Dinosaures à Londres – Redécouvrez « Les Portes du Temps » (2007-2011)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Aujourd’hui, j’ai trouvé cinq minutes pour achever cette chronique que j’ai mis une éternité à pondre! 🙂 Trop peu de temps! 🙂 Mais nous y voilà, si cela peut vous donner des idées de distraction pour vos week-ends ou vos vacances! Pour vous re-situer sur la série que je vais vous présenter aujourd’hui, je vais vous conter une petite anecdote: il y a quelques années alors que je faisais un tour dans un Virgin Megastore avec des amis, nous avons vu, en « tête de gondole », des promotions sur pas mal de séries. À la vue de certaines, un des joyeux lurons m’a lâché: « Franchement, qui sait seulement que ces séries existent? Et qui regarde ça? » Je n’ai pu m’empêcher de répondre: « Moi. »

L’équipe dans la Saison 4: Becker, Jess, Abby, Connor et Matt – Source: AlloCiné

Parmi ces séries, une que je suivais depuis quelques temps: Nick Cutter et les portes du temps, rebaptisées Les Portes du Temps puis Primeval: Les Portes du Temps, après les trois premières saisons. Comme vous avez dû vous rendre compte, j’apprécie les séries anglaises même cuculs 🙂 (j’ai en effet vu qualifier Merlin de « cucul » quand j’ai présenté cette série qui m’a divertie et faite fantasmer – le merdeux de personnage principal en particulier! Ben oui, j’adore!). Bref. J’ai repensé aux Portes du Temps, autre production british car j’en avais parlé sur mon premier blog en anglais, et parce que je me suis récemment refait l’intégrale de la série en DVD, en fond sonore pendant que je bossais à mon graphisme. 😀

Si vous ne connaissez pas encore, je vous invite à rejoindre une équipe un peu particulière qui traque les dinosaures à Londres… Si, si, vous m’avez bien lue!

  • Les Portes du Temps: c’est quoi-t-est-ce?

La saison 1 commence de la sorte: en Angleterre, de nos jours, d’étranges animaux apparaissent dans la forêt de Dean. C’est le moment que saisit Connor (Andrew-Lee Potts), un petit génie maladroit et fana de crypto-zoologie, qui souhaite faire sa thèse auprès du professeur en paléontologie Nick Cutter (Douglas Henshall), dont l’épouse Hellen (Juliet Aubrey) a disparu dans des circonstances louches, et de son assistant Stephen Hart (James Murray). Les trois hommes se retrouvent confrontés à une bête immense venue de la préhistoire… ainsi qu’à Abby (Annah Spearitt), spécialiste des reptiles dans un zoo, venue dans les environs après qu’on ait signalé la découverte d’un étrange lézard par un jeune garçon des environs. Il s’avère que ces créatures sont en fait surgies d’une étrange boule lumineuse dans la forêt, qu’is appellent une « anomalie ». Mais le gouvernement britannique ne tarde pas à se joindre à la partie, et cette toute nouvelle équipe est bientôt chapeautée par Lester (Ben Miller), et sa spécialiste des RP Claudia Brown (Lucy Brown)…

Mortdiable! Hellen est en vie, et revient enquiquiner son époux Nick! – Source: Imdb.com

Et les affaires se compliquent un peu plus lorsque Nick comprend que les anomalies ne sont pas étrangères à la disparition de sa femme qui ré-apparaît, bien vivante, après avoir des années durant laissé croire à son époux qu’elle était morte. Car vous l’aurez deviné, les intentions d’Hellen ne sont pas des plus honorables, et elle va devenir la « méchante » de la série, ne supportant pas qu’on lui résiste et prête à tous les coups pendables pour parvenir à contrôler les anomalies et changer le cours du temps….

Abby, Connor et Quinn – Source: AlloCiné.fr

L’équipe et les enjeux vont évoluer au fil des saisons, qu’il s’agisse de renvoyer des créatures dans leur temps dans les saisons une à trois, de prévoir l’apparition des anomalies pour « circonscrire » le périmètre et empêcher que les créatures ne viennent dévaster Londres, se battre contre des créatures venues cette fois-ci du futur et découvrir le sombre destin de l’humanité, empêcher Hellen de ré-écrire l’histoire… ce qu’elle ne se gêne pas pour faire, puisqu’en début de saison 2, les spectateur découvrent, au retour de Nick de la préhistoire, que si l’équipe est toujours la même, Claudia Brown, devenue le love interest de Nick, n’a jamais existé et que son équipe a un QG secret dans la banlieue de Londres, le CRA – Centre de Recherche sur les Anomalies. On retrouve aussi l’alter ego de Claudia, Jennifer Lewis, incarnée par la même actrice. D’autres membres vont rejoindre l’équipe comme Sarah Page (Laila Rouass), une sorte de Daniel Jackson au féminin, archéologue faisant des recherches sur les apparitions d’anomalie et de créatures mythiques à travers l’histoire, le chef de la sécurité Becker (Ben Mansfield), le flic rebelle Danny Quinn (Jason Flemyng) qui va apporter un peu de fraicheur et d’humour en une période troublée pour l’équipe, la charmante coordinatrice des opérations Jess Parker (Ruth Kearney), l’inquiétant Philip Burton (Alexander Siddig)… mais aussi, à partir de la saison 4, deux voyageurs du temps, Matt Anderson (Ciaran McMenamin) et Emily Merchant (Ruth Bradley).

