Un petit film oublié mais intéressant – Incassable (M. Night Shyamalan, 2000)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

J’avais à nouveau envie de vous parler cinéma, plus précisément de l’œuvre d’un réalisateur qui a fait parler de lui depuis une quinzaine d’année et la sortie du mémorable Sixième Sens: M. Night Shymalan. J’ai vu plusieurs de ses films, qui n’ont pas tous des critiques élogieuses, mais je dois avouer que ses ambiances et ses twists finaux m’ont beaucoup séduites il fut un temps.

C’est à la faveur du visionnage de Split avec mon frère qu’un autre opus du réal m’est revenu en mémoire: Incassable. Je me souviens avoir été le voir au cinéma quand j’étais en troisième, et il m’avait impressionnée…

  • Invincible?

David Dunn (Bruce Willis), agent de sécurité qui traverse un passage à vide, rentre à Philadelphie en train. Mais un terrible drame arrive: le train déraille, ne laissant aucun survivant, à part David. Fait encore plus étrange, le rescapé n’a aucune égratignure. Sa vie pourrait se poursuivre aussi morne qu’elle l’est avec son épouse Audrey (Robin Wright) et son petit garçon Joseph (Spencer Treat Clark) qui ne le lâche plus depuis l’accident… mais le destin, ou plus précisément un certain Elijah Price (Samuel L. Jackson) ne l’entend pas de cet oreille.

Ayant entendu parler du survivant, ce directeur d’une galerie dédiée à l’art des comics et fan de super héros, prend contact avec David. L’homme est, lui, atteint d’osthéogénèse imparfaite – à savoir la « maladie des os de verre ». Il est né les bras et les jambes cassés, et a passé un tiers de sa vie sur un lit d’hôpital pour réparer des membres brisés. Il a une théorie à soumettre à David. En effet, si Elijah est cassant comme du verre, il pense que comme dans les comics qui ont bercé son enfance, son contraire peut exister: à savoir, un homme invulnérable. Il pense que David pourrait être cet homme, et que son destin serait de protéger les autres…

Si David est d’abord sceptique, l’idée ne va pas tarder à se frayer un chemin dans son esprit…

  • Devenir un héros
Elijah et David – Source: Imdb.com

Si j’avais adoré les aventures de Batman dans mon enfance, j’avais plus ou moins délaissé les histoires de super-héros, et je ne m’attendais pas vraiment à ça en allant voir Incassable. Si ce n’est qu’après Sixième Sens, j’attendais un twist final de malade. J’ai découvert un film plus ou moins de super-héros, qui ne ressemblait à rien de ce que je connaissais dans ce domaine. En effet, comme dans Sixième Sens, la mise en scène est dénuée d’effets spéciaux spectaculaires, on reste dans une ambiance proche du quotidien. Un quotidien morne et tristement ordinaire, à travers la vie de David dont le couple bat de l’aile, à tel point qu’il cherche du travail hors de Philadelphie tout en tentant de recoller les morceaux avec  son épouse. Donc, rien à voir avec le riche héritier qui a vu ses parents se faire assassiner, ou avec un ado qui s’est fait mordre par une araignée radioactive. David se définit comme un type ordinaire, arguant qu’il s’est blessé dans un accident, ce qui l’a fait renoncer à une carrière de footballer professionnel.

D’ailleurs, comment croire les propos d’un homme qui a passé une bonne partie de sa vie à l’hôpital, qui est visiblement obsédé par la BD et pourrait donc perdre pied avec la réalité?… C’est sans compter sur Joseph, le fils de David, qui a assisté à la première entrevue entre son père et Elijah: le petit gars veut croire aux propos du monsieur, et croit son père indestructible au point qu’il alourdit sans lui dire ses haltères durant une séance de sport, ou qu’il est prêt à lui tirer dessus pour prouver ses dires – ce qui donne lieu à une scène à forte tension émotionnelle. L’émotion est sans conteste un élément important à l’écran, à travers cette vie morne et sans couleur, ou plus exactement, nimbée d’une sorte d’aura froide (gris, gris bleu, vert foncé), sublimée par de longs plan-séquences. C’est la vie d’un homme qui se sent triste, qui ne sait plus exactement où il en est en tant sur un plan professionnel, puisqu’il a dû abandonner une prometteuse carrière sportive, que personnel. Cela peut bien évidemment arriver à tout le monde, et entre nous, certains d’entre vous ont peut-être déjà expérimenté ce genre de passage à vide, où l’on ne sait plus vraiment quoi faire de sa peau…

