S.F. kitsch et colorée pour mon Carrousel – « L’Âge de Cristal » (série, 1977-78)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

l_age_de_cristal_titre
Les deux héros, Jessica et Logan – Source: www.philippe-bouchard.net

Aujourd’hui, je reviens pour un petit post un peu particulier, en un jour particulier qui, selon la société dystopique de la Cité des Dômes dans L’Âge de Cristal, serait mon « Carrousel ». Je vous en dirai plus un peu plus loin…

En effet, j’ai déjà chroniqué, au tout début du blog, le film L’Âge de Cristal, sorti en 1976, avec Michael York et Jenny Agutter. Si pas mal des gens de ma génération ne le connaissent pas, cet opus SF kitsch et dystopique fut un succès en son temps, ce qui conduisit à la création d’une série en découlant. J’en ai déjà fait mention dans de précédents articles, ne serait-ce que pour son générique! 😉 Ainsi, en septembre 1977, CBS diffuse le premier épisode de L’Âge de Cristal qui suit les mêmes personnages et approfondit l’univers de l’œuvre cinématographique.

Et c’est parti pour un voyage au pays des petites robes légères, des sous-pulls moulants et des brushings seventies

  • Le pitch…

Pour résumer, au XXIVème siècle, deux-cents ans après une guerre nucléaire particulièrement meurtrière, les survivants se sont regroupés dans une immense ville souterraine appelée Cité des Dômes, où ils vivent « dans une joie sans fin ». Cette société met l’accent sur la recherche du plaisir, et la jeunesse y serait éternelle… Pour cause, seuls des « jeunes » y vivent. Car l’espérance de vie ne dépasse pas trente ans: chaque individu, le jour de son trentième anniversaire, participe à la Cérémonie du Carrousel, disparaît « dans le grand sommeil régénérateur, afin de renaître dans un autre corps » (ouh mazette,  quelle emphase!). Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une exécution mise en scène comme un spectacle, où les jeunes trentenaires sont vaporisés pour éviter la surpopulation. Outre cette mort programmée, les enfants sont conçus en incubateur et naissent dans des pouponnières.

mv5bmjiymtaxnzg2ov5bml5banbnxkftztgwotaynzq2mje-_v1_
Une cérémonie du Carrousel dans le premier épisode de la série – Source: Imdb.com

Or, dans la Cité des Dômes, certains, qui s’interrogent, qui ont perdu un proche lors d’un Carrousel ou qui tout simplement ne veulent pas mourir, parlent de s’échapper vers un mystérieux Sanctuaire où l’ordre établi n’a plus cours. Et où ils pourront vivre plus vieux… Ils sont traqués par les limiers (Sandmen, en V.O.), dont fait partie Logan (Gregory Harrison) qui pourtant doute de l’utilité du Carrousel – schéma classique de la dystopie où un agent du système finit par ne plus adhérer. C’est à la faveur d-une rencontre avec une jeune sceptique, Jessica (Heather Menzies), qu’il décide de quitter la Cité des Dômes, afin de s’assurer que la Terre est bien la ruine qu’on lui a décrite… et éventuellement, de rencontrer de possibles survivants, et de trouver le Sanctuaire avec sa compagne. Les voilà devenus des fugitifs (Runners). Le premier être sur lequel ils tombent est un androïde ultra-perfectionné avec un sacré sens de la répartie, Rem (Donald Moffat). Ils partent donc avec lui à l’aventure, allant de découverte en découverte, et faisant des rencontres surprenantes…

Mais ils ne sont pas saufs pour autant. Loin s’en faut! Car Francis (Randy Powell), ami de Logan et limier lui aussi, est envoyé à leur poursuite par le Conseil de la Cité des Dômes…

  • Une peinture dystopique seventies

Pour la petite histoire, j’ai fait la connaissance de la série avant le film, quand j’avais dix ou onze ans, pendant des vacances d’été. C’était la grande époque où mes parents avaient « seulement » (ça nous paraissait tellement énorme à l’époque!) trente chaînes, et aimaient à regarder des rediffs de vieilles séries SF. C’est donc lors de diffusions le dimanche soir sur le câble que nous avons découvert, mon frère et moi, L’Âge de Cristal. Et je dois bien avouer que nous nous étions bien piqué au jeu des aventures de Logan, Jessica et Rem. Nous l’avons redécouverte jeunes adultes, pendant une soirée spéciale où le pilote passait après le film, et nous avons suivi. Seul souci: la rediffusion a été stoppée avant la fin! 😧

Comme je le disais donc, suite au succès du film, la série est crée par William F. Nolan et George Clayton Johnson d’après leur roman éponyme (Quand ton cristal mourra, publié en 1967, que je n’ai jamais trouvé!) qui avait également inspiré le film. Elle diffusée entre septembre 1977 6 février 1978 sur CBS, et pour la première fois en France en 1978, sur ce qui était alors Antenne 2 (purée, vous imaginez de la S.F. sur France 2, maintenant?).

