Sunday Music – Découvrez Enigma en 10 morceaux

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Couverture de The Fall of a Rebel Angel, dernier album d’Enigma – Source: French Enigma Forum

Je reviens avec un nouveau rendez-vous aléatoire qui aura parfois lieu le dimanche, où je vais vous parler musique, avec son et texte! Je me propose de vous faire découvrir, après une courte présentation et en dix morceaux, une thématique ou une formation musicale que j’apprécie. Voici donc de quoi vous réveiller en douceur ce matin.

J’ai décidé de commencer avec une formation musicale new age un peu particulière, que peu de personnes autour de moi connaissent malgré leur succès commercial des années 1990: Enigma. Si de mon côté, je connais et adore, c’est à cause des goûts musicaux de mes parents qui écoutaient beaucoup ce style de musique quand j’étais petite. Enigma est un projet allemand démarré en 1990 par le compositeur Michael Cretu et sa femme de l’époque, Sandra Cretu, chanteuse connue dans les années 1980 sous le nom de Sandra, qui prête sa voix aux premiers singles de la formation. Leur premier album MCMXB a.D. est un succès avec le morceau Sadeness. Sortent ensuite: The Cross of Changes, Le Roi est mort, vive le Roi!, The Screen behind the Mirror, Voyageur, A Posteriori, Seven lives Many Faces, The Fall of A Rebel Angel. Le groupe a évolué et collaboré avec de nombreux artistes depuis lors, notamment la chanteuse Anggun sur leur dernier album. Retour sur leur parcours avec dix morceaux caractéristiques…

#1 – Sadeness – PART I (MCMXB a.D, 1990)

À l’époque Michael Cretu entretient le mystère autour de la sortie du premier album d’Enigma, dont on sait peu de chose car peu d’informations sont dispensées dans le livret de MCMXB a.D. Le premier single qui en est extrait, Sadeness – Part I rend hommage au marquis de Sade et marque, à l’époque, par un son très particulier où des chants grégoriens se mêlent à des sons très planants comme ces flûtes à la mode dans le new age ethnique des années 1990 (je ne sais pas si vous vous souvenez de Deep Forest, dont la musique servait dans les pubs Ushuaïa), et des paroles très sensuelles en français susurrées par Sandra. Le clip reste dans l’esprit narratif de cette période, un brin kitsch… et ce n’est pas Sandra qui apparaît dans le clip, mais une jeune mannequin d’alors.

Pour ma part, j’aime beaucoup le rythme et le son, ce mélange grégorien et pop. Le titre est un succès mondial, et se hisse en tête des ventes en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en France, en Italie, en France, au Japon… et même aux Etats-Unis. Pour anecdote, je ne sais pas si vous avez vu la comédie Tonnerre sous les tropiques, mais Sadeness – Part I est le titre qui accompagne l’une des fausses bandes annonces du début, L’Allée de Satan, une sorte de Secret de Brokeback Mountain sauce monastère.

#2 – Return to Innocence (The Cross of Changes, 1993)

The Cross of Changes est peut-être l’un des albums d’Enigma qui m’ont le plus marquée, aussi il m’a été très difficile de sélectionner un morceau tant celui-ci est riche… J’en ai retenu deux, dont celui-ci, Return to Innocence. Dans ce second album, Michael Cretu n’utilise pas de sampling de chants grégoriens, mais de chants ethniques. Return to Innocence est un morceau qui invite à renouer avec l’innocence de l’enfance, et le clip suit la vie d’un homme en sens inverse, de sa vieillesse à sa naissance – par contre, si vous pouvez m’expliquer la présence de la licorne, je serais ravie! 😉

On y entend les voix d’Angel X au chant, de Sandra et d’un couple amis (aborigènes de Taïwan) dont le chant traditionnel avait été enregistré lors d’une représentation à Paris à la Maison des Cultures du Mondes en 1988. Ce qui donne lieu à des poursuites judiciaires de la part des deux interprètes d’origine, Difang Duana et sa femme Igay Duana, dont le titre a été utilisé à leur insu. Cependant, le mélange pop et ethnique fonctionne très bien, il est rafraichissant et le morceau me donne vraiment la pêche. Return to Innocence est un succès commercial, quand bien même il n’atteint pas les mêmes sommets que Sadeness (Part I), et est utilisé pour de nombreuses pubs et annonces dans les années qui suivent… et même pour la promo des J.O. de 1996!