Quand David décide de tester ses capacités… – Source: Imdb.com

Cette existence prend un véritable tournant après que David ait cet accident de train, tout d’abord, car Audrey, l’épouse de David voit dans sa survie une chance de recoller les morceaux avec lui. Et plus encore après la rencontre avec Elijah Price qui va susciter en lui de nombreuses interrogations, parfois approfondir un peu plus son mal-être entre différentes phases d’espoir: est-il aussi extraordinaire qu’Elijah le pense? et s’il ne l’était pas? et comment se fait-il qu’il ait pu manquer se noyer ou être blessé dans sa jeunesse? a-t-il des points faibles? a-t-il réellement des dons? est-il devenu agent de sécurité car il avait inconsciemment senti qu’il devait aider les autres? Au final, David va réfléchir à son passer, se redécouvrir des dons et tenter de les développer – ses flashes sont d’ailleurs les rares scènes du film où ressortent des points de couleur – afin d’accomplir ce destin qui semble être le sien, et ce sans perdre de son humanité. Car Bruce Willis, que l’on a connu dans des comédies ou des rôles d’action (Boire et déboires, La Mort vous va si bien, Piège de Cristal, Le Cinquième Élément, Armageddon…) fait découvrir une autre facette de son talent. On avait découvert un psy plein d’empathie dans Sixième Sens, on voit dans Incassable un mec pas bien dans sa peau, somme toute assez sympathique, qui se voit faire face à quelque chose d’extraordinaire – à savoir sa propre nature.

Elijah dans sa tournée comics – Source: Imdb.com

Quant au personnage de Samuel L. Jackson, il crée chez le spectateur une profonde tristesse, ne serait-ce qu’à cause de ces flashback qui nous le montrent bébé alors qu’il avait déjà les membres fracturés, ou petit garçon, le bras en écharpe, effrayé à l’idée de sortir quand sa mère, femme forte et dévouée, lui offre son premier comic. Peut-être pour lui donner l’exemple de personnages forts, capables d’avoir une influence sur le monde qui les entoure. Ainsi Elijah semble avoir cultivé cet intérêt, puisqu’il en a fait son métier, et son excentricité jusque dans son look vestimentaire – long manteau sombre, chemises, canne en verre comme un genre de dandy dark. Outre les BDs, il trouve avec l’annonce de la survie de David, une nouvelle raison de vivre, l’espoir que le monde est aussi extraordinaire que dans ses lectures, que pour rattraper les fragilités des personnes dans sa situation, la nature a permis la naissance d’être forts par essence.

Si la mise en scène est plutôt épurée et plutôt atypique – du moins au moment de sa sortie – le scénario suit une recette maintes fois éprouvée concernant la naissance d’un héros: la découverte et les questionnements liés à ses capacités, première lutte contre des êtres mauvais. La première partie évoquée est en revanche beaucoup plus développée dans le film de Shyamalan. Par ailleurs, notre ami David Dunn (nom à double initiale, comme la plupart des héros de chez Marvel!) ne travaille pas vraiment son look, vêtu d’une simple cape de pluie pour partir à la chasse, au profit de ces nouvelles capacités. Si quelques éléments scénaristiques semblent parfois sortis du chapeau, les grandes lignes de l’histoire, qui fait la part belle à l’introspection, sont absolument captivantes et fonctionnent très bien… jusqu’à ce twist final dont M. Night Shyamalan a le secret…

  • Conclusion – Une histoire à redécouvrir

Voili-voilà, vous savez l’essentiel de ce qu’il y a à connaître sur Incassable, un film de super-héros pas comme les autres… Du moins au moment de sa sortie, car depuis, les super-héros ayant un succès qui ne se dément pas, leurs trajectoires ont été portées de manière très différente, et plus ou moins spectaculaire, sur grand écran. Je sais que lors de mon premier visionnage, et encore maintenant, j’aime beaucoup le parti pris de ce film, qui invite le personnage du super-héros dans notre quotidien.

Je vous invite donc à (re)découvrir ce petit film que je trouve injustement négligé dans la filmo de M. Night Shymalan, et qui a eu la malchance de sortir après un monument comme Sixième Sens. C’est surtout le côté humain de ses personnages qui m’a touchée, ainsi qu’une ambiance hypnotique, presque berçante. Et pour faire juste mesure, j’ai décidé de vous présenter d’autres films du même réalisateur d’ici quelques temps. Il ne sera nullement question d’y consacrer une thématique, mais je vais commencer par vous présenter Split, sa sortie la plus récente! Ce sera vendredi matin… soyez au rendez-vous, les p’tits loups!

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Incassable
Année de sortie: 2000
Réalisation: M. Night Shyamalan
Origine: États-Unis
Durée: 1h46
Distribution: Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Robin Wright, Spencer Treat Clark…

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

11 réflexions au sujet de « Un petit film oublié mais intéressant – Incassable (M. Night Shyamalan, 2000) »

    1. Maaaaaais euuuuuh! 😉 Je voulais justement en parler dans la chronique de « Split » à paraître vendredi! 🙂
      Disons que s’il n’y avait pas eu un lien dedans, je pense qu’on aurait oublié « Incassable », car il n’y est pratiquement jamais fait référence nulle-part. 🙂

      Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s