Faites pas chier le Bourbon Kid – Le Livre sans Nom

« Première leçon: à Santa Mondega, quand quelqu’un tient des propos un peu délirants, il y a fort à parier que c’est vrai. »

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

91BxUEyHAxL

Enfin, enfin une chronique livre, après ce looooooong moment sans!

Je reviens cette semaine, et brièvement, avec un opus que plusieurs d’entre vous devez déjà connaître, à savoir… Le Livre sans Nom. Ma mère, qui avait beaucoup apprécié, m’en avait parlé à plusieurs reprises… Et quelque chose m’a plus ou moins obligée à le lire: on me l’a offert! 🙂 En effet, lors du pot de départ qui a clôturé mon précédent stage (ah qu’ils me manquent) en décembre dernier, mes collègues m’ont offert cet ouvrage, avec deux de ces suites.

J’étais très curieuse, malgré mon appréhension car on m’avait souvent comparé ce livre à des films de Tarentino – et franchement, à part une ou deux exception, je ne suis pas du tout une inconditionnelle de Tarentino dont les auto-clins d’œil ont plutôt tendance à me gonfler. Mais bon! 🙂 Je me devais tout de même d’y jeter un coup d’œil, car on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise… La chronique sera brève, car si j’ai bien aimé (je n’écris jamais sur ce que je n’aime pas…), je ne pense pas que cet ouvrage se prête à une véritable analyse. D’autant plus que l’auteur est anonyme et qu’il est difficile de savoir quelles sont ses motivations, quelle interprétation donner à son texte.

Suivez-moi donc à Santa Mondega, pour boire un verre au Tapioca, servi par Sanchez…

 

  • Rififi sanglant à Santa Mondega

La ville de Santa Mondega est en émoi!… Cinq ans après le massacre de toute sa clientèle dans son bar par le mystérieux Bourbon Kid, Sanchez voit de nouveau les événements se liguer contre lui: outre une éclipse de soleil et la préparation de la Fête de la Lune, une vague de crimes en série fait rage dans la ville – le frère et la belle-sœur de Sanchez en sont eux aussi victime – et toutes sortes d’individus peu fréquentables passent par le bar – assez mal famé en temps normal il est vrai – comme le très violent Jefe qui a une course importante pour une sorte de parrain du coin, El Santino, deux moines spécialistes des arts martiaux nommés Kyle et Peto, jusque là jamais sortis de leur monastère, à la recherche d’une pierre mystérieuse, l’Œil de la Lune… Sans compter les légendes, et les rumeurs grandissantes quant au retour du Bourbon Kid…

Pendant ce temps-là, l’inspecteur Jensen, spécialisé dans les affaires surnaturelles, est dépêché en ville pour assister son confrère Somers, un emmerdeur de première obsédé par le Bourbon Kid, pour enquêter sur les meurtres particulièrement sauvages de Santa Mondega. Il va bientôt découvrir un mystérieux livre dont les lecteurs signent leur arrêt de mort…

  • Castagne au pays des crados, bêtes et méchants

Le Livre sans Nom est un ouvrage anonyme découvert sur le net qui a fait un véritable carton. Ma mère avait beaucoup aimé, mon ancien boss avait adoré (en même temps, ça ne m’étonne pas vraiment de sa part! 😉 ) et j’avais lu quelques critiques plutôt positives sur le net. Mais j’avoue avoir eu quelque appréhension avant d’ouvrir ces pages, car beaucoup comparaient ce livre à des films de Tarentino. Et franchement, Tarentino, ça marche une fois sur quatre avec moi… J’avais beaucoup aimé Pulp Fiction, avec ses situations absurdes et un humour bien dahr’ (le coup de feu qui part dans la voiture, la scène de danse…), Une Nuit en enfer, ça passait… Mais – et je suis la seule personne que je connais dans ce cas – je me suis vraiment faite chier devant Kill Bill. Je sais, c’est fou! 🙂 Mais si je veux voir ce genre de spectacle, je préfère regarder de vieux films de sabre japonais, du genre Baby Cart (je vous recommande, c’est complètement barré!), où les personnages ne doivent avoir que des artères, quand on voit la quantité de sang versée à chaque égratignure… Bref, je m’égare!

