Ouvrez grand votre esprit… – Hypnose (David Koepp, 1999)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

hypnose-film-16855Je reviens enfin avec une vraie chronique cinéma après tout ce temps de tops et de chroniques série… quand ce n’est pas sans chronique tout court! Le fait est que je n’ai pas vraiment consacré d’article avec un film en particulier depuis le mois de mai, figurez-vous! Mine de rien, ça faisait vraiment un bail! Et je ne reviens pas avec n’importe quel opus! En effet, si Hypnose n’est pas considéré comme un film majeur, il est pour moi au cinéma fantastique ce que les histoires de robot sont à la science fiction: le pur coup de flippe!

En effet, je l’ai visionné pour la première fois il y a bien longtemps, peu après sa sortie en vidéo, à l’époque où nous avions encore le VHS à la maison! 😉 Je l’avais regardé dans le salon plongé dans le noir total avec mes parents et mon frère, et j’ai eu quelques soucis pour m’endormir par la suite… 🙂 Ceci dit, je l’avais beaucoup apprécié malgré ce froid dans le dos qu’il me laissait, cette impression de glauque et de danger rampant.

Aussi, j’ai décidé que je devais vous parler brièvement d’Hypnose, un film à mon sens trop souvent négligé…

  • Quand un sceptique devient médium

Tom Witzky (Kevin Bacon), ouvrier à Chicago, mène une vie assez ordinaire dans un quartier résidentiel avec sa femme Maggie (Kathryn Erbe) et son jeune fils Jake (Zachary David Cope). Lors d’une soirée entre voisins, Tom, très sceptique à l’égard de certaines méthodes de suggestion, met au défi Lisa (Illeana Douglas), sa belle-sœur versée dans le paranormal, de l’hypnotiser… Celle-ci le soumet alors à une séance devant ses voisins et amis, et lui suggère d’être plus ouvert au monde qui l’entoure. Peu après, il commence à faire des cauchemars particulièrement violents, qui mettent en scène l’agression d’une jeune fille. Celle-ci commence à le hanter, et ses manifestions ont un réel impact sur sa vie, d’autant plus quand il comprend que son excentrique petit garçon la voit aussi. Il apprend bientôt, par la baby-sitter de Jake qui n’est autre que la sœur de la défunte, qu’il s’agit de Samantha Kozak (Jennifer Morrison), disparu six mois auparavant…

Sous les yeux de sa femme inquiète, Tom est dès lors obsédé par l’idée de savoir ce qui lui est arrivé…

  • Une ambiance captivante et suffocante
Tom et son fantôme… – Source: AlloCiné

Comme vous vous en doutez, il ne s’agit pas d’un chef d’œuvre (en même temps, hein, on mélange un peu tout sur ce blog… 😉 ) et il a eu la malchance de sortir à l’époque où les spectateurs étaient encore sous le coup d’histoires de fantôme vraiment glaçantes comme Sixième Sens de M. Night Shyamalan (que j’ai été voir au cinéma et qui m’a mise mal à l’aise pendant un moment), ou des projets très novateurs comme le Projet Blairwitch. Mais là où le film m’a étonnée, c’est que sans sombrer dans un fantastique qui en fait des caisses, il est parvenu à me faire vraiment dresser les cheveux sur la tête.

J’ai trouvé Hypnose très efficace, avec cette ambiance très « vie ordinaire de gens ordinaires » se déroulant dans un quartier « sans histoire ». Le spectateur se trouve plongée dans un quartier, une communauté assez soudée où Tom et sa famille sont arrivés plus récemment. Le fait que la réalisation n’utilise aucun effet spécial impressionnant peut donner l’impression que ce genre d’histoire peut arriver n’importe où, et même près de chez vous… Avouez qu’il y a de quoi flipper, non? 🙂 Cela contribue à l’ambiance assez oppressante du film, avec les visions de Tom, et l’on ne peut s’empêcher de ressentir une sorte d’angoisse, et même de claustrophobie pour les scènes se déroulant dans des espaces confinés. D’ailleurs, je pense que c’est  ce « confinement » qui constitue le principal atout de l’histoire: outre les petites pièces des maisons comme les caves ou les salles de bain, on vit en vase clos. Car au final le spectateur ne sait que très peu de chose de ce qui se déroule où du quartier « tranquille » où vivent Tom et sa famille. Aucune info de l’extérieur – sauf vers la fin quand la femme de Tom, Maggie, amène Jake chez sa sœur – ne semble filtrer et apporter du nouveau dans cet endroit figé, comme hors du temps. Bref, si cet endroit avec ses voisins qui font la fête ensemble et ses petits pavillons de briques semble sympathique, on se sent très vite piégé dans un lieu petit comme un mouchoir de poche, et étrangement menaçant.