  • Une série suivie par hasard
La première équipe: Abby et Connor, Nick Cutter et Stephen Hart – Source: Imdb.com

J’avoue être tombée par hasard, il y a quelques années, complètement par hasard sur Les Portes du Temps, lors d’une rediff’ sur SyFy – il faut savoir qu’M6 a été la première chaîne française à diffuser la série, à la fin de l’année 2007 (je dois avouer qu’à cette période je ne regardais pas grand-chose). À dire vrai, c’était un soir où ma mère et moi ne savions pas quoi regarder, et nous avons dû voir des épisodes de la quatrième saison. Si au début, je n’ai pas trop su quoi penser, ces incursions de dinos dans le monde contemporain me laissant sceptique, ma mère et moi avons finalement poursuivi le visionnage, et découvert la toute première saison alors qu’elle m’avait été offerte en DVD.

L’ami Connor fuyant une créature du futur – Source: Imdb.com

La diffusion de la série a donc commencé en 2007 au Royaume-Uni sur la grande chaine privée ITV1, en réponse à la reprise de Doctor Who et à son spin-off Torchwood (que j’ai beaucoup regardé aussi) sur la concurrente publique BBC One. Ses créateurs Adrian Hodges et Tim Haines avaient déjà travaillé sur des documentaires comme Sur la Terre des Dinosaures. La première fois que j’ai donc vu Les Portes du Temps, j’ai bien cru voir un mix de Jurrassic Parc, une pincée de Terminator… et certains parlent d’un « Torchwood mais avec des dinosaures ». Personnellement, à part le concept d’une équipe basée à Londres et travaillant dans le plus grand secret pour gérer des phénomènes extraordinaires, je ne vois pas trop la ressemblance.

Pour ma part, je sais que pas mal de personnes pourraient ne pas aimer: mon père, par exemple, n’a jamais regardé parce que « ce n’était pas crédible » (en même temps, il suivait assidument Merlin, et malgré l’amour que je porte à cette série, on a vu mieux en termes de crédibilité!).

  • Une galerie de personnages attachants
Connor et Abby pris au piège de la préhistoire – Source: Imdb.com

J’ai fini par accrocher car je me suis attachée aux personnages: la maladresse de Connor tout au long de la série et ses difficultés à séduire la belle et pétillante Abby, le triangle scientifico-amoureux Nick-Helen-Stephen, l’excentricité conformiste de Lester, les dilemmes de Quinn… Certains d’entre eux peuvent cependant sembler assez clichés: Helen Cutter ou Philip Burton en savants fous et mégalo face aux gentils scientifiques humanistes que sont Nick Cutter, Stephen Hart et l’adorable Sarah Page, Abby en spécialiste animalière dévouée corps et âme aux bestioles, Connor en petit génie complètement gauche et geek en plus du reste, Claudia Brown/Jenny en fashionista experte des relations publiques qui les premiers temps court le dinosaure en talons hauts… Dépendant des situations, ils nous touchent ou nous amusent. J’ai une certaine sympathie pour Connor, quand bien même je ris aux éclats lorsqu’un vers préhistorique tente de lui gober la tête dans une scène digne de la fameuse dinde de Mister Bean.

Matt au labo du CRA, face à une anomalie artificielle… – Source: Imdb.com

J’ai vraiment pris plaisir à suivre leurs péripéties à Londres ou derrière les anomalies, et ce malgré la simplicité du scénario. Enfin oui, je dis simplicité car chasser le dinosaure à Londres, sur le papier, ça ne paraît pas très sexy, et parce que la part belle est souvent faite à l’action, mais s’il y a une chose que je dois louer de la part des scénaristes, c’est d’être parvenus à maintenir un semblant de cohérence entre les épisode d’une même saison en gardant un fil conducteur, mais aussi entre les différentes saisons, et ce malgré les changements d’équipe. Seuls défauts là-dedans, la mort d’un protagoniste principal ou le départ d’un autre au beau milieu d’une saison… Pour ma part, je vois plutôt ce genre de joyeusetés en fin de saison! 😉

