Mystère et machines sur fond de Seconde Guerre mondiale – Les trois fantômes de Tesla, t. 1: Le mystère Chtokavien (Marazano, Gilhem)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

616n5mwcoxlSurprise, les p’tits loups! 🎉

Je n’ai pas pu me résoudre à attendre pour revenir aux chroniques livre avec une fort agréable lecture, à savoir une BD que l’on m’a offerte à Noël! Et puis après tout, nous sommes aussi sur un blog littéraire, que diable! Ce serait un comble que vous loupiez ma première lecture après Noël! J’ai donc le plaisir de vous présenter le premier tome des Trois Fantômes de Tesla, signé Marazano et Guilhem, Le mystère Chtokavien.

Je pense que mon frère a été inspiré par mon goût prononcé pour l’histoire et l’uchronie en m’offrant cette bande dessinée, qui m’a séduite au premier regard, notamment grâce à sa magnifique couverture, qui reprend une mise en page de livres « à l’ancienne », avec ses rehauts métalliques et la texture de la partie en aplat de couleurs. Bref, rien que l’extérieur de l’ouvrage donne envie. 🙂 Mais parlons maintenant de l’intérieur…

  • Étranges disparitions à New York

Nous sommes en 1942 et la Seconde Guerre mondiale fait rage. Nikola Tesla, le célèbre et excentrique savant connu pour son grand humaniste, a disparu sans laisser de trace et son grand rival Thomas Edison s’est éteint quelques années auparavant. Les usines de ce derniers sont passées sous contrôle gouvernemental en vue de la création d’une arme miracle, tandis que les Japonais auraient découvert une technologie capable d’inverser le cours de la guerre…

C’est dans ce contexte troublé que le lecteur apprend les disparitions de sans-abis à New York, sur les rives de l’East River, qui bruissent de rumeurs quant à l’apparition de lumières au fond de l’eau. L’inspecteur Kelly, de la police new yorkaise, tente d’en apprendre un peu plus sur ce phénomène inexpliqué. On suit également le jeune Travis, qui aménage avec sa mère Kaitleen dans un petit meublée de Manhattan. Celle-ci cherche un emploi dans une usine d’armement, pour subvenir aux besoins de son fils, après la mort de son époux dans le Pacifique… La route de Travis croise cependant celle d’un vieux voisin acariâtre, Kaolin Slate, redouté par les gamins du quartier, qui n’ont pas osé lui remettre une lettre importante que leur a confié pour lui un mystérieux inconnu. Pour se faire accepter de la bande, et malgré sa peur, l’adolescent va alors se porter volontaire pour livrer le précieux papier au vieux monsieur… et va découvrir à quel point le cour de la guerre, la disparition de Tesla et les disparitions de l’East River sont liés.

  • Dessin foisonnant pour une intrigue captivante

Pour cet opus, nous avons Guilhem à l’illustration et Richard Marazano au scénario. Je ne les connaissais pas encore, mais sans doute ai-je déjà vu des dessins de Guilhem sans savoir de qui il s’agissait, car son style ne me semble pas inconnu. En revanche, je ne sais que dire, si ce n’est que leurs arts, à lui et Marazano, se complètent parfaitement… Le dessin expressif du premier, entre les images des quartiers populaires de New York, le monumental de la grande ville et les étranges machines lumineuses qui arpentent la Grosse Pomme de nuit (le dessin des scaphandres n’est pas sans m’évoquer Bioshock), crée une ambiance unique et intrigante.

Celle-ci sert un postulat de départ captivant: si l’on n’est pas dans l’uchronie pure, puisque le vrai Nikola Tesla est mort en 1943 et a donc assisté au début de la Seconde Guerre mondiale, et que Thomas Edison, son grand rival dans l’histoire, est bien mort en 1931, il s’agit de revoir l’envers de certains événements historiques de l’époque. On découvre un Thomas Edison qui suit une logique capitaliste poussée à son extrême, tandis que Nikola Tesla, avant sa disparition inexplicable, œuvrait dans l’ombre pour éviter que ses découvertes ne servent des desseins guerriers. N’oublions pas que nous avons affaire à un personnage historique très particulier, réputé à la foi fou et visionnaire, et que de nombreuses grandes inventions découlent de ses réflexions (il préfigure le radar, la télécommande…). Le lecteur oscille constamment entre différents points de vue et doit reconstituer le puzzle d’événements plus liés qu’il n’y paraît.

