Chat noir et grimoire – Hocus Pocus: Les Trois sorcières (Kenny Ortega, 1994)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Ta-daaaaah, les p’tits loups! Les Enfants d’Halloween est officiellement ouverte sur le blog! Youpi! Je suis très heureuse de consacrer une thématique à Halloween cette année, et je renouvelle le souhait de vous la rendre aussi agréable que possible!

Je la commence donc pile-poil pour Halloween – j’aurais dû m’y prendre avant mais bon… ne boudons pas notre plaisir! – avec une comédie d’Halloween qui risque fort d’éveiller les souvenirs des enfants des « glorieuses » années 1990: Hocus Pocus: Les Trois Sorcières, se déroulant dans la ville de Salem. Je l’ai vu à l’époque de sa sortie en vidéo – soit à peu près deux ans après sa sortie en salles aux États-Unis. Quelle impatience à l’époque quand on voyait les délais de sortie entre les différents pays, et qu’il fallait attendre encore un an ensuite pour la vidéo! 🙂 C’était quelque chose! Mais trêve de parlotte et entrons dans le vif du sujet…

N.B.: En revanche, hormis la bande-annonce du film en fin d’article, je n’ai pas trouvé d’images d’assez bonne qualité pour l’illustrer! J’espère que ça ira!

Une arrivée mouvementée à Salem

Le film commence le 31 octobre 1693, dans la ville de Salem, alors que le jeune Thackery Binx (Sean Murray) voit sa jeune sœur Emily tuée par les terrifiantes sœur Sanderson, toutes trois sorcières: Winifred dite Winnie (Bette Midler), Mary (Kathy Najimy) et Sarah (Sarah Jessica Parker) jette un sort au garçon et le changent en chat noir avant que les habitants de la ville ne les attrapent pour les pendre. Mais avant de mourir, Winifred leur prédit que lors d’une pleine-lune d’Halloween un être vierge allumera chez elle la bougie à flamme noir qui les fera revenir d’entre les morts…

300 ans plus tard, en 1993, Max Dennison (Omri Katz) vient d’arriver de Los Angeles avec ses parents et sa petite sœur Dani (Thora Birch). Salem ne le ravit pas plus que ça et l’adolescent s’ennuie. Seul élément trouvant grâce à ses yeux: la charmante Allison (Vinessa Shaw) dont il fait la connaissance au lycée. Lors de la nuit d’Halloween, alors que leurs parents sont invités à une grande fête organisée par la ville, Max est contraint d’accompagner Dani à la chasse aux bonbons. Ce faisant, il entre par hasard chez Allison, qui s’avère être la fille d’un notable local, et qui connaît sur le bout des doigts les légendes de la ville: pour cause, ses parents possèdent et entretienne la demeure des trois sorcières Sanderson, devenue un musée. Elle en parle à Max qui propose d’y aller de nuit pour impressionner la jeune fille… Ils s’y rendent et le garçon, ne croyant pas à la légende de la bougie à flamme noire, décide d’allumer celle-ci. C’est ainsi que surgissent Winifred, Mary et Sarah, revenues d’entre les morts pour assouvir leur sombre dessein: absorber la jeunesse des enfants pour acquérir la vie éternelle. Autant dire que la nuit d’Halloween est le moment idéal avec tous ces gamins dans les rues… Max, qui a ramené les sorcières à la vie, aidé d’Allison et de Dani, doit réparer sa faute avant l’aube!

En chemin, nos trois jeunes chasseurs de sorcières vont rencontrer un drôle de chat noir parlant, qui n’est autre que Thackery Binx, resté piégé depuis 300 ans dans la peau d’un félin suite à un mauvais sort, et Billy Butcherson (Doug Jones), un vrai zombie à la bouche cousue qui fut autrefois l’amant de Winifred…

