Lecture, écriture, graphisme… – Quid de cette semaine de quasi-absence?

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Lecture au jardin chez Papa-Maman…

J’inaugure ce mois de juin avec un autre bilan après le bilan, pour une semaine où j’ai préféré laisser un peu le blog en plan!

Et oui, c’est que je voudrais trouver ma vitesse de croisière et garder un rythme de vie à peu près normal, malgré cette période creuse. Je n’ai pas envie de me lever à pas d’heure et de faire comme si j’étais vacances quand je me considère plus dans une passe difficile qu’autre chose…

J’espère donc que dans la semaine qui va venir vous aurez vos chroniques, comme les semaines suivantes et encore suivantes…

  • La lecture

J’ai achevé cette semaine En Terre étrangère de Robert Heinlein, dont je sors un peu mitigée, mais dont je souhaite vraiment parler sur le blog. Il y a des points intéressants, quand bien même ce roman a, à mon sens, beaucoup, BEAUCOUP vieilli. Il y a certains moments où je l’ai trouvé poussif, alors que l’auteur avait un message à y faire passer, et que certaines subtilités de la pensée martienne y sont fort, fort intrigantes. Mais nous y reviendrons dans une prochaine chronique.

Ainsi, après la S.F., j’ai décidé de me laisser tenter, malgré ma PAL de plus en plus titanesque, par un roman steampunk signé Marianne Stern, Smog of Germania, qui prend place dans l’Allmagne impériale – c’est marrant, car je rêve moi-même d’écrire une uchronie Steampunk qui prendrait place dans l’Allemagne du début du XXe siècle… une fois la trilogie dédiée aux Wolf terminée et publiée, naturellement. 🙂  Bref, j’ai commencé Smog of Germania… j’espère ne pas être déçue, car je place beaucoup d’attentes dans cet ouvrage! 🙂

C’est d’ailleurs par ce livre que j’ai découvert l’existence d’Hélios, que je ne connaissais pas, et qui se trouve être la collection poche de chez Mnémos. J’y ai découvert des titres intéressants, dont un que j’ai commandé. Nous en reparlerons quand je l’aurai reçu. 🙂 Mais je pense m’abstenir quelques temps d’acheter des livres, le temps d’être plus en fond… Et à ce moment-là, je songe à me procurer des titres de la maison belge Séma Éditions dont j’ai entendu parler sur La Bibliothèque de Sev, et qui me paraissent pour le moins intéressants.

  • L’écriture
Le Sang des Wolf, en pleine bêta-lecture…

L’écriture, c’est encore une véritable explosion d’idées… Je n’ai pas tellement le temps de m’y remettre comme je voudrais, et malgré les nombreuses pistes évoquées la semaine dernière. J’ai cependant participé à un challenge d’écriture sur le site Écrivons un livre, et je vous invite à jeter un œil aux petites histoires ayant pour thème le loup ou le loup-garou – la mienne est plutôt dark, hein… N’hésitez pas à vous inscrire, si vous souhaitez tester l’écriture communautaire! 🙂

Sinon, je me suis remise à scribouiller la suite de Pourquoi les vampires aiment Paris Plage, et j’espère vous gratifier d’une quatrième nouvelle sur WattPad, où vous ferez la connaissance de l’ennemi juré de nos héros Émile et Samuel (vous savez, celui qui fait de l’ombre à Lukas!).

Quant au Sang des Wolf, ma foi… mon frère est en pleine bêta-lecture. Je l’adore et il est adorable, mais pour vous donner une idée de son implication alors qu’il n’avait pas grand chose sur le feu 😉 j’aurais voulu envoyer mon roman début mai chez les éditeurs. J’espère seulement qu’il ne va pas mettre trois mois à relire la chose, d’autant plus que quand il s’y met, il est très, très, TRÈS EFFICACE. Ses notes de correction vendent vraiment du rêve, je crois que je vais les garder en souvenir, dites! Et je lui ai promis de l’inviter boire un verre quand il aura fini! 😉 Je vous en prie, envoyez-lui des ondes télépathiques pour qu’il se presse un peu, le p’tit, pour qu’un jour vous puissiez vous aussi avoir cet opus – en fait, toute la trilogie – dans votre bibliothèque, et le citer en #MardiConseil! 😍

  • Graphisme

Eh bien niveau graphisme et recherche d’emploi, je suis soulagée de toucher une prime d’activité – je devrais commencer à la toucher la semaine prochaine, et j’aurai également mon rendez-vous d’instruction. Ça va me permettre de parer à quelques besoins de distraction et de vêtements. J’ai également mon premier vrai client, à qui j’ai été recommandée par mon ancien maître de stage (pas le dernier, mais celui d’avant, quand j’étais dans une agence événementielle…). C’est un projet assez sympa, et je suis très inquiète à l’idée de ne pas faire honneur à la personne qui m’a mise en avant. Enfin, ça met du beurre dans les épinards, et ça complète le book.

À part ça, pour la recherche d’emploi, je disais qu’il y avait plus d’offres d’alternance et de stage que de véritable emploi. Le fait est que j’ai été contactée il y a quelques jours au sujet de l’une de mes candidatures. Pensant candidater à une offre d’emploi et non d’alternance, celle-ci n’étant pas spécifiée sur l’annonce, j’ai eu la surprise de me voir offrir formation avec alternance, et devoir avec mémoire et compagnie, le tout payé au SMIC pour quinze mois. J’ai dit non, et je ne pensais pas avoir assez confiance en moi-même pour le faire. … mais je m’en suis sentie soulagée. D’une part, je sors à peine d’une formation, et de deux, quinze mois au SMIC, je ne pourrais pas gérer un appart et autres frais, et je ne suis pas sûre d’être affectée dans une entreprise située en un lieu qui me permette de faire les trajets entre mon patelin de l’Eure et Paris tous les jours. Pas que ce soit long, bien au contraire, c’est même plus court que certains trajets depuis la lointaine banlieue. Mais il suffit que l’entreprise se trouve trop loin de Saint-Lazare et que je loupe le dernier train pour passer la nuit sur le quai d’une gare… Pas le pied!

