Du rififi chez les loups et les lutins – Grimm’s Scary Tales (A.L. Douzet)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

512i7njwydlComme vous l’avez vu sur ce blog, entre Perrault, Grimm, Andersen, et autres ré-écritures signées Angela Carter ou Pierre Dubois, ainsi que des adaptation plus ou moins fidèles, je suis assez férue de contes… Eh bien je ne pensais pas que cela serait le cas avant longtemps, mais je vous replonge le temps d’une chronique dans cet univers!

Car je reviens en ce jour avec un article des plus rafraichissants, avec une sortie relativement récente (il me semble les contes ont été écrits avant, mais la version présentée ici est sortie le mois dernier): Grimm’s Scary Tales – Lugubres Contes d’Anthony-Luc Douzet.

J’ai découvert cet auteur un peu par hasard, alors qu’il a fait partie de mes premiers abonnés sur Twitter. Je me suis abonnée en retour et ai un peu suivi de loin (il faut dire que ces trois dernières années j’ai été un peu à côté de mes pompes), jusqu’à ce que sur Instagram, je suive beaucoup mieux. J’avais entendu parler de sa saga La Porte, que je n’ai pas encore eu le courage d’ouvrir car pour le moment je n’ai pas la foi pour une série de huit bouquins à un moment où j’ai déjà plusieurs autres séries sur le feu. Mais lorsque j’ai eu vent des fameux contes, je me suis dit que j’allais tenter le coup. J’ai attendu ma paye pour me les commander. Aussitôt reçus, et abracadabra, ils étaient dans mon sac à main pour lecture immédiate!

Et je m’en vais de ce pas vous en faire la chronique…

  • Des héros familiers dans d’étranges postures

L’ouvrage comprend treize récits: Le Petit Chaperon rouge, La Sorcière Blackwitch, Raiponce, Rupper Elmett et la Mort, Hansel puis Gretel, Le Rumpelstilskin, L’Elixir de Melchior, Les Sept de Mortifer, L’Infernal Grimage, La Pomme de Discorde, Malleus Malleficarum, Feux grégeois, La Fille de Lazare.

Vous y croiserez Katarina le petit Chaperon rouge et sa grand-mère Graziella occupées à un étrange traficotage dans la forêt, une terrible enfant qui s’en fera remontrer par une effrayante sorcière, une belle rousse aux longs cheveux qu’un fossoyeur tentera de libérer de sa tour, un petit rusé qui trompe la Mort sa marraine, deux enfants affamés abandonnés par leurs parents dans la forêt, un lutin facétieux qui aide les humains sous certaines conditions, un valet qui a eu la bêtise de devenir plus riche que la méchante impératrice Lana, sept lutins emprisonnés dans une mine et secourus par une certaine Blanche (tiens, tiens! 😉 ) pourchassée pour sa beauté par Lana…

À dire vrai, ces récits ont tous un lien entre eux, leurs différents protagonistes se croisent, et du Rumpelstilskin à La Fille de Lazare, ils se suivent comme les chapitres d’une même histoire, où il s’agit pour Blanche et les sept frères et sœurs de Rumpelstilskin retenus prisonniers dans les mines de Mortifer libérés par Blanche de vaincre la méchante impératrice Lana et ses consœurs sorcières qui dressent une armée de loups féroces. Vous l’avez compris, ces héros ne sont pas tels que l’on a l’habitude de les voir…

  • Une équipée fun au royaume enchanté

Le moins que l’on puisse dire est que depuis quelques années, les contes ont le vent en poupe. Les aimant déjà beaucoup, je n’ai pas échappé à cette mode, comme vous l’avez vue avec la semaine thématique du printemps dernier. Le fait est qu’à force de m’intéresser aux contes, je deviens une lectrice un peu compliquée, et j’ai toujours peur de ne pas adhérer. Mais j’ai été très touchée par l’introduction de Douzet lui-même expliquant que son envie d’écrire lui était venue des contes, car je m’y suis un peu reconnue. En effet, quand petite j’ai commencé à écrire, c’étaient des contes inspirés par les belles histoires que je connaissais. En fait, ce doit être le cas de bien des gens qui commencent à écrire, l’envie de raconter des choses aussi belles que celles qu’ils connaissent… 🙂 Mais qu’en est-il des histoires de Monsieur Douzet?… Bien évidemment, nous y reconnaissons les personnages issus des contes de Grimm: le Petit Chaperon rouge et sa grand-mère, la belle Raiponce et consort!

Ma foi, le style m’a un peu surprise au début, mais finalement j’y ai vu comme une sorte de mélange entre un langage contemporain plus parlé et le « schéma stylistique » (je ne sais pas si cette expression existe, mais allons-y) des contes traditionnels. Finalement, je me suis laissée gagner par un amusement sincère pour cette façon d’écrire pleine d’humour et de facétie. J’avoue m’être demandé, à cause des liens existant entre les différents récits et les personnages (par exemple, même les moins importants reparaissent d’une manière ou d’une autre dans un conte), ainsi qu’entre différents mondes qui tiennent autant du merveilleux que de la vie réelle (La Sorcière Blackwitch et Rupper Elmett et la Mort se déroulent en Angleterre, tandis que Rumpelstilskin affirme venir de Bavière), si l’auteur ne se serait pas légèrement inspiré de la série Once Upon A Time. Soupçon renforcé par le nom donné à la fille de forgeron aidée par Rumpelstilskin à produire de l’or, qui épouse ensuite l’empereur et pourchasse Blanche: Lana. Était-ce un discret hommage à Lana Parilla, l’interprète de Regina dans la série?… Eh bien que nenni! Mister A.L.D. n’a jamais regardé la série… À ma décharge, le prénom de Lana, tout de même, ne pouvait que semer la confusion! 🙂

