Un O.V.N.I. du cinéma – Vampires en toute intimité (Waititi/Clement, 2014)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Je dois avouer que je ne suis pas très assidue ces jours derniers, aussi bien sur mon blog que sur les vôtres, et je m’en excuse. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur, et je vous remercie au passage pour vos nombreux passages sur le blog depuis le début du mois. De mon côté, je me remets doucement de ma dernière lecture de Stephen King – tout en hésitant sur ce que je vais lire prochainement – et continue mon livre sur Les Magiciens fous de Hitler, tandis que je peste au sujet de l’écriture et de mon prochain anniversaire (je ne veux pas avoir 31 ans, pas dans ces conditions!). J’essaie donc de ne pas me laisser abattre, aussi j’ai décidé de vous présenter une petite comédie vampirique…

Aujourd’hui, vous ferez donc connaissance avec Vampires en toute intimité (What we do in the shadows), sorti en 2014. Ce film fantastique néo-zélandais avait attiré mon attention il y a quelques temps, lors d’un passage sur le câble, de par son parti pris narratif quelque peu atypique. Je vous parle tout de suite, dans cette petite chronique, de cet O.V.N.I. à l’humour noir débordant…

Entretien avec quelques vampires

Tout commence de nos jours, à Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande: le spectateur assiste à des scènes de la vie quotidienne de trois vampires, qui n’est pas de tout repos…

Vladislav, Deacon et Viago en pleine soirée « Musique de chambre » – Source: AlloCiné

Dans une maison aux volets constamment fermés, vit en effet une collocation des plus extraordinaires: Viago (Taika Waititi), Vladislav (Jemaine Clement), Deacon (Jonathan Brugh) et Petyr (Ben Framsham), sont quatre vampires d’âges et d’origines variées. Les trois premiers essaient de rester à la page et de répartir au mieux les corvées de la maison, avec plus ou moins de succès tandis que Petyr, vieux de 8000 ans et ressemblant à Nosferatu, passe son temps dans un cercueil et ne sort que pour se nourrir. Car oui, le quatuor ne peut négliger de se nourrir… avec du sang humain. Pour cela, ils ont la servante humaine de Deacon, Jackie (Jackie Van Beek), qui espérant devenir un vampire, se charge du nettoyage du sang et de la blanchisserie, ainsi que du « rabattage » d’humains.

Mais tout ce petit équilibre est bientôt perturbé par l’arrivée d’un tout nouveau larron dans la maisonnée: Nick (Cori Gonzalez-Macuer), qui lui, ne se préoccupe pas trop de garder le secret sur sa nouvelle nature…

Un faux documentaire
Jackie en plein nettoyage de la salle de bain après un festin vampirique… – Source: AlloCiné

Que vous dire?… Voici un petit film sympa comme je n’en avais pas vu depuis longtemps, plein d’humour noir et de situations absurdes, avec un parti pris des plus amusants: celui du faux documentaire traité sur le ton de la comédie, ou mockumentary.

Le film d’ouvre sur une séquence d’écran noir, comme celles de mises en garde du style « Ces cascades sont exécutées par des professionnels » où il est expliqué que toute l’équipe de tournage a été munie d’ail et de crucifix. De quoi vous mettre dans l’ambiance! 🙂 La première rencontre des vampires se fait en début de soirée, alors que Viago, tiré à quatre épingles avec son col pelle à tarte et sa lavallière, va réveiller ses colocataires pour la nuit. Au fur et à mesure des entretiens, on en apprend plus sur les différents pensionnaires de la maison: Viago était un dandy allemand du XVIIIe siècle venu en Nouvelle-Zélande pour suivre une femme qu’il aimait, Vladislav, avec ses longs cheveux et sa barbiche à la Dracula vient d’Europe de l’Est où des siècles auparavant, il terrorisait son village, et Deacon, le plus jeune d’entre eux à 183 ans, est le ‘jeune rebelle », ancien nazi et fan de tricot…

Une difficile soirée en perspective pour nos compères… invités nulle-part! – Source: Imdb.com

