#TAG – Le Tag des B.O.

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

15035-NPZC1DJe reviens ce lundi non-pas avec une chronique livre, mais avec un sympathique Tag des B.O., inventé par June &Cie. À la base, je n’étais pas nominée, mais la petite tête de droïde de Lost In Chapter 13, lui nominé mais pas franchement féru de B.O., m’a passé le bébé. Suite à certains de mes tags vous savez que j’aime la musique et que j’ai des goûts un peu particuliers en la matière (Mon blog en musique), et que je suis fan de bandes originales (cf. différents tops qui se trouvent sur le blog également!). J’ai donc sauté de joie car cela fait bien longtemps que je n’ai pas été nominée pour un tag – sans doute du fait de mon peu de présence sur mon blog à tous, et encore une fois je m’en excuse! Et je remercie June et Lost. 😉

Une fois n’est pas coutume, je ne citerai pas que de la SFFF, quand bien même j’essaie d’en rester le plus proche possible pour la ligne éditoriale du film. Mais là justement, au vu des questions de June, et par souci d’honnêteté, je vous ferai part de ces musiques de film qui m’ont marquée en bien ou même en mal! 😉

Et c’est reparti pour un petit voyage musical!

  • Une bande originale que tu as aimée mais pas particulièrement le film.

Finalement, je me suis rendu compte qu’il y a beaucoup de films dont l’histoire ne m’emballe pas plus que ça, mais dont la musique passe plutôt bien. Pour moi, l’exemple le plus marquant en est Da Vinci Code de Ron Howard (qui nous en a quand même pondu des mieux que ça!), avec sa B.O. magique et mystérieuse signée Hans Zimmer. Celui-ci pourrait presque donner à un film plus que moyen des airs d’opéra (c’est d’ailleurs uniquement pour sa musique – et les beaux mecs du casting – que je regarde Le Roi Arthur d’Antoine Fuqua!), et à réussi à me faire apprécier la scène finale du Da Vinci Code grâce au très beau morceau Chevalier de Sangreal. Un pur bonheur pour mes oreilles, qui donne franchement de la classe à ce moment « chevaleresque » de Tom Hanks!

  • La première bande-originale qui t’ai marqué.

Eh bien, je ne peux pas dire qu’il y en ait une seule, car cela date à peu près de la même période, à savoir vers quatre ans, quand mes grand-parents, puis mes parents, ont eu leurs premiers magnétoscopes et commencé à acheter des films en vidéo (ouh lala, quand j’y pense, coup de vieux pour moi!). Il y a donc trois B.O. qui m’ont filé une claque et fait comprendre l’importance de la musique dans l’ambiance des films.

Tout d’abord, celle du film que j’ai chroniqué ce vendredi, L’Histoire sans fin, signée Klaus Doldinger et Giorgio Moroder. Elle est certes très marquée par les années 1980 avec ses synthés et ses mélodies sont pour moi inoubliables et participent à l’ambiance unique de ce film que j’adorais dans mon enfance (et que j’aime toujours!). Je vous offre donc Ivory Tower.

Ensuite, il y a Terminator de James Cameron sorti en 1984. Alors oui, je l’ai vu vers quatre ans, et vous allez certainement trouver que mes parents sont de grands criminels que de de nous avoir laissé regarder ça mon frère et moi quand nous étions petits. J’avoue que j’ai connu ma première vraie trouille cinématographique avec cet opus, entre une atmosphère oppressante de bout en bout et une poursuite finale particulièrement flippante. Je vous laisse le thème d’ouverture signé Brad Fiedel, avec ses « sons de taule » très, très intriguant.

Et grandiose au possible… Excalibur de John Boorman, sorti en 1980, qui utilise de grands morceaux classiques en particulier des extraits de Camina Burana de Karl Orff et d’opéras de Wagner, comme Le Crépuscule des dieux, Tristan et Isole ou Parsifal, dont je vous propose le prélude qui accompagne la quête du Graal.

  • Un film que tu as voulu découvrir après avoir entendu la musique.

Nous sortons de la SFFF  pour aller vers un tout autre genre… le film de guerre. Oui, oui, vous avez bien lu. Il s’agit de Furyo / Merry Christmas, Mister Lawrence de Nagisa Oshima, qui se passe dans un camp de prisonniers américains et anglais tenus par les Japonais à Java. On y retrouve David Bowie dans le rôle de l’énigmatique Major Celliers et la pop star japonaise Ryuichi Sakamoto qui y incarne le Capitaine Yonoi (et sa première apparition en tenue d’aïkido dans le film m’a rendue toute chose), deux hommes qui se haïssent et s’attirent également. Ce film est porté par la dureté du contexte (certaines scènes sont vraiment affreuses), par la performance et l’étrange beauté de ses deux interprètes principaux et par une bande originale magnifique, composée par Ryuichi Sakamoto lui-même. En voici le morceau le plus connu.