J’ai finalement été très agréablement surprise par Le Livre sans Nom, qui mélange les ingrédients du thriller, du polar, de l’action, de l’horreur et dans une certaine mesure, du fantastique… et parfois, cela m’a même rappelé des western. En effet, on va de bar mal fréquenté en piaules miteuses (voire carrément moisies), de commissariat en somptueuse bibliothèque municipale, de monastère en foire avec compétition de luttes. Le bar de Sanchez, l’un de nos personnages principaux, est miteux au possible et le patron n’hésite pas à servir de l’urine à la place du bourbon aux nouveaux venus dont la tête ne lui revient pas… Quant aux personnages, ma foi, on se retrouve encore en plein western ou film de gangster: prenez des personnages à l’orgueil mal placé, agressifs, pas toujours très malins (voire certains vraiment, vraiment cons), bornés, obtus et prompts à la bagarre, avec un vocabulaire très « fleuri », qui n’est pas sans me rappeler celui des gansters d’American Tabloïd (au passage un excellent livre). Ils sont susceptibles, se tirent dans les pattes pour trouver l’Œil de la Lune, se massacrent allègrement et se font des tas de coups fourrés pour se faire valoir auprès de leurs chefs ou de mettre la main sur un beau pactole. On aime ou pas, mais pour ma part, cela m’a pas mal changé de ce que j’ai l’habitude de lire… J’ai trouvé assez jouissif tous ces débordements de Jefe, Elvis, Dante, El Santino et ses acolytes Miguel et Carlito, Rodeo Rex qui prétend chasser les créatures du mal (comprenez « créatures surnaturelles »), Kyle et Peto qui se font très bien à la vie parmi les petites frappes… et du fameux « Bourbon Kid », véritable légende urbaine aux apparitions remarquées. Il est à parier que je ne supporterais pas de tels zigotos dans la vraie vie, mais dans une fiction, c’est aussi tordant qu’effrayant.

Le tout mâtiné de superstition et de traditions assez pittoresques qui ajoutent de la couleur à l’ensemble.

Ainsi, chassés-croisés et rebondissements se succèdent, souvent à grands coups d’hémoglobine (parfois, c’en est carrément proche du body horor et certaines images font froid dans le dos), pour quelques twists assez intéressants dans le monde du fantastique. Entre les personnages fort différents les uns des autres et plutôt sanguins, et les différents enjeux – la recherche de l’Œil de la Lune, les meurtres en série, les différentes légendes de Santa Mondega, les prédictions de la diseuse de bonne aventure dite Dame Mystique – le lecteur sent qu’à un moment, tout va partir en vrille… et pour ma part, je n’ai pas été déçue! Car ça part dans tous les sens, très loin, et très fort (bon après, rien que la scène d’ouverture nous met au parfum)! Je ne peux vous en dire plus sans gâcher la surprise, mais certains détails sont à mon avis très bien ficelés, l’auteur joue avec les codes et les clichés de différents genres avec entrain… Et les révélations de la fin m’ont donné très envie de connaître la suite!

  • Conclusion

Et voili-voilà! Cela faisait longtemps que Le Livre sans Nom dormait dans ma PAL, et j’ai senti que c’était le bon moment. Comme je le disais, l’intrigue et l’ambiance m’ont beaucoup plu, les rebondissements et les scènes plus ou moins absurdes m’ont tenue en haleine jusqu’au bout. Parfois, les dernières pages d’un livre paraissent très, très longues, mais cet ouvrage ne m’a pas ennuyée une seule seconde. J’avoue ne pas avoir été toujours très surprise par la tournure des événements, mais cette histoire bordélique et baroque à l’image de ses principaux protagonistes m’a vraiment fait passer d’agréables instants durant mes longs trajets. Et la petite incursion dans un fantastique très sombre qui m’a le plus intéressée, et finalement décidée à parler de ce livre sur le blog. 🙂

Je comprendrais que certains d’entre vous puissiez ne pas apprécier. Pour certains, c’est bête, sale et méchant, mais pour ma part je pense que ça fait parfois du bien de lire ce genre de littérature.Je vous le recommande juste pour le plaisir, car on le lit comme on suivrait un film complètement barré qui part en vrille. 🙂 Je reviendrai volontiers vous parler des volumes suivants d’ici quelques temps. 🙂

Aussi je vous dis à fort bientôt pour de nouveaux chapitres du roman, et prochaines chroniques (en m’excusant d’avance si je paraît moins inspirée…) probablement des films (j’ai quelques œuvres sympas sous le coude, notamment dans le fantastique!), car je lis à deux à l’heure depuis quelques temps… Toujours cette édition de la Trilogie Martienne avec les caractères minuscules et serrés!

Bonne journée à tous et en attendant, je vous souhaite une très bonne lecture! 🙂

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Le Livre sans Nom
Auteur: Anonyme
Éditions: Le Livre de Poche
Collection: Policier/Thriller
512 p.
Parution: Juin 2011
Prix: 7,90 €

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

5 réflexions au sujet de « Faites pas chier le Bourbon Kid – Le Livre sans Nom »

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s