Comiques de situation et décors de conte de fée

Lorsque j’étais enfant, mes parents avaient acheté ce film juste après sa sortie en vidéo – ils étaient friands de cinéma, et tout ce qui pouvait nous faire passer de bonnes soirées et de bons week-end était bon à prendre. Si bien que je me retrouvais toujours avec des copines à la maison venues regarder les nouveaux films sortis en cassette. Ah! Les joies des années 1990! 🙂 Hocus Pocus a fait partie de ces films que j’avais d’abord regardé en famille, puis avec des copines le mercredi après-midi. Et autant vous dire qu’à l’époque il m’avait bien faite rire, avant qu’en grandissant, je le trouve un peu concon. La critique n’a d’ailleurs pas été tendre avec le film à sa sortie, jusqu’à ce que ces jugements se nuances peu à peu avant de hisser Hocus Pocus en film culte. Ceci dit, j’ai pu le visionner récemment à la faveur d’une rediffusion… et même si ce n’est pas selon mes critères du « grand cinéma » (mais qui suis-je pour en juger?) j’avoue m’être à nouveau laisser prendre au jeu.

Car l’histoire et son contexte comportent tous les ingrédients qui font d’Halloween une jolie fête. Si la plupart des scènes ont été tournées en studio et que seule une semaine de tournage a effectivement eu lieu à Salem, il est difficile de ne pas se laisser charmer par ces petites rues bordées d’arbres aux feuilles rouges et oranges, par ces façades ornées de citrouilles sculptées, en bref par les couleurs de l’automne et la tranquillité des lieux. La nuit d’Halloween, avec tous ces déguisements bigarrés arborés tant par les enfants que par les adultes, n’est pas sans dérouter nos trois sorcières qui du coup, ont l’air beaucoup moins effrayantes. D’ailleurs, avec leurs lourdes robes colorées et le style affirmé de chacune, elles ne déparent pas dans le paysages et semblent au début très déroutées par le fait que nul ne paraît les craindre. Le film a d’ailleurs reçu un Saturn Award pour ses costumes…

En effet, nous avons là trois « sœur-sières » campées par des actrices plutôt amusantes dans ce registre. Il est inutile de présenter la grande Bette Midler, qui vêtue de sa robe verte et le cheveu roux coiffé à la mode Elisabéthaine (donc démodée même pour 1693), avec ses dents de lapin en avant dans une minuscule bouche pincée, et les joues couperosées, est le leader de la bande. Très attachée à son grimoire – un livre en peau humaine avec un œil qui s’ouvre – Winifred doit sans cesse recadrer ses sœurs, un peu plus évaporées qu’elles. Dans le rôle de Mary, vous reconnaitrez sans doute Kathy Najimy qui jouait déjà les dames replètes et joviales dans Sister Act, mais cette fois-ci vêtue de rouge et les cheveux dressés sur la tête de manière improbable – c’est la gourmande, la zen qui calme Winifred lors de ses moments de doute et qui surtout, « sent » toujours bien les enfants quand ils approchent. Enfin, vous prendrez peut-être plaisir à voir Sarah Jessica Parker dans un de ses rôles de « jeunesse » avant le succès de Sex & The City, qui incarne Sarah, la plus jeune des trois sœurs, la blondinette un peu con-con à la voix douce qui envoûte hommes et enfants par ses chants. La brune, la blonde, la rousse… bref un trio de choc, complètement caricatural mais qui marche. Parce que justement, il engendre de véritables comiques de situation.

Tout d’abord, la rencontre avec la jeune Dani, adorable petite Thora Birch avant son succès dans American Beauty (la gamine est d’ailleurs la plus vive du trio si vous voulez mon avis car au début de l’histoire il n’y a pas grand-chose à tirer de son frère guidé par ses hormones), la première personne qu’elles voient à leur retour du monde des morts: elles la prennent pour une jeune sorcière au vu de son déguisement, et au vu des « mensonges » de l’enfant pour détourner leur attention de Max et Allison. Quelques scènes sont vraiment amusantes, comme celles des trois sœurs reprenant I put a spell on you lors du bal de la ville, sous les applaudissements des parents hypnotisés qui les croient faire partie du spectacle,  ce qui les détourne de leurs enfants, ainsi devenus des proies plus faciles pour les sorcières. Sarah trouve le moyen de séduire un chauffeur de bus au passage, et Mary teste les « doigts enrobés de chocolat d’un homme qui s’appelait Cadburry » – en grande amatrice de fingers, cette réplique me fait encore rire – ainsi que le vol de balai en aspirateur. Des anachronismes qui participent au plaisir du spectateur. Avec en prime un grimoire en peau humaine qui ouvre l’œil – car oui, le grimoire a un œil! – dès que Winifred appelle « mélodieusement »: « Grimoooooooire… » J’ignore pourquoi mais la simple vue de cet objet me fait toujours beaucoup rire!