Certaines scènes sont particulièrement dérangeantes, et cela commence dès le début, où l’on voit le petit garçon de Tom, Jake, parler comme s’il s’adressait à la caméra. Dans le plan suivant, on se rend compte qu’il discute avec un espace vide, près de sa fenêtre où les rideaux voltigent doucement dans la brise. Quant aux visions de Tom, elles sont particulièrement dures et certains détails vraiment atroce, à tel point que notre héros a parfois l’impression que son propre corps part en sucette, à l’image de celui pourrissant de son étrange copine fantomatique. Quant à l’agression à laquelle il assiste, ma foi, c’est assez terrible, et les visions vont crescendo au fur et à mesure qu’il en apprend sur cette Samantha. Bref, âmes sensibles vous abstenir.

Maggie n’en peut plus de voir son époux tourner obsessionnel… – Source: AlloCiné

Le scénario en lui-même, s’il n’est pas particulièrement alambiqué et qu’il ne réserve pas de twist final à la Sixième Sens, est tout de même assez prenant. J’ai trouvé l’idée des capacités nées de l’hypnose assez intéressante, et on en revient au schéma classique du personnage sceptique qui se trouve confronté à l’irrationnel. Thème finalement assez classique, mais dont le traitement prête parfois à sourire – pour les échanges savoureux entre le personnage principal et sa belle-sœur complètement à l’ouest quand il lui demande de « débordéliser » son cerveau. Kevin Bacon – à mon goût un acteur plutôt bon – campe avec conviction un gars des plus ordinaires, qui aime boire une bière avec ses voisins et déconner, assez sympa dans son genre, qui sombre peu à peu dans l’obsession, et que peu de gens croient. Il met sa propre vie sans dessus dessous, ainsi que son couple en danger pour apprendre le fin mot de cette histoire. Finalement, le spectateur ressent une certaine empathie pour lui, et pour la jeune femme fantôme qui a connu une fin des plus horribles, dans ce quartier où de terribles secrets s’apprêtent à être déterrés…

  • Conclusion

Bien que n’ayant pas eu le retentissement de chefs d’œuvre du genre comme Sixième Sens (que je chroniquerais bien, mais je ne sais pas comment le faire sans spoiler…), Hypnose a reçu le Grand Prix lors du festival du film fantastique de Gérardmer en 2000. Pour ma part, j’y ai vu un petit film de fantôme assez glauque, avec de bons acteurs comme Kevin Bacon (je l’aime bien lui, il peut jouer des gars vraiment sympas comme de purs salopards!), qui se laisse regarder. En effet, on a toujours très envie de savoir ce qui se passe ensuite, et pour le coup, certaines scènes m’ont vraiment impressionnée. L’ambiance y est bien sûr pour beaucoup… 🙂 Et j’ai rarement eu aussi peu qu’en visionnant cet opus, et il continue encore de me faire frissonner.

Je vous le conseille d’ailleurs si vous décidez de vous faire une soirée « film de fantômes », à regarder de préférence dans le noir. Pour anecdote, la première fois que j’ai visionné Hypnose avec mon frère, nous avions éteint toutes les lumières, et nous avions un système d’enceintes tel que nous avions l’impression que tous les bruits et murmures suspects venaient de derrière le canapé! Imaginez un peu l’angoisse! 🙂 Il n’empêche que ce sont les conditions idéales pour regarder un tel film!

Voili-voilà! J’espère que cette chronique cinéma, la première depuis un bout de temps, vous aura fait plaisir, et qu’elle vous redonnera un peu le goût de ce blog si vous en avez marre du roman! Je vous retrouve d’ailleurs avec un nouveau chapitre demain, et j’essaierai de finir de rédiger la chronique livre (dédiée à un ouvrage S.F. pas mal du tout!) que j’ai encore sur le feu. À très vite sur la blogosphère! Et dormez bien ce soir! 😉

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Hypnose (Stir of Echoes)
Année de sortie: 1999 aux U.S., 2000 en France
Réalisation: David Koepp
Origine: États-Unis
Durée: 1h39
Distribution: Kevin Bacon, Kevin Dunn, Kathryn Erbe, Illeana Douglas, Jennifer Morrison…

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

2 réflexions au sujet de “Ouvrez grand votre esprit… – Hypnose (David Koepp, 1999)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s