Certains éléments de décor, maquettes, costumes et accessoires du film ont également été réutilisés sur le tournage de la série. Quant à la musique du générique (Cosmos 1999 est mélodieux à côté!:) ) vous ne risquez pas de l’oublier de sitôt. Pour votre plus grand bonheur ou malheur! 🙂 Bien évidemment, l’ensemble est très kitsch et n’a pas très bien vieilli, je le reconnais. J’ai d’ailleurs été très surprise quand dans mes recherches sur le film et la série, j’ai appris qu’ils avaient été produits dans la seconde moitié des années 1970, car même pour cette époque je trouvais le style assez daté. Pas mal de détails, comme le style capillaire et vestimentaire, prêtent à sourire… Mon frère et moi avions un faible pour la « voiture à jupette » de Rem: je m’explique, cette voiture était censée fonctionner à l’énergie solaire et se déplacer sur coussin d’air. Or on voyait très bien les roues de la voiture, comme dépassant d’une petite jupe, et ses cahots sur la rouge. 🙂 Rien que d’y penser, j’en souris déjà!

mv5bnzixmdy3mte3mf5bml5banbnxkftztgwmta5mjg5mje-_v1_
Rem, Jessica et Logan – Source: Imdb.com

Il existe cependant des différences avec le film. En effet, ce premier me semblait plus centré sur la dystopie, avec le contexte de la cité, alors que pour moi, la série s’apparenterait plus à un récit d’aventure S.F., avec nos deux héros qui redécouvrent le monde de sa surface et ses survivants. Si nous les voyons traverser des lieux isolés, il tombent en effet sur de petits groupes qui ont organisé la survie comme ils le pouvaient. Ainsi, on flirte avec différents genres: de la S.F. pure avec le voyage temporel ou les aliens, parfois du mystère policier (un épisode sous forme d’huis clos où une communauté de survivants est en proie à une série de meurtres, que Logan, Jessica et Rem doivent résoudre), du surnaturel… Quant à la romance qui éclôt entre les deux protagonistes principaux, elle met plus de temps à mûrir. En même temps, le format série permet de plus s’attarder sur certaines choses – pas comme dans le film où Logan et Jessica, à peine sortis de la Cité, font l’amour au soleil couchant dans une source d’eau claire. 😉

Cela peut sembler un peu fouillis dit comme ça, mais la réalisation reste somme toute assez cohérente, et l’on en oublie pas pour autant la Cité des Dômes en filigrane. En effet, Francis, autre limier cité plus haut, continue sa traque des fugitifs pour les ramener chez eux… C’est peut-être là que le bât blesse un peu, car il y avait une possibilité d’enrichir le scénario. Déjà, Logan est sceptique de base et décide de s’enfuir de son propre chef, alors que dans le film, il se révolte car quatre années de vie lui ont été retirées pour lui permettre de mieux infiltrer les fugitifs. Je trouve dommage que cet aspect n’ait pas été conservé, ce qui aurait conféré plus de profondeur au personnage de Logan.

mv5bmty4mjazotmwnf5bml5banbnxkftztgwntiynzq2mje-_v1_
Nos deux fugitifs (je n’ose pas imaginer les coups de soleil sur les jambes de Jessica!) – Source: Imdb.com

Ensuite, concernant le gouvernement de la Cité des Dômes, eh bien… On le voit cette fois-ci! 🙂 Dans le film, Logan comme Francis étaient envoyés en mission et ne recevaient leurs ordres que de l’ordinateur central de la Cité. Ici, Francis est reçu par un Conseil avant de partir à la poursuite de Logan. Et là, stupeur, le jeune limier se retrouve face à un groupe de personnes âgées, ridées et grisonnantes!… À mon humble avis, l’une des grandes énigmes du scénario par rapport à ça, est qu’en découvrant ce mensonge, cette supercherie qui veut que la plupart meurent à trente ans grisés par une vie abêtissante, et qu’un petit groupe puisse continuer à vivre jusqu’à un âge avancé, ce couillon de Francis poursuit sa mission sans se poser de question!… Quel a été l’objectif des scénaristes face à ça, les motivations du personnages?… Le savoir lui donnait-il une impression de puissance?… Mystère et boule de gomme.