L’ambiance des années 40 est brillamment re-créée non-seulement par le dessin de Guilhem et le style vestimentaire des protagonistes, mais aussi par l’intérieur des couvertures, un genre de facsimilé des journaux d’époque, en particulier le Daily Worker, organe de presse du Parti communistes des États-Unis de 1924 à 1956, qui nous dépeint les conditions de travail effroyables des ouvriers et ouvrières. Outre les questions sociales, on reconnaît le style très enlevé de la presse d’opinion ancienne, dont le rôle était d’informer, mais aussi d’édifier « les masses », dans un souci aussi humaniste que – n’ayons pas peur des mots 😉 – propagandiste. Je vous conseille donc, avant de vous lancer dans la BD en elle-même de lire les articles à l’intérieur de la couverture, qui donnent encore plus de couleur à l’ensemble et lui ajoutent un charme indéniable.

Ce point de vue sur l’Histoire crée donc un point de départ tout à fait intéressant, et l’on devine dans ce premier tome d’exposition que les personnages ordinaires que sont l’inspecteur Kelly, le jeune Travis et sa mère Kaitleen vont se retrouver embarqués dans une affaire qui les dépasse…

Enfin… « ordinaire » n’est peut-être pas tout à fait approprié concernant le petit Travis. En effet, ce garçon qui tente de se faire accepter par des jeunes de son âge, se révèle féru de sciences et de techniques, inspiré par de grands savants dont il a placardé les portraits dans sa petite chambre, et fasciné par les équations dont il noircit des pages et des pages. J’ai trouvé ce petit gars curieux de tout très attachant, et je suis très intéressée par son évolution dans le second tome. Car nul doute que ces découvertes, et les danger auxquels il fera face vont le changer, tout comme la mort de son père semble l’avoir déjà fait.

  • Conclusion – Une très belle bande dessinée à découvrir!

Mon frère connaît bien mes goûts et m’a donc gratifié d’une très bonne surprise avec Les Fantômes de Tesla, dont j’attends avec impatience de lire le second tome. Ce premier volume m’a laissé avec une telle sensation d’attente que j’ai grand hâte de découvrir ce que méditaient Tesla et ses amis, et de voir comment va s’en sortir le jeune Travis face aux grands dangers qui le guettent!

Je suis également ravie de découvrir une bande dessinée qui s’intéresse de si près au personnages de Tesla, aussi mystérieux dans l’Histoire telle que nous la connaissons que dans cette bande dessinée. Pour ma part, je reste très, très intriguée par lui, par le potentiel recelé par ses travaux et réflexions… et par le très grand impact qu’il a eu dans la culture populaire, puisqu’il y est régulièrement fait référence dans la littérature ou le cinéma fantastique – et pas seulement, d’ailleurs! Pour ma part, j’en ai retenu des apparitions marquantes dans Le Prestige (Christopher Nolan, 2006) où il est incarné par le regretté David Bowie, dans la série canadienne Les Enquêtes de Murdoch (2008-toujours en production pour une neuvième et une dixième saison) où des personnages historiques (auteurs, savants…) connus viennent régulièrement en aide à l’inspecteur Murdoch pour ses enquêtes… et dans la très agréable série fantastico-SF Sanctuary, où Tesla, interprété par Jonathon Young, devient un dandy vampirique et imbu de son intelligence supérieure que l’on adore détester. 😉

Je vous laisse donc avec le trailer de la BD, où vous pourrez apprécier les visuels des illustrations, en espérant qu’il vous donnera envie de découvrir cette petite perle. Et je vous retrouve, cette fois-ci pour de vrai, demain avec la suite du Sang des Wolf! 😉

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Les Trois Fantômes de Tesla, t. 1: Le mystère Chtokavien
Auteurs: Guilhem (illustration), Richard Marazano (scénario)
Editions: Le Lombard
Collection: Les Trois Fantômes de Tesla
48 p.
Parution: Août 2016
Prix: 13,99 €

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

3 réflexions au sujet de « Mystère et machines sur fond de Seconde Guerre mondiale – Les trois fantômes de Tesla, t. 1: Le mystère Chtokavien (Marazano, Gilhem) »

    1. C’est très intéressant. 🙂 Je pense revenir bientôt avec une autre BD, toujours des éditions Le Lombard, avec une présentation à peu près similaire, « Le Château des Étoiles » qui se déroule au XIXe siècle. J’ai déjà les deux premiers et je pense qu’ils seront eux aussi captivant puisqu’il y est question d’aéronautique! 🙂

      Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s