En marge de l’actualité spatiale – L’Histoire de la Conquête spatiale (J.-F. Clervoy, F. Lehot)

Très chers lecteurs de Mondes de Blanche,

51dwztdsxtlC’est en marge des dernières actualités spatiales que je reviens vers vous cette semaine avec une lecture dédiée à l’exploration de l’espace. Vous vous souvenez peut-être de l’autre livre que j’avais déjà présenté sur le sujet cet été. Il s’agit là encore de revenir sur la merveilleuse aventure qu’a été, ces soixante dernières années, la conquête et les prémisses de l’exploration spatiale. Pourquoi les prémisses?… Car à l’échelle de l’histoire humaine, l’astronautique est une discipline toute récente!

Et c’est sur l’histoire des missions spatiales, de l’imagination de précurseurs comme Jules Verne à de futurs projets d’envergure comme la colonisation de Mars ou l’exploitation minière des astéroïdes, que revient cette Histoire de la Conquête spatiale de Jean-François Clervoy et Frank Lehot.

Je vous y embarque, pour une brève chronique, au côté des astronautes, où je reviendrai sur la structure de l’ouvrage, avant de vous en dire plus sur les auteurs et ce pourquoi le livre est si intéressant!

Et comme l’a dit Youri Gagarine lors du vol de Vostok 1Poïekhali!

  • Une véritable épopée humaine

Le livre se divise en plusieurs parties bien distinctes, dont une introduction dédiée à la présentation des auteurs (sur lesquels je reviendrai, car c’est très intéressant!) puis à des précurseurs, qu’il s’agisse du mythe d’Icare ou de romanciers comme Jules Verne, ainsi que d’ingénieurs et aviateurs français, allemands ou russes qui dans la première moitié du XXe siècle recherchèrent inlassablement à s’élever plus haut dans les airs.

Concernant les véritables parties du livre à proprement parler, les voici:

  • 1961-1972. Du premier homme dans l’espace aux marcheurs lunaires revient sur les exploits des premiers cosmonautes et astronautes soviétiques et américains, jusqu’aux premiers pas de l’Homme sur la Lune en 1961. On y suit les pas de Gagarine, premier homme dans l’espace, ainsi que du programme américain Mercury (popularisé par le film L’Étoffe des héros) avec Alan Shepard ou John Glenn, ainsi que d’Alexeï Leonov, premier piéton de l’espace, dont la mission et le retour sur Terre ne furent pas un parcours de santé! C’est ensuite dans la course à la Lune que s’embarquent les deux grandes puissances, qui aboutira finalement avec le programme Apollo et les premiers pas de Neil Armstrong et de Buzz Aldrin (que mon père a rencontré il y a un peu plus de vingt ans!) sur la Lune, et les missions lunaires suivantes.
  • 1971-1998. Les premières stations orbitales et la navette spatiale s’intéresse, d’une certaine façon, à la « revanche » des Soviétiques, dont le programme spatial partait à vau-l’eau après la mort du chef de programme Korolev en 1966. En effet, durant la décennie 1970, ceux-ci mettent au point les premières stations orbitales Saliout et reprennent leur place de pionnier dans le domaine de la présence humaine à long terme dans l’espace. Leurs cosmonautes vont peu à peu atteindre des records dans ce domaine, en particulier avec la mise en place de la célèbre station Mir en 1986. Quant aux Américains, ils développent la navette spatiale, qui, contrairement aux fusées, peut être réutilisée sur plusieurs missions. Cette époque voit également une détente entre les deux puissances soviétique et américaine, dont les astronautes effectuent des missions conjointes et se rencontrent en orbite. En parallèle, des astronautes d’autres nationalités rejoignent Russes et Américains dans l’espace – c’est le cas de plusieurs Français qui travailleront sur Saliout 7 et Mir. (N.B.: Il n’en est pas fait mention dans le livre, mais il faut savoir que les Français sont les premiers, hors du Bloc de l’Est, à avoir effectué des missions conjointes avec les Soviétiques. En effet, dès les années 1960, De Gaulle, dans un souci d’indépendance vis à vis des États-Unis, opère un rapprochement avec l’URSS, et sera le premier dirigeant « occidental » à être accueilli sur Baïkonour. La coopération franco-russe est toujours d’actualité avec la commercialisation des vols de Soyouz par Arianespace et le décollage de ladite fusée de Kourou depuis 2012!). La fin de la Guerre froide verra le projet d’une nouvelle station orbitale, celle-ci internationale…
  • 1998-2015. De l’ISS à l’accès privé à l’espace est une période très riche, qui voit la construction de la Station Spatiale internationale, peu à peu complétée par des éléments construits en différents points du globe. Les équipages, bien qu’encore dominés par les Américains et les Russes, s’internationalisent et différentes nationalités se rencontrent dans l’espace. Des femmes vont même commander des missions, tandis que des robots vont accompagner les astronautes à bord de la station! Par ailleurs, le monde a changé, et à la sortie de la Guerre froide, d’autres puissances émergent, avec une forte volonté politique, telles que la Chine qui envoie ses « taïkonautes » en orbite. La dernière décennie voit également la fin du programme des navettes spatiales américaines. Ainsi les Américains, en attendant un plus grand développement des investissements privés dans les programmes spatiaux et la qualification des engins construits pour des vols habités, dépendant des tirs russes de Soyouz depuis le Baïkonour au Kazakhstan pour rallier l’ISS. Mais les puissances spatiales, qu’il s’agisse de l’Europe, de la Russie, des États-Unis et de la Chine prévoient encore des programmes ambitieux, notamment un retour sur la Lune et l’exploration humaine de Mars, entre autres expérimentations pour éprouver l’homme dans le milieu isolé et hostile qu’est l’espace…
  • Au-delà de 2015. Un bond de géant pour l’humanité laisse une grande place à l’imagination et au rêve, en évoquant des projets de tourisme spatiale, d’exploration martienne ou encore d’extraction de minerai sur des corps célestes… Tout un programme, si je peux me permettre l’expression!