Ceci dit, malgré ces petits points qui me posent question, je ne rechigne pas à revoir cette série que j’adorais petite, juste pour le plaisir de l’aventure… Et parce que j’ai tout de même bien aimé le film dont l’univers, selon moi, méritait d’être un peu plus exploré. De plus, il y a, je trouve une certaine « fraîcheur », dans la façon qu’on Logan et Jessica de découvrir ce monde, cette planète censée être la leur, mais qu’ils ne connaissent absolument pas.

  • Conclusion – Kitsch mais à voir

Le grand malheur de L’Âge de Cristal, qui n’a pas eu autant de succès que le film éponyme, a été, outre une diffusion hasardeuse et entrecoupée aux Etats-Unis, d’être sortie la même année de Star Wars, alors que la S.F. avait pris une couleur plus spectaculaire et épique. Comme je le lisais dans Nos années Science Fiction, c’était un peu la relique d’une époque révolue. Ce qui ne l’a pas empêché d’être vendue outre-Atlantique et d’être diffusée dans différents pays européens.  Les quelques rediffusions se sont toujours faites sur le câble (Série Club, Ciné FX, TMC…), sans lequel je n’aurais jamais eu vent de l’existence de cette série. Il aura même fallu attendre jusqu’en 2012 pour qu’une version DVD sorte aux États-Unis, mais la qualité de l’image est inégale d’un épisode à l’autre, ceux-ci ayant été récupérés depuis plusieurs sources.

À quand une version restaurée?… 🙂 Car je l’avoue, mon amour des vieilles séries de S.F. kitsch à base de costumes colorés et de brushings flamboyants, me pousserait volontiers à ajouter L’Âge de Cristal à ma DVDthèque! Et si un jour vous en avez l’occasion, je vous conseille au moins l’épisode pilote, au moins pour la comparaison avec le film. Pour moi, cela reste un véritable plaisir à regarder, ça se laisse voir sans arrière-pensée, et sans prise de tête superflue.

Je vous laisse avec une preview en V.O., malheureusement de mauvaise qualité, mais qui vous donnera un avant-goût de la série, du moins de l’épisode pilote. C’est bête qu’on ne voie pas les couleurs qui pètent! 😉

Voili-voilà pour mon « jour de Carrousel »! 😉 En fait, j’y ai repensé récemment car mon frère et moi nous sommes pris la tête récemment pour retrouver le nom de la Cérémonie, coïncidence assez drôle qu’à l’approche de mes trente ans justement, que je ne me souvienne plus d’un univers que je connaissais bien… Sénilité précoce ou rejet de la fatalité?… 😉 Je laisse à feu monsieur Freud l’interprétation de la chose.

En tout cas je me souhaite, alors que mon bilan perso n’est pas top en ce jour et guère plus glorieux que l’an dernier, que les choses aillent mieux pour moi et très vite, sur un plan professionnel, littéraire, et également personnel, car j’y travaille dur et que bientôt ce que j’ai loupé ne sera plus rattrapable! Que la décennie qui s’annonce soit remplie, et surtout MIEUX remplie, pour moi et pour ce blog! Qu’elle voie avant peu la publication des écrits, un job intéressant et de belles rencontres! 🙂 Et encore une fois, je vous remercie de votre fidélité à ce blog malgré sa grande irrégularité de ces derniers mois et les sautes d’humeur de sa rédactrice, ainsi que pour votre enthousiasme de lundi quant à ma chronique sur L’Histoire sans fin! 😉

Joyeux Carrousel à moi, très bon visionnage de L’Âge de Cristal à vous!… Et très bonne journée à vous, je vous retrouve en fin d’après-midi à 16h30 très précisément, avec un nouveau chapitre du roman! 🙂

Blanche Mt.-Cl.


Titre: L’Âge de Cristal (Logan’s Run)
Nationalité: États-Unis
Créateurs: William F. Nolan, George Clayton Johnson
Nombre de saison: 1, 14 épisodes
Années de diffusion: 1977-78
Interprètes: Gregory Harrison, Heather Menzies, Donald Moffat, Randy Powell…

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure en herbe, je viens de lancer mon premier roman "Le Sang des Wolf" en auto-édition chez Librinova! N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

8 réflexions au sujet de “S.F. kitsch et colorée pour mon Carrousel – « L’Âge de Cristal » (série, 1977-78)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.