C’est un condensé de tranches de vie parfois pittoresques et truculentes, sur des problèmes assez terre-à-terre ancres dans un contexte fantastique, où les vampires, s’ils ont la nécessité de tuer des humains pour survivre, apparaissent tout d’un coup beaucoup moins effrayant. Car les codes du fantastique et du vampirisme ne s’accordent pas bien à la vie moderne: absence de reflets dans le miroir, obligation d’être invités quelque part pour y entrer et ce même en boîte de nuit où leur look insolite n’est pas pour plaire aux videurs!… De quoi me faire sincèrement sourire, voire rire tant l’excentricité de ces larrons jouent des tours. Ils vont devoir faire face à leurs propres frasques et à celles de leur nouveau venu, ainsi qu’aux caprices de leur servante frustrée de ne pas être transformée en vampire, et contre toute attente, s’attacher à un humain très timide.

Au niveau de la mise en scène, la réalisation n’en fait pas des caisses. Même si l’on voit parfois nos vampire s’élever dans les airs, ou les yeux des loups-garous qui brillent (parce qu’il y a des loups-garous aussi à Wellington, le saviez-vous?), il n’y a pas d’effets spéciaux spectaculaires, juste des images d’un relatif réalisme, quasi-documentaire. La critique a d’ailleurs été plutôt positive concernant Vampires en toute intimité, le film étant jugé drôle, intelligent et rafraichissant. Je suis assez d’accord sur le côté rafraichissant – en effet, les histoires de vampire n’étant pas celles que j’affectionne le plus, j’ai beaucoup aimé le ton décalé, les personnages un peu nigauds campés par des acteurs que je ne connaissais pas, mais extrêmement drôles dans leurs rôles. Plus d’une fois, je n’ai pas pu contenir un éclat de rire, tant les situations et les mimiques des personnages sont cocasses. Je revois en particulier une scène tordante, où Viago, coquet et maniaque de la propreté, tapisse son canapé de papier journal tandis que sa future victime se vide de son sang, tout en essayant de boire le jet de sang au vol… Bref! À voir car ce n’est pas commun!

Conclusion – Une suite à venir!

Et donc, voilà avec Vampires en toute intimité une petite production sans prétention, décalée et horriblement délicieuse avec ses vampires à la fois typiques et atypiques, avec leurs émotions et leurs manies, aux préoccupation somme toute très terre à terre. Voici une œuvre atypique, qui quelque part fait beaucoup de bien, et qui ré-explore le mythe du vampire de manière parfois hilarante. Et mine de rien, on parvient à s’attacher à Viago, Vlad et Deacon, malgré leurs manies sanguinaires.

Aussi je vous laisse avec cette bande-annonce (désolée qu’elle soit en français car la V.O. vaut le déplacement) qui vous « annonce » la couleur! Et je vous souhaite beaucoup de plaisir au visionnage… d’autant plus qu’une suite avec des loups-garous serait en préparation! Je vous dis donc à très bientôt, avec cette semaine des chroniques ciné et série en attendant de me décider pour un livre à lire!

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Vampires en toute intimité (What we do in the Shadows)
Année de sortie: 2014
Réalisation: Taika Waititi, Jemaine Clement
Origine: Nouvelle-Zélande
Durée: 1h25
Distribution: Taika Waititi, Jemaine Clement, Jonathan Brugh, Ben Fransham, Jackie Van Beek…

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

6 réflexions au sujet de “Un O.V.N.I. du cinéma – Vampires en toute intimité (Waititi/Clement, 2014)”

  1. J’en ai beaucoup entendu parler et je ne l’ai toujours pas vu!! Tu connais Flight of the Conchord? Jemaine Clement en fait partie et ils font des chansons parodiques très, très marrantes. y’en a même une sur les français qui s’appelle « fou de fafa » :p Mais ma préférée, c’est « business time ».

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne te connaissais pas du tout et ta chronique donne envie de le voir ! Je le note pour le prochain Halloween 😉 Merci ! (surtout s’il y a une suite avec des garous après, mais rien que le premier a l’air bien barré comme il faut ^^)

    Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s