y voir la statue de la chienne Laïka, pauvre petite morte dans l’espace!). Et je dirais même plus, si je pouvais assister, voire participer à une session d’entraînement avec des cosmonautes pour bien tout m’expliquer, ce serait le top du top! 🙂 Après, ai-je la résistance physique, c’est encore autre chose!

#5 – Égrener le compte à rebours et Donner le top à à un décollage depuis le Centre Jupiter en Guyane

Idéalement situé non-loin de l’Équateur pour profiter de la force de poussée de la Terre afin d’expédier des lanceurs lourds, sur les commune de Kourou et Sinnamary, le Centre Spatiale Guyanais (CSG pour les intimes – on parle beaucoup en initiales ou en acronyme dans le spatial, comme les EPA, les EVA, entre autres joyeusetés), est le port spatial français et européen. Depuis 2012, Arianespace y lance, en plus d’Ariane, le lanceur moyen Soyouz en coopération avec la Russie et le petit lanceur Vega. Et comme je suis une vraie geek spatiale, je me branche souvent sur les chaînes Youtube d’Arianespace ou du CNES pour assister aux décollages là-bas et regarder ce qu’ils font en centre de contrôle – le bien nommé Jupiter. J’adore les voir exploser de joie quand tout marche comme sur des rails. Que voulez-vous, ça m’éclate.

L’un de mes moments favoris dans ce « cérémonial » est celui où le compte à rebours final est lancé, avec le top. J’aimais tellement ça ado qu’en première année de fac, dès que j’étais en labo de langue avec écouteurs et micro, je ne pouvais m’empêcher d’entonner les 10… 9… Et les proverbiaux « top » ou « mise à feu ». La honte!… Je ne suis ni assez célèbre, ni assez importante, ni assez scientifique pour que ça m’arrive, mais j’aimerais tellement, un jour, faire ça depuis Jupiter! Pour une Ariane ou un Soyouz en particulier… Je n’ai rien contre Vega, mais je trouve que ce petit bonhomme décolle trop vite.

#6 – Écrire un Space Opera

On ne va pas se mentir, vous en avez bouffé, de ma passion d’écrire. Probablement jusqu’à l’indigestion, mes p’tits loups. Héhé. Et oui, j’aimerais, une fois que la trilogie Sang des Wolf sera passée (et bien sûr, vendue avec un succès retentissant 😉 parce que vous êtes tous fans), j’adorerais écrire une grande œuvre S.F., un space opera de ouf avec des scènes spatiales au top. Evidemment, la plupart du temps, cela se passera sur le sol des planètes, et je commence déjà à entrevoir les tenants et les aboutissants de cette histoire épique… mais il y aura bien des voyages pour aller d’un monde à l’autre, dans un univers plein de danger et de beauté. C’est étourdissant rien que d’y penser, et je croise les doigts pour vous faire découvrir tout ça un jour! 🤞

#7 – Aller sur Mars

Qui n’en rêve pas?… Un monde nouveau, vierge. Où bâtir une nouvelle société, où travailler à un nouveau mode de vie. Où éventuellement, s’émanciper de la Terre (à ce titre, je vous recommande l’excellent Mars la Rouge, dont je n’ai pas encore lu les suites). Bref, j’aime le désert et le paysage rocailleux de la planète rouge, son ciel rosé, ne peuvent que me séduire. À tel point qu’il y a quelques années, dégoûtée mon existence, j’ai souhaité postuler pour Mars One. Si, si… C’est un ami qui m’en a plus ou moins dissuadée, me disant que j’avais tort de partir, que je ne savais pas les belles rencontres que je pouvais faire… Et bla… Bla… Bla… Bref, je suis toujours clouée au sol terrien, et je n’ai pas fait de rencontre héroïque qui vaille le coup de rester. Éternelle vieille fille, sans charme, et pire, Terrienne avec ça… 😆 Non mais quel boulet! 😆

Après, je vous avoue que la minceur de l’atmosphère martienne, conjuguée à son absence de champ magnétique, et le haut degré de radiations à sa surface, sont aussi un argument qui ne joue pas trop en la faveur d’un départ pour Mars.

#8 – Créer des supports de comm’ sympas pour le CNES au Salon du Bourget

Encore une fantaisie de graphiste fan de spatial. Tous les deux ans, au Salon du Bourget, le CNES nous gratifie de très jolis supports de comm’ et de goodies hyper sympas aux couleurs du Cosmos – marque-page, brochures explicatives, numéros de CNES Mag, etc… Eh bien voilà, j’adorerais avoir l’occasion de bosser là-dessus un jour, parce que je suis absolument fan.

#9 – Apprendre le Russe

Parce que la Russie – enfin, l’Union soviétique, a fait figure de pionnier dans bien des domaines de l’astronautique, et que son histoire spatiale regorge d’anecdotes croustillantes, parce que les astro- et spationautes qui partent s’entrainer à la Cité des Étoiles doivent l’apprendre. Pour pouvoir égrener un compte à rebours en Russe, comprendre les histoires, les blagues des cosmonautes. Oh yeah!

Et puis pour lire quelques extraits des souvenirs de Gagarine ou de Léonov dans le texte. Celui-ci, notamment, sur la première sortie dans l’Espace (de bon aloi, vu ce que je suis en train de finir de lire):

« C’est surtout le silence qui me frappa le plus. C’était un silence impressionnant, comme je n’en ai jamais rencontré sur Terre, si lourd et si profond que je commençai à entendre le bruit de mon propre corps. »

Avouez que c’est beau.

#10 -Rallier l’ISS à bord d’un Soyouz

C’est le rêve ultime des passionnés. Partit à bord du mythique vaisseau russe rejoindre l’équipage de l’ISS et regarder la Terre, si petite et si bleue, de tout là-haut. En revanche, je ne sais pas vraiment su j’aurais le courage d’effectuer une sortie extra-véhiculaire… Je ne pense pas, en fait, cette immensité me donnerait probablement le vertige, et je ne suis pas certaine de gérer une telle émotion…

Conclusion – Et vous?

Voili-voilà, c’était l’article sympa du jour! Parce que l’Espace, ça nous dépasse tellement, c’est à la fois si attirant, si effrayant, si immense et plein de danger… Mais au fond, qui ne s’est pas demandé au moins une fois ce qu’il y avait tout là-bas, qui n’a pas rêvé de s’arracher de la pesanteur et de l’atmosphère si oppressante de notre astre pour prendre un peu de hauteur?… En tout cas, j’ai beau être une grande fille à présent, et même s’il parait ridicule de penser à des choses aussi énormes, si j’avais l’occasion de réaliser certains de ces rêves, ce serait oui, deux fois oui!…

Et vous donc, avez-vous déjà rêvé d’espace et de cette immensité à explorer? Ou bien ce sont d’autres choses qui vous bottent?… Sur ce, je vous dis à très bientôt sur la blogosphère avec de nouvelles chroniques et créations – je suis sur un coup en ce moment, mais foirer mes dessins m’angoisse tellement! 🙂 Je vous souhaite une belle journée à tous!

Blanche Mt.-Cl.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

2 réflexions au sujet de “#TopTenTuesday – 10 rêves d’une fan de l’Espace”

  1. Je n’ai jamais vraiment été attirée par l’espace, mais je trouve ça passionnant à chaque fois que tu en parles !! Et cet article ne fait pas exceptions à la règle, j’ai beaucoup aimé le lire 🙂 Je croise aussi les doigts pour que tu nous fasses un jour découvrir ton propre space opera 😉

    Victoire

    Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.