Le tout est entrecoupé de double-pages dédiées à quelques anecdotes et explications quant au quotidien des astronautes (entrainement, effets de l’apesanteur, repas et fêtes dans l’espace, hygiène, sommeil, vue sur la Terre…), qui nous feront un peu plus entrer dans la vie de ces hommes et femmes extraordinairement courageux et endurants.

  • Un enthousiasme communicatif

Vous avez là un ouvrage assez didactique et abondamment illustré avec des photos d’époque, où chaque élément, de la « grande » ou de la « petite » Histoire du spatial, fait l’objet d’une double page spécifique. Et pour moi, la principale réussite de cette Histoire de la Conquête spatiale vient du fait qu’à mon avis, un non-initié peut le lire, tout comme un initié comme moi qui ai quand même pas mal potassé le sujet, peut y apprendre des choses nouvelles – anecdotes, vie quotidienne des astronautes, expériences menées lors des expéditions sur l’ISS… La maquette est sympa et attractive (comme souvent chez Vuibert!), les explications données avec clarté et enthousiasme. Bref, je l’ai dévoré, même si, petit bémol, j’ai trouvé les deux premières parties un peu trop centrées sur les États-Unis et l’Union soviétique, alors que d’autres choses se dont jouées ailleurs, en Europe, par exemple.

Et pour cause, si l’enthousiasme est si communicatif, c’est avant tout parce les auteurs Frank Lehot, médecin spatial, et Jean-François Clervoy, astronaute ayant travaillé avec les États-Unis mais aussi avec la Russie (vous verrez son impressionnant palmarès dans sa bio en début d’ouvrage) ont l’expérience du spatial. Ils ont été dans l’espace et connaissent leur sujet, que visiblement, ils aiment! Et quand quelqu’un parle de quelque chose qui l’éclate, ma foi, l’auditoire ou les lecteurs s’éclatent aussi! On découvre l’intérêt des auteurs pour le développement du tourisme spatiale et la démocratisation de l’accès à l’espace. Pareillement, si l’exploitation minière des corps célestes me pose un souci d’éthique, on s’en enthousiasmerait presque! 😉 Après, c’est moins le fait d’aller retirer des ressources des astéroïdes que la façon de faire qui me pose souci…

Ceci dit, le livre réveille vraiment cette part de rêve qui nous habite, et il est impossible de ne pas s’émerveiller devant les aventures de ces explorateurs spatiaux, et les clichés de leurs différents exploits que j’admire beaucoup. Et comme l’écrivent les auteurs du livre, s’il est une chose admirable, c’est que la technologie spatiale, initialement destinée à un usage militaire (elle descend  tout de même des recherches sur les fusées V2, des armes de destruction massive!) et à jouer à qui pisse le plus loin avec la course a la Lune, a finalement participé à rapprocher des peuples qui s’opposaient lors d’émouvantes rencontres, et des missions conjointes en orbite. Je pense que cette tendance va s’accentuer, ne serait-ce que pour partager les coûts astronomiques et les risques immenses induits par les missions spatiales.

  • Conclusion – Un très chouette cadeau de Noël

Nous vivons à une époque où l’aventure spatiale se poursuit, et où de passionnantes découvertes restent à faire. Aussi je pense que le sujet va continuer à passionner de nombreuses personnes, et ce pour longtemps. Si l’expansion humaine se poursuit dans l’espace, celui-ci aura une présence de plus en plus grande dans nos vies et fera peut-être (comme je l’imagine, du moins) évoluer nos métiers, en créer d’autres. J’avoue être de ceux qui rêvent un jour de voir l’Homme marcher sur Mars, et peut-être d’écrire un roman se déroulant dans l’espace! 😉 Mais en attendant tout ça, je patiente en lisant et en m’instruisant le plus possible quant à ce qui nous attend dans le cosmos, quant à ce que nous souhaitons y accomplir.

Aussi, je pense que pour continuer de rêver, cette Histoire de la Conquête spatiale constitue un ouvrage très rafraichissant, qui nous communique un petit bout de cet esprit d’aventure qu’on les astronautes. Et rien que pour cela, je pense pouvoir vous le conseiller comme idée de cadeau à l’approche des fêtes! Vous aurez sans doute quelqu’un dans votre entourage à qui il plaira! 🙂

En attendant, je vous souhaite à tous une excellente semaine et vous dis à demain pour le prochain chapitre du roman! 😉

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Histoire de la Conquête spatiale
Auteur: Jean-François Clervoy, Frank Lehot
Éditions: Vuibert
208 p.
Parution: Octobre 2015
Prix: 25,00 €

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

Une réflexion sur “En marge de l’actualité spatiale – L’Histoire de la Conquête spatiale (J.-F. Clervoy, F. Lehot)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.