Ceci dit, les héros de Douzet sont beaucoup moins irréprochables qu’il n’y paraît, et certains ne manquent pas de bassesse. Je pense à Gretel qui est prête à laisser son frère servir de festin à la méchante sorcière et à ses copines du moment qu’on lui laisse la vie sauve, aux petites lâchetés de personnages comme Todd Trapp (L’Infernal Grimage), expert en grimage qui après avoir un accident cosmétique s’enfuit purement et simplement quand il comprend que l’impératrice Lana ne retrouvera plus jamais sa beauté d’antan, l’avidité du père de cette dernière qui n’hésite pas à mentir à l’empereur sur les talents de sa fille pour se mettre en valeur, entre autres petits coups de filou.

capture-decran-2016-10-22-a-13-31-34
Je n’allais pas vous épargner l’un de mes bookstagrams favoris…

Je suis de mon côté révoltée quant à la maltraitance dont sont victimes les loups de la part de Katarina et de sa grand-mère Graziella dans Le Petit Chaperon rouge. 😉  S’en prendre à ses créatures si majestueuses, et les dépeindre comme des êtres stupides!… Non mais quel toupet! Ceci dit, ce récit est assez excellent et ouvre en fanfare cette succession de contes à l’humour macabre au possible qui ne reculent pas devant des fins tragiques, entre enfants – pas toujours si innocents que ça quand on voit la Pretty-Nasty de La Sorcière Blackwitch, à laquelle je filerais bien quelques coups de pieds au cul – brûlés vifs, dévorés, ou victimes de maléfices, et amoureuses malheureuses qui finissent seules. Certains petits détails croustillants rendent la chose plus amusante, comme les envies de femme enceinte de la mère de Raiponce, qui développe une réelle addiction pour les plantes du jardin de la sorcière et son pauvre mari qui la laisse se « shooter », les fous rires de Lana lorsqu’elle voit Rumpelstilskin pour la première fois (sachez, lecteurs, qu’un nain et un lutin, ça n’est pas la même chose!), les surnoms anglo-saxon que se donne la fratrie de Rumpelstilskin car ils peinent à prononcer leurs propres noms, ou le côté très « chirurgien plasticien » de Todd Trapp. Bref, les aventures de ces étranges héros  sont colorées, fun, et avec mon sens de l’humour assez sombre, m’a faite parfois rire de bon cœur.

Et s’il est deux personnages que j’aime particulièrement dans tout cet embrouillamini fantastique: la Mort au cœur si prompt à se laisser attendrir derrière son apparence terrifiante, et Rumpelstilskin, surnommé The Special One par ses frères et sœur, décidément bien plus sympathique que l’original (même si enfant j’aimais déjà ce petit emmerdeur)! Bref, de petites histoires qui se laissent déguster avec bonne humeur malgré leur noirceur sous-jacente. Et d’ailleurs, est-ce que ce serait si fun sans un brin de cruauté?…

  • Conclusion – Une bonne petite lecture d’Halloween

Voili-voilà, j’ai fait la découverte des écrits d’Anthony Luc Douzet. J’ai beaucoup apprécié ces récits au rythme enlevé, et je pense sincèrement qu’ils pourraient ravir certains curieux. D’ailleurs, blague à part, ce livre aurait fait merveille dans mon « Tag du Narcissique », puisque l’une des héroïne s’appelle Blanche… et que quelque part dans le livre mon vrai beau prénom est aussi mentionné! 😉

Pour ma part, je pense que le prochain Douzet que je lirai sera La Fabuleuse Histoire de Jack O’Lantern. Mais ses Grimm’s Scary Tales vous feront attendre ou passer Halloween avec délice en compagne de Katarina, Lana, Raiponce, Rumpelstilskin et bien sûr la naïve mais énergique Blanche. Ils feraient également, à mon humble avis, un cadeau très sympa pour les natifs de novembre férus d’humour un peu sanguinolant – après tout, ces « Novembriens » ne sont-ils pas connus pour être un peu bizarres?… 😉 Je vous souhaite à tous une excellente découverte de l’univers d’Anthony-Luc Douzet et une excellente lecture. 🙂

Je vous dis donc à très bientôt pour de nouvelles chroniques, découvertes et claques littéraires, articles insolites, également créations… et pour les prochains chapitres du Sang des Wolf!

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Grimm’s Scary Tales
Auteur: Anthony Luc Douzet
Éditions: Magic Tales
266 p.
Parution: Septembre 2016
Prix: 19,52 €

Mise à jour: Suite aux indications de l’auteur, deux erreurs ont été corrigées dans la chronique au jour du 25/10/2016.

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

4 réflexions au sujet de « Du rififi chez les loups et les lutins – Grimm’s Scary Tales (A.L. Douzet) »

    1. Si tu ne les connais pas, je te conseille « La Compagnie des Loups » d’Angela Carter et « Les Contes de Crimes » de Pierre Dubois. De vraies merveilles, très sombres et subtiles. 🙂

      J'aime

  1. C’est drôle, j’ai fait l’inverse ! Je viens de lire « La fabuleuse Histoire de Jack O’Lantern » et j’ai ajouté « Grimm’s scary tales » à ma wish-list 😉

    Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s