#3 – Age of Loneliness (The Cross of Changes, 1993)

Autre morceau à m’avoir grandement marquée sur cet album: The Age of Loneliness, un morceau des plus planants. On y reconnaît encore la voix de Sandra, sur fond de chant traditionnel mongol. Allez comprendre pourquoi, mais j’aime beaucoup le son de cette chanson, auquel je trouve beaucoup de richesse, de puissance et de profondeur. Pour anecdote, non seulement The Age of Loneliness a bercé mon enfance, mais je l’ai un jour entendu accompagnant une vidéo de décollage d’Ariane 5 – une vidéo vue de sous les boosters, impressionnant au possible. Je vous laisse apprécier ce son incroyable…. Le fait est que par la suite, comme nous le verrons, Enigma a peiné à innover. C’est un peu le souci quand on part avec un concept vraiment sympa et riche comme l’était celui d’Enigma…

#4 Gravity of Love (The Screen Behind the Mirror, 1999)

Le Roi est mort, vive le Roi!, sorti en 1996 a beaucoup moins fait parler d’Enigma. En effet, il ne se démarque pas vraiment des précédents, et si la musique est sympathique et qu’il est nominé pour les Grammy Award en tant que Best New Age Album, il est considéré comme décevant par la critique, Michael Cretu ne poussant pas plus loin les idées originales quant à la musique. En effet, le son reste sensiblement le même et les morceaux se poursuivent dans la veine des précédents albums. La critique n’est pas plus tendre avec The Screen Behind The Mirror sorti en 1999. Et pourtant…

Gravity of Love ressort clairement du lot. Si l’on marche encore à base de sampling comme c’était déjà le cas précédemment, on reprend cette fois-ci du classique avec O Fortuna extrait du Carmina Burana de Carl Orff, avec une voix féminine très pure, celle de Ruth-Ann Boyle. En fait, je pense que c’est plus la dimension « dramatique » et narrative de la musique qui me touche, et ces paroles certes simples (on est dans l’atmosphérique et pas du tout dans la chanson à texte), mais qui décrivent clairement le bouleversement de tomber amoureux: Look around just people, can you hear their voice/ Find the one who’ll guide you to the limits of your choice… C’est un peu ça hein, pas une question de choix! Par ailleurs, le clip, filmé à Vienne dans la Villa Wagner est tout à fait somptueux, quand bien même il ne rend pas justice à la passion mise en avant dans le morceau.

#5 Boum-Boum (Voyageur, 2003)

Voyageur est considéré comme l’album qui change et innove. Et pour cause, on passe dans un son plus ancré dans l’électronique et la pop. Suite à des changements drastiques, exit les chants grégoriens et les petites flûtes en mode Deep Forest, quand bien même les rythmes « ondulants » (oui, la musique me donne vraiment l’impression d’onduler… enfin écoutez et vous allez comprendre! 🙂 ) gardent un petit côté ethnique. Enigma renoue avec un succès plus discret qu’à ses débuts avec ces nouveaux morceaux, et Cretu décrit cet album comme de la « pop sophistiquée ». Pop ou New Age, il est en fait assez difficile de classer Voyageur… je ne l’ai d’ailleurs pas encore acheté malgré mon amour pour Enigma, et il va falloir que je remédie à ça parce que je le trouve captivant.

Il est flagrant dès les premières mesures de Boum-Boum que le son est très différent, quand bien même il reste riche et – même s’il est étrange de qualifier un son de la sorte – opulent. Voilà, ce n’est peut-être pas de la « pop sophistiquée », mais de la « pop new age opulente »! Ce morceau sur le désir donne à la fois envie de rester enfoncé dans son fauteuil pour l’écouter les yeux fermés en laissant son cœur faire « boum-boum » en rythme avec la musique, et de se lever pour bouger… Je vous laisse apprécier. 🙂

#6 Following The Sun (Voyageur, 2003)

Avec Following the Sun, on reste à fond dans le cool et le planant, dans cette « pop new age opulente » avec de vagues relents de The Cross of Changes avec cette voix masculine au timbre si particulier – je n’ai malheureusement pas retrouvé le nom de l’interprète. C’est en tout cas une véritable invitation au voyage, un appel au rêve qui réconcilie nouveauté et esprit des origines d’Enigma.

#7 Dancing with Mephisto (A Posteriori, 2006)

En 2006 sort A Posteriori, un album lui aussi nominé au Grammy Award du Best New Age Album. Le son est à la fois plus doux et plus froid, complètement numérique. Les thématiques relèvent du spatial, avec la future collision des galaxies Andromède et de la Voie Lactée, et plusieurs références à ce domaine et aux sciences dans les paroles des différents morceaux comme Eppur si muove en ouverture, qui fait référence aux légendaires mots de Galilée durant son procès.  C’est par cet album que j’ai en quelque sorte redécouvert Enigma il y a quelques années, à une période où quelque peu démoralisée, j’avais besoin de musique douce….

Il y est pourtant question d’autre chose que des galaxies de sons soft qui flottent dans le Cosmos… En témoigne Dancing with Mephisto, mon morceau favori de l’album. En même temps, avec la référence à ce personnage mythique et maléfique qu’est Mephisto, il y avait de quoi gagner de suite mon cœur… 🙂 Ah très cher Mephisto qui pousse le malheureux Faust dans ses derniers retranchements dans l’œuvre de Goethe. On y ressent une atmosphère sombre et lourde, un peu comme un sabbat de sorcières. Bref, comme j’aime.