Lester toujours sur la brèche et toujours de rayures vêtu… – Source: Imdb.com

Je pense tout de même que cette impression de cohérence est grandement due au personnage de Lester (Ben Miller, l’inspecteur Poole des deux premières saisons de Meurtres au Paradis), présent du début à la fin qui est vraiment l’âme du CRA. Ce grand guindé procédurier aux costumes et aux chemises rayés, sort parfois de ses gonds et sort la mitraillette pour le plus grand plaisir des spectateurs. Il n’hésite jamais à couvrir son équipe en cas de pépin. C’est un peu le cliché de l’ours mal léché qui cache bien son grand cœur mais j’adore ce genre de loustic qui apporte sa dose d’humour anglais.

Mais outre les personnages, la série explore des genres et des thèmes assez variés qui en font l’intérêt.

  • Science-Fiction, Science-Action

Bien évidemment, je ne vais pas tenter de vous faire gober que Les Portes du Temps est une réflexion profonde sur la science et l’éthique, et part dans une métaphysique de haut niveau. Que nenni! C’est avant tout un moment de fun et des scènes d’action, à la poursuite d’étranges créatures du passé et du futur dans Londres le plus souvent. Cependant, il est souvent question de la responsabilité des scientifiques et des décideurs: en effet, que faire des créatures venues d’autres époques? comment les renvoyer dans les leurs et être sûr de ne pas brouiller le passer? que se passerait-il si, comme Hellen Cutter entre les saisons 1 et 2, les anomalies et passé étaient complètement remanipulés? quelles en sont les conséquences pour es personnages ou les générations futures?

La fine équipe de bras cassés face aux créatures rodant dans l’air souffré de la pré-histoire: Connor, Nick, Jenny/Claudia et Abby – Source: Imdb.com

Ce n’est pas un hasard si nos héros sont pour la plupart des experts et des scientifiques, qui posent ces questions de manières plus ou moins subtile, parfois avec une approche naïve. Typiquement, comme je le disais plus haut, Nick, humaniste, l’énergique Abby qui adore les animaux et déteste les voir enfermés dans des cellules du CRA, et le maladroit Connor sont des gentils: ils souhaitent éviter de tuer les dinosaures ou autres créatures qu’ils préfèrent renvoyer d’où ils viennent – juste histoire de rétablir le « continuum espace-temps » comme dirait Doc, et pensent également à sauver des vies humaines au moment où les bestioles surgissent de nulle-part. Évidemment, cela paraît bien gentillet face au monde que nous connaissons, mais à travers ce type de personnages, ce sont surtout les idées qui importent.

Face à eux, on retrouve Hellen Cutter, une brillante scientifique qui use de ses connaissance pour elle-même, pour ses ambitions, et qui sombre dans la mégalomanie totale pour des motifs discutables. Elle s’amuse à ré-écrire l’histoire à sa guise, n’hésitant pas à disparaître et à faire croire pendant des années à son mari qu’elle était morte. Elle n’a donc aucun égard, aucune empathie pour ses semblables, qu’elle manipule à sa guise – elle sème notamment la zizanie dans l’équipe par le biais de Stephen Hart, l’assistant de Nick amoureux d’elle, et il s’avère que même dans la saison 5, bien après sa disparition, l’inquiétant et puissant Philip Burton, a été savamment manipulé par elle. Ses actes, motivées par ses ambitions et son désir de revanche envers Nick, tombé amoureux d’une autre femme, Claudia, dans la première saison, et envers son équipe ont des conséquences énormes et ce bien après sa mort. Son parcours fait donc figure de mise en garde.

Entre les deux, nous avons des personnages autres qui permettent des subplots intéressants et développent l’histoire autour des conséquences sur les individus eux-mêmes: Quinn, le flic rebelle, qui remplace Nick à partir de la saison 3, ne se remet pas de la disparition de son petit frère gobé par une anomalie dans son adolescence, et dévoré par la culpabilité, n’hésite pas à se lancer sur les traces de celui-ci, quand bien même il apprend que le frangin est devenu un dangereux psychopathe. Quant à Matt et Emily, lui venant d’un futur post-apocalyptique et elle de l’époque victorienne, qui apparaissent dans la saison 4, au moment où l’équipe de Nick semble décimée, ils sont en quelque sorte des nomades du temps qui essaient soit de regagner leur époque, soit de sauver la Terre d’une catastrophe. Matt, si ces motivations posent questions et s’il inquiète au début, est un chef très humain avec son équipe. Plus que la science, ce sont les individus et leur sort qui leur importe, à Emily et à lui. J’avoue d’ailleurs avoir un faible pour Emily, que je trouve absolument adorable – et ne vous fiez pas à ses airs doux, c’était une vraie bad-ass au XIXe siècle, qui a défié l’autorité de son époux, quitte à en subir de sévères conséquences! Et puis je trouve l’évolution de sa relation avec Matt vraiment mignonne.