Cela peut paraître imprudent de ma part, mais maintenant, je veux TRAVAILLER, et plus ÊTRE FORMÉE, et je n’aime pas quand le boulot s’avère ne pas correspondre à l’offre – l’alternance n’y était mentionnée nulle-part! Et ça ne fait pas si longtemps que je cherche, donc je ne vais pas faire n’importe quoi si une opportunité plus intéressante venait à se présenter… et prendre n’importe quoi pour partir de chez mes parents si c’est pour y revenir après et me retrouver à mon point de départ. 😉 Au stade où j’en suis, je préfère faire six mois de CDD à venir tous les jours de chez mes parents à Paris – après tout, on est super bien installé pour lire ou dormir dans le train – pour ensuite rempiler sur un vrai CDI, et partir pour de vrai, plutôt que de me barrer pour un truc que je trouve moyennement fiable et revenir en pleurant chez Papa-Maman à la fin! 😜

Là où je m’inquiète un peu moins, c’est que j’ai appris par une de mes amies en recherche d’emploi dans une branche totalement différente de la mienne, qu’elle ne tombait que sur des offres de stage ou d’alternance. À croire qu’on n’a plus envie de payer personne au juste salaire pour son travail, quand on voit les exigences pour des stages qui équivalent plus aux premiers emplois d’il y a quelques années. Ce qui pénalise les jeunes diplômés dont les métiers possibles sont occupés par des stagiaires. Seulement, j’ai comme l’impression que de plus en plus d’entreprises ont du mal à trouver des stagiaires, ceux-ci étant, face au nombre, un peu plus regardants. Il est à espérer que les recruteurs vont faire preuve d’un peu plus de souplesse et embaucher pour de vrais postes… En tout cas, je suis soulagée que ce ne soit pas seulement dans le milieu créatif.

  • Conclusion

Donc, voilà où j’en suis. Comme d’habitude, j’espère que les choses vont évoluer favorable pour le graphisme et les écrits, mais je suis un peu moins flippée. À moins que je ne suis un peu plus blasée, je n’en sais rien… L’avenir nous le dira. Je croise donc les doigts pour ne pas foirer mon projet graphique du moment, pour avoir au moins quelques entretiens et projets pendant l’été, pour que mon frère termine ma bêta-lecture et qu’un éditeur fiable soit séduit par ma plume. Ça fait beaucoup, mais bon, je suis active, bon Dieu, et au même titre que j’aime apprendre de bonnes nouvelles, j’apprécie aussi d’en annoncer! 🙂

Je vous promets de la chronique dans la semaine qui vient, au moins celle dédiée à En Terre étrangère, ainsi qu’à un film un peu sympa. Je me tâte pour une autre comédie de SF, ou un truc bien kitsch et musclé… Nous verrons selon mon humeur du moment! En attendant, je vous souhaite une excellente fin de semaine et vous dis à bientôt… et pas avec un autre bilan, cette fois! 😀

Blanche Mt.-Cl.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

6 réflexions au sujet de « Lecture, écriture, graphisme… – Quid de cette semaine de quasi-absence? »

  1. Honnêtement, on me propose un SMIC, je dis oui de suite. de nos jours, c’est une erreur de croire qu’ne débutant dans un métier, on peut tout de suite toucher beaucoup plus qu’n SMIC ou un SMIC amélioré – peu importe les études qu’on a faites. Et oui, j’ai aussi vécu en région parisienne, je sais le prix de s loyers. Mais entre ça et rester au chômage, je n’ai jamais hésité. Ah, bien sûr, c’est moins confortable que papa/maman ….^^

    J'aime

    1. Juste comme ça, je ne trouve pas cette dernière remarque nécessaire. Je ne suis pas une Tanguy qui veut juste rester chez ses parents parce que c’est plus confortable. Surtout quand on sait le temps que je passe dans les transports quand je pars tous les jours bosser de chez mes parents, ce n’est pas du tout un confort. J’ai déjà vécu ailleurs (en Angleterre, notamment où c’était au moins aussi cher que Paris), je sais ce que c’est que de faire attention parce qu’il n’y a pas d’autre salaire que le mien, et de ne plus rien bouffer à la fin du mois.
      Et je postule régulièrement pour des offres au SMIC, je ne suis pas con quand même. C’eût été un SMIC pour un CDD (qui ne m’aurait pas permis de louer de toutes les façons), ou un CDI, je n’aurais pas craché dans la soupe.

      Mais une autre formation… AAAAAAAAH! NAAAAAN, j’en sors juste! C’est plus le fait qu’ils n’avaient pas mentionné sur l’annonce qu’il s’agissait d’une formation, avec mémoire et tout le toutim, que le montant du salaire, en fait. Alors moi à partir du moment où l’annonceur n’est pas honnête, je tends à être plutôt méfiante. Si on me fait une offre honnête au SMIC, oui, mais si on me la fait à l’envers, NAN. C’est juste une question de respect pour les gens avec qui on décide de bosser.

      J'aime

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s