#8 La Puerta Del Cielo (Seven Lives, Many Faces, 2008) 

Sorti en 2008, Seven Lives, Many Faces a pour ambition de combiner diverses inspirations musicales du monde entier – ce qui a probablement inspiré le titre de l’album. Fait intéressant, si l’on retrouve dans le son un esprit plus pop, parfois inspiré du hip-hop comme dans le morceau Seven Lives, La Puerta Del Cielo est chanté en Catalan. Et disons-le franchement, ça rend plutôt bien.

#9 Omega Point (The Fall of A Rebel Angel, 2016)

Enigma met huit ans à sortir un nouvel album, The Fall of A Rebel Angel, qui met en avant le parcours d’un individu vers la rédemption et une vie plus épanouissante. Michael Cretu collabore donc avec le parolier Michael Kunze et le sulfureux artiste Wolfgang Beltracchi (connu notamment pour sa carrière de faussaire) pour le design du livret.

Omega Point transporte, de par son son électronique un peu plus « brutal », mécanique et froid, dans une ambiance très différente de ce que faisait Enigma il y a encore quelques années. Il est question d’un ange rebelle dans le titre de l’album… Eh bien, avec ces notes lancinantes, on retombe en plein dans l’esprit tourmenté dudit ange… Je vous laisse apprécier.

#10 SADENESS – Part II (The Fall of A Rebel Angel, 2016)

Dans ce dernier album, Michael Cretu donne une suite au morceau de ses débuts, Sadeness, avec Sadeness – Part II. Il collabore avec la magnifique et talentueuse chanteuse Anggun à la voix grave, chaude et sensuelle. Il la sublime dans un clip en noir et blanc à l’esthétique quasi-gothique, un brin glauque. La musique s’appuie sur une reprise de la Toccata et fugue de Bach, un morceau d’orgue vraiment mythique qui ajoute à l’atmosphère oppressante dont on se libère en fin de chanson, avec le passage chanté par Anggun. Si j’avoue qu’au début Sadeness – Part II m’a un peu déconcertée, je me suis bien vite laissée séduire… J’imagine que c’était le but.

Bonus – Le jingle d’Enigma

Enigma, c’est, comme je tenais à le mettre en avant un univers, avec des livrets très travaillés, dans une ambiance mystérieuse et insolite, mais surtout un SON. Et je voulais vous gratifier de ce que j’appelle le « jingle » d’Enigma, ces quelques notes en corne de brume qui ouvrent chacun des albums du groupe.

Conclusion – Une formations musicale à redécouvrir 

Donc voilà, j’espère que cette incursion dans l’univers musicale d’Enigma vous aura plu, et je vous conseille vivement leur discographie, aussi bien pour leur son que pour le graphisme travaillé de leurs livrets qui nous embarquent dans des mondes fantastiques et surprenants. Si leurs huit albums semblent parfois inégaux, il est toujours, selon moi, quelques perles qui ressortent. Cette musique me transporte immanquablement, et je vous invite à découvrir leur best of Love, Sensuality and Devotion sorti l’an dernier. Après, je suis persuadée qu’avec le succès qu’ils ont eu par le passé, certains morceaux plus anciens peuvent au moins vous rappeler quelque chose! 🙂 Et puis sur un blog consacré à la SFFF, je trouve que la musique d’Enigma s’intègre bien à la chose!

J’ai également quelque chose de contrariant à vous annoncer. Si je crée ce nouveau rendez-vous musical, c’est que je vais cesser de parler d’écriture quelques temps, car ma correction du roman est finie, mais je ne peux pas encore l’envoyer chez des éditeurs: la plupart ont clos la soumission de manuscrit, tout bonnement et simplement ou dans les genres littéraires liés à mon roman – et pour moi, pas d’auto-édition, car comme vous le savez je ne crois pas en ce système concernant mon roman. Déjà que je doute de plus en plus de mon talent (à trente ans passées, je ne pense pas qu’on s’extasiera de mon talent ou de mon style) ou de l’intérêt de ce que j’écris pour un éditeur ou un lecteur, c’est un peu emmerdant… Surtout que voyant le nombre de gens qui publient autour de moi, je culpabilise car je me dis que je m’y suis mal prise quelque part. Il va donc me falloir avancer sur le tome II malgré mon manque de foi, et surtout, je vous en prie, même si ça part d’un bon sentiment, je ne veux pas de conseils pour m’aider ou d’adresses de maison d’édition ou autres plateformes d’auto-édition, ou n’importe quoi d’autre. Je préfère ronger mon frein toute seule en attendant que ça passe… en attendant que les éditeurs ne mettront pas trop longtemps à accepter de nouveaux manuscrits! C’était juste pour vous le dire car il me fallait évacuer ça, car je ne souhaite pas qu’il y soit fait allusion dans vos éventuels commentaires. Voilà, c’est tout… So back to the music! 🙂

Mais que cela ne vous empêche pas d’apprécier la musique, et surtout, de découvrir mes groupes favoris ou juste appréciés! J’ai déjà plusieurs idées sur le sujet, et j’espère qu’ils vous plairont! 🙂

Blanche Mt.-Cl.

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

2 réflexions au sujet de “Sunday Music – Découvrez Enigma en 10 morceaux”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.