Abby et Emily combattant une créature étrange au mariage de Jenny – Source: Bring Back Primeval UK

Les anomalies sont donc considérées selon différents points de vue: celui des scientifiques qui ne veulent pas bousculer l’équilibre, des savants fous qui veulent les exploiter, et de ceux qui, en ayant souffert, sont plus que les autres conscients de leurs dangers. Les enjeux évoluent d’ailleurs de manière intéressante au long des saisons, qu’il s’agisse de simplement les maîtriser pour éviter la venue trop fréquente de créatures qui mettent en danger les Londoniens mais aussi le secret planant autour des activités du CRA, ou carrément de les contrôler, de les créer volontairement et de les exploiter comme source d’énergie, quitte à créer une véritable catastrophe.

Si ces enjeux posent des questions quant à la responsabilité des experts quant à leurs recherche et vis-à-vis de l’humanité, ne nous y trompons pas, ceux-ci offrent surtout des rebondissements et intrigues secondaires que l’on a plaisir à suivre, et des situations parfois… franchement drôles. Je repense par exemple à cet épisode de la saison 3, où un chevalier du Moyen-Âge, croyant poursuivre un dragon (en fait une bestiole préhistorique sortie d’une anomalie à son époque) passe à travers une anomalie et se retrouve au beau milieu du Londres contemporain un jour de carnaval. Hilarant. 🙂 C’est un peu moins fun lorsqu’il s’agit de prédateurs du futurs contrôlés par des personnes mal intentionnées dont Hellen elle-même. De toutes les manières, on sait bien qu’elle se cache toujours derrière les mauvais coups, celle-là! 😉

  • Conclusion – Un bon moment de fun

Donc voili-voilà, comme souvent sur ce blog, on n’est pas dans le chef d’œuvre magnifique avec message humaniste et philosophico-écologique à la clé. Car Les Portes du Temps constituent pour moi, et avant toute chose, un divertissement vaguement S.F. On n’atteint certes pas la créativité loufoque de séries made by BBC, comme Doctor Who ou Torchwood, mais il n’en reste pas moins que ces épisodes ont un petit je-ne-sais-quoi de rafraichissant, avec ses personnages assez attachants et des scènes d’action amusantes. La question de la responsabilité des savant y est présente en filigrane, mais elle n’est pas prédominante. Quant à savoir s’il aurait été utile d’approfondir, je suis assez partagée: certaines questions méritent certes d’être explorées plus en avant, mais en même temps, la série n’aurait-elle pas sombré dans la leçon de morale la plus gluante?

Je me contente donc de prendre la série pour ce qu’elle est: un divertissement sympathique, que l’on peut regarder en famille pendant le week-end, avec de grosses bébêtes et des personnages assez amusants, le tout saupoudré d’une petite dose de « mais qu’est-ce que cette s****e d’Hellen va encore inventer? ». 🙂 Si Les Portes du Temps m’ont fait passer d’excellents moments de détente, je suis néanmoins restée sur ma faim avec un final qui laissait entendre qu’il y avait encore quelque chose à régler et présageait une suite, et le spin-off américain Les Portes du Temps: Un nouveau monde ne m’avait pas plus emballée que ça…

J’espère donc vous avoir donné envie de découvrir cette série, qui promet quelques moment drôles et de l’action, qui, je pense, plairait aux plus jeunes. Je vous laisse avec la bande annonce de la saison 1 des Portes du Temps (j’aurais voulu la trouver en meilleure qualité!) pour vous faire une idée… Et puis, rassurez-moi, je ne suis pas la seule à aimer ce genre de truc gamin?… 🙂 Non, parce que j’ai l’impression que je suis la seule personne à m’éclater à voir des Londoniens courir derrière des dinosaures! 😂

Sur ce, je retourne à mon graphisme (je n’en peux plus, il est temps que cette formation s’achève, car je sens que le cerveau arrive au bout du bout… après ça, je me fais une semaine d’orgie de lectures et de films!), et je vous dis à très bientôt, je l’espère, pour de nouvelles chroniques et créations! Il est d’ailleurs fort possible que je reparle bientôt de séries!

Blanche Mt.-Cl.

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

3 réflexions au sujet de « Dinosaures à Londres – Redécouvrez « Les Portes du Temps » (2007-2011) »

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s