Pour anecdote, mes parents le regardaient avec mes grand-parents pendant des vacances quand j’avais quinze ans, et j’étais dans la pièce, occupée à totalement autre chose (je crois que j’écrivais). Comme c’était en V.O. sous-titré, que je ne comprenais pas le japonais et que les répliques en anglais me passaient au-dessus de la tête, je ne prêtais pas attention à l’histoire. Et à un moment, GROSSE CLAQUE. Je ne rigole pas, ce fut un vrai choc quand j’ai entendu ce morceau, Merry Christmas Mister Lawrence (Lawrence est dans l’histoire un autre prisonnier, joué par Tom Conti, qui tente de comprendre les Japonais, et qui a une relation d’amitié étrange avec un certain Sergent Hara, interprété par le célébrissime Takeshi Kitano, qui complètement bourré au saké, le tire un jour de sa cellule un matin de Noël), une réelle touche de douceur et de beauté dans ce monde violent.

Le film est dur mais magnifique. En revanche, il me fait tellement pleurer à chaque fois que je ne le regarde pas tous les quatre matins. Donc je vous conseille ce film au passage, mais pas pour les jours de déprime.

  • Une bande-originale qui t’a fait craquer pour un compositeur.

Quelle question! 🙂 En l’an de grâce 2000, j’allai au cinéma avec une copine pour y voir Gladiator. Habituée de ce que j’appelle affectueusement les « péplums spaghetti » des années 50-60 avec mecs en jupettes, femmes fatales embijoutées et jeu d’acteur plus qu’exagéré (pour la plupart des productions italiennes, hormis quelques cas comme Antoine et Cléopâtre, Cléopâtre ou encore Quo vadis?), j’étais curieuse de voir ce que pouvait donner un péplum « moderne ». Non-contente d’accrocher aux aventures de Maximus, j’ai été transportée par sa B.O. composée par Hans Zimmer, dont certaines envolées me rappellent vaguement du Wagner, comme c’est le cas dans The Might of Rome.

Depuis, j’aime bien ce qu’il fait sur les films historiques et les réalisations de Christopher Nolan, notamment les B.O.s de la trilogie du Chevalier Noir, et sur Inception.

  • Un générique de série que l’on retrouve dans ta playlist.

Je n’ai malheureusement pas de générique de série dans ma play-list, mais si c’était le cas, il y aurait déjà le générique de Stargate: SG-1 composée par Davis Arnold, une véritable petite perle épique qui me retransporte dans cet univers foisonnant et palpitant. (Check, June! 😉 )

Ensuite, le générique d’X-Files composé par Mark Snow. J’en frissonne déjà!

Et enfin, l’ancien, l’original tout premier générique de Doctor Who, composé en 1963 par Rob Grainer, qui malgré son âge, n’a pas si mal vieilli et reste très cristallin dans le son.

  • Une bande-originale indissociable du film pour toi ?

Il y en a tellement, mais j’ai envie de citer les compositions de John Williams qui font partie de la culture populaire et qui nous bercent depuis l’enfance, en particulier le thème principal des aventures d’Indiana Jones! 😉 Voilà un thème qui fleure bon l’aventure, ne trouvez-vous pas?

  • Une bande-originale qui te rappelle la période des fêtes ?

J’ain envie de dire que… c’est franchement easy boy! C’est évidemment la bande originale de L’Étrange Noël de Monsieur Jack! 🙂 On ne présentera plus Danny Elfman, dont la musique habille merveilleusement les réalisations de Tim Burton. L’histoire se prête tout à fait à la période des Fêtes de fin d’année, et j’ai une certaine sympathie pour la pauvre Sally, amoureuse d’un homme qui la regarde à peine, et sa complainte me touche particulièrement pour raisons personnelles. Snif! Je suis avec toi Sally!

Sans compter que le morceau est très doux, avec une mélodie envoûtante… et puis zut, gros con de Jack, tu en as mis du temps à la voir, ta Sally!

  • Une bande-originale qui t’a fait pleurer.