Cependant, les sorcières ne sont pas le seul élément comique de l’histoire. En effet, Max, le héros de l’histoire, est un peu « con-con » quand commence le film: venu de Los Angeles et considérant avec condescendance Salem, ses habitants et ses légendes, il ne se laisse charmer que par Allison – dont le personnage n’est à mon avis, pas très profond, mais qui reste quand même plus futée que le garçon – qu’il veut épater à tout prix. Quitte à faire une grosse boulette en ramenant à la vie de cruelles sorcières. Ajoutez à cela un élément « mignon » avec un chat noir qui parle et qui se lie d’amitié avec Dani, tout de suite attendrie par le petit félin victime des sœurs Sanderson, et une dose de bons sentiments tout disneyens avec Max qui, au cours de ses aventures, se rapproche de sa sœur qu’au début il voit plutôt comme un boulet, le tout avec de jolies images, et vous avez le cocktail certes standard mais efficace d’un divertissement à l’américaine.

Néanmoins, et je pense que c’est important de le noter dans un Disney, il y reste quand même une certaine noirceur. Car l’intention des sorcières est clairement de tuer les enfants, et il est quand même très rare de voir un film destiné au jeune public sur une scène où une petite fille meurt. Même si visuellement elle n’a rien de brutal, on voit quand même la petite Emily, sœur de Thackery Binx, s’écrouler sur sa chaise après que Winifred, Mary et Sarah aient aspiré sa force vitale…

Conclusion – Un petit divertissement à redécouvrir

Et oui, vous l’aurez deviné, Hocus Pocus est l’un des premiers films qui m’ait fait connaitre et apprécier Halloween – je regrette tant que, malgré la tentative de faire un peu plus percer ce phénomène, nous n’ayons pas quelque chose d’équivalent en France. Où l’on pourrait jouer aux monstres, passer un moment convivial, dédramatiser un peu ce qui est morbide à coup de crânes colorés et de bougies oranges – je vais d’ailleurs allumer les miennes ce soir! 🙂 J’espère en tout cas que cette chronique vous aura amusés, et rappelé de bons souvenirs, même si Hocus Pocus n’est pas ce que j’appelle un chef d’œuvre, à l’image de L’Étrange Noël de Monsieur Jack, par exemple. Il n’en reste pas moins qu’il reste dans ma mémoire comme quelque chose de gentillet, sympa, coloré, avec des interprètes au fort capital sympathie.

Je vous laisse donc avec cette petite bande-annonce à savourer comme un petit bonbon d’Halloween, sans arrière-pensée… Et je vous retrouve demain, toujours à l’heure du goûter, pour un petit panel de séries destinées à nous faire frissonner – et qui parfois ont effectivement pu nous faire un peu peur quand nous étions enfants! 🙂

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Hocus Pocus: Les Trois Sorcières (Hocus Pocus)
Année de sortie: 1993
Réalisation: Kenny Ortega
Origine: Etats-Unis
Durée: 1h36
Distribution: Bette Midler, Kathy Najimy, Sarah Jessica Parker, Omri Katz, Vinessa Shaw, Thora Birch…

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

8 réflexions au sujet de “Chat noir et grimoire – Hocus Pocus: Les Trois sorcières (Kenny Ortega, 1994)”

  1. Je crois bien que je n’ai jamais vu ce film – une lacune à combler lors du prochain Halloween (pour cette année, outre la saison 2 de Stranger Things, le film était Knights of Badassdom – ou quand le GN se fait film d’horreur comique)

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis trop flippée pour me laisser tenter par les films Halloweenesques, mais pour le coup je pense pouvoir me lancer dans Hocus Pocus sereinement. Merci du conseil, je pense le regarder dans la semaine et je te dirai ce que j’en ai pensé 😉
    Bisous !
    Victoire

    Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.