Le Sang des Wolf – ACTE III – Journal de l’Inspecteur Rolf Terwull – Février 1952

  • Dimanche (Appartement de Wolf)

 
JT10001Si Martha avait pu me tuer aujourd’hui, je crois qu’elle y aurait pris un malin plaisir. Et je la comprends… Mais j’ai eu un gros problème.

Tout avait très bien commencé. Je suis retourné à la tombée de la nuit chez Wolf, après une bonne sieste pour me remettre d’aplomb. Avec de quoi écrire, puisque je ne savais pas ce que j’allais encore trouver. Il a fallu cette fois-ci que je m’attaque aux étagères en plus du reste. J’ai remarqué une cheminée, comme on en trouve dans ces appartements à l’ancienne, alors que je n’y avais pas fait attention la veille. Sûrement la fatigue… J’y ai trouvé une partie de la correspondance cramée – il était donc possible d’utiliser encore cette cheminée. Une partie seulement des papiers avait brûlé.

J’ai retrouvé quelques moitiés et quarts de feuillets. J’ai pris des notes. Siegfried « le traitre » était dans le collimateur. Avec des références au « sale petit Juif » et à « son père ». Je n’ai pas tout saisi, mais il y avait bien un problème avec Siegfried, sa morphine. Sa traitrise. Une fraction de phrase : « mesures radicales ». Ça m’a terrifié. J’ai peur de trop bien comprendre ce que ça signifie.

Il était aussi parfois question de la clinique. Sur un des coins de page, j’ai vu comme une pointe de flèche dirigée vers le bas. Traversée d’une barre horizontale. Une tête de loup très simplifiée, je présume.

C’est impossible de tout retranscrire ici, car tout est dans mes calepins. Je reprendrai ça après.

 

Tout allait très bien, jusqu’à ce que je décide de partir, fatigué, et surtout parce que les piles de ma lampe allaient tomber à plat. J’ai refermé mes carnets, effacé mes traces devant la cheminée et ai remis quelques boîtes et volumes en place. J’ai donné une petite tape sur le museau du loup empaillé pour le narguer. Et surtout pour exorciser ma peur. Car j’ai beau savoir que ses yeux sont en verre et qu’il ne me regarde pas, que ses entrailles sont en paille et qu’il ne risque pas de me courir après, cette bestiole est terrifiante.

J’ai éteint ma torche et jeté un coup d’œil dehors, par la fenêtre. Il faisait encore nuit noire et l’éclairage public fonctionnait mal. J’ai pensé que je pourrais m’en aller tranquillement en profitant des zones sombres. De plus il neigeait – pas du tout un temps à traîner à l’extérieur.

Et là, stupeur. Dans l’ombre d’un porche, deux billes lumineuses semblaient me fixer. J’ai fait un bond en arrière et me suis pris les pieds dans des cartons. En trébuchant, je me suis heurté à ce foutu loup naturalisé. J’ai couru comme un fou dans le salon voisin où, pour moi, planait toujours l’ombre de Siegfried « le traitre », que je croyais encore voir avachi dans son fauteuil. J’ai à nouveau scruté la rue, en écartant le plus discrètement possible les lourds pans de rideaux. Il y avait trois guetteurs. Et peut-être d’autres que je ne voyais pas. Je me suis renfoncé dans les ténèbres… Ces yeux…

Je me suis pincé le bras, puis donné une claque. Je devais garder la tête froide, au lieu de penser que Wolf, Finsterwald et consort avaient créé des monstres ou pactisé avec des puissances infernales.

J’ai retrouvé mon calme assez vite.

Je savais que je n’avais pas d’autre choix que de rester à l’intérieur. Si j’étais sorti, j’aurais pu me faire tuer. Ou bien me battre. Dans un Bezirk classieux comme celui-là, les flics rappliquent au trot quand les habitants les appellent – et un inspecteur arrêté en train de castagner, dans un quartier où il n’a plus rien à faire parce que son enquête est close, ça la foutrait mal. Pour moi, pour les collègues, pour Martha. Et pour les gosses. Ils sont déjà grands mais quand même.

© Blanche Montclair


Et oui, je n’allais pas passer à côté d’un petit chapitre des familles le jour de mon anniversaire! 😉 C’est que ça se corse pour l’inspecteur Rolf Terwull, grand-père de notre Georg et arrière-grand-père de la pétillante Tristana. Dans quel guêpier a-t-il fourré les pieds? Qui sont ces êtres aux yeux luisants qui le suivent?… Comment va-t-il s’en sortir?… Vous l’apprendrez très bientôt, mais en attendant, c’est un autre personnage, un énigmatique blondinet qui médite un coup fumeux, que vous retrouverez dans le prochain chapitre…

J’en profite également pour vous dire, si vous ne l’avez pas encore vu sur les réseaux sociaux, que le roman a atteint 1000 vues depuis ce week-end: il ne s’agit pas de lectures intégrales, chaque chapitre comptant une vue/lecture, c’est donc à relativiser, mais j’espère qu’il s’agit d’un début! 🙂 Vous-mêmes, si vous préférez, n’hésitez pas à aller faire un tour sur WattPad, pour voter et commenter! 🙂 Qui sait si finalement je ne re-tenterai pas de soumettre la chose à des éditeurs?… Ne manquent plus que vos bonnes ondes!

Si vous prenez Le Sang des Wolf en cours de route, je vous invite à découvrir son résumé, son prologue (très important!) et à vous reporter à la table des matières! En attendant, je vous souhaite une excellente lecture! 😉 À très vite sur la blogo!

Protection cléoProtégé par Cléo

 

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

Une réflexion au sujet de « Le Sang des Wolf – ACTE III – Journal de l’Inspecteur Rolf Terwull – Février 1952 »

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s