Oh lalalalala… Dur, dur! Mais là je reviens clairement à Danny Elfman, avec la magnifique bande originale d’Edward aux mains d’argent. Ce film en lui-même est très, très touchant, et je le trouve même beaucoup plus sombre et cruel que les autres films de Tim Burton. Je trouve qu’il se dégage de ce récit un profond désespoir, entre Edward condamné à rester toujours seul dans ce sombre château sur sa colline, et Kim qui du coup n’aura jamais pu vivre de réelle histoire avec lui malgré les profonds sentiments qui les lient. Et dans les films comme dans la vie réelle, je n’aime pas voir que des gens qui s’aiment sincèrement ne peuvent être ensemble.

Je vous laisse avec ce Grand Finale qui concentre toute l’essence de cette bande originale si émouvante.

  • Une bande-originale qui t’a déçu ou que tu déteste.

Alors ça, c’est tellement facile que je ne vais pas m’attarder, et même pas vous mettre le moindre son qui risquerait de me faire saigner les oreilles. Il s’agit de la bande originale de The Lobster de Yórgos Lánthimos, un film chroniqué ici, qui m’a mise mal à l’aise, voire carrément déprimée, et dont la B.O. me vrille littéralement les nerfs.

  • Une bande-originale ou générique de série que tu as toujours avec toi.

Faisons un petit tour sur mon iPod. Alors, alors… J’ai mon hymne héroïque, que j’écoute pour me donner du courage (parce que j’en manque souvent! 😉 ) certaines fois: il s’agit de la B.O. de Conan le Barbare de John Milius, signée par le regretté Basil Poledouris. Et plus particulièrement le morceau Riders of the Doom, celui qui accompagne l’attaque du village et le massacre des parents du jeune Conan par les combattants de Thulsa Doom. Grandiose, brillant et follement épique pour se rêver guerrier bad-ass qui va surmonter tous les obstacles! 😉

  • Et mes nominés sont…

J’ai repéré deux blogueurs que j’aimerais beaucoup voir se prêter au jeu, si bien sûr cela les intéresse! 🙂 J’ai nommé:

  • PimpfDm – Parce qu’au vu de ses quelques challenges sur le cinéma, il a des goûts très intéressants, je suis très curieuse de savoir ce qu’il pourrait dire sur la musique des films.
  • Des Livres, Des Films – Parce que son rédacteur, Goran, n’a pas forcément le même univers que le mien et ce serait l’occasion d’en découvrir un peu plus grâce aux musiques de film.
  • La Chambre rose et noire – Parce que j’ai également envie d’en savoir plus sur l’univers glamour de sa rédactrice!

Ainsi, très chers blogueurs, si le cœur vous en dit, je vous invite à nous faire part de ces B.O. qui vous ont marqués tous les trois! J’espère en tout que vous avez passé un moment agréable en ma compagnie, avec ces bandes originales qui pour la plupart en jettent! 😉

Je vous dis donc à demain avec les prochains chapitres du roman, et pour de nouvelles chroniques! 🙂

Blanche Mt.-Cl.

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

7 réflexions au sujet de “#TAG – Le Tag des B.O.”

  1. Merci mille fois de m’avoir nommé car j’écoute beaucoup de musique de films et j’ai vraiment hâte de faire ce tag :).
    J’adore Dr Who et Danny Elfman comme compositieur de bo!
    Tu me permets de découvrir plein de bo et films.
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cette nomination… Je ne sais pas si je suis capable de répondre à ces questions… Si je n’y arrive pas, je ferai l’autre, mon blog en musique, si cela te va… Par contre, je ne sais pas quand.

    Aimé par 1 personne

  3. Un grand merci à toi d’avoir repris cette nomination car on aurait perdu quelque chose si tu ne l’avais pas fait. J’ai adoré tes réponses et High Five sur Stargate, Indiana Jones, l’Etrange Noël de M. Jack, Doctor Who, X-Files, Gladiator, L’histoire sans Fin. Presque tout quoi ! Des bises et merci de faire vivre ce tag.

    Aimé par 1 personne

  4. Jolie sélection. Et je me dois d’en rajouter une coucher sur Merry Christmas on the Battlefield, vraiment magnifique film (et ce n’est pas uniquement la présence de David Bowie qui me fait dire ça même si forcément ça joue ^^ ). Je suis bien content de le voir cité (même si je dois avouer que je ne me rappelle aucunement de la musique, comme pour tous les films en fait :p ).

    Aimé par 2 people

    1. Merci! ^^ Entre nous, je ne suis pas mécontente de t’avoir suppléé, ça faisait longtemps que je n’avais pas participé à un tag. Et comme j’adore la musique, c’était parfait! Encore merci! 🙂
      J’avoue que dans « Merry Christmas », c’est Ryuichi Sakamoto qui m’a marquée! 😉

      Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s